PRÉSERVEZ NOTRE PETITE VIE DE VOTRE VIE DE COUPLE – TÉMOIGNAGE

shutterstock_54899620

Elle a 12 ans. Elle subit le divorce de ses parents. Un divorce très conflictuel. Violent.
Elle, elle demande simplement une chose : avoir le droit de vivre et d’aimer ses deux parents.

« Bonjour Je m’appelle XXX et j’ai 12 ans.
Mes parents se sont séparés il y a 3 ans. Ma famillle s’est déchirée et mes 5 frères et sœurs ont pris partie pour un de mes parents. Pour moi LE cauchemar a commencé parce que sur 6 enfants j’étais la seule à dire que je voulais voir autant mon papa que ma maman que je voulais avoir le droit d’aimer mes 2 parents sans avoir plein de reproches ….. Mes frères et sœur ma Grand mère personne ne comprenait ma position et ma souffrance.Ils ont tenté de me faire changer d’avis 5 interrogatoires où ils m’ont dit que j’allais avoir une mauvaise éducation que j’allais regretté ma décision que je trahissais mon père que je les abandonnais.
C’était si difficile qu un soir à bout de force j’ai pris une lame et je me suis entaillée l avant bras . Rien à changer pour autant je me suis confiée à la CPE du collège qui à téléphoné à mes parents et ça a été encore pire en pression plus LE temps avançait plus c’était compliqué… J’ai écrit au juge j’ai demandé à lui parler J’ai pris un avocat….mais rien ne changeait …..Bien au contraire
Je sais que du haut de mes 12 ans j’ai fait le bon choix Jaime mes parents de tout mon cœur …même si je ne comprends pas toujours leur réaction …Après ma lettre au juge J’ai été obligé d’aller chez ma grand mère qui M à reprochée pendant 15 jours ma décision disant que par ma faute mon père souffrait ….que je devais prendre un partie .. C’était si difficile qu’il y a un mois j’ai DE nouveau pris une lame et à nouveau j’ai entaillé mon avant bras …

J’ai envie DE hurler n’y a t il aucun adulte dans ce monde en capacité de protéger les enfants pour qu’ils aient le droit d’aimer leur 2 parents aucune loi qui puisse nous protéger parce qu’un enfant ne divorce jamais de ses parents pourquoi est ce si compliqué d’avoir LE droit d aimer ses 2 parents ?

Parents ne nous mêlée pas à votre séparation

Préservez notre petite vie de votre vie de couple ….

Madame Buffet j’espère qu’un jour les enfants comme moi n’auront plus à se battre pour avoir le droit d’aimer ses 2 parents s est si difficile qu’il m’est arrivée DE regretter d avoir fait ce choix d’aimer mes deux parents … »

Publicités

LA VIOLENCE ECONOMIQUE

arrêt maladie,gestion de la sécurité sociale

La violence psychologique s’accompagne très souvent de violence économique. Le bourreau va s’employer à couper les vivres de la victime, à la déposséder, à l’obliger à des dépenses considérables et des investissements disproportionnés. Il va exercer un chantage à l’argent, tenir les cordons de la bourse comme on tient une laisse, tirant dessus régulièrement pour mieux retenir sa proie. Et il ne supporte pas de devoir quoi que ce soit, à qui que ce soit – que lui soit condamné à payer, il en perd tout contrôle et cherche encore plus à détruire. Il ira jusqu’à renoncer à ses enfants plutôt que de verser un centime, si cela lui est possible.
Et c’est à la victime de régler tous les frais.
L’addition est extrêmement lourde.

La société, qui n’entend pas, n’accompagne pas, ne prend pas en charge ces victimes ou ne propose que peu d’aides, devient complice par défaut des bourreaux. Elle peut bien souvent et par refus de voir, d’entendre et de s’impliquer, aggraver des situations déjà dramatiques.
Les victimes se retrouvent perdues, sans savoir à qui s’adresser. On leur conseille de lancer une procédure. Mais une procédure coûte cher. Très cher. Et dure très longtemps. Qui va payer, pendant combien de temps, et comment ? 2000, 3000, 10.000 €, parfois bien plus. Il faut hypothéquer sa maison, vendre sa voiture, prendre plusieurs « petits boulots », courir, toujours plus, pratiquer le système solidaire encore mal encouragé – et souvent mal connu ou mal perçu.
On dit à ces victimes de se faire aider. Par qui ? A quel prix ? Et dans combien de temps ?
On leur conseille de (re)trouver un emploi. On leur dit RSA, CMU, CAF. On les abreuve d’informations incomplètes.
Et elles se retrouvent à nouveau blâmées, jugées comme « incapables de s’en sortir ».
Il est urgent que la société se réveille. Il est urgent d’aider ces victimes de terrorisme « ordinaire » et à huis-clos, de les considérer réellement comme des victimes, de mettre en place un moyen de les indemniser.
Comme pour la prise en charge des arrêts maladie suite à un burn out / dépression dû au harcèlement au travail, comme pour les victimes de terrorisme, qui peuvent être indemnisées par le FGTI, il faudrait inventer une indemnisation pour ces victimes de violence psychologique dans la sphère privée.

C’est la démarche de l’association CVP de contribuer à faire reconnaître et admettre cette urgence sociale et économique.

Si vous souhaitez adresser un témoignage : associationcvp@gmail.com

La violence sociale prend également un aspect économique. Beaucoup de victimes se retrouvent sans emploi, sans revenu. Ou elles travaillent avec leur bourreau, pour leur bourreau. Sans être déclarées. Sans reconnaissance sociale et fiscale, sans déclaration à fournir, alors qu’il va leur être demandé un salaire, des revenus, des cautions bancaires… Dépendantes financièrement de leur persécuteur, elles n’ont pas la possibilité de quitter le logement familial. Ce logement peut également être un bien commun, mais elles savent qu’elles vont devoir se battre juridiquement pour obtenir la part qui leur revient. Isolées, elles n’ont pas toujours la possibilité de se réfugier dans leur famille ou chez des amis. Si elles le font, c’est pour un temps très court. Déjà contraintes par la peur de partir, elles se sentent d’autant plus prisonnières qu’elles n’ont pas les moyens de partir.

Il s’agit de femmes, mais aussi d’hommes qui ont perdu leur emploi, qui travaillent en collaboration avec leur épouse, qui se retrouvent écrasés. Qui ont fait confiance, qui ont cru en l’amour que semblait leur donner leur compagne. Biens immobiliers communs, parts de sociétés… Ils ont investi l’argent qu’ils avaient et se retrouvent coincés dans des imbrogliolos bancaires et financiers. Ces victimes restent pour les enfants. Pour ne pas définitivement tout perdre.

Il s’agit encore d’enfants, la plupart du temps adolescents, jeunes adultes, étudiants, qui n’ont pas les moyens de se loger, de régler le coût de leurs études, de leur quotidien. Qui restent sous l’emprise d’un père – ou d’une mère – manipulateur, en espérant que « ça va s’arranger » quand ils auront enfin un travail. Un travail qui ne leur plaira pas, s’ils en trouvent un, mais qu’ils accepteront pour un salaire aussi maigre soit-il, pour fuir.

Il s’agit enfin de ces enfants devenus adultes, encore pris dans un schéma violent où se mêlent culpabilité face à un parent âgé et honte d’une enfance maltraitante, et se retrouvent spoliés, déshérités.

Extrait de Victimes de violences psychologiques : de la résistance à la reconstruction – Anne-Laure Buffet – Le Passeur éditeur

JE N’AI JAMAIS PENSÉ À PARTIR – TÉMOIGNAGE

10294478_10152419810359932_2191841927051574617_n

Après des années de « psychothérapie banale », je ne vivais que de « disputes » , de dénigrements, de reproches de mon mari, puis j’ai commencé une thérapie cognitive et comportementale qui m’a permis de m’affirmer, de prendre confiance en moi, de constater que ce n’était pas toujours moi la responsable de ses déboires. J’ai changé sans que je ne m’en aperçoive. Mon mari, lui, l’a bien senti. Je n’ai jamais pensé à partir, encore moins à divorcer. Lui, sentant que mon attitude risquait de s’inverser est parti, en mon absence, vidant la maison. Ce que j’ai découvert en rentrant tard un soir (il m’avait, sous un faux prétexte, fait retenir), voilà le déclic !! J’ai repensé au livre de Marie France HIRIGOYEN sur le harcèlement moral que j’avais commencé à lire 9 ans auparavant sans comprendre. Je l’avais rangé dans la bibliothèque qui venait de s’envoler. Je l’ai racheté et là, j’ai vu ma vie défiler et ENFIN, comprendre ce qui m’arrivait !!! Lors de sa préparation en cachette de son départ, en plus de ses violences psychologiques habituelles (je n’avais connu que cela), il est devenu violent physiquement et m’a frappée. Je n’ai rien dit à personne sur ces moments. Ce n’est que trois jours après son départ et la lecture que je suis allée porter plainte. Et ses agressions ont continué. Pour que j’apprenne, ensuite qu’il était dans les bras d’une autre femme. Le divorce dure depuis 5 ans. Il faut du courage, de la ténacité, de la force pour faire reconnaître que son mari est un bourreau, que « ses preuves » ne sont que mensonges. Je suis, encore hélas, marié depuis 37 ans, et fus sous emprise plus de 40 ans.
Je comprends que Jacqueline SAUVAGE ne soit pas partie ou tout du moins pas complètement, qu’elle est subie tout cela. Je crois qu’il faut l’avoir vécu pour si c’est possible comprendre. Comprendre le déni, l’emprise qui est terrible, CE LAVAGE DE CERVEAU.
J’attends le jugement de mon divorce dont j’ai conscience que je ne gagnerai pas forcément car si la loi promet une formation des policiers, professionnels en tout genre et magistrats, il n’en est rien. Je suis en stand by, m’attendant à tout nouveau mensonge pour influer les juges. Situation très désagréable. Comme l’on me dit : tourne la page. Comment ? alors que j’en suis encore en plein dedans. Le jugement rendu, il faudra la liquidation. Et ensuite, je tenterai de me reconstruire et de prendre ma véritable place aux cotés de ma fille prise en otage par son père. Parfois, j’en arrive à me poser la question si ce n’est pas moi, la méchante !!! Il m’a tellement traitée de folle.
Je suis heureuse pour Jacqueline et ses proches. C’est une belle victoire populaire humaine mais le combat continue pour toutes les personnes violentées.
Merci à Anne Laure et à tou(te)s qui aident et luttent

UN TRAVAIL D’ARCHIVISTE

espace-archives-01

« Comment prouver la violence ? Comment prouver le harcèlement ? Depuis que nous sommes séparés, il ne répond à rien, il ne dit rien… je ne sais plus quoi faire. »

Une procédure, que ce soit une procédure de divorce, ou autre, face à une personnalité toxique, est toujours très complexe. Elle implique pour la victime de prendre conscience de ce qui va lui peser terriblement : les délais de la Justice. Si la victime est dans l’urgence de vois son dossier traité, la Justice n’a pas la même urgence ni le même intérêt. La Justice prend son temps, parce qu’elle est débordée, parce qu’elle a trop d’affaires à régler. Parce que les toxiques jouent sur les délais, obtiennent des reports, fournissent leurs pièces au dernier moment, invoquent un incident, demandent des expertises, des contre expertises, des médiations. Parce qu’ils font traîner, et que la Justice se doit de respecter toutes les demandes. Même celles qui sont iniques pour la victime. Car la Justice se veut juste. Et se vouloir juste lui ordonne d’entendre complètement les deux parties.

Aussi, pendant toute la durée de la procédure, la victime va être conditionnée par ces moments où l’avocat ne répond pas ou plus, ces moments où elle attend, ces moments où les reports d’audience détruisent les espoirs. Les victimes constituent un dossier, le trouve bien léger, car elles ne savent quoi donner comme pièces, se concentrent sur tout ce qu’elles ne peuvent pas fournir, ont sous les yeux tout ce qui leur est reproché, et n’arrivent pas à distinguer l’essentiel, l’utile et le superficiel.

C’est pour cette raison que bon nombre de victimes ne prennent pas le temps de conserver les messages reçus, ou encore d’en envoyer. Par peur des réponses qu’elles auront, ou n’auront pas. Parce qu’on leur a dit : « fuyez, et ne cherchez aucun contact ». Par honte et culpabilité, se sentant encore coupables de ce qu’elles ne sont pas, n’ont pas dit, n’ont pas fait. Elles pensent : « encore un message que je vais envoyer, parce qu’il faut prendre une décision pour les enfants, parce qu’il faut que je sache ce qui se passe. Et encore une fois, j’aurai des insultes, mais rien de concret…. s’il me répond. ».
Or, rien de concret est un élément important. Lorsqu’il se répète, il sert à démontrer la mauvaise foi ou la volonté de nuire de la personnalité toxique. Or, encore, le silence est tout autant un élément probant de la violence psychologique. Lorsqu’il s’agit de prendre une décision, par exemple concernant les enfants, pour l’école, pour un médecin, pour l’organisation des vacances… et que la victime n’obtient jamais de réponse, là encore, ce peut être utilisé en justice pour montrer la volonté de nuire en laissant dans le flou et l’interrogation.

Il ne s’agit pas d’un élément, d’un fait qui se produit une seule fois. Il s’agit de leur répétition. Il s’agit encore de tout conserver, les messages envoyés, et ceux reçus. Il s’agit de faire un travail de secrétariat. Un travail long, pesant, psychologiquement couteux. Car il implique que la victime se replonge régulièrement dans ce qu’elle a déjà entendu, lu, et reçu. Il s’agit encore de se faire, à ce moment-là, accompagner, pour acquérir des réflexes. Pour structurer des messages brefs, concis, sans justification, allant droit au but, demandant une réponse tout aussi claire et précise. Il s’agit de fonctionner par dossiers. C’est terrible pour la victime ; sa vie déjà détruite se retrouve classée et archivée, prête à être à nouveau scrutée, dépouillée par des avocats, pour en sortir des éléments probants. Mais c’est essentiel.

Une telle procédure devient une occupation à – quasi – temps plein. C’est un nouvel enfermement pour la victime. C’est celui qui va lui rendre sa liberté. Pour sortir de la violence, il faut malheureusement se faire violence, et en supporter encore. C’est un bouclier très lourd à porter, mais bien réel.

Il ne faut pas oublier que la personnalité toxique, de son côté, agit sans aucun scrupule. Que tout ce qui lui est dit, lui est écrit, elle le garde. Elle le classe. Et elle compte bien s’en resservir un jour, hors contexte.

Les victimes qui osent demander de l’aide pour apprendre à constituer ce dossier qui pourra les aider, les victimes qui apprennent à affronter tant la cruauté de la personnalité toxique que leurs peurs, afin d’accumuler les éléments nécessaires pour leur procédure, les victimes qui réussissent à supporter les délais de procédure pour en faire une arme de défense contre la personnalité toxique ont bien plus de chance d’être enfin entendues.

 

 

AU MOIS D’OCTOBRE…

9eb89c7bec32f1833201fe28d49f-post

Demain, mardi 29 septembre, Anne-Laure Buffet sera en direct sud Sud Radio (99.9 à Paris), avec Isabelle Bres, de 16h à 17h, pour parler de la parentification.

Et deux formations à venir en octobre :
– le mardi 6 octobre, de 14h à 18h :  » Confiance en soi, estime de soi, amour de soi »
– le mardi 13 octobre, de 14h à 18h : « Communiquer avec l’autre »

un groupe de parole, le samedi 10 octobre : Les enfants victimes de violence psychologique

un petit-déjeuner, le mercredi 21 octobre,« Mon enfant est manipulé »

Ainsi qu’une intervention le vendredi 16 octobre, aux côtés de M. André BITTON, Président du Cercle de Réflexion et de Proposition d’Action sur la Psychiatrie (CRPA), intervention portant sur les internements abusifs et l’affaire Valérie Dubois.

Pour toute information : associationcvp@gmail.com

Ci-dessous, deux messages encourageants de victimes. Le premier fait suite à une formation. Le deuxième à une rencontre petit-déjeuner. Quelles que soient les circonstances, voir des personnes redevenir ce qu’elles sont, apprendre de nouveaux schémas, et prendre un vrai départ est toujours émouvant. Merci à elles pour leurs témoignages.
« Ce travail que nous avons fait ensemble sur mes comportements m’a ouvert des horizons d’affirmation de moi et je compte bien les mettre en pratique dès que l’occasion se présentera.
Grâce aux outils que vous avez mis à ma disposition, j’ai pu avancer dans la découverte de l’autonomie, mise en arrière plan de ma culpabilité et tout un tas de « casseroles que je traîne depuis mon enfance ».
Vous faites un travail qui redonne confiance à des âmes qui doivent se retrouver, je vous en remercie et vous souhaite de conserver l’énergie de le faire le plus longtemps possible. »

« Merci de nous avoir accueillies hier pour un petit déjeuner. Les différents témoignages et vos conseils m’ont été utiles et me font déjà avancer…Sincères salutations »

LE PÈRE NOËL PEUT ENCORE PASSER

miracle-on-34th-street

En pleine période des trêve des confiseurs, il semble impossible, et même impensable, qu’un manipulateur, ou une manipulatrice, digne de ce nom – j’entends pas « digne de ce nom » celle ou celui dont l’objectif est de posséder l’autre et de détruire – mette un terme à ces agissements.
Il semblerait même que la période des fêtes, avec Noël en point d’orgue, exerce chez les personnalités toxiques l’effet d’un accélérateur. Comment mieux nuire, mieux faire mal, mieux mettre à terre, mieux abîmer ? Priver la personne devenue victime de tout contact avec ses enfants, de toute capacité matérielle ou financière, de tout lien… L’isoler, un peu plus encore, en l’ignorant ou en s’en moquant, en la méprisant ouvertement… Grand nombre de victimes disent avoir reçu un tel « cadeau » au moment des fêtes (sans oublier les périodes d’anniversaire, qui elles aussi ont un impact affectif important). Pas d’enfant, pas de moyens de parler avec eux, pas de possibilité de les câliner, de les gâter, de passer un moment de joie simple.
La période des fêtes exacerbe la colère, le besoin d’écraser, de faire mal, de nuire, d’ignorer. Et la douleur ressentie est d’autant plus violente que les émotions sont poussées à leur extrême. Refuser à un parent de lui répondre, refuser qu’il puisse communiquer avec ses enfants, c’est le nier en tant que parent, et plus encore lorsque tout est fait pour rappeler que ces quelques jours sont jours de joie, de partage, de retrouvailles, de sourires…

J’ai reçu ces derniers jours un nombre de demandes d’aide, de soutien et d’accompagnement particulièrement important. Avec, toujours, en ligne directrice, la souffrance émanant de l’impossibilité de voir, de toucher, de communiquer avec ses enfants. Et je ne parle pas que d’enfants petits. Je parle d’enfants, quel que soit leur âge. Le parent toxique les éloigne et les manipule. Et le parent victime de cette toxicité a peu de moyens de se défendre. « Mais c’est Noël ! »… Oui, c’est Noël…mais la convention de divorce attribue cette période, cette semaine, au père (à la mère). S’il ne veut pas que vous les voyez, vous ne pouvez rien faire… »
S’il est désormais classique de lire dans des jugements de divorce que le jour de la fête des mère sera chez la mère et de même pour la fête des pères (quel que soit le rythme de garde), répartir ainsi la fête de Noël qui n’est pas à un jour fixe de la semaine mais à date fixe semble presque inconcevable dans des cas de séparation conflictuelle.

Aussi… aussi le mieux est d’aller, en tant qu’adulte, au-delà de sa peine et de ses ressentiments. Autant que possible. Je dis bien ‘autant que possible ». Et dans la difficultés de ces cas liés à des relations toxiques, j’imagine ici ceux où le parent victime n’est pas encore privé totalement de ses enfants, où les enfants ne se sont pas totalement détournés de lui.
C’est entre autres à ce moment qu’un travail sur soi, sur l’estime de soi, sur la reconstruction, est indispensable. Vous n’avez pas eu vos enfants à Noël ? Vous n’avez pas pu leur parler ? Posez vous la question : qui en souffre le plus ? Eux, ou vous ? Quelle blessure se réveille lorsque vous êtes face au silence ?
« Je n’aurai pas mes enfants à Noël…
C’est dégueulasse de te faire ça ! »
Oui, c’est « dégueulasse ». Mais c’est ainsi. Dépenser son énergie à entretenir inconsciemment ce lien toxique en se demandant comment il est possible de vous faire ça ne fait que nourrir un peu plus la personnalité toxique, et lui donner une importance supplémentaire et néfaste dans votre vie.
Vous n’avez pas eu vos enfants à Noël ? Fêtez Noël tout de même. Si ce n’est le jour même, fêtez Noël avec eux. Ce sera le 31 décembre, le 1er janvier, le 2, le 3… Ce sera votre fête. À vous, et à eux. Ce n’est plus la date fatidique du 25 décembre qui compte. C’est ce que vous allez faire de cette fête, avec eux.

Des plus jeunes aux plus âgés, ils attendent Noël, ils attendent une fête, c’est à vous de leur offrir. Pas par vengeance, ou par dépit. Par bonheur de les voir.

Faites de ce dont vous vous sentez privé(e) pour un instant unique, à un autre instant, bien plus unique. Les enfants attendent de la magie, cette fameuse « magie de Noël ». Donnez-leur.

©Anne-Laure Buffet
annelaurebuffet@gmail.com

UN TÉMOIGNAGE SUR LE « MATRICIDE PSYCHOLOGIQUE »

Je viens d’être destinataire de votre newsletter de décembre 2014. La période de Noël est effectivement difficile à supporter pour les parents privés de leurs enfants et pour les enfants privés d’un de leurs parents. Bravo pour la création de l’espace Solidaires, ensemble.
J’ai lu avec beaucoup d’attention le nouvel article intitulé « Le matricide psychologique ».

Mon expérience d’enfant manipulée par un parent tout-puissant, dont le seul objectif était de détruire son ex-conjoint, me permet d’affirmer qu’il faut des années pour digérer les violences psychologiques subies, d’autant plus qu’elles durent longtemps, puisque les adultes proches ne les repèrent pas.
L’estime de soi en prend un coup, avec tout un cortège de peurs de l’avenir, de la folie, de reproduire sur ses enfants ce que l’on a subi.
Le chemin qui mène à la réadaptation est long à parcourir, avec des découragements, des mains tendues pour franchir les obstacles, des pas en arrière, des guides pour avancer dans la bonne direction, des oreilles attentives. Quel bonheur d’arriver au bout ! Le pardon est au bout de ce chemin. Pour moi, le pardon n’est pas l’oubli, car je n’oublierai jamais.
Notre société se doit de protéger les enfants contre les violences psychologiques, aussi invisibles soient-elles. De nombreux exemples me prouvent qu’elle ne le fait pas bien.

Sylvie Hippolyte, auteur du livre Les jeudis muets Moi, Fina, enfant du divorce.