LA VICTIME FACE AUX TIERS – LE RISQUE DE LA DOUBLE PEINE

« Tu dois exagérer »
« Tu ne vivais quand même pas avec un monstre… »
« Tu devrais te prendre en main, faire quelque chose… C’est de l’histoire ancienne maintenant… »
« Arrête de ruminer… Tu nous fatigues à parler tout le temps de la même histoire… »
« L’important c’est que les enfants aillent bien ! »

Une victime de comportements toxiques sort de cette relation abîmée. Qu’elle soit enfant ou adulte, il lui manque des repères, des valeurs. Elle s’est construite avec de fausses croyances, avec des messages contraignants, et avec une interdiction de plus en plus forte de dire, de faire ou de penser. Que l’interdiction soit verbalisée ou non, il faut tenir compte du ressenti de cette victime.
De plus, la violence psychologique a entre autres particularités d’être insidieuse, sournoise, invisible aux yeux extérieurs. Elle se déroule en huis-clos, ce qui la rend encore plus violente pour la victime qui n’a rien de palpable, de concret, à présenter pour sa défense.

À l’issue d’une telle relation, la victime éprouve le besoin d’être comprise, soutenue. Et avant tout, réhabilitée. Disqualifiée en tant qu’être humain pendant des années, elle recherche entre autres à recouvrer cette part d’humanité essentielle dont elle a été privée en devenant l’objet de celui ou celle qui fut son bourreau.
Il lui est alors indispensable d’être entourée par ceux qui peuvent l’entendre.
Et indispensable également de pouvoir dire, d’en avoir la capacité, la compréhension et le champ lexical.

C’est face à ces difficultés entre autres qu’elle se retrouve, seule, à nouveau.

Permettre à une personne victime de se réapproprier son histoire, de lui donner un sens, de la rendre compréhensible et intelligible, est indispensable.
Aujourd’hui de nombreux professionnels (de la justice, du corps médical…) ne sont pas assez informés et ne savent pas recevoir la souffrance.
Parallèlement, les victimes ne savent pas ce qu’elles peuvent dire, ou taire parfois. Avant tout, elles ne savent pas se présenter… puisqu’elles ne savent plus qui elles sont.

Et, incomprises, elles sont condamnées une deuxième fois. C’est la double peine.

©Anne-Laure Buffet
annelaurebuffet@gmail.com

Publicités

3 réflexions sur “LA VICTIME FACE AUX TIERS – LE RISQUE DE LA DOUBLE PEINE

  1. « Aujourd’hui de nombreux professionnels (de la justice, du corps médical…) ne sont pas assez informés et ne savent pas recevoir la souffrance. »
    IL y a donc une paroi vitrée entre la victime et les professionnels, surtout la justice, c’est ce que j’ai dit à mon avocat : j’ai l’impression d’être agressée 2 fois !
    Je ne sais pas si elle a compris et a répondu  » on voit que vous ne connaissez pas les juges »

    Pour revenir à la phrase : pour savoir « recevoir la souffrance », il faut savoir la reconnaître, et pour la reconnaître , il faut avoir souffert….

  2. Pingback: GROUPE DE DISCUSSION : LA RECONSTRUCTION – COMPTE-RENDU | CVP – Contre la Violence Psychologique

  3. Pingback: COMPTE-RENDU DU GROUPE DE DISCUSSION DU 5 DÉCEMBRE : LA RECONSTRUCTION | ASSOCIATION CVP – Contre la Violence Psychologique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s