C’EST FINI ET BIEN FINI

04-1283-fils-de-ch-meur---copie-1

« Alors là, j’ai bien compris, on ne m’y reprendra plus. »
« Terminé. C’est terminé. Plus jamais je ne tomberai dans les mains d’un monstre pareil. »
« Au moins, j’ai reçu une bonne leçon. Maintenant je vais me protéger. »

La prise de conscience d’une situation d’emprise s’accompagne, pour beaucoup, de ces affirmations. Outre la colère, la culpabilité, la victime dit avec certitude qu’elle sait. Qu’elle ne retombera jamais dans le piège d’un pervers narcissique, d’un manipulateur, d’une personnalité toxique. Elle se sent protégée et grandit. Elle se sent prête.
Certaines même annoncent avoir désormais un « radar à toxiques », se déclarant capables de les repérer à 500 mètres à la ronde.

Bien.

Mais à quoi est prête la victime d’emprise, qui en prend conscience et avance vers la reconstruction ?

Sait-elle, avant tout, ce qui a permis l’installation de cette relation toxique ? Parfois, de ces relations toxiques… Car plusieurs peuvent se succéder. Parfois dans des contextes très différents. Une victime d’un parent maltraitant peut être consciente de cette maltraitance et l’exprimer. Pour autant, c’est dans son cadre professionnel que va se nouer une nouvelle relation d’emprise. Un parent, libéré de son « monstre quotidien », ne verra cependant pas le piège se refermer sur lui, piège mis en place par son propre enfant. Un adulte se dégageant d’un couple où il serait soumis par son conjoint, ou sa conjointe, va faire preuve d’une extrême prudence. Jusqu’au jour où celui-ci ci sera plus aimable, celle-ci plus avenante.

Il n’est donc pas suffisant de comprendre le mécanisme d’emprise vécue et d’en sortir en y mettant un terme. Il n’est pas suffisant de se faire accompagner pour permettre une reconstruction. Il faut que cette reconstruction s’ancre avec des fondations solides. Et pour cela il faut très souvent aller chercher la cause première ayant permis la mise en place de la relation toxique. Il faut aller chercher la part de soi, et la part de l’autre, qui ont agi en interaction, permettant à l’un des deux interlocuteurs de devenir l’agresseur du second.

« Mais j’étais un enfant… »
Les personnes victimes de relations toxiques, même adultes, sont toujours des enfants. Il n’y a pas à culpabiliser en lisant ces mots. Il y a à se poser une question : quelle part de moi est restée enfant ? Quel enfant ai-je été ? Quel enfant étais-je pour mes parents, pour ma famille ? Quelle place m’a t’on donnée dans une histoire familiale ? Comment ai-je été construit, et par qui ?

Il est frappant de constater que toutes les victimes de personnalités toxiques ont une faille dans leur construction. Une faille qui remonte à l’enfance. N’allez pas chercher à la lecture de ces lignes des signes de mauvais traitements ou de violence. Ce n’est pas toujours le cas.
« Mes parents s’aimaient. Et m’aimaient. Je n’ai manqué de rien.Ni d’amour, ni de temps, ni de protection. »
Peut-être d’une forme de protection tout de même… les parents trop bienveillants, trop présents, faussent la vision du monde de leur enfant. Le mal n’existe pas. Il ne peut pas être. Chacun est digne de confiance. Chacun peut être bon et de bonne foi. Et puis un jour, cet enfant qui, en toute confiance, va aller vers l’autre, ne verra pas que cet autre-là est différent. Dangereux. Car il n’a pas été armé pour.

Chaque histoire appartient à celui ou celle qui la vit. Chaque histoire est particulière et mérite une attention particulière. Toutes les histoires ont un point commun : l’adulte en souffrance souffre des blessures enfantines incomprises et mal soignées, ou mal refermées, de blessures parfois très profondes, ou parfois légères comme une plume, mais qui chatouillent sans cesse, jusqu’à ce que le chatouillement devienne insupportable.

©Anne-Laure Buffet
associationcvp@gmail.com

Publicités

3 réflexions sur “C’EST FINI ET BIEN FINI

  1. «  »Mes parents s’aimaient. Et m’aimaient. Je n’ai manqué de rien.Ni d’amour, ni de temps, ni de protection. »
    Peut-être d’une forme de protection tout de même… les parents trop bienveillants, trop présents, faussent la vision du monde de leur enfant. Le mal n’existe pas. Il ne peut pas être. Chacun est digne de confiance. Chacun peut être bon et de bonne foi. Et puis un jour, cet enfant qui, en toute confiance, va aller vers l’autre, ne verra pas que cet autre-là est différent. Dangereux. Car il n’a pas été armé pour. » »

    Mon cas, tout simplement…….. une incompréhension total face à la méchanceté, que l’ on cherche sans cesse à excuser en se culpabilisant.

  2. C’est plus que vrais mais tellement difficile. Accepter sa part de responsabilité… Car il y en a toujours une mais ça ne veut pas dire que l’on est coupable ou que l’on n´a pas été victime de cette personne. Pour moi c’est redevenir acteur de sa vie en redevenant un des acteurs de son histoire.
    J’ai été victimes d’un conjoint, « on ne mis reprendra plus dans mes choix de compagnon! » Mais je n’ai pas vu un autre piège se refermer dans mon travail avec un amis en plus…
    C’est en me lançant dans une psychanalyse que j’ai commencé à comprendre. Je n’ai jamais été maltraité, j’ai eu une enfance « normal ». Mais j’ai compris que dans ma construction il y avait un « profil », notamment une sorte de dépendance affective.
    Mais c’est bien plus compliqué que ça…
    Dans ce travail sur moi, j’ai compris mes origines familiales, mes expériences, mon enfance, mon histoire… Il y a des liens et dans l’analyse tout fini pas s’expliquer et prendre un sens.
    Pas facile car pour comprendre tout cela j’ai poussé ma culpabilité très loin jusqu’à trouver ma juste responsabilité.
    Sans non-plus oublié que cet « autre » qui m’a torturer reste un monstre!
    En fait c’est comme tout il n’y a ni blanc ni noir c’est en acceptant sa part sombre que l’on peut enfin choisir sa nuance de gris…

  3. j ai été victime de harcèlement moral non pas de la part de mon conjoint mais de la part « d’amis » qui ont tres insidieusement organisé le vide autours de notre famille.j’ai mis un temps
    fou a accepter ma part de responsabilité(et non pas de culpabilité) dans ce processus.Aujourd’hui je sais que bien que tres battante et tres chaleureuse j’avais dans le fond un vrai manque d’estime de moi-même.je n’avais pas idée que l’on puisse vouloir à ce point nuire aux autres.j’étais tres naïve et pourtant j’ai grandi dans une famille loin d’être parfaite.j’ai appris petit à petit à contre manipuler et surtout à rester tres prudente dans mes relations ce qui était contraire à ma nature(raison pour laquelle je suis tombée dans le piège).Aujourd’hui je constate que les deux personnes
    qui nous ont fait le plus de mal après avoir été adulées par tout le monde font le vide autours d’elles.C’est le cas de pratiquement tous les PN.
    c’est grâce à une amie psychothérapeute qui m’a beaucoup soutenue et accompagnée que
    j’ai pu m’en sortir. Avant je ne faisait pas la différence entre responsabilité et culpabilité. maintenant je sais dire que je suis responsable de mes réactions et non pas coupable du mal que l’autre me fait.
    Merci a tous ceux qui se battent avec nous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s