LE SYNDROME DE LA FÉE CLOCHETTE

« Les fées adorent danser, voyez-vous ; et bien qu’elles oublient les pas, quand elles sont tristes, elles ont tôt fait de les retrouver quand elles redeviennent gaies. C’est la raison pour laquelle les fées ne disent jamais : « Nous nous sentons heureuses », mais : « Nous avons envie de danser ». Je suis sûr que vous avez remarqué que cela veut dire presque la même chose. La joie vous descend très facilement dans les pieds. »

Peter Pan, Sir J.-M. Barrie

fantasywire-wire-fairy-sculptures-robin-wight-26

Après le syndrome de Peter Pan, et celui de Wendy, il apparaît incontournable d’évoquer le troisième, l’inséparable, le collatéral des précédents : le syndrome de la Fée Clochette. On le doit à Sylvie Tenenbaum, thérapeute, qui a identifié une nouvelle typologie « représentative de quantité de jeunes femmes actuelles », ainsi qu’indiqué en 4eme de couverture de son livre éponyme : Le syndrome de la fée Clochette, ces femmes qui font du mal et se font mal (Le Moment éditeur).

Et elle définit ainsi ces Clochette modernes : « Aussi charmante qu’insupportable, aussi enchanteresse qu’ensorceleuse, agressive et jalouse. Aussi intelligente que manipulatrice et cruelle. »

Petit retour en arrière, sur la Clochette la plus connue, la plus populaire pour tous : celle de Walt Disney. Clochette suit partout Peter. Où qu’il aille. Quoiqu’il fasse. Elle ne dit rien, elle secoue ses ailes, elle boude, elle fait la moue, elle ne répond à ses demandes que si celles-ci lui conviennent, elle le punit, elle s’éloigne et revient. Elle se fait enfermer et se cogne entre les parois de cette lanterne qui la maintient prisonnière (la lumière serait-elle un piège ?) Elle se montre d’une jalousie féroce, elle complote, elle s’en veut – mais jamais longtemps. Elle se montre espiègle et prépare des tours pendables. Elle pleure, aussi, elle se replie sur elle-même, et elle s’éteint lorsqu’elle ne fait plus rire.

« Chaque fois qu’un enfant dit: «Je ne crois pas aux fées», il y a quelque part une petite fée qui meurt. » (J.-M. Barrie)

1c5e138705728e3442930020531585a4

 

Clochette est donc absolument insupportable. Capricieuse, orgueilleuse et colérique. Exigeante et autoritaire. Pour autant, elle est charmante, séduisante, séductrice, mutine et coquine. Et Clochette (celle du conte et non celle du syndrome) en souffre. Car elle sait que non seulement elle a besoin de Peter Pan pour exister, qu’elle ne peut vivre sans lui et sa fantaisie, mais qu’elle est tout de même condamnée à être abandonnée par le même Peter s’il lui prenait l’idée de grandir, de mûrir. Aussi, et sans en comprendre le sens ou la raison, elle alterne ses sentiments, usant de l’un ou de l’autre, tout comme elle le fait avec ses comportements. Elle agit plus par instinct et impulsion que par réflexion… sa réflexion la menant le plus souvent au calcul stratégique.

Et le corollaire est vite fait. Si elle est stratège pour ses intérêts et seuls intérêts, la voilà manipulatrice. Le cercle se referme. Peter Pan, cet enfant qui ne grandit jamais, a besoin pour se protéger de l’âge adulte de sa Clochette, de sa fée. Elle le guide et veille sur lui, et le maintient dans ce monde imaginaire sans lequel il serait perdu. Quant à Clochette, elle vit dans une relation tout autant faite de dépendance. Si Peter, cet enfant impatient qui semble par instants lui appartenir, la quitte, elle n’est plus rien. Elle disparaît.

Dans ce même monde imaginaire où l’âge adulte est un danger tout autant qu’une crainte – puisqu’il mène aux responsabilités et à la mort – Clochette se sert de ce qu’elle fait le mieux : semer sa poussière d’étoiles et permettre de voler. Elle titille et pinaille et fait des blagues, et les enfants perdus en rient, et Peter applaudit. Quant à l’ego de Clochette, il ne fait que gonfler.

Peter Pan, comme Clochette, ne vivent pas leurs émotions, ne les ressentent pas profondément, et sont même incapables de les nommer.

« Clochette n’était pas totalement mauvaise ou, plutôt, elle était totalement mauvaise à ce moment-là tandis qu’à d’autres, elle était entièrement bonne. Les fées doivent être une chose ou l’autre: elles sont si petites qu’elles ne peuvent malheureusement héberger qu’un sentiment à la fois. » Sir J.-M. Barrie

Qui seraient alors ces femmes de notre monde actuel vivant en souffrant de ce syndrome ?
Si nous ne pouvons vivre sans nous ranger dans des cases au nom prédéfini, que contient celle de la fée Clochette ? En revenant sur ces grands traits de caractère de cette fée de conte, on peut penser à des femmes perfectionnistes, ambitieuses, d’apparence à la fois distante, et séductrices. Qu’on ne peut ni ne doit ignorer, sous peine de subir leurs foudres, et non leurs étoiles, mais qui vont jeter aux yeux de celles et ceux qui les admirent cette poudre qui « fait voler ». Stratagème pour endormir. Et de là à ce qu’un petit malin roublard crée une nouvelle analogie entre cette poudre aux yeux, cette poussière d’étoiles, et une autre poudre bien plus toxique, il n’est pas loin.

Elles sont donc forcément instables, sur le plan affectif. Elles séduisent, charment, ensorcellent, mais sont perpétuellement insatisfaites, courent (ou plutôt volent) derrière un absolu et une perfection qui, comme tout absolu et toute perfection, sont toujours inatteignables.

Et si elles se perdent autant dans cette quête d’absolu, c’est bien pour ne pas penser. Ni à elles, ni à leur histoire, ni à leur passé (bien sûr douloureux et pas réglé), ni à cette peur de ne plus être aimée, de ne plus être désirée.

Elles vont apparaître (ou laisser comme souvenir) comme des femmes insensibles, tyranniques, despotiques, instables, insensibles et jalouses. Le tableau manque de charme, puisque le charme est contenu dans cette illusion qu’elles projettent mais qui demeure bien loin de leur réalité.

Et bien sûr, elles sont inconscientes de tout cela. Si elles en souffrent, elles en projettent la cause sur les autres. Sur ce Peter qu’elles ont croisé, mais qui, lui, a décidé devenir un homme. Sur cette Wendy qui a su amadouer Peter, s’en occuper, et le retenir.
Certains pourraient, par une déduction d’une rapidité extrême, les voir comme des Amazones. Sauf qu’elles ne cherchent pas l’homme pour se reproduire ou combattre, elles le quêtent pour exister, tout en le détestant d’exister lui aussi.

Bien évidemment, c’est dans leur enfance que la cause de ce comportement sera cherchée. Une enfance où l’on croisera forcément un parent « toxique », une place « à part » d’enfant mal aimé ou moins aimé, une violence psychique ou physique refoulée, un besoin de se venger pour exister, une peur de perdre et d’être abandonnée, un besoin d’exister et d’être reconnue, une dissociation du moi… et que sais-je encore.

L’apparence prime, le décor l’emporte sur la réalité. Ce culte esthétique pourrait conduire à une nouvelle comparaison : ces femmes cherchant à être remarquables et remarquées à tout prix se transformeraient peu à peu et sans s’en rendre compte en femme – objet, prête à tous les sacrifices physiques pour peu qu’ils lui apportent le sentiment d’être.

Et au-delà de tout ça demeure une profonde et inévitable colère.

Colère contre tous, colère contre elles-mêmes.

Colère qu’elles contrôlent ou croient contrôler, comme elles imaginent tout contrôler, tout gérer. Ou comme elles le souhaitent, ce qui seraient pour elles tant un moyen de s’affirmer, que de prendre cette fameuse revanche sur la vie dont elles semblent avoir tant besoin.

C’est souvent face à la solitude que la colère se développe. Le désespoir aussi,

A la fois femme – enfant (ou adolescente) car trop immature pour mettre un nom sur ses émotions, pour les appréhender et les affronter, avec un besoin cruel de s’affirmer dans des « Non » répétés à qui mieux-mieux, et à la fois femme méprisante, castratrice, qu’on pourrait dire misandre, ce sont avant tout des personnes en souffrance. Et qui ont besoin d’aide même si elles ne le disent pas ou ne le demandent pas.
Parce que leur confiance en elles est et a été entamée voir interdite. Et que leur moyen de l’exprimer ressort dans cette dépendance affective inavouée et dans cette affirmation brutale d’un moi pas construit et non consolidé.

Il n’est donc absolument ni ludique, ni facétieux ni charmant de se retrouver sous l’étiquette du syndrome de la fée Clochette. De petite fée virevoltante, les femmes ainsi qualifiées deviennent des prédatrices manipulatrices et vengeresses. En s’alliant à une Wendy, on retrouve presque la caractérologie des personnages féminins du film Les diaboliques, de Henri-Georges Clouzot.

Et le risque demeure qu’en lisant rapidement ce type de terminologie, une femme en souffrance continue de se fuir, niant la réalité, ou sombre en dépression, croyant se reconnaître et ne sachant que faire.

Peut-on en guérir ?

Pour en guérir, il faudrait avant tout que ce soit une maladie.
Or, ce n’en n’est pas une, et il faut arrêter de voir et de mettre de la maladie, du pathologique, partout. Les fées Clochette, les Wendy, les Peter Pan ne sont pas malades, ils n’ont pas de troubles psychiatriques. Ils souffrent d’un trouble du comportement, d’un défaut d’estime d soi, d’une personnalité mal construire, d’un dysfonctionnement et d’une inadéquation entre réel, réalité, et vécu.

En revanche, si la lecture inquiète, surprend, rappelle « quelque chose que je connais très bien », elle est alors un signal. Non pas d’un « Mais qu’est-ce qui ne va pas chez moi (ou chez elle) ? » mais d’un « Il existe une solution, une aide, un soutien possible et constructif ». Si une, voir des prise(s) de conscience sont nécessaires, si elles vont être difficiles car génératrices de culpabilité (en soulignant que d’autres ont pu souffrir du fait de ces comportements instables), la construction de la personnalité effective est possible.

La fée Clochette souffre d’une faille. Narcissique, affective, abandonnique… Ce n’est ni en un article ni et encore moins en restant dans la théorie qu’il est possible de la déterminer, puisque nous parlons d’individus, de personnes, d’histoires personnelles et familiales, parfois de transgénérationel. Nous parlons aussi de relations interpersonnelles, d’affect et d’émotions. La personne en souffrance, en demande d’aide – même si elle n’en est pas consciente – doit pouvoir recevoir cette aide, et qu’elle lui soit bénéfique. A elle en tout premier lieu. Il ne s’agit pas de construire un monde individualiste, égoïste, ou chacun agit dans l’indifférence la plus complète et en ne se préoccupant en rien de ce qui l’entoure.

Il s’agit de se confronter, à soi, de se mettre face à son miroir, de chercher à être entendu(e), mais aussi d’entendre.

Alors syndrome de Peter Pan, de Wendy, ou de Clochette, que faut-il en retenir ?

Nous sommes aujourd’hui confrontés, de manière assez générale, à un paradoxe. On peut presque le comparer à cette double injonction qui détruit et est une arme de la violence psychologique. Il faut aller bien – c’est obligé puisque les clés sont distribuées facilement dans un certain nombre de périodiques. Mais si vous allez bien, si vous avez du caractère, si vous vous affirmez, si vous osez dire non ainsi qu’on vous y invite ; ou si encore vous êtes une personne « gentille », empathique, bienveillante ; ou encore, si vous avez un caractère joueur, espiègle… bref, qui que vous soyez, vous risquez d’aller mal si vous ne le vivez pas encore. Vous risquez de vous effondrer si vous ne l’avez pas déjà fait. Vous voilà prévenu.

Aussi, déterminer ce type de syndromes (qui n’ont, il faut encore une fois le répéter, aucune reconnaissance médicale mais reposent sur des analogies typologiques ou comportementales), communiquer sur ces syndromes a le mérite de mettre un nom sur une situation, une relation ou un comportement. Et c’est à la fois tout l’avantage et tout le danger des lectures. Elles sont éclairantes, mais insuffisantes. Elles s’adressent à tous, mais ne résolvent pas une situation. Elles peuvent également induire un autre danger : à défaut de s’y « reconnaître » et de mettre en place une démarche active pour « s’aider, soi », elles autorisent à se concentrer sur l’autre, et de ce fait à déplacer tant le problème que la difficulté. Ce qui maintient la personne en souffrance dans sa souffrance sans lui permettre d’aider qui que ce soit d’autre, puisque ses comportements seront toujours instables, disproportionnés ou inadaptés. Ce qui parfois peut même justifier ce qui sera ressenti comme une absence de progrès, d’évolution : se concentrant uniquement sur « l’autre », la personne en demande d’aide ne fera aucun travail réel sur elle.

Elle sera alors doublement en souffrance, le vivra comme une double peine, et se bloquera dans une forme de déni : y aurait-il tout de même un avantage à ne pas parler de soi, un « profit » à ne pas avancer ? Car la découverte de soi oblige toujours à une rupture : celle avec la personne que l’on était « avant ». Et accepter cette séparation est aussi difficile que salvateur. Accepter ouvre surtout la porte à une réalité : Je n’étais pas (plus) moi, je me retrouve, et je m’aime ainsi. Je suis un(e) humain(e), et non l’étoile que l’autre doit contempler, admirer, ou tenter de décrocher.

« Les étoiles sont très jolies mais elles ne peuvent prendre part à aucune action; elles se contentent de regarder sans fin. C’est une punition qu’on leur a imposée pour quelque chose qu’elles ont fait il y a si longtemps qu’elles-mêmes ne se rappellent plus ce que c’était. »
Sir J.-M. Barrie

©Anne-Laure Buffet

 

AUCUN DIPLÔME À LA CLÉ

977928_6_34bb_ludmilla-tcherinaPhoto de Ludmilla Tcherina

Alors que les mois de février et mars ont été consacrés aux enfants en souffrance, alors que avril et mai reviennent sur l’emprise, la violence psychologique, et l’éventuel pardon, il me semble essentiel une fois de plus de dire que l’objet de CVP est de se consacrer aux victimes de violences psychologiques, et aux potentielles victimes, aux proies, en informant, en dénonçant, en tenter de prévenir et en accompagnant lors de de la (re)construction de la personne en souffrance.

Pour ma part, il n’est pas question de délivrer un diagnostic sur l’auteur des violences. Diagnostic qui ne peut être que tronqué, l’auteur desdites violences ne se présentant jamais comme auteur. S’il vient à parler, c’est bien pour se victimiser, et faire accuser l’autre. Aussi, dire : « En effet, untel ou unetelle est sans conteste un(e) manipulateur pervers narcissique » est à la fois difficile et dangereux.

Difficile, ainsi que ce vient d’être dit, car porter un diagnostic sans avoir reçu la personne « à diagnostiquer » va à l’encontre de toute déontologie. Un avis, une opinion, est possible. Les faits, paroles, actes rapportés fournissent un faisceau d’indices à partir duquel il devient possible, de considérer qu’il y a en effet violence psychologique, comportements destructeurs, intentionnels ou non. De même, il faut prendre en considération la souffrance de la personne reçue et entendue. Il faut être capable d’appréhender un état de stress post traumatique, un état d’anxiété généralisée, une dissociation, des troubles qui se développent, comme la claustrophobie, l’agoraphobie, les intentions suicidaires.

Dangereux, car le diagnostic une fois porté, celui-ci peut plonger la victime dans divers états :
– convaincue d’être victime d’un « PN » (terme trop médiatisé qui empêche tout recul), elle peut focaliser sur ce terme, justement, et ne pas arriver à effectuer pour elle le travail nécessaire de deuil et de reconstruction. Elle devient victime « par définition » et consacre sans s’en rendre compte son énergie à lutter contre le (la) PN, ou à vouloir faire entendre que l’autre est un monstre. Ce qu’elle fait essentiellement, si son psychisme ne se détache pas de « l’autre », c’est continuer de lui consacrer et son temps, et son énergie, et sa vie.
– elle peut également se mettre à chercher comment prouver que l’autre est « PN ». Comment le prouver aux yeux de son entourage, mais aussi comment le prouver devant la société et en justice. Là encore, elle se consacre à « l’autre ». Pas à elle, la victime. Elle se plonge dans un combat presque perdu d’avance en justice. S’il est vrai que devant un juge on peut aujourd’hui arguer de la violence psychologique subie, des conséquences et du traumatisme, et qu’il est même possible de prouver cette violence, il est bien plus risqué et hasardeux de vouloir montrer que « l’autre » est PN, psychopathe, fou et dangereux, et souvent tout à la fois. La justice jugera sur des faits. Sur des éléments concrets.
C’est le travail des avocats, c’est aussi celui de la victime, c’est enfin celui de celles et ceux qui accompagnent la victime, que de lui permettre d’ordonner des faits chronologiquement, de mettre en avant l’intention de nuire, de montrer la répétition de comportements destructeurs.
Et contrairement à ce que pensent de trop nombreuses victimes, c’est possible.
En outre, cette réflexion permet de se recentrer sur « soi », de s’attacher à ce qui est concret, et de se détacher de « l’autre », le bourreau.
– il ne faut pas oublier non plus que si certaines personnes peuvent dire : « je suis victime d’un PN », et le démontrer, d’autres n’en sont pas encore là dans leur parcours, n’arrivent pas encore à prendre pleinement conscience de leur vécu, à le « ressentir », ou à l’exprimer. Parfois, la mémoire occulte des faits, des moments, des périodes. C’est au thérapeute de permettre à la victime de retrouver un accès à ses émotions et à son vécu. Mais tant qu’elle ne le peut pas, la victime va considérer que « finalement ce que j’ai vécu c’est pas si grave que ça, je dois pas être vraiment victime… »

Se rattache à cela un autre élément à prendre en considération : le terme « pervers narcissique » est devenu tellement médiatisé, sur employé, commercialisé et demeure si contextuel, que se développe aujourd’hui une méfiance presque légitime face à l’utilisation de ce « présupposé ». La décision de justice ne sera pas plus lourde pour le bourreau, que le juge développe une intime condition de la perversion narcissique (ou non) de celui qui en est accusé. Et le suremploi du terme aurait même tendance à rendre les magistrats d’autant plus prudents et défiants. « Tiens, « encore » un cas de PN… ». Car aujourd’hui, ils sont pléthore…

En revanche un dossier détaché de l’affect lié, qu’on le veuille ou non, au terme de « PN », un dossier reposant sur des comportements destructeurs et sur la mise en place d’une relation fondée sur la violence psychologique, donc, de fait, une relation où il y a abus, maltraitance, dénigrement de l’individu… est entendu devant la Cour.

Mener un combat pour se faire entendre, mener un combat pour être reconnu(e) victime – ce qui est un état et non un statut, mener également un combat personnel pour sortir de cet état de victime pour faire reconnaître sa souffrance et ses conséquences, mener en somme un combat pour être validé(e) comme individu à part entière et non objet d’un autre, et réhabilité(e) dans son droit à être, est essentiel.
Mener un combat pour entendre que effectivement, l’autre est PN, est secondaire. Encore une fois, c’est continuer à lui consacrer du temps. Or, la seule personne qui compte, c’est celle en souffrance. C’est lui permettre de dire : « Je suis victime, j’ai été victime de violences ». C’est l’amener sur la voie d’une vie libérée de ces contraintes, de ces incompréhensions, de ces violences. Une vie faite de vie, et non d’inexistence.

©Anne-Laure Buffet
associationcvp@gmail.com

EUROPE 1 – LE GRAND DIRECT DE LA SANTÉ – JEUDI 20 NOVEMBRE

Sera demain en direct sur Europe 1 dans l’émission « Le grand direct de la santé », de 11h à 12h, afin de parler du trouble paranoïaque.

Si l’émission porte essentiellement sur la pathologie paranoïaque, il est aujourd’hui reconnu que les troubles divers causés par des comportements toxiques chez les victimes engendrent des comportements assimilés au trouble paranoïaque, sans pour autant que la pathologie n’existe chez les victimes.

C’est sur ce point en particulier que je serai interviewée demain, jeudi 20 novembre.

Anne-Laure Buffet
AssociationCVP – Contre la Violence Psychologique
@annelaurebuffet@gmail.com

ÉTAT DE SIDÉRATION – DÉFINITION

2591374427132

Un traumatisme psychique est un évènement qui par sa violence et sa soudaineté, entraîne un afflux d’excitation suffisant à mettre en échec les mécanismes de défense habituellement efficaces, le traumatisme produit souvent un état de sidération et entraîne à plus ou moins long terme une désorganisation dans l’économie psychique.

La sidération est un état de stupeur émotive dans lequel le sujet, figé, inerte, donne l’impression d’une perte de connaissance ou réalise un aspect catatonique par son importante rigidité, voire pseudoparkinsonien du fait des tremblements associés.

La sidération est un phénomène psychologique qui a toujours existé. Elle agit comme un arrêt du temps qui fige la personne dans une blessure psychologique traumatique, au point que les émotions semblent pratiquement absentes. La culpabilité est irrationnelle et une « sidération » qui enferment dans le silence et l’incapacité de dire l’épouvante.

La sidération est un blocage total qui protège de la souffrance en s’en distanciant.
Il arrive que le choc psychologique réactualise une blessure ancienne liée à l’enfance. De là, il est facile de faire le lien avec l’idée que certains ont un « profil de victime » qui attire l’agresseur.

La sidération est à l’origine  d’un état de stress intense qui peut durer plusieurs heures, et va se manifester par cet état de sidération anxieuse, qui n’est autre que le mécanisme de défense archaïque de camouflage dans un milieu naturel, ou d’un état d’agitation inadaptée. La verbalisation est souvent difficile, voire impossible. La victime se retrouve dans un comportement de repli sur soi avec des pleurs et de l’angoisse, pouvant aller jusqu’à des tremblements ou des vomissements.Elle souffre d’une culpabilité omniprésente, avec une impression de souillure pas toujours spontanée mais conséquente,  et un sentiment de honte.

©Anne-Laure Buffet

ATTENTION AUX APPARENCES

« Pourtant c’est un bon père… »
« Quand même, elle aime ses enfants, elle ne peut pas être monstrueuse… »

Lui, elle, le ou la MPN(manipulateur pervers narcissique), est au sens le plus commun du terme un monstre. Apparence humaine, corporelle, mais déshumanisé(e). Il, elle, est incapable d’affect. Pas avec une victime en particulier, mais de façon générale. Le sentiment amoureux, l’affection, l’attachement lui sont inconnus, comme le deuil et la tristesse. Son entourage personnel – ou professionnel – n’est qu’objet, destiné à se soumettre et à assouvir ses besoins, à le « nourrir », ou à être détruit lorsqu’il n’apporte plus satisfaction.

En tant que parent « sain », on peut se laisser tromper, être aveuglé. « Regarde ce qu’il fait pour tes enfants… » Certes, le (la) MPN peut en faire, et en faire beaucoup. Beaucoup trop, à bien y regarder. Tous ne sont pas dans l’abandon, loin de là.  Leur omniprésence empêche tout agissement, toute pensée, toute attitude en dehors de leur contrôle. Le parent « sain » attend l’accord, ou le veto, pour agir, ou pour ne rien faire. Habitués, dressés à ne jamais s’engager, à n’avoir aucune initiative, sans l’approbation de ce superviseur malhonnête et ambigu, le parent restera à attendre un verdict qui ne tardera pas à tomber. Et en tout état de cause, le verdict sera toujours cruel. Ce qui a été fait aura été mal fait, ce qui a été dit aura été mal dit, tout cela montre bien l’incapacité déjà mise en avant par le (la) MPN, et le danger couru par les enfants. Car, bien sûr, un des objectifs finaux du parfait petit manipulateur (ou manipulatrice) est d’éloigner définitivement les enfants de l’autre parent.
Certains MPN vont se servir de leur argent, d’autres de la sympathie « naturelle » qu’ils dégagent, d’autres de leur charisme… pour se montrer aux yeux de tous comme des modèles, pour forcer l’admiration, pour ne pas être sujet à la critique. Et pour pouvoir d’autant mieux se plaindre, mais surtout alerter sur les « risques » que leurs enfants subiraient à rester en présence de l’autre parent.

Ce qu’il faut voir, ce n’est pas seulement les actes. C’est aussi le pourquoi des actes, et le comment. C’est ce qu’ils sous-entendent.

Bien sûr, dans les cas de séparation de couples, il est malheureusement classique que l’enfant, les enfants, soi(en)t l’objet de chantages odieux. Chaque parent craignant de perdre l’amour de ses enfants tente, souvent inconsciemment, de conserver des liens, et le fait très maladroitement. Les enfants sont couverts de cadeaux, les limites ne sont plus données, la permissivité bat son plein… Mais le temps passant, l’équilibre revient. Et de nombreux enfants y trouvent même leur compte. Deux Noël, deux anniversaires, N’est-ce pas tout à fait légitime, pour un enfant  divisé entre son père et sa mère, que de tenter de tirer un peu bénéfice de la situation ?

1305318_10152220500776632_211429665_n

Lorsque l’un des deux parents est MPN, il en va tout autrement.

Exemple : la famille, l’entourage, les collègues, qui ne voient que l’apparence, vont juger un acte, des actes. « Elle passe sa vie à la critiquer. Pourtant, elle ne fait rien, et il est le seul à s’occuper vraiment des enfants. C’est grâce à lui qu’ils ont tout ce qu’ils ont, qu’ils partent en voyage, qu’ils font des études… »
Ça, c’est la partie immergée de l’iceberg. Mais en analysant plus profondément la situation, il faut voir non seulement ce qui est matériellement calculable (montant d’un cadeau par exemple), mais dans quel contexte il a été offert, à quelles conditions… Il faut chercher à entendre le message implicite de ce parent si généreux, message que l’on peut traduire ainsi : « Si tu veux que je t’aime, tu ne dois pas aimer l’autre. »

Un, une, MPN, ne fait rien gratuitement. Il (elle) ne donne pas. Il (elle) séduit, hypnotise et endort. Son charisme, son charme, le font passer pour un(e) saint(e). Et pendant qu’il (elle) flatte sa propre vitrine, il (elle) assène des coups, toujours plus bas, à sa victime. Dénégation de responsabilités, critiques à répétition, contrôle de tous les actes, accusations mensongères… Le (la) MPN n’ayant peur de rien, et se considérant au-dessus des lois qu’il transgresse avec plaisir, tout est bon pour nourrir son plan machiavélique.

Le parent « victime », quant à lui, à terre psychologiquement, matériellement, parfois physiquement, n’a plus les moyens de se défendre.

Enfin, le, la, MPN sait mieux que quiconque une triste vérité : se plaindre n’attire pas la compassion. Une personne triste, épuisée, fait fuir. Au contraire une personne enjouée, forte, sereine, qui parle calmement de ce qu’elle vit, même des périodes les plus difficiles, attire la sympathie. Aussi, tout en détruisant, il (elle) gardera officiellement le sourire, il (elle) tiendra toujours le même discours – inquiet pour l’enfant, mais serein dans la volonté de protéger – laissant sa victime s’enfoncer un peu plus dans la tristesse et la solitude.

Quand enfin la victime tentera de se relever, de faire constater et juger les comportements destructeurs du MPN, elle entendra : « Pourquoi ne pas t’être défendu(e) plut tôt, pourquoi n’avoir rien dit ? », ou : « Si c’est vraiment si terrible, il fallait réagir avant! », ou encore, pire encore  « Voyons, calmez-vous. C’est encore un conflit parental, et pour vos enfants, il serait temps de passer à autre chose… »

©Anne-Laure Buffet

BIPOLARITÉ ET PSYCHANALYSE

20ce25121940eb42ad89866978e3-post

– Avec toutes ces sautes d’humeur, il est forcément bipolaire…
– Il est … quoi ?
– Bipolaire. Maniaco-dépressif, si tu préfères. C’est pareil.
– Ah bon, t’es sûr ?
– Ben oui, si je te le dis…
– Et elle, elle est quoi ?
– Maniaco-dépressive.
– Ah. Donc, bipolaire ?
– Oui, à quelque chose près…
– Je croyais que c’était pareil ?
– C’est pareil. À quelque chose près…

La vulgarisation de termes médicaux désignant certaines pathologies autorise, outre leur connaissance et une meilleure approche de chaque trouble, une généralisation qui va de pair avec le droit que certains néophytes s’accordent de juger ou de qualifier leurs proches – et moins proches.
Or, seuls des professionnels sont en droit et en mesure de déterminer l’existence d’une pathologie chez un individu, et de la qualifier.

De plus, l’utilisation trop facile de certains termes entraîne des confusions. Ainsi, comme l’écrit Sarah Chiche, « On lit souvent que le trouble bipolaire est la nouvelle manière de nommer la psychose maniaco-dépressive (PMD). Pourtant, la notion de « trouble bipolaire a complètement évacué l’apport psychanalytique sur la compréhension de la manie et de la mélancolie. La psychanalyse relit la théorie de l’humeur sous l’angle libidinal et pulsionnel. »

La manie est la manifestation, pendant au moins une semaine, d’exubérance, d’euphorie, d’irritabilité extrême, compromettant le fonctionnement de la personne. L’énergie et l’activité sont en augmentation, les pensées partent dans tous les sens, la concentration diminue. La personne dort peu, ou pas, et sans ressentir de fatigue ; elle surestime ses capacités. L’optimisme et l’estime de soi sont exagérés. Elle va prendre des risques (alcool, tabac, drogue, sexe, conduites addictives et dangereuses). Elle peut devenir agressive. Dans le cas de manies graves, il peut y avoir hallucinations, idées délirantes, d’où le fait qu’on puisse penser à de la schizophrénie.

La mélancolie est en psychanalyse un état de dépression très grave. La personne ressent un état de profond désespoir, avec des pensées morbides et suicidaires, pouvant aller jusqu’au passage à l’acte. On observe une baise ou une augmentation importante de l’appétit, du sommeil, de l’intérêt en général pour des activités normales pour cette personne.

Il existe des états mixtes correspondant à la présence  sur la même période d’éléments de la série maniaque et de la série dépressive.

Pour le mélancolique, son « moi » est vide.

Dans Deuil et Mélancolie, Sigmund Freud explique que la Verstimmung (déshumeur) est liée à un rapport particulier à l’objet.

Toujours selon Sarah Chiche, « le deuil et la mélancolie sont deux réactions à la perte d’un objet d’amour ou d’un idéal, la libido se désinvestissant de l’objet perdu… Mais dans le deuil, il n’y a ni abaissement du sentiment de soi via l’autoaccusation, ni attente délirante de la punition… Le maniaque, lui, va tenter de résoudre cette ambivalence en niant la perte de l’objet. Ce que croit le maniaque, c’est qu’il peut triompher de la perte, du manque et de la mort. »

Pour plus d’informations sur la bipolarité, voir le dossier de Sciences Humaines, de mars 2013.

LE CONFLIT PARENTAL, UNE FORME DE MALTRAITANCE ?

media_xl_2065259

Dans le cadre des procédures de divorce particulièrement conflictuelles, où les parents divorcés ne parviennent plus à communiquer, les enfants peuvent devenir des victimes de ce conflit parental qui peut être qualifié de maltraitance psychologique.

Les parents désormais aveuglés par leur propre conflit, par leur propre souffrance qu’ils ne parviennent plus à maîtriser, ne sont plus en capacité de prendre la mesure de l’impact psychologique de leurs comportements sur leurs enfants.

Ils n’en n’ont souvent pas directement conscience.

Des mesures de prévention et d’information devraient être prises dès le début de la procédure de divorce et ce, dès le dépôt de la requête initiale.

Il a été démontré que ce « conflit de loyauté » dans lequel est durablement plongé l’enfant est très destructeur pour la construction de la personnalité future de l’enfant.

Pour l’enfant, ce conflit intra-psychique naît de la profonde impossibilité de choisir entre le père et la mère.

Le conflit de loyauté est un trouble majeur auquel se trouvent confrontés de nombreux enfants de parents divorcés et qui doivent constamment composer entre les désirs des parents souvent contradictoires, et entre les obligations et interdictions diverses de ces deux parents qui ne parviennent plus à s’entendre.

Ce conflit parental est une forme de violence psychologique, et devient destructeur de part la répétitivité des messages contradictoires que peut recevoir l’enfant de la part de ces deux parents.

L’enfant placé au cœur de ce conflit est bien la victime directe d’un abus de pouvoir et de contrôle des parents et c’est effectivement le caractère répété et durable qui cause préjudice à l’enfant victime.

Les enfants placés contre leur volonté au centre de ce conflit majeur, qui se perpétue et qui peut devenir de plus en plus prégnant, en ressentent alors une profonde détresse.

Les enfants confrontés à ces dissensions sont bien souvent démunis et isolés. Ils ne parviennent pas à se protéger et manifestent alors leur désarroi par des actes de violences.

La loi donne la possibilité aux enfants d’être entendus par le juge des affaires familiales sur simple demande de leur part.

Les Magistrats aujourd’hui familiarisés avec cette pratique, sont à même de pouvoir trouver des solutions à ces conflits, mais dans certains cas particulièrement complexes et eu égard au danger que peut comporter ce conflit entre parents, ils renvoient le dossier au Juge des enfants.

L’avocat de l’enfant peut alors se rendre compte du déchirement de ces enfants victimes de ce conflit au cours des auditions devant le juge aux affaires familiales.

Le jour de l’audience, l’enfant vient la plupart du temps accompagné par l’un des parents et l’avocat peut s’entretenir librement avec lui.

Il explique que pour telle et telle raison, il ne souhaite plus aller chez « papa » ou « maman ».

Puis, dans le cabinet du Juge, il présente sa situation différemment et affirme que, finalement, il veut bien garder des liens avec ce parent qu’il ne souhaitait plus voir quelques instants auparavant.

Le Juge lui demandant alors les raisons pour lesquelles il a demandé cette audition, la confusion s’instaure dans son esprit.

Ces contradictions soulignent le profond conflit psychique qui peut agiter cet enfant.

De même et dans certains cas, et alors que le juge des affaires familiales conformément à la loi indique à l’enfant que son audition fait l’objet d’un compte rendu lisible pour les avocats de ses parents, celui-ci prend conscience que ses parents vont lire ses déclarations. Il demande alors au juge des affaires familiales de retirer certains éléments de son audition.

La confusion ne peut donc que s’instaurer dans l’esprit de l’enfant, qui se rend compte que sa parole ne sera pas confidentielle.

Il faudrait donc réfléchir au maintien de ce compte-rendu écrit de l’audition.

Une prise de conscience doit se faire, et il est urgent que le législateur réfléchisse à des réformes substantielles sur tous ces points.

Quelques pistes pourraient être envisagées afin de préserver l’intégrité des enfants victimes de ces conflits d’adultes exacerbés dont il doit nécessairement être extrait.

En effet, pourquoi ne pas rendre obligatoire lors de la présentation initiale de toute requête en divorce la signature d’une charte d’engagements des deux parents à une gestion non conflictuelle des droits de leurs enfants, leur rappelant que leur enfant doit vivre et évoluer dans un climat affectif sécurisant ?

Il conviendra d’informer les parents des incidences de ce conflit de loyauté sur le devenir de leur enfant car les parents ignorent tout des incidences majeures de leur comportement.

Cette charte d’engagements mutuels signée des deux parents – leur consentement éclairé sera nécessaire – et pourrait être recueilli par le juge des affaires familiales dés l’audience de conciliation, pourrait être rédigée entre autres par des spécialistes de l’enfance et de l’adolescence, d’une manière pragmatique et éloquente.

Dans le cas où les engagements ne seraient pas respectés pendant l’instance et après le prononcé du divorce, une procédure spécifique confiée au juge des enfants et adaptée à ces conflits parentaux devra s’ouvrir, à la demande par exemple du juge aux affaires familiales, celui-ci estimant que ce conflit est préjudiciable aux enfants.

Certes, aujourd’hui, un juge aux affaires familiales peut renvoyer à son collègue juge aux affaires familiales en vue de l’ouverture d’une procédure d’assistance éducative. En effet, et à juste titre, l’enfant placé au sein de ce conflit peut être en situation de « danger » au sens de la loi (article 375 du code civil).

Toutefois, cette procédure devra être adaptée à la spécificité de ce conflit parental lié aux divorces.

Il est vrai que certains douteront de la nécessité d’alourdir les procédures alors que la justice manque de moyens aujourd’hui.

Mais l’intérêt de l’enfant doit primer contre toute considération de cette nature.

La réflexion de tous les professionnels juristes ou non juristes sur les dégâts occasionnés sur la construction de l’identité de l’enfant, placé au sein de ce conflit, doit s’effectuer dans l’urgence.

Marie-Sandrine GIRAUDET-BALESTRERI
AVOCAT AU BARREAU DE PARIS

giraudet.balestreri@free.fr