SUITE AUX ATTENTATS DU 13 NOVEMBRE 2015

Suite aux dramatiques événements de vendredi dernier, le petit-déjeuner rencontre du 2 décembre change de thème. 

Nous nous retrouverons pour échanger sur les angoisses, peurs, terreurs individuelles qui naissent, se réveillent où se développent avec ces attentats. 

PETIT-DÉJEUNER RENCONTRE 

CONFIRMATION D’INSCRIPTION PETIT DÉJEUNER
(bulletin à télécharger)


Une autre date pour cette rencontre initialement prévue sur la place du nouveau compagnon sera proposée en janvier.

Merci si vous le souhaitez de confirmer votre inscription par mail : ASSOCIATIONCVP@GMAIL.COM
 
Bien cordialement, bon courage et amitiés à tous. 
Anne-Laure Buffet
Publicités

RESPIRER CONTRE LE STRESS

Gérer le stress, apprendre à gérer son stress, bien vivre, savoir-lâcher prise… autant de mots d’ordre, ou presque, qui inondent les Unes des hebdomadaires, les rayons des libraires, les conseils distribués par chacun, de façon plus ou moins bienveillante.

Respirez, méditez, soufflez, pensez à vous, prenez du temps pour vous… Oui, mais, comment ? Par quelle technique ? Si chacun peut, avec le temps, trouver la sienne, en voici une simple, reposante, qui vous permet de trouver votre rythme pour inspirer, et souffler. Bien sûr, cette technique ne guérit pas du stress, ne permet pas de le chasser définitivement. Mais en tout cas, elle permet de respirer – un peu – mieux lorsque l’angoisse monte.

Merci à Radio Contact pour ce coup de pouce bienveillant et bien utile.

CHAT ET SOURIS

viechajso

Être sous emprise a pour la victime de très nombreuses conséquences. Toutes toxiques. Perte d’estime de soi, perte de confiance en soi, isolement social, état psychique confus, anxiété et peurs incontrôlées incontrôlables, somatisations diverses, dépendance économique, sentiment de folie, culpabilité, honte… et cette liste est incomplète.
Le lavage de cerveau, ou décervelage, permanent, provoque une distorsion du raisonnement tout comme une incapacité à rationaliser. La victime devient proprement incapable de savoir ce qui est vrai de ce qui est faux.

Dit plus simplement elle vit malgré elle dans un monde parallèle. Qu’elle n’a pas choisi, de fait. Qu’elle ne connaît pas, dont elle ne comprend ni les règles, ni les intérêts, ni les enjeux, ni le fonctionnement. Elle avance dans le noir, sans guide, sans GPS, sans refuge. Sans équipements en cas d’intempéries, de séismes, de catastrophes.

Elle connaît une chose : la violence. À laquelle s’ajoute une peur permanente. Appelez cette peur angoisse, psychose, névrose, anxiété, irrationalité, …, la question n’est pas le nom qu’on lui donne. La question est ce que cela provoque. Un sentiment de malaise permanent. Un sentiment d’oppression qui va de pair avec ce malaise. Qu’elle le soit ou non, la victime devient claustrophobe. Ses repères spacio-temporels sont détruits. Amenez-là dans un espace parfaitement ouvert, sans limite, lumineux, chaleureux, elle se sent toujours enfermée. Prise au piège.

Tant que l’emprise existe, elle ne connaît qu’une pièce : celle bien étroite que le toxique a créée et construite, dans son cerveau, sa réflexion, son imagination.
La victime y tourne comme un lion en cage, puis comme une souris elle va se tenir dans un coin. Comme dans ces dessins animés pour enfants, où la pauvre souris est seule, dans le noir, collée contre un mur, tremblante, alors que la patte du chat passe déjà, griffes sorties, par ce trou qui était une survie pour l’animal traqué. Alors que cette patte se tend vers elle, prête à l’assommer pour mieux jouer avec elle avant de la tuer.

La victime n’est plus en prise avec la réalité. Elle ne le peut pas.

Ce qu’elle sait, car c’est l’évidence, c’est que son bourreau, ce chat hirsute, toute griffes dehors, ne cessera pas son jeu mortel. Ce qu’elle sait, c’est qu’elle ne peut pas se protéger. Ce qu’elle sait, c’est qu’elle est en souffrance. Ce qu’elle ne sait pas mais qu’elle guette, ce qui l’étouffe, c’est sa capacité à imaginer ce que ce chat va encore essayer et mettre en place pour l’atteindre. Sa faculté à imaginer lui interdit cependant tout espoir. Elle ne voit pas comment en sortir. Elle ne voit qu’un tunnel. Étroit. et à la sortie du tunnel, les griffes de son bourreau qui l’attendent, encore.

©Anne-Laure Buffet

UN PROFIL PARTICULIER DE MANIPULATEUR(TRICE) : L’ANXIEUX(SE)

f74071ec-8876-11e1-8700-3c3bd463b087-493x328

Il faut avant tout savoir distinguer l’anxieux(se) de l’angoissé(e), et de l’individu souffrant de trouble anxieux généralisé (TAG). Entre anxiété et angoisse, seule change l’intensité de la manifestation. L’angoisse, plus intense, va être accompagnée de troubles physiques. Ces troubles sont le reflet d’un conflit inconscient. L’attaque de panique est le point culminant de cette angoisse. Épisode aigu survenant à l’improviste, il donne l’impression que le sujet devient « fou ». L’attaque de panique peut entraîner un trouble anxieux généralisé… par peur de voir revenir cette attaque de panique. Le TAG met dans une situation d’anxiété permanente. L’entourage en subit alors les conséquences : la personne anxieuse oblige les autres à penser comme elle, à craindre les mêmes choses. Elle empêche également l’accomplissement de nombreux actes ou initiatives. Les proches et en particulier les enfants vont perdre peu à peu confiance en eux. Il y a alors manipulation indirecte ou induite : la personne souffrant de TAG ne cherche ni à nuire ni à détruire ; elle est tout simplement incapable de réagir et de raisonner différemment et transmet son angoisse à ses proches.

Pour certains, ce TAG devient presque un trait de caractère et ils seront ainsi définis.

La personne souffrant de TAG n’est pas forcément une personne déprimée ; ce peut être quelqu’un d’actif et dynamique qui va ainsi dissimuler son anxiété invalidante.

En déchargeant son anxiété sur les autres, l’anxieux(se) va induire ce sentiment chez eux. En réaction, l’entourage va à son tour devenir anxieux, ou en protection et donc en contraire, indolent.
C’est une personne que l’on ne peut rassurer, alors qu’elle est en attente et en demande de ré-assurance permanente.
Elle alerte inutilement ; c’est celui ou celle qui « crie au loup »… avec le risque qui en découle… à trop crier, le loup peut venir, sans que personne ne soit plus là pour l’accueillir…
Elle est souvent hypocondriaque. Elle instaure un climat de tension et de pessimisme. De ce fait, elle décourage les autres à l’action, elle dissuade d’agir, et s’étonne parallèlement de l’immobilisme de ses proches, qu’elle va leur reprocher. Elle va empêcher son conjoint(e) de s’épanouir en le freinant, elle sera « parent poule ».
Elle ne sait pas profiter ; elle anticipe en permanence, guettant les pièges et les risques.

Pourtant, elle n’agit que par bienveillance. Mais cette bienveillance trop portée et prégnante sur l’entourage ne fait que le contraindre et l’étouffer, l’empêchant tant à l’action qu’à la pensée libre et consciente.

LA (MAUVAISE) MADELEINE

EPSON scanner image

Tout va bien. Vous voilà débarrassé(e) de votre « PN », votre compagnon ou compagne toxique, depuis un certain temps. Vous avez pris conscience de l’emprise et de la soumission. Vous l’avez analysée. Vous avez vaincu la honte. Vous avez confiance en vous. Vous ne courbez plus l’échine.
Vous êtes un nouvel homme, une nouvelle femme.

Et vous en parlez. Vous ne vous apitoyez pas sur votre sort. Vous ne souhaitez pas être plaint(e). Vous témoignez, puis passez à autre chose.

Un soir, au cours d’un dîner, chez vous. Vous avez passé du temps à organiser ce dîner. Vous êtes fier(e) de vous, et vous pensez cette fierté méritée. Vos invités arrivent. Vous passez à table. Vous apportez pompeusement le plat préparé avec amour. On vous demande du sel. Du sel… le plat n’est pas assez salé. Vous avez raté l’assaisonnement. Vous tressaillez. Serez-vous toujours bon à rien, à ne pas même savoir préparer un plat ? Vous n’entendez pas la fin de la discussion. Vous focalisez sur votre plat. Votre soirée est gâchée.

Un après-midi, en famille. Deux d’entre eux veulent jouer aux échecs. Vous regardez le début de la partie. Et l’un dit en souriant : « Tiens, tu t’intéresses à ça, toi, maintenant ? Pourtant tu ne comprends jamais rien aux jeux… ». Et ça a toujours été ainsi. Vous n’êtes pas curieux(se). Vous n’êtes pas capable. Vous ne progresserez jamais.

En vacances, à la plage. Il fait beau, et chaud. Vous vous assoupissez quelques instants. Votre enfant revient, en pleurant. Il a reçu un coup de pelle de la part d’un autre enfant, il pleure, il a le nez qui coule, il a eu peur. Vous n’avez rien vu. Vous n’avez pas réagi. Vous vous préoccupez de consoler votre petite tête blonde. Mais le coupable déjà loin, dans le giron de ses propres parents, ne sera pas puni. Et vous vous rappelez que vous n’avez pas de caractère, que vous n’êtes bon(ne) qu’à vous taire, que vous ne savez même pas protéger vos enfants, qu’à cause de vous, ils courent des dangers. Vous vous en voulez. Votre progéniture aura droit à une double ration de glaces. Et vous, un double somnifère, pour oublier l’incident.

Tout cela est – malheureusement – très banal.
Les victimes de personnalités toxiques ont des réminiscences, longtemps après. Le fait le plus anodin, la parole la plus légère, peut réveiller chez elles des peurs, des angoisses, des traumatismes qui semblent depuis longtemps effacés ou guéris. Elles n’ont pas (que) une fragilité à fleur de peau. Elles n’ont pas (toujours) une hypersensibilité. Elles ont été éduquées ainsi. Comme les victimes de lavages de cerveau, d’attentats, comme certains cas d’hypnose exagérés par le cinéma ou les séries populaires, elles sont conditionnées, elles ont des comportements-réflexes. Elles ne peuvent pas les contrôler, même si elles ont compris ces conditionnements et en partie accepté de ne pas être responsables.

Le savoir permet non pas de s’en prémunir, mais de l’analyser lorsqu’une telle situation se produit. L’analyser retire l’affect de la situation, ne lui conservant que son aspect théorique, concret.  il n’est alors pas question de dissociation, mais de prise de recul. Il n’y a pas de honte à ressentir. Il n’y a pas non plus à se dire « Ce n’est pas ma faute ».

Pour progresser, il faut surtout penser : « C’est ainsi. Ça peut m’arriver encore. Mais ce n’est rien qu’un détail. Le reste de ma vie, l’essentiel de ma vie, c’est maintenant moi, et moi seul(e), qui la dirige. »

annelaurebuffet@gmail.com