PRÉSERVEZ NOTRE PETITE VIE DE VOTRE VIE DE COUPLE – TÉMOIGNAGE

shutterstock_54899620

Elle a 12 ans. Elle subit le divorce de ses parents. Un divorce très conflictuel. Violent.
Elle, elle demande simplement une chose : avoir le droit de vivre et d’aimer ses deux parents.

« Bonjour Je m’appelle XXX et j’ai 12 ans.
Mes parents se sont séparés il y a 3 ans. Ma famillle s’est déchirée et mes 5 frères et sœurs ont pris partie pour un de mes parents. Pour moi LE cauchemar a commencé parce que sur 6 enfants j’étais la seule à dire que je voulais voir autant mon papa que ma maman que je voulais avoir le droit d’aimer mes 2 parents sans avoir plein de reproches ….. Mes frères et sœur ma Grand mère personne ne comprenait ma position et ma souffrance.Ils ont tenté de me faire changer d’avis 5 interrogatoires où ils m’ont dit que j’allais avoir une mauvaise éducation que j’allais regretté ma décision que je trahissais mon père que je les abandonnais.
C’était si difficile qu un soir à bout de force j’ai pris une lame et je me suis entaillée l avant bras . Rien à changer pour autant je me suis confiée à la CPE du collège qui à téléphoné à mes parents et ça a été encore pire en pression plus LE temps avançait plus c’était compliqué… J’ai écrit au juge j’ai demandé à lui parler J’ai pris un avocat….mais rien ne changeait …..Bien au contraire
Je sais que du haut de mes 12 ans j’ai fait le bon choix Jaime mes parents de tout mon cœur …même si je ne comprends pas toujours leur réaction …Après ma lettre au juge J’ai été obligé d’aller chez ma grand mère qui M à reprochée pendant 15 jours ma décision disant que par ma faute mon père souffrait ….que je devais prendre un partie .. C’était si difficile qu’il y a un mois j’ai DE nouveau pris une lame et à nouveau j’ai entaillé mon avant bras …

J’ai envie DE hurler n’y a t il aucun adulte dans ce monde en capacité de protéger les enfants pour qu’ils aient le droit d’aimer leur 2 parents aucune loi qui puisse nous protéger parce qu’un enfant ne divorce jamais de ses parents pourquoi est ce si compliqué d’avoir LE droit d aimer ses 2 parents ?

Parents ne nous mêlée pas à votre séparation

Préservez notre petite vie de votre vie de couple ….

Madame Buffet j’espère qu’un jour les enfants comme moi n’auront plus à se battre pour avoir le droit d’aimer ses 2 parents s est si difficile qu’il m’est arrivée DE regretter d avoir fait ce choix d’aimer mes deux parents … »

Publicités

ÉTRANGLER POUR OBTENIR LE SILENCE

En entretiens individuels, comme lors des groupes de parole, les personnes que j’accompagne se livrent et partagent leurs expériences.

Racontant l’emprise, elles décrivent la violence psychologique, verbale, l’intention de nuire, de dénigrer, de rabaisser en permanence. Elles utilisent des mots qui leur appartiennent et sont tout autant communs à tous (toutes) : peur, anxiété, honte, culpabilité, doute, qui suis-je ? , pourquoi moi

La violence physique remonte lentement. Retenues dans leurs propos, les victimes n’osent pas dire. Elles ne s’accordent pas le droit de parler, de décrire ; elles tentent d’occulter ces scènes, ces moments de leur vie, où la raison est définitivement occultée, et où elles ont risqué de perdre le souffle. Définitivement.
Certaines évoquent leur TS (tentative de suicide), seule réponse, seule ressource qu’elles ont trouvé pour mettre fin à un quotidien destructeur, sans posséder les clés pour en sortir.

La violence physique se manifeste par les claques, les gifles, les coups. Les objets jetés au travers d’une pièce qui atteignent en pleine figure. Les bras attrapés, les corps secoués. L’obligation de se soumettre à un « désir » sexuel… et dans ce cas s’ajoute la problématique du viol conjugal, difficile à admettre pour certaines victimes, difficile à prononcer, si difficile à prouver. Hommes et femmes, tous sont concernés. La violence n’a pas de sexe, la victime non plus, comme elle n’a pas d’âge, de nationalité, ou de race.

Très souvent lorsque je reçois et entends ces victimes, une forme de violence particulière revient : l’étranglement.

– Soudain il a mis ses mains autour de mon cou ; et après je n’arrivais plus à respirer…
– Il a cherché à m’étouffer, il appuyait sur ma gorge de toutes ses forces…
– Elle m’a attrapé par le col, elle l’a serré si fort que je n’avais plus d’air
– J’ai eu des marques pendant plusieurs jours, il fallait que je me couvre le cou, et c’était en plein été…

frenzy-hitchcock-femme-etranglee-cravate

Il ne faut pas oublier, pour comprendre cette forme de violence qui semble presque, et terriblement, « classique » qu’une personnalité toxique a entre autres pour objectif de réduire sa victime au silence. Parler, s’opposer, prononcer un mot, un son, qui n’irait pas dans le sens de la personnalité toxique est directement vécu par elle comme une attaque. Son ego, son faux self, est soumis à une pression qu’elle ne supporte pas. Elle n’est plus, puisque l’opposition se manifeste.
Il lui faut faire taire cette opposition.
Il faut ramener l’autre, la victime, au silence. À l’impuissance des mots tus pour éviter toute opposition, toute réaction.
Plus la victime semble réagir plus la personnalité toxique va développer son système de violence.

Certaines, je dis bien certaines, car il est nullement question de développer ici de nouvelles angoisses ou phobies chez les victimes, mais certaines personnalités toxiques en viennent à étrangler. Pour obtenir le silence. Elles ne contrôlent plus, elles perdent pied. Leur geste n’est pas tant pour tuer que pour supprimer ce qui, elles, les tuent : la parole. En cherchant à supprimer physiquement leur victime, elles ne cherchent en fait qu’à supprimer ce qui est pour elles une agression : le langage, la communication. La raison.
La victime est déjà chosifiée par la personnalité toxique – elle ne peut donc « mourir ». Seule sa parole doit être, dans la construction de ces « bourreaux », anéantie.

 

©Anne-Laure Buffet
annelaurebuffet@gmail.com

NE PAS CONFONDRE

http://www.lexpress.fr/actualite/pervers-et-manipulateurs-pourquoi-agissent-ils-ainsi_1283401.html

Le point de vue de YvaneWiart, experte et chercheuse sur le sujet de la perversion narcissique, qui rappelle les risques de confusions et d’amalgames.

COMME UNE DROGUE

77285653_oCrédit Photo Aline Jean

La personnalité toxique agit avec celui, ou celle, qu’elle séduit, comme une drogue. Une drogue « dure », pour autant qu’on puisse différencier certaines drogues en dures ou en douces.

Elle est séduisante ; elle attire, car elle fait rêver. Elle fait croire plus de forces, plus de capacités, plus de détente, plus d’imagination. Elle emmène dans un autre monde plein de promesses. De belles promesses. De fausses promesses. De promesses cruelles, destructrices. Mortelles.

Lorsque le drogué, sa proie donc, veut s’en défaire, il a besoin d’aide. Il a besoin de parler. Il souffre. Il est en manque, habitué à une autre souffrance, celle qu’il connaît chaque fois que les effets de la drogue s’éloigne. Il se recroqueville, il se cogne, il s’affole. Il culpabilise, d’avoir cédé, et d’avoir tant de mal à s’en défaire. Il voudrait du mal à tous ceux qui lui en ont fourni. Il se voudrait du mal de ne pas avoir été assez fort pour résister.
Il n’ose pas en parler ; puis il ouvre les vannes de sa souffrance, et la parole ne s’arrête plus. Mais il ne sait comment faire, quel chemin prendre pour s’en sortir, et s’en sortir « vivant ».

Il doit reconstruire une vie, abîmée, ruinée, démantelée, lentement mais sûrement, par tout ce qu’il a dû mettre en oeuvre pour pouvoir se procurer cette drogue.

Il peut connaître des périodes de rechute. Se sentant seul dans son combat, à nouveau attiré même s’il connaît les risques et les dangers, il n’arrive pas à faire autrement. Il replonge et peut replonger plus bas.

Sa famille, ses amis s’éloignent. Ils ne le comprennent plus. Ils tendent une main, mais cette main n’est pas accueillie. Certains restent et s’y épuisent. Les autres se lassent, ou fuient pour ne pas être broyés eux aussi dans cette machine infernale.

La drogue ne s’en prend pas aux plus faibles, aux plus pauvres, aux plus démunis, aux plus « idiots ». Chacun peut sombrer.
Il n’y a pas de malin…

Avec les personnalités toxiques, il en est de même. La victime se retrouve en état de dépendance, et même si elle sent que cette dépendance peut lui être fatale, elle n’arrive ni à s’en défaire, ni à se la pardonner, ni à ne pas culpabiliser.
Elle souffre et la souffrance est tant morale que physique.
Mais ne sachant pas de quoi demain sera fait, elle a peur, peur de ne plus être sous emprise. Peur du combat à mener, de la douleur qu’il provoque. Peur du regard des autres.

La victime rendue malade par la personnalité toxique doit mener un combat. Un combat dans lequelle elle ne joue pas à armes égales.

N.B. : La comparaison entre la drogue et les PN, ou autres personnalités toxiques, s’arrête là. Il s’agit essentiellement de parler non pas de l’origine du mal, mais de ses conséquences.

©Anne-Laure Buffet
associationcvp@gmail.com