L’INCESTE EST TOUJOURS UN CRIME

 

Le Collectif Féministe Contre le Viol lance des le 28 janvier 2014 janvier une campagne de sensibilisa- tion et de prévention grand public sur les violences sexuelles à l’encontre des enfants, campagne conçue et réalisée bénévolement par l’agence PA- RIS en australie, axée plus précisément sur le sujet encore tabou qu’est l’inceste.

L’objectif de cette campagne, déclare la Dre Emma- nuelle Piet, Présidente du Collectif Féministe contre le viol est de « sensibiliser l’ensemble des adultes (grand public mais aussi personnels de la communauté éduca- tive et de la santé) à être vigilant et attentif aux enfants, à repérer les moindres signes de mal-être afin d’être à leur écoute, de les aider et de mettre en œuvre les moyens d’assurer leur protection notamment par le recours à la loi ».

Et de contribuer « à réinscrire l’inceste dans la loi pénale, signifiant ainsi qu’un enfant ne peut jamais consentir à des actes sexuels avec un adulte.
Violences sexuelles et viol sont pénalisés et aggravés dans ce contexte mais, paradoxalement, alors qu’il s’agit d’un interdit fondamental des sociétés humaines, l’interdit de l’inceste n’est pas inscrit dans la loi » rappelle la Dre Emmanuelle Piet.

Les violences sexuelles et les viols d’enfants perpétrés par un adulte en qui ils ont confiance blessent tous les jours un grand nombre de victimes. Le sondage « Les Français face à l’inceste» réalisé en 2009 à partir de l’initiative de l’association AIVI (Association Internationale des Victimes d’Inceste) a mis en lumière que plus de deux millions de Français déclaraient avoir été victimes d’incestes (3% des Français déclarent avoir été victimes d’inceste ; 5% des femmes et 1% des hommes). Ces estimations sont très probablement encore sous-éva- luées en raison du tabou, de la honte et de la culpabilisa- tion des enfants et des adultes ayant subi ces violences.

« Les conséquences des violences sexuelles dans l’in- ceste sont génératrices de troubles de santé physiques, psychiques, d’angoisse et d’états de stress post-trau- matique complexes susceptibles d’être la cause de dé- pressions sévères, de tentatives de suicide, de difficul- tés sexuelles, de troubles du comportement alimentaire et de difficultés scolaires et de vie sociale » rappelle Dr Gilles Lazimi, coordinateur de la campagne.

« Lorsqu’ils ne sont ni dénoncés ni sanctionnés et en l’absence de prise en charge des victimes, ces viols et ces violences sexuelles, répétés et subis à la maison parfois sur de longues périodes, ont un retentissement majeur en termes de santé pour les enfants victimes et les adultes qu’ils deviendront. » déclare le Mme Marie France Casalis, responsable de la formation du CFCV.

« Ce film de 35 secondes montre la vie et la souf- france d’une petite fille emmurée dans le secret im- posé par l’agresseur. Faute d’avoir été entendue, aidée, secourue, elle ira jusqu’à tenter de se suicider. Nous avons voulu mettre en scène une émotion juste et sincère afin de bouger les lignes dans l’opinion » déclare Christophe Poisson, président de l’agence PARIS en australie.

« Ce film est conçu pour mettre un terme au silence et à l’indifférence face à la cruauté d’adultes qui ex- ploitent leurs propres enfants. L’inceste ravage et détruit des mineurs sans défense : il est temps de faire changer la honte de camp et de faire entendre à tous qu’aucun adulte n’a le droit d’utiliser sexuelle- ment un enfant. L’inscription de l’inceste dans la loi conduira à faire prendre conscience à tous qu’un en- fant ne peut jamais consentir » déclare Mme Marie France Casalis, responsable de la formation du CFCV. La campagne sera visible sur: internet dès le 21 janvier 2014 sur le site http://www.inceste- changeonslaloi.fr, sur le site du CFCV http://www.cfcv.asso.fr et sur les réseaux sociaux.

À la télevision, de nombreuses chaînes ayant acceptées de diffuser le film à partir du 28 janvier jusqu’à fin février 2014

De nombreuses chaines de télévisions ont accepté de diffuser le film à partir du 28 janvier, cette campagne sera étalée sur le mois de février 2014.

Revendications du CFCV
quant à l’inceste 2

  1. 1  Ne pas avoir à démontrer la contrainte quand un ou une mineur-e de 15 ans est agressé-e sexuellement par un majeur (actuellement, dans les situations où cette contrainte n’a pas été démontrée, selon la loi en vigueur ces faits ne constituent que des « atteintes sexuelles).
  2. 2  Réintroduction de l’inceste dans le code pénal
  3. 3  Retrait de l’autorité parentale aux parents violeurs, sans condition

    de durée.

  4. 4  Enquête systématique à la suite des plaintes pour crimes ou délits contre la personne.
  5. 5  Jugement des infractions de nature criminelle exclusivement par les Cours d’assises.
  6. 6  Suppression de la prescription des crimes contre la personne.
  7. 7  Prise en charge des soins à 100 % pour les victimes même

    quand elles sont majeures.

  8. 8  Formation des professionnels de santé à la prise en charge des psychotraumatismes.
  9. 9  Pénalisation et sanction des « acheteurs d’actes sexuels » car la prostitution est une forme extrême de violence sexuelle

 

Capture d’écran 2014-02-24 à 16.19.37

Lire la CAMPAGNE DE COMMUNICATION EN PDF : DPinceste

Publicités

2 réflexions sur “L’INCESTE EST TOUJOURS UN CRIME

  1. concernant ce sujet, j’ai des doutes par rapport à mon conjoint en ce qui concerne mes 2 enfants adoptifs..je n’ai pas honte de le formuler bien au contraire le silence doit être rompu…
    mon fils quand il avait 5 ans disait que mon mari rentrait dans sa chambre le soir..et un jour, je suis rentrée dans la chambre de mon fils et j’ai vu qu’il ouvrait d’un seul coup sa chemise et qu’il la refermait, il ouvrait et refermait plusieurs fois de suite, son buste était nu, je lui ai alors demandé mais qui t’a appris ça? et il a répondu sans hésiter: »c’est papa »…
    vers 7 ans, j’ai du consulter mon médecin pour mon fils, car il y avait du sang sur le papier quand il s’essuyait..mon médecin l’a examiné et a mentionné sur l’ordonnance qu’il avait l’anus légèrement ouvert…j’ai contacté un spécialiste, et mon fils lui a dit qu’un camarade de classe avait enfoncé son doigt ou sexe dans son anus…mon médecin m’a dit: dit il toute la vérité?
    quand j’essayais d’en parler avec mon fils, il baissait la tête et se fermait comme une huitre…le mutisme complet…
    quand à ma fille, elle prenait des douches tous les soirs, et à chaque fois qu’elle prenait sa douche, mon mari montait..un jour, jen’entendais plus de bruit, alors je suis montée et arrivée au niveau de la chambre, j’ai entendu un gros bruit, comme si chacun reprenait sa place rapidement..ça m’a fait un drôle d’effet…ce n’est pas dans mon imaginaire, j’ai réellement entendu un gros bruit..et quand je suis rentrée dans la chambre, ma fille regardait tranquillement la télé et mon mari était à côté et écrivait je crois…
    le dimanche matin, mon mari se balladait dans la cuisine avec un bermuda de pyjama ouvert..on voyait son sexe..je lui disais de se rhabiller mais il se mettait en colère..donc ma fille arrivait dans la cuisine et mon mari était tjrs là…je ne vivais pas…mais je ne pouvais rien faire…car c’était des colères noires et il me disait que c’était faux…
    mon mari avait acheté un lit une place qu’il avait installé derrière la chambre de ma fille..il voulait dormir en haut, alors que nous dormions en bas..j’ai refusé qu’il dorme là haut, alors il s’est mis dans une violente colère, et s’est fabriqué un lit dans son bureau exigu avec une planche en bois…mon mari dormait sur une planche…et il disait qu’il était dans une cellule..il a dit à son avocat que je l’ai obligé à coucher sur sa planche…incroyable …
    je ne fais que relater…vous comprendrez pourquoi j’ai des doutes par rapport à mon mari…

  2. je voulais aussi rajouter, que j’ai trouvé caché
    dans le bureau de mon mari, des sexe toys, de nombreuses boites de préservatifs, un anneau vibrateur et un masturbateur énorme…il n’utilisait pas ces sexe toys avec moi…je ne savais pas qu’il y en avait…
    il s’est aussi laissé carresser par la petite fille de 4 ans dont j’avais la responsabilité en tant qu’assistante familiale…je ne pouvais encore rien faire car il disait que c’était faux..après notre séparation, j’ai déposé une plainte au commissariat de police en mentionnant tous ces comportements douteux…
    il a aussi essayé de m’enfoncer une cannette de biere vide dans l’anus…j’ai dit STOP…il ne l’a pas refait…donc je me pose beaucoup de questions à son sujet…qui est il vraiment????

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s