LETTRE D’UN PERVERS NARCISSIQUE

Bogdan-Rata6

Dans la peau d’un pervers narcissique…
Suis-je né ainsi, ou le suis-je devenu ? Une question qui en occupe plus d’un, mais moi je me contrefiche totalement de la réponse.
Une chose est sûre, je ne re souffrirai pour rien au monde, ni pour personne et pour ça je dois maîtriser ma vie et celles des gens qui en deviennent des éléments…

Au début je n’étais qu’apprenti, mais j’ai eu des années pour m’améliorer… à l’école, avec ma famille, mes premiers flirts, au boulot… autant d’expériences qui m’ont rendu encore plus fort. Je sais comment repérer et manipuler au mieux une victime.
La légende veut que ce soit de l’instinct, mais en fait de compte c’est que du boulot… suffit de regarder sa victime, suffit de se renseigner sans en avoir l’air…

Je ne peux pas vivre seul… qui m’admirerait alors ? Je suis arrivé à l’âge où il faut se caser. Je sais maintenant comment fonctionnent les femmes et avec quel genre je pourrais le plus asseoir ma puissance.
J’ai repéré ma proie : pas trop moche, pas trop bête, avec des failles. Elle est ce que je n’ai pas. Mais je vais prouver que c’est moi qui ai raison. Je vais devenir son centre de vie. Suffit juste de lui montrer l’amour, puis de reculer, puis de ravancer, puis de reculer de nouveau… et à chaque fois pousser le bouchon de plus en plus loin, et constater qu’à chaque fois elle accepte tout. Elle appelle ça de l’amour, moi j’appelle ça de la bêtise !

Faut faire des enfants, des disciples de plus… je construis mon clan qu évidement je protège de possibles contaminations extérieures. On n’est jamais trop prudent. Je cloisonne mes relations, je pose des pièges préventifs. A mes collègues, je raconte que ma femme ne les apprécie pas… à elle, le contraire… avec ma famille, je distille l’air de rien des germes de rancoeurs contre cette pièce rapportée, et vice versa. A mes enfants je montre que c’est moi le chef.

Je suis le roi du monde. J’ai construit mes rails pour la loco que je suis, sur le parcours que j’ai décidé en tirant mes wagons qui m’appartiennent. Tout est cadré, tout est sous emprise… rien d’imprévisible n’arrivera…

Un cataclysme se produit… ma femme demande le divorce, mais pour qui se prend elle ? Oser me braver moi ! J’ai du trop lâcher la bride ces temps ci, j’ai du me ramollir à me laisser aller à qqs sentiments cotonneux. Voilà ce qui arrive quand on laisse la niaiserie prendre un peu de place. Je vais te la recadrer vite fait, et elle va rentrer dans le rang ! Je réveille tous mes pièges, je mens, je calomnie, je manipule… mais tout dans la subtilité l’air de rien, personne n’y voit rien. Je suis bon comédien, digne des Césars, voir des Oscars. J’ai réussi à renverser les rôles… je fais souffrir ma femme en privé, mais en public c’est moi la victime. Je sais que dans les périodes de conflits, de séparation, personne ne va vérifier quoique ce soit et je connais ma femme et sait qu’elle se laissera isolée, tellement elle a une propension à la culpabilité. Les rares personnes qui pourraient représenter un frein à l’accomplissement total de ma vengeance, je les marginalise.

Mais elle insiste la bougresse à ne plus plier. Je me sers des enfants pour l’atteindre plus; ça aura un double intérêt de leur forger le caractère et de leur montrer qu’il vaut mieux ne pas s’opposer à moi. Elle ne cède toujours pas… je vais lui enlever la chair de sa chair, lui faire exploser le cœur de douleurs. Elle comprendra enfin que le mieux pour elle est de redevenir ma marionnette.

Rien n’a marché, ma femme a divorcé… mais bon 1 de perdue, 1 autre victime à retrouver. Je me vengerai à vie de son affront ; je lui ai déjà piqué ses gosses, elle se souviendra de moi…

Les années ont passé, je suis devenu vieux. J’ai trouvé d’autres victimes après ma femme, mais rien n’a tenu aussi longtemps qu’elle et finalement le célibat me convient plus. Ses enfants sont retournés vers elle. Des ingrats ! Ils ont fait leur vie .Ils viennent qqs fois me voir, m’expliquant qu’au moins je pourrais être un grand père. Je n’ai pas d’influence sur eux, qu’est ce que ça m’apporterait d’être pépé ?
Après la retraite, les « amis » se sont éloignés. Je suis peut être seul, mais au moins personne pour me casser les pieds ! J’ai trouvé de nouveaux hobbys : les procédures avec mes voisins, les lettres de réclamations aux administrations, les commentaires désabusés et désagréables sur internet…

Je suis mort depuis qqs années, devenu une entité errante en attente de je ne sais quoi. Ma tombe est à l’abandon depuis un moment, plus personne ne parle de moi, ou alors rarement et en m’appelant « l’autre » d’un ton dédaigneux. Tout le contraire est arrivé à ma femme… mais bon faut le reconnaître, c’est grâce à moi quand même !

L’heure de la réincarnation est arrivée. Parait que je n’ai que 2 choix, même là l’injustice existe ! Etre bourreau ou victime… mon choix est fait, je serai 1 … »

ET APRÈS… CHASSER LA HONTE

Il est aisé de s’en vouloir et d’avoir honte de s’être laissé faire, mais gardons en mémoire que ces gens là sont des manipulateurs très habiles. Et les victimes des pervers narcissiques sont (d’après ce que j’ai lu, entendu et constaté) des gens sensibles, bons, altruistes, généreux, etc.
Aussi, réjouissons nous d’avoir été des personnes suffisement bonnes, pour être les victimes de ses gens. Cela n’enlève pas la souffrance vécue, mais il y a plus de noblesse à avoir été leur victime que d’avoir été l’un (ou l’une) d’entre eux!
Il y a des gens qui restent prisonniers de ces malades toutes leurs vies. Alors, oui, il est facile de s’en vouloir et d’avoir honte, mais félicitons nous d’avoir finalement dit stop.

Ils nous ont possédés en exploitant la honte et la culpabilité déjà plus ou moins présentes en nous. Cessons de propager leur « oeuvres » en nous en voulant, en ayant honte, etc.
Regardons nos mains au présent, il n’y a plus de chaines. Vivons intensément au présent, et nous ne prendrons plus les chaines fantomatiques du passé pour des entraves présentes.

Un commentaire reçu sur notre page Facebook : http://www.facebook.com/CombattreLeHarcelementMoralDansLaSpherePrivee?fref=ts   

LE PERVERS NARCISSIQUE PEUT-IL GUERIR ?

screaming

Il faut partir du postulat que le pervers ne se considère pas comme malade et ne se remet jamais en question. Il est donc extrêmement rare qu’il change de personnalité.

Les thérapies n’ont pas de prise sur lui. S’il accepte de s’y soumettre (pour pouvoir dire qu’il a fait « tous les efforts possibles »), il va vite considérer le thérapeute comme nul et incompétent et la thérapie comme totalement inutile. Il peut aller jusqu’à accuser le thérapeute, l’entourage… de vouloir le rendre fou. La paranoïa qui gagne alors le pervers narcissique lui fait non seulement rejeter toute aide, mais également accuser ses proches qui sont prêts à l’aider et l’accompagner. Peut-être aussi a-t-il très peur de découvrir certaines vérités désagréables, sur lui-même (le fait qu’il ne soit pas si magnifique que ce qu’il imagine).

Les spécialistes estiment qu’il devrait subir « des chocs violents et des épreuves très importantes, susceptibles, par exemple, de déstabiliser la très haute conception qu’il a de lui-même, et surtout le convaincre qu’à la longue, l’efficacité de ses mensonges et de ses tactiques s’est émoussée. C’est seulement ainsi qu’on pourrait espérer le voir, peut-être, un jour (?), évoluer favorablement. À vrai dire, cela n’arrive presque jamais. » (extrait du blog: http://profil-pervers-narcissique.blogspot.com)

Dans tous les cas, il est certain qu’un conjoint ne peut en aucun cas parvenir à faire changer un pervers narcissique, quels que soient les souffrances exprimées, les efforts consentis ou les explications données. Mais attention, car il saura en revanche parfaitement faire semblant de comprendre et de s’amender pour renforcer son pouvoir sur l’autre.