RENDONS JUSTICE À JACQUELINE SAUVAGE – PÉTITION

prog3740366

Jugée pour le meurtre de son mari Norbert Marot, qui la battait et violait leurs enfants Jacqueline Sauvage a été condamnée à 10 ans de prison ferme par la cour d’assises du Loiret. L’avocate générale n’ayant pas retenu la préméditation. Ce procès a été marqué par les témoignages bouleversants de ses filles, qui ont raconté à tour de rôle les années de violences conjugales subies par leur mère, mais aussi les viols dont elles ont été victimes. Des faits atroces qui ont poussé certaines personnes a dénoncé la sévérité du verdict.

Le témoignage de Jacqueline Sauvage

Jacqueline Sauvage a raconté cette journée devant la Cour. Le matin, elle travaille dans le bureau de sa maison. Elle déjeune ensuite avec son mari et, fatiguée à cause des cachets qu’elle prend, elle part s’allonger (elle aurait ainsi dormi cinq heures). C’est alors qu’elle est réveillée par son mari.  » Il m’a tiré par les cheveux, m’a dit va faire le manger, il m’a poussée ». Elle explique que cela l’a mise hors d’elle et qu’elle n’a pu se contrôler. Elle prend le fusil. « Il y avait toujours des cartouches. J’ai pris le fusil derrière la porte, j’ai armé« . Elle explique avoir ensuite perdu le contrôle d’elle-même et avoir fait feu sur son mari : « j »ai explosé. Je me suis rendu compte de mon geste ensuite, et  j’ai appelé le 18. Je n’étais plus moi même. Il m’avait ouvert la lèvre une nouvelle fois « .

UNE PÉTITION SOUTENANT L’APPEL DE JACQUELINE SAUVAGE, APPEL QUI AURA LIEU EN DÉCEMBRE À BLOIS, DOIT ÊTRE SIGNÉE, AFIN DE CONTRIBUER NON SEULEMENT AU SOUTIEN DE CETTE VICTIME ET DE SA FAMILLE, MAIS DE MANIÈRE PLUS GÉNÉRALE, AFIN DE CONTRIBUER À LA RECONNAISSANCE DES VIOLENCES CONJUGALES.

SIGNER LA PÉTITION

Publicités

18 MOIS DE PRISON POUR UN HARCÈLEMENT DE 6 ANS

Bruxelles: une femme condamnée à 18 mois avec sursis pour du harcèlement qui a duré 6 ans

 

Le tribunal correctionnel de Bruxelles a condamné jeudi une femme de Middelkerke âgée de 41 ans à une peine de 18 mois de prison avec sursis pour avoir harcelé un couple pendant plus de six ans. Le mari était un ancien amant de la prévenue. Les victimes ont déposé pas moins 120 plaintes contre la prévenue entre 2007 et 2012.

VOIR L’ARTICLE DE SUDINFO

LE LÉVIATHAN DE VOLONNE : VIOLENCES, DÉRIVES, DRAME FAMILIAL ET SAP

20130503_1_3_2_1_0_obj3685473_1

Cette affaire est celle d’une famille à la dérive, brisée en deux à la barre d’un tribunal. Hier, c’est « un flot de fange » qui a été déversé, comme le souligna l’avocat de la mère, Me Pierre Caviglioli. On attendait un jaillissement, on n’a eu que quelques bribes. Mais quelles bribes ! Suffisament pour être effaré par l’enfer vécu par Gaelle, notamment.

 « Qu’avez-vous fait de votre humanité ?, s’interroge Me Caviglioli. Nul ne le sait. Pas même, sans doute, son avocat, Me Laurent Villegas, qui a eu les pires difficultés à gommer l’image du « Léviathan » dépeint par les parties civiles. Un bien triste sire qui ne réussit même pas à cacher son vrai visage le temps d’un procès. Car si pendant 20 ans c’est Yvan Pelletier qui a dicté sa loi à sa famille, hier c’est son avocat qui doit user de « chut » et de gros yeux lorsqu’il le sent prêt à franchir les limites.

Voir l’article complet dans La Provence