LA JUSTICE – RENCONTRE ET DÉBAT – 2 NOVEMBRE 2016

Cette année l’association CVP propose, en plus des groupes de discussion du samedi, des petits déjeuners – matinées, le mercredi, de 9h à 12h, sur des thèmes qui n’ont pas encore été abordés et qui sont liés directement à la violence psychologique et ses conséquences pour les victimes.
Ces petits déjeuners seront l’occasion d’une rencontre avec un professionnel, d’un échange sur le thème proposé, et d’un débat entre les participants.

LE MERCREDI 2 NOVEMBRE LE THÈME PROPOSÉ EST : LA JUSTICE 
La violence psychologique peut-elle être démontrée en justice ? 
Quand s’adresser à elle ? Comment se déroule une procédure ? Que peut-on demander ? Quelles sont les principales juridictions ? Quelles sont les responsabilités d’un avocat, d’un magistrat, d’un procureur ? Comment faire appel ?
La violence psychologique peut-elle être démontrée en justice ?
Ce petit déjeuner se fera en présence d’un avocat fin de répondre aux diverses questions.


Informations et inscription : associationcvp@gmail.com ou annelaurebuffet@gmail.com


Anne-Laure Buffet – Présidente de l’association CVP – Contre la Violence Psychologique

UN MOIS DE JANVIER 2016 ET DE NOUVELLES RENCONTRES À VENIR

L’année 2015 touche à sa fin. Pour certains, elle fut lourde de procédures, de nouvelles difficultés, de violences diverses, de tristesses et d’angoisses. Pour d’autres ce fut l’année de la prise de conscience, de la compréhension, du passage à l’acte, du changement, de la séparation. Pour d’autres encore, les combats qui ne cessent jamais, qui semblent sans fin, et sans justice, sans reconnaissance, sans changement.
Pour tous, c’est une année de plus qui se termine, et une autre qui va bientôt commencer, avec son lot de nouveaux espoirs, de nouvelles énergies, de nouvelles craintes aussi.
Une nouvelle année au cours de laquelle CVP va essayer de vous accompagner au mieux, sachant qu’il n’est pas possible malheureusement de répondre à toutes vos demandes d’aides et de soutiens.

Dès le mois de janvier, divers rendez-vous sont proposés :

  • Les 8, 15 et 26 janvier, des débats animés par Anne-Laure Buffet sur la maltraitante familiale et maternelle sont prévus au cinéma le St André des Arts, après la projection du film Sous la peau, réalisé par Katia Scarton-Kim et Nadia Jandeau. Le film est un huis-clos entre 5 soeurs, victimes de maltraitance maternelle, se retrouvant pour l’anniversaire de leur mère, anniversaire qui va donner lieu à un drame.
    La projection du film est à 13h, et les débats suivront le film.
  • Le samedi 9 janvier, un groupe de discussion autour du thème « L’enfant et l’aliénation parentale » se réunit à Boulogne Billancourt à 15h. Informations et inscription : associationcvp@gmail.com. N’hésitez pas si vous souhaitez nous rejoindre à vous inscrire rapidement, le groupe étant presque au complet. 
  • Le mardi 19 janvier, une formation est proposée sur le thème : Confiance en soi – Estime de soi – Amour de soi, à Boulogne Billancourt, de 14h à 18h. Informations et inscription : associationcvp@gmail.com. (Attention, la même formation est prévue le 12 janvier mais est déjà complète et fermée aux inscriptions)
  • Le mercredi 27 janvier, une rencontre petit-déjeuner sur le thème « Oser parler » est prévue de 9h à 11h à Boulogne Billancourt. Informations et inscription : associationcvp@gmail.com

Enfin, la sortie du livre de Anne-Laure Buffet,  « Victimes de violences psychologiques – de la résistance à la reconstruction » est prévue le 14 janvier 2016, aux éditions le Passeur.

Elles sont épuisées, dans l’incompréhension, détruites. Ombres d’elles-mêmes, partagées entre la culpabilité, la honte, la peur, le doute, elles sont convaincues de n’être plus rien, de n’avoir jamais été qui que ce soit. Elles disent avoir perdu l’espoir, le courage et la foi. « Elles », ce sont les victimes de violences psychologiques. Enfants, adultes, conjoint(e)s, les victimes n’ont ni âge, ni sexe. Trop souvent, la violence psychologique demeure incomprise, voire réfutée, et la
plupart des auteurs s’interrogent sur les pervers narcissiques en occultant leurs victimes. Dans ce livre, Anne-Laure Buffet leur donne la parole. Elle expose les processus conduisant à devenir une proie et propose un questionnaire inédit pour repérer l’emprise d’une personnalité toxique. Elle montre, à l’aide d’exemples cliniques concrets, les lourdes conséquences psychiques induites par la violence. Enfin, elle offre des clefs pour aider les victimes à se reconstruire et vivre pleinement.
cache_51825568
Nous vous souhaitons une bonne fin 2015 à tous, beaucoup de forces et de nouvelles énergies, de partages et de nouvelles rencontres.

Anne-Laure Buffet – Présidente de CVP – Contre la Violence Psychologique

L’ASSOCIATION CVP A DEUX ANS

10294478_10152419810359932_2191841927051574617_n

L’association CVP – Contre la Violence Psychologique a deux ans aujourd’hui.
Elle existe pour vous et surtout grâce à vous, à votre confiance, à vos soutiens, à vos présences de plus en plus nombreuses.
A vos demandes, vos témoignages, vos expériences partagées.
Elle se veut toujours plus près de vous, dans l’écoute, dans la présence également.
Cette troisième année débute avec de nouveaux projets de rencontres, en province, des conférences et des débats qui s’organisent pour vous et avec vous.

Parce que combattre la violence psychologique est une guerre quotidienne, parce que la reconstruction personnelle ne cesse jamais, parce que le travail de deuil nécessite un accompagnement individuel, parce que le manque d’informations, de formations, de moyens, de compréhensions des tiers, des professionnels, de la justice est encore bien loin d’être réel et dans le sens de l’aide aux victimes, nous allons continuer, chaque jour et un peu plus, à vous proposer des informations ici, des rencontres, et un soutien.

Encore un grand merci à vous tous, qui lui donnez une vraie raison d’exister, chaque jour.

Anne-Laure Buffet

ANNA – COURT MÉTRAGE CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES

ANNA

Réalisé à l’initiative de la MIPROF (Mission interministérielle pour la protection des femmes contre les violences et la lutte contre la traite des êtres humains) en 2013 par Johanna Bedeau et Laurent Benaïm, avec Aurélia Petit et Marc Citti , ce court-métrage, d’une durée totale de 15 minutes, se découpe en 3 parties illustrant successivement :

– les mécanismes de la violence ;
– le repérage ;
– la prise en charge des femmes victimes de violences.

ANNA MIPROF

SE PRÉSENTER EN JUSTICE – FORMATION

10294478_10152419810359932_2191841927051574617_n

Une victime de violences psychologiques a un lourd combat à mener, face à un être particulièrement procédurier, et qui s’engage dans ce qui devient une guerre avec un plaisir machiavélique.
Vite désarmée, apeurée, ne connaissant que peu ses droits, ne sachant ni que dire, ni que faire, ni comment préparer ses enfants et les protéger, la victime se retrouve vite à terre.

Comment se préparer ? Que dire ? Quels argumets, quelle posture avoir ? En quoi consistent les diverses expertises possible, la médiation, l’AEMO…

Cette formation qui se déroulera à Boulogne le 10 novembre de 14h à 18h est destinée à vous apporter des réponses, à vous préparer psychologiquement, à vous aider à construire un dossier, afin de faire reculer vos craintes et vous armer au mieux devant la justice.

INFORMATIONS ET INSCRIPTION : associationcvp@gmail.com

ET SUR FACEBOOK : CVP – FORMATION

QUELQUES NOUVELLES DE L’ASSOCIATION CVP

Hier se réunissait un groupe de discussion dont le sujet était : La victime face aux tiers – Le risque de la double peine. Merci à celles et ceux qui étaient présents pour leur confiance.
Merci surtout pour leur témoignages, faits à la fois de beaucoup d’émotions et de sincérité.
Face au constat commun, à savoir l’impossibilité d’être entendu(e) et compris(e), donc le sentiment de rejet constant et de mise à l’écart, une réflexion s’impose : avant d’essayer ou d’espérer être entendu(e) par qui que ce soit, il faut déjà se croire soi-même. Admettre cet état de victime dans lequel les comportements toxiques et la violence psychologique ont plongé. Accepter d’être en souffrance et accepter de chasser tant la culpabilité que la honte.
Si la reconnaissance par les tiers est indispensable car elle permet la réhabilitation et la reconnaissance de soi, une victime ne peut pas l’attendre de tous ceux qu’elle rencontre.
Si l’écoute et la compréhension ne viennent pas, le sentiment d’injustice perdure.
Il vaut mieux un interlocuteur, un seul… et quel qu’il soit, que risquer de se perdre à raconter son vécu, son passé douloureux, au risque de ne pas avoir de retour et d’aide. C’est à ce moment, au moment où le silence ou la défiance s’installent, que la double peine est la plus douloureuse.

Un autre constat : il n’est pas certain que l’écoute des professionnels soit satisfaisante. Hier, deux personnes présentes en faisaient le douloureux constat : l’absence de compréhension, et de ce fait la négation de la violence réelle et à venir, renforcent encore la souffrance, le mutisme, le sentiment de ne pas être, la volonté de s’effacer, voir de disparaître.
S’il est urgent de demander plus de formations pour les professionnels (magistrats, avocats, forces de police, personnel soignant…), il est nécessaire aussi de ne pas en attendre plus que ce que l’absence de formation permet : le doute face aux souffrances des victimes de violence psychologique. Mais il est encore plus difficile d’entendre, de la part d’un professionnel : « Si c’est si violent, pourquoi ne pas être parti(e) avant…? ».

Lors du groupe nous avons eu un témoignage très fort ; celui d’un adulte, enfant d’un parent toxique, interdit de repères, interdit de construction, interdit d’être. Un témoignage incisif sur sa vie, son parcours, les conséquences de cette violence et la descente aux enfers. Un témoignage dont il reste ceci, entre autres : « Mais je l’aime. C’est mon père. Je sais ce que j’ai vécu, mais je l’aime ».
Aimer ne veut pas dire accepter, ne veut pas dire pardonner. Aimer est encore un autre sentiment. Et l’on ne peut interdire à un enfant d’aimer son parent, d’autant plus quand il est conscient de qui est vraiment son parent.

Je souhaite partager avec vous ces mots reçus ce matin par une des participantes au groupe :

« Connaissez-vous ces paroles de Simone Weil qui, depuis plusieurs décennies, m’ont accompagnée ? Je pense qu’elles pourraient aider aussi beaucoup des personnes qui étaient chez vous hier après-midi.

« La sensibilité de l’innocent est comme du crime sensible. Le vrai crime n’est pas sensible. L’innocent qui souffre sait la vérité sur son bourreau, le bourreau ne la sait pas. Le mal que l’innocent sent en lui-même est dans son bourreau, mais il n’y est pas sensible. L’innocent ne peut connaître le mal que comme souffrance. Ce qui, dans le criminel, n’est pas sensible, c’est le crime. Ce qui, dans l’innocent, n’est pas sensible, c’est l’innocence.
(…) La pureté est absolument invulnérable en tant que pureté, en ce sens que nulle violence ne la rend moins pure. Mais elle est éminemment vulnérable en ce sens que toute atteinte du mal la fait souffrir, que tout péché qui la touche devient en elle souffrance. »
Simone Weil, La Pesanteur et la Grâce, Paris, Ed. Plon, 1948, pages 77 et 79. »

 

DATES À VENIR : 

Le 17 mai je suis invitée pour une conférence – débat ayant pour thème les violences psychologiques, et la rage narcissique, et le moment où « tout bascule ».
Cette conférence est organisée par Dominique Vibrac. Elle aura lieu au Baromaîtres, 24 rue Nicolaï, 75012 Paris, à 19h. Les inscriptions sont à faire auprès de Dominique Vibrac, au 06 08 64 18 10.

Le 21 mai, une journée consacrée aux violences psychologiques est organisée à Orléans.
J’animerai le matin (10h – 12h30) une conférence consacrée aux violences psychologiques, suivie l’après-midi d’un débat dont le thème est : les conséquences de la violence psychologique sur les enfants.
Réservation par mail à : conferencecvp@gmail.com
Tarifs :
Pour la journée entière : 10 €
Pour la conférence : 5 €
Pour le débat : 7 €

Le 27 mai, un après midi de formation est proposé à Boulogne Billancourt, de 14h à 18h.
Thème : Confiance en soi, estime de soi, amour de soi… Comment les retrouver, comment les ancrer ?
Cette formation se déroule en deux temps : un débat autour de la confiance en soi, de 14h à 15h30, puis des exercices pratiques, mises en situation, et partages, de 16h à 18h.
Informations et inscriptions auprès de : annelaurebuffet@gmail.com

Le 30 mai un groupe de discussion s réunit autour du sujet : Harcèlement au travail et burn out.
Ce groupe sera co animé par Michel Goussu, victime de harcèlement au travail, ayant connu le burn out, et qui out fait par de son expérience dans une auto fiction : Le poisson pourrit par la tête, aux éditions du Castor Astral.

Enfin, le 6 juin, un groupe de discussion se réunira.
Nous reprendrons les thèmes de cette année en partageant les expériences et témoignages de chacun, les constats, les évolutions des uns et des autres face à cette violence.

FORMATION : CONFIANCE EN SOI, ESTIME DE SOI, AMOUR DE SOI, 27 MAI 2015

Que ce soit issu de l’éducation reçue ou encore la conséquence d’une relation toxique, la confiance en soi peut être très fortement mise à mal, et de ce fait devenir un frein voir un empêchement tant à la réflexion qu’à l’action.
À l’issue de toute relation toxique, un travail de reconstruction, de « réparation », est indispensable afin de permettre à toute personne en souffrance de se retrouver, parfois de se trouver tout simplement, de faire connaissance avec elle-même, et pouvoir faire des choix et mener des actions librement et en accord avec ses propres valeurs.

La formation « Confiance en soi, estime de soi, amour de soi » a pour objectif de permettre aux participants de retrouver une synergie qui leur est propre et leur appartient, de redonner un sens à chaque action ou pensée, de générer de nouvelles motivations, de s’affranchir de croyances néfastes et de messages contraignants, reçus comme des entraves permanentes.
C’est apprendre à être, à faire et à penser.

Aussi, travailler sa confiance, c’est travailler sur soi 

  • Prendre conscience de ses atouts et les valoriser
  • Comprendre et accepter ses valeurs.
  • Reconnaître ses qualités.
  • Identifier ses limites et désamorcer ses barrières pour se faire confiance dans l’action.

 C’est aussi connaître et apprécier ses objectifs pour gagner en confiance et en efficacité 

  • Se fixer des objectifs atteignables et en mesurer la faisabilité avec objectivité. Savoir avancer par étapes.
  • Se faire confiance dans ses missions au quotidien et Envisager avec succès des situations difficiles / inhabituelles.
  • Oser accepter les challenges en dépassant ses freins pour rentrer dans l’action avec dynamisme, positiver, aller de l’avant…
  • Faire face aux échecs et savoir rebondir.

 C’est enfin identifier sa relation à l’autre et l’améliorer 

  • Accepter le regard des autres et faire face aux comportements qui perturbent (agressivité, passivité…).
  • Savoir se renforcer dans sa relation aux autres et Prendre du recul face aux critiques.
  • Formuler la critique positive et constructive pour créer de nouveaux moteurs.

Il s’agit donc de se découvrir ou se redécouvrir, et de se forger des clés personnelles, permettant de lever peu à peu des doutes, et d’assumer ses responsabilités en accord avec sa personnalité.

La formation proposée le 27 mai se déroulera en deux temps : 
– 14h – 15h30 : Approches théoriques des différentes notions et partages des connaissances et motivations entre les participants
-15h30 – 15h45 : pause
-15h45 – 17h30 : Exercices pratiques et mises en situation
– 17h30 – 18h : Réflexions sur ces exercices – conclusion

La formation est animée par Anne-Laure Buffet.
Un deuxième intervenant est prévu pour le 27 mai ; les informations concernant cet intervenant seront communiquées courant mai.

Pour en savoir plus, pour vous inscrire :
associationcvp@gmail.com