LE LOURD SECRET DU MANIPULATEUR PERVERS

Above_the_Horizon_by_xetobyte

Les pervers narcissiques se protègent. Ils ont en eux un secret qui ne doit surtout pas être percé à jour et encore moins divulgué. Ils ont une faiblesse, leur orgueil démesuré, un manque, l’empathie et l’affect, une faille, leur manque de construction, leur régression infantile à la moindre contrariété. Leur susceptibilité est sans limite, et comme un enfant, ils se mettront dans une colère noire  si vous leur faites le moindre reproche ; tout autant ils se plaindront si vous ne vous occupez pas d’eux comme on s’occupe d’un petit enfant. Mais là où un enfant pleurera, va taper du pied, ils useront de leur force verbale pour vous critiquer, vous blesser, vous dénigrer. Et si la forme peut être très calme, écoutez le fond. Les mots dits posèment peuvent faire de plus grands ravages que les grosses colères.

Vous vous sentirez à votre tour comme un enfant, un enfant puni, incompris. Un enfant rejeté.

Ils se nourissent de faux semblants que vous ne devez sous aucun prétexte remettre en question.

C’est pouquoi, même lorsque c’est vous qui leur parlez, c’est en fait eux qui parlent à travers vous. Les pervers narcissiques mettront toute leur énergie et leur pouvoir de suggestion pour que vous suiviez leur script. Si vous veniez à vous en écarter, ils ne vous laisseraient pas poursuivre.

En d’autre termes, vous êtes un peu leur mégaphone. Ils peuvent aussi parler pour vous. N’oubliez pas que le pervers narcissique vous chosifie. Votre présence se justifie uniquement dans la mesure où vous lui prêtez toute votre attention et lui de son côté fera tout ce qu’il faut pour que cela reste à sens unique. Que demander de plus à une relation !!!

N’oubliez pas non plus qu’ils sont prédateurs. Vous êtes des proies. Ce qu’ils cherchent et jalousent ? Vous. Ce que vous êtes. Vos qualités. Votre empathie. Votre intelligence. Votre don du pardon.

Leurs techniques pour obtenir 100% d’attention : Bloquer la communication

– Ils parlent par dessus vos paroles.

– Ils dévient du sujet que vous aviez initié.

– Ils se lancent dans des méandres pour ne pas répondre jusqu’à ce que vous perdiez le fils.

– Ils vous coupent, s’immiscent dans vos conversations avec les autres pour mettre leur grain de sel et affirment des choses à votre propos avec éclat et conviction.

– Ils quittent la pièce en plein milieu de votre explication, s’endorment – volontairement – au milieu d’une discussion, changent de sujet sans raison.

– Ils vous font comprendre que vous ne savez pas. Eux savent. Vous, vous ne savez rien du tout.

– Ils disparaissent derrière leur journal, augmentent le volume de la radio, sont tout à coup hypnotisés devant la télé ou consultent leurs messages sur leur portable ce qui les rend évidemment sourd et muet et TOTALEMENT indisponible ( pour vous uniquement !)

– Ils mettent en avant des objections puériles, hors sujet et hors de proportion avant même que vous ayez terminé d’exprimer votre propos, afin que, dans la confusion, vous abandonniez l’idée de faire passer votre message et que vous en sortiez frustré(e). Le but est que vous en tiriez une leçon ( renforcement négatif )

– Ils explosent de rage et leur furie vous fait taire. Vous essayez de les calmer et eux vous reprochent de vouloir éteindre le feu àprès l’avoir allumé.

– Si besoin, ils répètent des centaines de fois les mêmes histoires pour que leur mensonge finisse par s’imposer comme Vérité, afin d’avoir le dernier mot.

– Ils utilisent des mots savants, directifs, vous font sentir qu’en bon « parent » (et c’est valable pour tous les PN, parents, conjoints, proches…), ils font « ça » pour vous… Vous devriez être reconnaissant(e) de tous ces efforts qu’ils font pour vous ramener sur le droit chemin.

Toute relation = compétition pour un pervers narcissique qu’il(elle) doit gagner par tous les moyens. Pour le pervers narcissique, c’est vous le méchant. Il ne vous fait rien si ce n’est vous aider, et vous, vous le rabaissez…

Il (elle) s’arrange toujours pour que vous vous taisiez et que rien ne sorte. Personne ne doit savoir.  Pour autant il (elle) vous reprochera de ne pas parler, de tout garder pour vous, de le rendre « fous » par votre mutisme.

Il (elle) sélectionne ses futures victimes et les « ligotent » pour qu’elles gardent ce secret.

Son image, c’est sa survie et vous n’êtes qu’un de ses miroirs interchangeables dans lesquels il (elle) ne peut concevoir que de se voir exceptionnel(le) et magnifique !

ATTENTION : il est d’usage de dire « le » pervers narcissique. Ce qui ne veut pas dire qu’il ne peut être une femme, bien au contraire.
Dans les témoignages que je reçois chaque jour, dans les personnes que j’accompagne quotidiennement, ils (elles) sont nombreux(ses) à avoir été victime d’une femme, une femme qui a su développer toutes les stratégies de la manipulation, et de la destruction.
Conjoint, enfant, parent – ou collègue de travail – la femme sait déployer un arsenal de stratagèmes dont on se méfie difficilement. Et puis.. « c’est une femme, c’est une mère… Comment pourrait-elle se montrer cruelle, être si peu maternelle, si peu aimante ?  »
C’est le besoin de posséder puis de détruire qui prédomine dans le caractère du, de la, PN. Le sexe ne change rien. Si ce n’est la dose de maquillage.

En illustration, n’oublions pas Madame de Merteuil, Folcoche, et dans un autre registre, Demi Moore, dans Harcèlement.

©Anne-Laure Buffet
annelaurebuffet@gmail.com

Publicités

175 réflexions sur “LE LOURD SECRET DU MANIPULATEUR PERVERS

  1. C’est le portrait exact de mon mari… et j’ai mis des années à m’en rendre compte ! Merci d’avoir mis tout cela en mots, c’est précieux pour prendre conscience et pour se persuader qu’on ne rêve pas et qu’on ne fabule pas.

    • j’avais bien remarqué et je me disais souvent  » bizarre, on dirait qu’il n’a pas de sentiments, ni pour les siens (sa mère par exemple), ni même pour un animal » et plein d’autres comportements autrement bizarres , et le temps a passé, des enfants sont nés, le piège était bien tendu.
      Oui, si l’on s’en sort, on restera toujours meurtri, quelque chose s’est brisé : la confiance, et comment vivre sans la confiance ?

      • Excellente question. Comment vivre sans la confiance ? La confiance en soi, celle en les autres… La confiance en soi se reconstruit. Elle s’apprend, se redécouvre. C’est un vrai travail, mais c’est possible.
        C'(est ec que l’association CVP propose entre autres comme accompagnement.
        Lorsque la confiance en soi renait, celle en d’autres personnes, amicalement, amoureusement, professionnellement, est à nouveau possible.

    • eh oui il faut des années pour mettre des mots sur ce que l’on subit car ils sont très forts et très très manipulateurs !Pour moi après 38 ans de mariage et plus de vingt ans de conflits j’ai pris la décision de demander le divorce mais on reste meurtri!!!!!!!!!!!!!!!

    • J ai vécu deux ans avec un homme comme ça , je me suis demandée mille fois , pourquoi il as régi comme ça , j ai répétée chaque prase dans ma tête pour essayée le comprendre .
      Je me suis critiquée sans arrêt , j avais que ça dans ma tête
      Il ma traitée con , agressive dans un coup , même quand j ai lui offrir un joli cadeau. Un changement des hauts et des bas dans quell ques minutes . Toujours le même système , dans un coup il ma blesse verbalement , après il as arrêtée la conversation pour se mettre devant la télé , il as dormi dans un autre chambre ou il est parti chez lui .
      Moi je restée seule , puni , encore un week end perdu , après une conversation que per Mail ou sms , d’abord agressive , ce moi qui lui rendre dans cet état …les tripes nues ….des étouffées ….
      Ce lui qui fais tous pour moi ……….
      Ce moi qui a pété le plong ..ce moi qui est méchante
      Quell que jours après il est revenue , je t aime mon cœur , il y’a peut être un future pour nous deux ……..etc etc
      On vas se mariée …..même ça

      Ou je suis rendree dans ma maison , et j ai trouvée un lettre en disent je vais me mettre en peu dehors ….

      Il as passée ses journées avec ses …amis , j avis jamais un entrée ..
      Mes amis , à son goût vont rien
      Si j ai invitée des amis , il ma fait que du stress , en disant , moi je parts tu me casse le coules ( bien sûre dans la cuisine quand on été seule )
      Quand mes amis sont parti , il est parti aussi , et je restée encore une fois seule
      Je me suis arrêtée d invite mes,en croient ce sont nos , amis
      Son téléphone toujours sourd
      Il as menti , ailleurs il avais ses copines …..que des copines , interdit de parler , de demander …

      Il as oubliée toujours mon anniversaire , cadeau pour Noël… jamais

      Quand il ma invitée chez lui , rarement pasque il as profite de reste chez moi ,controlle ( …j avais même jamais un clé , ma maison été toujours ouvert il avais ses clés ) il as fait la cuisine , pour NOUS âpres une accrochage , il ma montrée toujours la facture de ses achates en disent , pour toi j ai fait la commission chez inter et pas chez …..qui est beaucoup moins cher,… bon appétit !
      Quand je suis sorti un après-midi avec ma copine , il m’a appelée , il as décrocher devant la nez , punition
      Comme un petit enfant , toujours fâché , c été toujours à cause de moi
      Quand je suis rendree le soir , fatiguée de mon travaille , quand il avais pas 100% sa attention , punition , dans cet car je suis aussi con ou comme une veille
      Il se plantée devant la télé , il as dormi devant la télé

      Quand j ai lui donnée 100% attention , il m’a dit on vie comme un veill couple , punition , il est parti

      Si je essayée de parler avec lui net et franc , si j ai lui demandée directement ques qui se passe ….. Il avais toujours ses étoffes ……
      Ma faute encore une fois , ce moi qui lui rendre dans en etat catastrophique , à cause de moi il se vas mettre une balle dans sa tête , et peut être je réfléchirai quand il et mort , quand il est dans la ciel avec ses parents ….
      Alors on as jamais parler des problèmes , c été interdit,, strictement

      Après chaque …menace : ..je part , je me retirer , à cause de toi , etc etc , il est revenue avec de roses , un bijoux de sa mère des lettres amoureuse , plain des idées pour me récupère .
      Quand il as senti , alors ça vas maintenant ……..notre relation est en sécurité , il as recommencée la même épisode , les mêmes épisodes beaucoup plus souvent ….plus fort …..il as commencée de criee , il as pris chaque fois en peu de ses choses , vêtement etc avec lui , pour me montre …..si tu continue comme ça , ça vas être l enfer , pas que je partirai définitifement ….mais il as gardée mes clés , il as gardée la contrôle
      Il as monté la pression …..

      Semaine dernier , il est encore parti , il as criée , il as pris ses dernières choses ,il vas se tuer ..a cause de moi
      Ça me fait toujours peur , il le sais , j ai contactée lui pour parler , il ma dit , ce fini , il ne peu plus vivre avec moi , très froid ..
      Même pas un jour plus tard il m appelée 20 fois , complètement grève , avec un voix qui tremble , il veux manger avec moi …
      Toujours pareil !

      J ai fini notre relation définitivement !
      Je ne peu plus , je suis rendree les derniers deux ans en dépression , négative , triste , malheureuse
      Je ne pas fait se que je veux
      On ne peu par parler avec les gens autour , on ne veux pas dévalorisé son copin , personne vas le comprendre ..

      J ai gardée toutes les conversation de notre mails , et à cause de ça j ai trouvée une stratégie , sa stratégie

      Ma copine m’a envoyée votre site , et quand j ai lu ce la , c été comme une bombe qui se explose ….j ai compris je ne suis pas con , bête , idiote , agressive , arrogante , je ne rendre personne dans le suicide
      Tout que j ai lue , tous ça je connais par cœur !
      Uncroiable mais vrai

      Et je sais très bien , il reste dans sa cuisine , avec ses papiers ou il as tout écrit de notre histoire , il vas boire n importe qu’à , il vas essayer de créé une autre stratégie dans ce tête , ce sûre et certain , mais moi je resterai stable , je vais recommencer ma vie , de être positiv , de rire , et quand je suis fatigué je suis fatigué , et quand je veux être avec mes animaux je reste avec mes animaux , sans m’ecusee pour ça

      Merci pour votre article !!!!!!!

      Et si vous n avez pas tous compris , ce ne pas ma langue , ça me fait quand même du bien de l écrire

    • C’est aussi le portrait de mon futur ex mari. Merci de mettre des mots sur ce que l’on a vécu. Avec le recul de un an de séparation, en instance de divorce, je peux affirmer que quotidiennement c’était du lavage de cerveau dans des gestes et des paroles journaliers. En un an, j’ai réussi à faire beaucoup plus de chemin qu’en 5 ans, lorsque j’ai pris conscience de cette emprise.
      Depuis un an, il veut encore gardé l’emprise. Il veut encore dirigé ma vie. Nous avons un enfant de 14 ans en commun qui est sous son emprise puisqu’il ne veut plus me voir. Mais avec le recul, je me dis que je n’aurais pas fait tout ce chemin, si il venait me voir régulièrement. Même si je le vis comme une amputation. Qui se croit le pouvoir d’arracher à un parent père ou mère son enfant. Je le vis très difficilement avec toutes les angoisses adhérentes, mais j’ai le sentiment enfin de me reconstruire.

  2. J’ai vécu la même chose, pas évident de le réaliser. Toutes ces petites alertes envoyées à votre cerveau par votre instinct de survie … je sais que maintenant, je ne serai plus jamais pareil, ma naïveté est partie, une partie de mon âme aussi

    • Ce n’est pas une partie de votre âme que vous avez perdu, juste quelques illusions dangereuses pour vous. Votre âme, au contraire, vous l’avez retrouvée.

      • Exactement cela! Au contact de PN (homme ou femme, j’ai connu les 2 et j’avoue que les femmes sont encore plus cruelles que les hommes!), on s’oublie totalement et lorsque l’on ouvre les yeux alors là on permet à son âme d’exister et de se déployer. Heureusement, une fois que l’on s’est fait avoir les signaux d’alarme fonctionne rapidement et dès que l’on reprend confiance en soi et que l’on écoute la petite voix en nous, on peut difficilement se faire avoir une 2ème fois….. 😉

  3. je viens d etre larguee par un pervers narcissique que je frequentais depuis 7 mois;impossible de le quitter….j etais sous son emprise;j ai compris qu il n arrivait pas a me posseder totalement d ou la rupture pour passer a une nouvelle proie;c est helas une maladie qui ne se soigne pas ;le pervers narcissique n est pas conscient de son probleme donc ne consulte jamais;c et plutot l affaire de la police;beaucoup de gens finissent par porter plainte;pour ma part quand il piquait des crises il cassait tous mes objets personnels ceux auxquels je tenais le plus,il se roulait par terre et une fois il m a jetee nue sur le pallier a 2 heures du matin;c est a ce moment la que je l ai menace de porter plainte et qu il a compris que je n etais pas une bonne proie;il m a quittee du jour au lendemain sans meme me prevenir par sms messagerie vocale ou mail;je n ai plus eu de ses nouvelles c est tout et c est tant mieux car de mon cote j etais completement anesthesiee…..ces gens la n ont aucun sentiment meme si ils disent a leur conjoint « je t aime » a longueur de journee;des qu ils sentent que leur proie s eloigne ils la zappent et passent a autre chose;je ne dis pas que je suis contente d avoir croise le chemin de ce genre d individu mais ca m a permis de me rendre compte que j etais naive et fragile a ce moment la;je crois aussi qu a partir d aujourd hui je serai capable de reperer un autre pervers narcissique si je croise son chemin ;je n y crois pas car ils ne representent que 3 % environ de la population;j ai juste pas eu de chance……

  4. C’est l’exact traitement que j’ai reçu de mes parents et de mon père plus particulièrement, ma mère n’ayant finalement fait que le mimer. Je me rends compte aujourd’hui du chemin à faire pour retrouver ma fierté et une existence digne.
    Merci à vous d’avoir mis tout cela par écrit.

  5. Je viens enfin de m’en sortir. Il est entré chez moi par effraction les voisins ont appelé la police et il le savait donc il ne m’a pas frappé. J’ai passé un an avec un pervers manipulateur démoniaque.
    Je n’ai qu’un mot à dire, attention les filles. Il est libre car il sait que c’est la fin, il lui faut donc une autre proie.
    En plus d’être pervers il est malade mental et facilement décelable. Ceci dit il recherche les femmes vulnérables, il sait choisir ses victimes. Il a profité de mon handicap et de ma vulnérabilité, je ne marchais plus. Je me suis faite opérée et me revoilà sur deux pieds. Encore dans le plâtre mais la situation a été aussitôt différente. J’allais retrouver mon autonomie et les choses devaient changer.

    Attention c’est un fou furieux du genre qui ne court pas les rues.

  6. Voilà le portrait exact de mon mari dont je partage la vie…non que dis-je, l’enfer, depuis 17 ans. J’ai simplement attendu que mes filles grandissent pour concevoir la sortie de ce tunnel.
    Je suis entrain de préparer mon départ, ma fuite, mon retour à la liberté (même si en ayant des enfants en commun, ce ne sera jamais la liberté complète), ma renaissance.

    Pour cela, je commence à en parler autour de moi de façon fréquente, et je suis surprise de constater que j’obtiens du soutien qui me fait du bien. Mon but est de ne plus dépendre de lui: Pour cela, avoir mon assise financière est un minimum. Mais j’y parviendrai.
    J’ai déjà averti mes filles de mon projet de nouvelle vie, avec elles, ET SANS LUI.

    Je ne sais si ce départ sera dans 6 mois, 1 an ou davantage, mais, en tous cas, cela mûrit sérieusement dans ma tête.

    Je VEUX quitter cet homme dont j’ai maintes fois souhaité la mort. Il n’aime pas la vie. Il ne mérite pas de la garder. Il tue le plus petit espoir de vie dans chaque être humain qu’il critique à tout va.

    J’aime la vie, les gens, le monde et je veux rire, partager, échanger, et non plus être la muette que je suis volontairement devenue pour ne lui donner aucune prise. Moi qui ai toujours été une bavarde!!!Je suis triste comme une rose fanée.

    Mais c’est fini. Je veux redevenir celle que j’étais avant de le rencontrer, et je VAIS Y ARRIVER.

    Un grand merci d’avoir mis ces mots, ces phrases si limpides que nous y lisons le déroulement de notre vie, nous les victimes de pervers narcissique.

    • je comprends tout ce que tu mentionnes…mais le plus dur dans cette histoire, c’est de partir surtout quand on a pas de travail…et le PN a l’art et la manière de vous faire croire que c’est vous qui êtes PN et que vous racontez des histoires..le PN nous fait douter en permanence et vous perdez toute confiance en vous….vous vous dites, et bien il a peut-être raison, c’est moi qui ait des problèmes…alors que c’est pas vrai…moi je suis séparée de mon mari depuis un an car son harcelement moral s’est transformé en violence physique..et j’ai eu le courage de porter plainte…il a eu 4 mois de prison avec sursis..mais maintenant je suis sans travail avec une ado de 15 ans et je me demande comment je vais m’en sortir financièrement parlant….
      merci pour votre écoute…je suis en instance de divorce et mon conjoint a eu le kulo de demander un divorce avec torts exclusifs..qu’en pensez vous?il retourne la situation comme si c’était lui la victime….qu’est ceque je peux faire?merci de m’aider

    • Je pourrais reprendre votre lettre à mon compte mots après mots.

      Je suis un homme, je me reconnais aussi parfaitement en vous, dans votre écrit, Oui ma femme aussi ne s’ aime pas et en veut même à sa mère de l’ avoir mise au monde, à son père pour les avoir abandonné. elle ne s’ en cache pas. Moi, je m’ étais fait le défi depuis le premier de lui changer la vie, peine perdue. Elle a mis 34 ans à essayer à petit feu de me détruire, elle y était presque arrivée et je vivais dans les faux semblant. Ayant un jour dépassé MON supportable en me demandant pour me ^punir^ de faire chambre à part, devant les enfants, il y a plus 3 ans, je suis entré en résistance, en rébellion. J’ ai repris contact avec ma famille, avec toutes mes connaissances de jeunesse et amis (es). j’ ai renoué avec mes anciennes passions, j’ en ai découvert d’ autres très sociales, depuis; j’ ai encore culpabilisé pour cette « liberté retrouvée » et elle me la fait cher payer. 3 années où tout à quoi je tenais a été détruit, je dirai violé aussi, jour après jour. Tout cela ne me semblait quand même pas normal, alors j’ ai enregistré, j’ ai photographié. Si j’ ai survécu à cela, mais aussi si j’ ai supporté cela, c’ est que mon caractère s’ y prêtait, j’ ai bien compris maintenant, empathie, gentillesse, …….. Sans ses « témoins » que je n’ ai à ce jour jamais voulu revoir, que peu d’ indice, ma conscience a su oublier, pardonner, excuser jour après jour. Lorsque j’ ai découvert les vidéos sur les PN après le 25 novembre, puis ce site, ça a été la délivrance. Pouvoir nommer sa maladie, un soulagement qui m’ a déculpabilisé.
      Je VEUX quitter cette femme, dans 3 mois, 6 mois…. 1 ans il n’ y a pas d’ autre issue que le divorce, je sais maintenant. J’ ai demandé à l’ avocat de bien lire tout ce qu’ il y a sur ce site, de regarder les vidéos aussi avant notre prochain RDV.
      Il y a plus d’ un an j’ avais tenter de m’ échapper par une demande de divorce, mais « j’ aimais » ma femme, et l’ avocatE n’ avait rien compris, ne me « sentait pas prêt »……… m’ avais demandé de faire des efforts, de revenir vers ma femme avec un grand bouquet de fleurs!!
      Je lui ai pourtant dit que les fleurs et autres finissaient à la poubelle ou dans les champs……..

      Si l’ on a pas vécu, on ne peut comprendre. J’ ai appris cela aussi dans mes récentes lectures. J’ ai appris que peu d’ avocats étaient formés ( informés) sur le sujet.

      Depuis plus d’ un mois, je fais presque comme je veux, je ne lui adresse plus la parole, ne l’ écoute plus. Noël et Nouvel An, l’ ai passé seul, malgré ses demandes, surtout sans elle et tant pis pour les enfants, ils sont majeurs, tant pis pour sa famille…… qui avait compris depuis longtemps.
      Même si j’ ai lu que c’ est de l’ ordre du déni, chez les PN, je lui ai dit que je savais, je lui ai dit sa maladie, bien en face et lui ai demandé de se documenter via youtube. ( mais là le fait que je sois l’ homme a peut être un avantage, je ne crains plus sa violence physique, sans y répondre ). Il semble (??) que depuis, je ne l’ intéresse plus. Pour elle tout semble bien aller, elle a bien pu s’ occuper des enfants, sans le père, pendant leurs congés, elle vaque avec dynamisme à son travail, une activité débordante et exemplaire.

      Ma société, ma passion du travail, elle a tout anéanti ou presque. Il n’ est jamais top tard pour rebondir, dit on, je n’ ai pas de chance non plus avec longue période de crise. C’ est bien ce qu’ elle disait, prédisait, plutôt; le père? un fainéant. Parti de rien…… à l’ arrivée rien…… qui pense surtout maintenant à se distraire (beaucoup de chose à rattraper pour ma part).
      Je l’ ai aussi entendu dire aux enfants sa déception……. « J’ étais redevenu comme avant »…… Le cri de son échec…….. Pourtant, si elle m’ a choisi, c’ est bien pour ce que j’ étais, avant.
      Je me sens sauvé……. mais pour l’ être vraiment il faut matérialiser la séparation.
      Là je vais perdre beaucoup car tout ce qui a été acquis pour ma part dans le couple l’a été sous la critique, la calomnie, les insultes, les mensonges. Je devais passer outre et continuer dans mon travail, ma passion, mon échappatoire.
      Il faudra passer une fois de plus par dessus son égo pour partager une dernière fois… ce qui n’ a pas été mérité.

      Vous avez écrit cela il y a plus de 6 mois, j’ espère que vous vous en sortez.

  7. C’est très intéressant, sauf que ça ne dit pas comment gérer ce type de personne. Quitter la personne est une réponse trop facile. Comment fait-on quand on doit travailler avec ce type de personne ou encore pire, quand c’est un parent?

    • couper les ponts tout « simplement ». je sais ce que je dis, a 35 ans je suis obligee en arriver a cela. sera soit moi soit eux qui s en sortiront, mais si je les laisse encore dans ma vie ( car on ne peux rien faire pour les stopper, les raisonner) je n y survivrai pas

  8. Oui, comment gérer les relations avec une personne qui répond à ce type,surtout s’il s’agit d’un parent: on peut quitter un/e compagne/gnon, mais pas une mère ou un père, qui plus est si/elle est agé/e. QUelqu’un peut répondre?
    Merci beaucoup

    • La situation ne se gère pas, Tornero, elle s’endure. Si tu restes, sois prêt à continuer à subir parce que ce trouble de la personnalité ne se soigne pas et ne se guérit pas. Si tu restes, assures-toi d’avoir un système de support fiable pour TOI puisque tu seras le système de support d’une personne qui a besoin que tout le monde la supporte (en apparence ou non) ; en général, les gens se poussent, ce qui fait qu’il ne reste plus grand monde autour. Prends GRAND soin de TOI, Tornero 🙂

    • Bonsoir,
      avez-vous eu une réponse ? Je viens de poser exactement la même question que vous sur un autre fil du site. La question de la rupture avec ses parents âgés une fois qu’on est nous-mêmes à l’âge adulte et enfin conscient d’avoir un des 2 parents PN se pose. Il faut alors renoncer au second parent, qui lui a été tout de même victime du PN… ou bien continuer à les rencontrer en se protégeant au maximum et sans pourtant faire sortir le parent victime de cette emprise, car à presque 80 ans, est-ce encore envisageable ? Ne serait-ce pas un effondrement total que de constater à 80 ans qu’on a été victime toute sa vie. ne faut-il pas préserver cette mère (en l’occurrence) et tenter autrement de lui apporter un peu de joies de temps en temps. Car même si elle est devenue complètement craintive, n’a aucune confiance en elle, vit isolée du monde extérieur d’un point de vue social, elle, contrairement à son mari PN, est capable de sentiments et donc de joies.

    • Bonsoir et pardon de ne pas vous avoir répondu plus tôt.
      Il n’y a pas de recette miracle, bien malheureusement, ni de secret ou de formule magique. Car si les personnalités toxiques sont pour beaucoup très semblables, les personnes victimes de cette relation et de sa toxicité sont toutes différentes, avec leur histoire, vécu , expérience… C’est donc au cas par cas qu’il faut s’intéresser aux victimes. Pour les enfants de PN, il est bien sûr souvent recommandé de s’en éloigner, de couper, de fuir, comme on le dit dans le cas d’une relation amoureuse. Ou professionnelle. Pour fuir encore faut-il le pouvoir. Pour diverses raisons ce n’est pas toujours possible, vous le savez, vous vous en doutez.

      Quitter un parent, c’est plus dans la pensée que dans la réalité des faits. C’est apprendre à se détacher de tous les mots, tous les actes, toutes les pensées, tous les faits. De chaque attitude, quelle qu’elle soit car même si elle n’est pas tournée directement « contre » la victime, elle aura toujours une incidence.

      C’est donc fonctionner en se structurant, en se « blindant », en se construisant un rempart mental.

      Si je peux vous aider merci de m’écrire à : associationcvp@gmail.com

      • Mon mari a un père PN. Au début de notre relation, les premières années, je ne voyais qu’un père un peu bizarre, un peu original et très anxieux me concernant. Cela passerait avec le temps… mais cela a empiré. En nous mariant, j’entrais dans sa sphère. Il a tenté de me casser, de me faire plier. Chantage, menaces, insultes… alors que j’étais enceinte et allitée. Ma BM, trop heureuse de ne plus être la seule victime, s’est engouffrée dans la brèche et a participé au lynchage. Mais heureusement cet acharnement a ouvert les yeux de mon mari. Il a compris de quoi il avait été victime durant plus de 30 ans. Nous avons compris et avons voulu prendre des distances mentales, ne plus accorder d’importance à ses propos, son comportement. Ça a marché… quelques mois. L’arrivée de ma fille nous a contraint à couper les ponts car il est devenu obsédé par elle et a voulu la faire entrer dans son système. Tantôt enjôleur, tantôt distant, il a tenté de la manipuler et de l’utiliser pour récupérer son fils. Jusqu’au jour où il est allé trop loin, prêt à la blesser volontairement psychologiquement pour atteindre son fils. Ce fut la fois de trop et nous avons coupé les ponts car une petite fille de 5 ans ne peut gérer comme un adulte la folie d’un grand- père qui donne l’apparence de l’amour mais qui ne cherche qu’à détruire l’autre dans son intégrité psychique.
        Ma BM, victime mais aussi complice, a refusé de nous comprendre. Difficile d’admettre 40 années de manipulation… mon mari continue de la voir avec mes filles, hors de portée de mon BP. Avec moi, c’est impossible. Je suis à sous yeux celle qui a brisé sa famille. Elle refuse d’admettre que mon BP l’a coupé du monde, de ses amis, de sa famille. Elle dit qu’il a simplement mauvais caractère et que notre rôle est de lui pardonner parce que c’est ainsi qu’un enfant doit se comporter avec ses parents.
        Je laisse mon mari gérer cette relation très fragile et bancale, mais j’ai.peu d’espoir sur une bonne évolution… mon BP sait que me BM continue de vois leur fils et leurs petites filles et régulièrement tente de s’immiscer par ce biais.
        Donc oui, la fuite peut paraitre lâche, mais prendre des distances mentales est pas toujours suffisant. La fuite n’est pas synonyme de lâcheté avec un PN, elle demande au contraire une force mentale et un courage extraordinaires pour se libérer d’une emprise psychologique phénoménal.
        Nous, ce fut notre fille aînée qui nous a fait comprendre. Notre rôle était de la protéger contre ce malade. Impossible de composer avec un PN sur du long terme…

  9. J’ai vécu 8 ans avec ce genre d’immonde personnage et j’ai découvert récemment qu’il menait une double vie et me trompait avec d’autres filles, dont une relation de près de 4 ans !!!
    A éviter ! J’ai perdu mon temps et surtout je lui en veux du mal qu’il m’a fait et aimerait le voir souffrir à son tour, mais il sait toujours se sortir des situations par de bonnes cabrioles de manipulation !
    Mon Dieu ! Pourquoi de telles personnes existent ? Je ne sais plus qui je suis …. 😦

  10. Je ne crois pas que les PN représentent seulement que 3% de la population Old sont partout : famille proche , relations/amis , vie professionnelle, voisins Bref partout ou il y a des êtes « humains » . La fuite est la seule solution car très souvent les autres qui les côtoient ne s en rendent pas compte, soit qu ils soient vampirises soit que le PN joue un autre rôle avec eux Celui de la sympathie, de la bonté etc Car le PN n a pas besoin de plusieurs « victimes » en meme temps Ce qui complique les choses car il peut alors vous faire passer pour fille névrosée menteuse aux tue des autres Si la fuite n est pas pu Il faut surtout se faire aider par un spécialiste de la relation avec les PN On ne peux s en sortir sans aide extérieure qui connaisse bien ce problème Si la fuite n est pas possible par ex on ne peux démissionner on ne peux quitter ses parents ( bien que si en fait ; une fois qu on est sortie de l emprise et qu on ouvert les yeux sur leur toxicité on peux couper la relation sans culpabilité ) on peux éviter les PN autant que possible en adoptant un autre comportement (plus confiant plus sure de soi plus combative) mais je crois qu on peux arriver a cela si on a pu a exprimer ce qui nous arrivait et que l on soit entendue et surtout comprise par quelqu un qui connaît les PN Mais rester en leur contact même en ayant changer soi même ou en les rencontrant de temps à autres seulement est toujours dangereux et extrêmement perturbateur et mauvais pour notre santé physique Donc se faire aider pour être comprise et ne plus culpabiliser du tout quelque soit le PN a qui on a à faire On ne peux vouloir garder le contact avec quelqu un qui nous veut du mal On ne peux vouloir être aimée et aimer quelqu un qui nous veux du mal C est contraire à la vie Nous avons des choix a faire La vie est merveilleuse Nous devons nous respecter et nous faire respecter Nous devons aimer quelqu un de respectable
    Nos antennes sont maintenant très aiguisées Nous saurons les reconnaître car il y en a beaucoup Mais ces rencontres maintenant uniquement croisées renforceront à chaque fois notre confiance et surtout notre conviction que nous sommes respectables et donc que nous devons être respectées Sinon bybye Une belle vie a toutes

  11. Suite….. Je voulais dire .: même si on ne voit que rarement un PN c est mauvais pour notre santé physique mais surtout psychique Car il est malheureusement très difficile de couper totalement la fusion psychique avec ces monstres

  12. Merci pour ce texte. Après avoir été 6 ans avec un pervers narcissique, je trouve que la plupart de ce qui est écrit le représente totalement. Même si la relation est terminée, ça laisse des traces. Je sais qu’éventuellement je serai o.k mais pour l’instant je dois apprendre à vivre avec les conséquences que cette relation destructrice a eu sur ma personne, ma joie de vivre, mon amour propre…dommage car c’est tellement moins facile à déceler et dénoncer que la violence physique.

  13. Pingback: Harcelement moral | Pearltrees

  14. Bonsoir à tous,
    Tous les témoignages que j’ai lu ici concernent les hommes,mais vous oubliez qu’il y a des femmes pervers narcissique?Car je viens de sortir de cette relation et je suis entrain de me reconstruire et je me reconnais dans vos témoignages.Mais mon combat ne pas encore terminer car j’ai des enfants avec ce diable de personne.

  15. Bonjour à vous,
    Voici donc mon histoire, une de plus et presque toujours la même. J’ai rencontré mon compagnon PN sur un site chrétien, parce que je souhaitais rencontrer des personnes partageant ma foi et mes convictions.
    Chose faite, tout collait, désir commun d’un investissement et partage religieux, d’une transparence voire d’une communion. Le rêve…
    Très vite il me présente à sa famille proche et élargit. Très vite il séduit la mienne. Du haut de mes 49 années je ne me pense pas naïve et fonds de bonheur d’un tel investissement que je prends pour de l’amour fort et gratuit.
    Quelques mois de bonheur se passent partagé entre la Haute Savoie mon pays et la campagne de haute Ardèche le sien.
    Aux premiers signes de maltraitance, je ne connais pas ce qu’est la PN, j’en ignore tout jusqu’au nom de cette pathologie.
    Je me laisse donc enfermer dans le processus de destruction. A mes premières larmes incontrôlées dues à sa violence verbale à mon égard, il me lance « je n’ai pas besoin de ça ici ». Aux premiers regards méchants, aux reproches injustifiés « tes amis ne sont que des bourgeois pourris d’argents qui ne savent même pas ce qu’est le travail et qui n’en ont rien à foutre de ta gueule » mes enfants « ils ont eu trop de fric et sont trop gâtés les miens travaillent » mon physique « de toute façon t’es pas mon genre » je suis atterrée d’un tel revirement et ne comprends plus.
    Il cesse de me prendre dans ses bras, de m’embrasser, de me parler tendrement comme au premiers jours. Il me saute plutôt dessus droit au but quand ses pulsions se réveillent.
    Alors je me remets en question, j’ai honte de vivre cette histoire, je suis seule je n’ose en parler à mes amis et ma famille. Je ne me respecte plus. Comment une grande fille comme moi se retrouve dans cette situation ?
    C’est alors que je m’interroge et fait des recherche à chaque nouvelle attaque afin de comprendre ce qui m’arrive, suis-je toujours amoureuse, est-ce de l’emprise, de la honte, je suis perdue.
    Je constate que ses anciennes compagnes l’ont toutes quitté de misère. La première, la mère de ses enfants a intenté une action pour l’obliger à résider éloigné du domicile, sa vie était en danger par des violences physiques qui se sont reproduites avec ses autres compagnes et moi même.
    Notable horticulteur sans sa contrée Lamastroise, il sait déduire ses clientes et clients au marcher, parler d’une voie douce et plaisante, se faire plaindre au quotidien auprès de sa famille et de ses relations. Il n’a pas d’ami, ne reçoit jamais.
    Quatre ans depuis notre relation, j’ai compris, j’ai travaillé jour après jours la méditation en pleine conscience, afin de me récupérer et d’apprendre à accepter cette douleur et mieux regarder cette destruction de la personne, sans me juger ni refouler tous les sentiments de dévalorisation induit par l’action du PN.
    De Nature empathique j’étais bien sûre une proie facile.
    Je ne m’en veux plus de m’être fait berner et prendre au filet.
    Plutôt intello, j’ai cru à mon aventure style Ladye Chaterley et je suis tombé sans le savoir sur Docteur Jekyll et mister Hyde.
    Je sais aujourd’hui ce qu’est un PN, comment il se nourrit et comment il n’en guérit jamais. Pour preuve dans son histoire je suis la cinquième victime au long court et je viens d’apprendre en le quittant qu’il en avait mis une autre au frais, une relation parallèle à la mienne. Classique aussi comme scénario.
    Pour conclure dans tout cela, à mesure de notre relation, la foi n’a plus été partagée, je pratiquais seule, à cette interrogation il me répondait « c’est mon chemin ça ne te regarde pas » « de toute manière je crois en Jésus Christ, alors je suis sauvé et c’est le principal » ce qui a été le point de départ de notre relation devient le point final à notre liaison.
    Aujourd’hui, je crains de retourner pour récupérer mes affaires, je n’irai pas seule, mais sa violence est redoutable tant verbale que physique, ses mensonges et calomnies sont légions.

  16. vivre avec un PN ce n’est pas facile…c’est l’enfer…et puis vous avez des doutes en vous disant…mais est il vraiment PN???j’en ai eu la confirmation par de nombreux psychologues à qui je racontais mon vécu..tous les psy m’ont dit que j’étais en danger et qu’il fallait que je parte au plus vite avec mes enfants….oui mais pour aller ou? je n’avais pas de travail..j’étais coincée..je vais vous raconter ce que j’ai vécu avec mon conjoint…par ordre chronologique:
    il a lascéré des tableaux de peinture avec un couteau car je l’avais soi disant énervé, il se mettait dans des rages folles quand il n’était pas satisfait, il pétait porte de cuisine avec son pied, il écrasait les jouets de mon fils de 8 ans avec son pied quand il ne voulait pas obéir, il jetait violemment ma fille de 10 mois sur le matelas quand elle pleurait la nuit, il disait à mon fis qu’il était nul car il avait de mauvais résultats scolaires, quand il parlait il fallait l’écouter, il suivait ses idées mais n’écoutait pas ce que nous disions, quand il n’était pas d’accord il se levait claquait la porte et restait dans son bureau toute la journée sans parler…il passait tous ses dimanches dans son garage àbricoler,pas un mot gentil pas une attention…pas de tendresse…il ne voulait rien partager…il restait toute la journée devant son PC, je passais toutes mes soirées seules..il arrivait vers minuit et il aurait fallu que je passe à l’acte sexuel sans préliminaire..il était tjrs en colère et jamais satisfait…il criait comme une furie quand j’avais oublié d’acheter du sel il disait que j’étais une incapable, quand il arrivait le soir et qu’il y avait de la vaisselle dans l’évier et bien son visage devenait haineux et il balançait violemment la vaisselle dans le lave vaisselle..il devenait fou et il nous faisait peur…ses cris de fureur nous faisaient peur..alors on changeait de pièce…on sursautait au moindre bruit…il a mis de la moutarde sur le sexe d’un enfant de 4 ans dont j’avais la responsabilité en tant qu’assistante familiale…j’étais pétrifiée et démunie…a qui le dire? il dénudait aussi les fils électriques et ne voulait pas les réparer..quand je voulais appeler un électricien, il se mettait dans une colère tellement forte que je ne pouvais rien faire..j’étais pétrifiée…je n’avais pas le droit d’être fatiguée…quand je m’asseyais il disait que j’étais une feignante et que je ne foutais rien de la journée…alors que mon corps ne réagissait plus..j’étais inerte…je ne pouvais plus rien faire chez moi..et alors il me disait…c’est pas fait? mais tu passes tes journées sur FB..alors un jour il a pris mon ordi et me l’a confisqué comme si j’étais punie..je ne pouvais pas me servir de la photocopieuse, il disait que c’était lui qui l’avait acheté avec son argent..etc;;;;l’enfer…
    maintenant, je suis séparée de lui depuis 1 an car j’ai eu lecourage de déposer plainte suite à un verre qu’il m’a brisé sur le crâne…j’ai failli mourir..c’est horrible..j’ai été traumatisée et ma fille de 15 ans aussi..il a eu 4 MOIS DE PRISON AVEC SURSIS…un conseil, ayez le courage de parler et de déposer plainte…il faut rompre le silence…c’est ce que je fais en vous racontant tout ça…

  17. quand vous commencez à vous apercevoir que vous subissez des violences psychologiques de la part de votre conjoint, réagissez rapidement en brisant le silence..contacter votre médecin contacter un psy déposer une main courante et faites parti d’une association…car le harcèlement moral peut se transformer en violence physique..ce fut mon cas..puisque j’ai eu 7 pts de suture au crâne…n’attendez pas parlez et préparer progressivement votre départ..car les PN ne changent pas….

  18. Je ne vais pas vous raconter l’histoire car ici tout est résumé question « symptômes » relationnels avec ce genre de personne… ce qui m’intéresserait de savoir, c’est comment ces gens arrivent à devenir ce qu’ils sont. Quel genre de schéma de comportement de parents ont
    -ils reçu.. ne me dites pas que les parents sont aussi des PN car il faut bien un premier cas…
    Je m’en suis sortie assez rapidement car la relation fût courte mais .. que de larmes versées et de remises en question sans aucune raison personnelle…

    • pour ma part, ds le cas de mes parents , je pense que c est deja un rejet d au moins un de leur parent. c est dur de repondre a cette question, il peut y avoir tellement de raisons differentes, mais au bout du compte ils ont adopte çe genre de schema pour s en sortir dans leur vie, une facon de masquer des souffrance au lieu de les affronter, les accepter et percevoir les choses differemment. et au lieu de se dire qu ils vont faire en sorte que le reste de leur vie sera differente, amour, bonheur, etc…. ils continuent a rechercher la tristesse et l affrontement, pour tjs se porter soit en victime, soit en heros, soit dominant qui a tjs raison. tjs ds un interet personnel. je m exprime mal. desole. mais voila ma vision de mon experience. moi je n ai jamais ete comme mes parents grace a la famille de ma meilleure amie que je connais depuis mon plus jeune age, pour autant des fois je me demande si je suis pas un peu pareil des fois, est ce que je cherche a me faire plaindre, etc…? et non, je suis une nature a ne pas ( ou plus ) supporter les gens qui se plaignent pour rien. alors moi meme je vois tjs le verre a moitie plein, je me donne les moyens d etre heureuse, car on a qu une vie. mes parents ont voulu d etre la leur et la mienne. pour la mienne ils ont reussi que partiellement, mais pour le reste les cartes sont entre mes mains. on a qu une vie, ne l a gachons pas.

      • Je suis séparée d’un PN et nous avons eu une petite fille ensemble. Ton témoignage me rassure beaucoup, même si j’ai confiance en ma fille et que je la connais elle est capable de se remettre en question. Le discours et le récit me confirme que l’on peut avoir un parent pn et être très différent. Je sais que cela reste très dur, ma fille a 8 ans et elle prend sur elle car je me tient à très longue distance de son père niveau communication et jusqu’à éviter un contact visuel. Il fallait déjà que je me sorte moi-même de l’emprise je pense y arriver aujourd’hui plus le temps passe plus je me reconstruit et ma fille peut ainsi bénéficié d’une maman équilibré qui retrouve confiance en elle. Mais je ne peut pas tout le temps être dans la fuite j’ai l’impression de l’abandonner dans la relation avec son père. Qu’elle gère d’ailleurs de manière impressionnante du haut de ses 8 ans. Elle a déjà compris tellement de chose, plus que moi j’ai l’impression à certains moments, c’est incroyable ce qu’un enfant peut avoir comme ressource… Je me demande si je ne dois pas avoir le courage d’affronter cet homme de m’impliquer pour l’accompagner. En même temps prendre le risque de « replonger » dans ces filets ne serait pas une solution non plus… Quel mots peuvent aider un enfant dans cette relation? Comment expliquer quelque chose de si compliquer? On voudrait tellement les protéger et la je me sent impuissante…

    • Si,c’est fort possible , au moins pour l’un des parents de ce PN. Je reste persuadée que mon ex-PN se comporte comme tel, pour avoir : d’une part pour avoir été abandonné par sa mère pendant son jeune âge et confié à une famille lointaine (antilles) jusqu’à l’âge de 6 ans. C’était un enfant nerveux paraît-il. Il s’est habitué à cette famille d’accueil, et d’un seul coup, le voilà rapatrié en France, et il découvre une mère inconnue, et en plus une petite soeur.
      Résultat, il a développé une haine (il le nie) envers sa mère et envers sa soeur, qu’il appelle encore aujourd’hui « mongole », c’est pour dire…
      De plus, cette mère l’a élevée ensuite dans un contexte religieux rigide, et soumis à des contraintes vestimentaires complètement hors-du temps entre-autres lubies.
      J’ai vu une photo de lui à 6 ans, en costume-cravate, bien ajusté, et ce qui m’avait choquée , c’est son regard tellement triste.
      Elle l’a également convaincue (il y a des gens comme ça, hélas) que réussir dans la vie, doit passer par l’obligation d’avoir « une vitrine et du paraître » , maison, grosse voiture, situation, belle femme, beaux enfants, enfin avoir tout de plus beau que la moyenne.
      Elle a oublié le principal : l’amour.
      Le résultat , j’en ai subi les conséquences, et ce n’est pas fini. Je peux expliquer certaines choses, mais en rien je ne peux excuser. Chacun d’entre-nous ne devient pas forcément un bourreau pour cause de jeunesse malheureuse, fort heureusement.
      La question mérite bien d’être posée, Natacha.

  19. je viens vers vous car impuisante inquiete et soucieuse face au devenir de ma fille .j ai quitte un homme bien plus que violent ,un destructeur de l ame un destructeur de ce qui est beau un destructeur de la vie de la joie de…..puffff…..je suis partie protegeant mes enfants et apres quatre annees ou je me suis tenu tranquille me soumettant a distance sans refaire ma vie j ai fait rentrer dans celle ci face a ma fille qui m en veut et me defend face a une enfant qui deteste sa mere faible et qui aime celle qui l a protege tout de meme face un Homme ….. enquete sociale, placement ….. l enfer promis est arrive…..aujourdhui et depuis peu il vient d obtenir la garde de notre fille jouant de mes faiblesses de maladie chronique ,de mes difficultes a m affirmer face a l ase qui ne me croit pas …..je me bats contre des moulins a vent face a un homme qui d apparence est sure de lui et fort de son metier et de sa famille …..ma fille est reparti labas ,elle change ,elle s auto detruit et devient froide d emotions et de sentiments de douceurs …..j ai tout de meme obtenu UNE AEMO …..mais hier encore monsieur me menace a travers cette AEMO…..comment puis je faire transparaitre le moi reel de cet homme aupres des juges et des educateurs qui refusent de lire les sms les depots de plaintes .une expertise pour notre fille avait ete demande il ne s est jamais presente et tout le monde s en fou !!!!! …L AEMO me demande d intervenir aupres du juge encore et encore !!!!! ils prennent ma fille lui confie et je dois encore encore me battre ?OU EST LA PROTECTION DE L ENFANCE ? MA FILLE NE VEUT PAS RETOURNER EN FOYER ? c le chat qui se mort la queue ?COMMENT PROTEGER MON ENFANT FACE A UN PARENT PN ? ELLE EST PERDUE S ADAPTE ET S EFFONDRE CHEZ MOI? VERS QUI PUIS JE ME TOURNER POUR ELLE POUR ELLE …..

  20. c’est bien de pouvoir s’exprimer librement sans craindre de ne pas être crue ou de passer pour une « folle »..je ne juge pas…je relate simplement ce que j’ai vécu avec mon conjoint depuis des années..au début, tout va bien..mari souriant aimable aux petits soins..mais progressivement vous découvrez que votre mari est très colérique, colère noire non adaptée à la situation…ses cris vous font peur..car son visage devient haineux….froid..son visage fait peur aussi..il s’approchait de moi en me disant » frappe moi frappe moi » parce que je n’étais pas de son avis…quand il parlait il fallait l’écouter…il suivait ses propres idées sans prendre en considération ce que nous pouvions dire…quand je n’étais pas de son avis, il se mettait en colère , se levait claquait la porte et allait dans son bureau exigu…on ne le revoyait plus de la soirée..il ne mangeait même pas avec nous…je passais toutes mes soirées seule..pas un mot gentil pas de tendresse…quand je m’approchais de lui, il reculait…il occupais tjrs la cuisine car il disait que c’était mieux fait…donc je ne pouvais pas entrer dans mon espace cuisine….il ne voulait pas non plus que je rentre dans son bureau pour prendre des médicamants pour mon dos…il me disait » démmerdes toi »!!!!j’ai vécu un enfer…..je n’avais pas le droit non plus d’aller sur FB, il avait mis tous mes contacts FB sur son portable et il gérait à distance tout ce que je pouvais partager avec mes amis..il a bloqué ma boite HOTMAIL. je ne pouvais plus envoyer de mail ni en recevoir…il avait changé le mot de passe….et en plus il me disait que j’étais une incapable…que je ne savais pas me servir d’un ordi….je me sentais emprisonnée…je ne savais pas à qui le dire par peur…jusqu’au jour ou j’ai commencé à parler à un médecin; ce médecin a dit textuellement devant ma fille de 10 ans;  » je suis désolée de vous dire que vous avez épousé un pervers… » elle m’a conseillée de partir au plus vite vers ma famille..tous les psy m’ont dit: MADAME VOUS ETES EN DANGER…PARTEZ AVEC VOS ENFANTS…MEME LA POLICE M A DIT QUE J ETAIS EN DANGER..donc je préparais progressivement mon départ jusqu’au jour du 1ER NOVEMBRE 2012, ou mon conjoint fou de rage m’a cassé un verre sur la tête…il a dit que je l’avais provoqué, que j’étais une menteuse, que je racontais des histoires…..il niait son acte de violence…et en plus quand il a vu le sang qui coulait, il s ‘est approché de moi à plusieurs reprises etil m’a serré avec sa main au niveau du larhynx..j’ai eu des marques de constatées parle médecin légiste..et il a dit au tribunal correctionnel que c’était moi qui avait fait ces marques….pour lui, ce verre cassé c’est un accident…il va jusqu’à dire que je n’ai pas raconté la vérité..pourquoi a t il été condamné à 4 MOIS de prison avec sursis et 1000euros de dédommagement…et je n’ai pas tout dit…

  21. tout ça pour vous dire que quand vous vivez un tel enfer, ne pas rester isoler…contacter rapidement une association, un psy, et meme la police en déposant une main courante…contacter aussi un avocat pour demander le divorce et fuir au plus vite…ne pas rester dans ce climat malsain destructeur..car on finit par perdre toute confiance en soi..et on devient un « légume »…on n’a plus la force de réagir…le psychisme est atteint…on ne sort plus de la maison car on a honte…on a peur tout simplement..
    actuellement je vis séparée de mon mari depuis 1 an, mais il surveille tjrs mes contacts FB à distance..il photocopie mes pages FB et va le montrer au juge…il se fait passer pour la victime et dirait presque que c’est moi la PN… il a l’art et la manière de tout faire pour manipuler la personne qu’il a en face..et ça marche…c’est pourquoi j’ai peur de lui..comment prouver au juge que tout ce que j’ai vécu est vrai? car mon avocat me dit: je veux des preuves…mais comment? puisque c’est vécu en huit clos…

    • Je ne comprends que trop bien votre situation et le besoin de conserver des liens sociaux au moins sur facebook qui peut être un espace de liberté pour vous. Alors ne laissez pas cet homme garder une emprise sur vous de cette façon, vous pouvez facilement vous débarrasser de lui sur fb, ça serait un stress en moins pour vous !
      Si je puis me permettre de vous donner un conseil, créez un nouveau profil fb avec un pseudo ou un faux nom vraisemblable et une fausse photo. Pensez à bien cadenasser vos paramètres de confidentialité pour réserver l’accès à vos amis et aux amis de vos amis.
      Ensuite envoyez à tous vos amis le lien de votre nouveau profil par message privé, demandez-leur aussi de bloquer votre ex-mari au cas où il leur aurait fait des demandes d »ami ». N’envoyez pas ce message en mp groupé, ça agace les gens et ils ne les lisent pas; faites le en mp individuel les uns après les autres.
      Que vos amis bloquent le profil de votre ex est important car s’il a des liens avec eux vos conversations pourraient défiler sur son fil d’actualité et il pourrait vous reconnaitre.
      Si vous craignez de perdre des amis parce qu’ils ne lisent pas leurs mp, copiez la liste de tous vos amis et coller-la sur votre boite mail, ainsi vous gardez une trace de leur profil et vous pourrez les redemander en ami.
      Une fois que tout ça est fait, vous pourrez supprimer votre actuel profil fb, mais sans oublier de poster sur votre page un statut du style « j’ai décidé d’arrêter fb parce que ça me prend trop la tête, au revoir mes amis etc etc »… laissez ce statut bien en vue pendant une semaine et ensuite supprimer votre profil.

      Il serait plus simple de cadenasser les paramètres de votre actuel profil fb pour l’empêcher d’y avoir accès, mais ça pourrait le rendre fou et lui donner envie de se venger. Le mieux est donc de lui faire croire que vous n’allez plus sur fb.

      Bon courage et cordialement 😉

  22. Pingback: LA QUÊTE DU MANIPULATEUR PERVERS | ASSOCIATION CVP - Contre la Violence Psychologique

  23. Horrible comme cet article décrit si bien ce que j’ai vécu pendant 8 ans et l’engrenage dans lequel je suis retombée il y a 5 mois… 2 expériences 2 hommes différents!
    Et oui même moi je n’y crois pas j’ai été assez conne pour retomber sur un PN…ceci dit ils sont bien différents dans leur approche le premier m’a montré son caractère des le départ le second s’est montré plus sournois disons!
    Bref prise dans cet engrenage pour la seconde fois et ne sachant pas comment m’en sortir je plonge dans une dépression profonde j’ai plus d’emploi plus beaucoup d’amis puisqu’ils comprennent pas pourquoi je reste bref…

  24. VICTIME D’UNE MANIPULATRICE PERVERS NARCISSIQUE

    Je venais par cet écrit relaté un témoignage de ce qu’a été ma vie pendant quatre ans auprès d’un personnage que je ne comprenais pas du tout au début, de part ses agissements souvent inexpliqués sur ma personne.
    C’était un jour ensoleillé, le 13 mai 2008, je venais de vivre une séparation très difficile avec une femme que je croyais juste et honnête, moment critique de faiblesse morale, où petit à petit, nous arrivons malgré tout à nous reconstruire, la force qui me nourrissait était encrée autour de moi dans mon entourage proche et lointain, qui malgré tout me comprenait et me soutenait.
    J’avais depuis quelques semaines par le hasard, fréquenté sur les réseaux sociaux, une personne que je trouvais simple et séduisante, dont je connaissais l’existence, puisqu’elle travaillait dans le même lieu que moi, j’avais vaguement eu des échos et comme à chaque fois, faisant preuve de charité chrétienne, toujours très avenant et peu méfiant, j’ai voulu la rencontrer en dehors de ce monde virtuel, où chacun peut se construire un personnage réel ou fictif selon son inspiration.
    En ce jour ensoleillé de printemps, pour la première fois, j’allais la rencontrer, je me sentais envahi par l’émotion et l’angoisse à l’idée que je ne lui plaise pas.
    Ca y est, je la vois arriver au loin dans sa petite voiture mauve, un petit bonjour bien amical, traditionnel, rendez-vous dans un lieu du var assez pittoresque et un peu sauvage, penché sur une colline.
    Nous nous promenons là, l’un à côté de l’autre, cherchant à engager un sujet de conversation quoique plus classique, la pluie et le beau temps, promenant sans destination précise, discussion qui nous mène peu à peu vers ce pourquoi nous étions là, un petit café en terrasse, rien de bien extraordinaire mais bon, nous étions là, tous les deux, à côté l’un de l’autre.
    Notre rendez-vous fut interrompu par un coup de fil de sa sœur, lui annonçant une très mauvaise nouvelle, elle venait d’apprendre que son grand-père venait de décéder, un être très cher à son cœur m’avait-elle dit à cet instant, cela mis fin à notre premier rendez-vous.
    Nous voilà repartis chacun de notre côté, elle, vers son village, afin de s’organiser pour prendre le train qui la mènera à destination de sa famille, et moi me dirigeant vers mon petit village du haut-var, songeant sur le trajet, à ce que j’avais ressenti et l’impression qu’elle m’avait donné, de ce qu’elle me racontait d’elle et de sa vie passé, pas très joyeuse, d’après ce que j’avais compris, une vie pitoyable et non méritée selon elle, des hommes sans cœur, parfois physiquement violent, elle était incomprise.
    Quoiqu’il en soit, pour moi, physiquement, elle était banale, comme toute femme que l’on pourrait croiser au hasard dans la rue, sans se retourner, mais bon je ne recherchais pas non plus la femme exceptionnelle, seulement la femme avec qui je pourrais vivre heureux, sans avoir la crainte, qu’elle n’était là que pour une seule chose, matérialiste et profiter de mon statut social, sans que n’existe le moindre amour.
    Journée écoulée, je lui envoyais tout de même un SMS de courage, sans vouloir non plus la molester dans sa peine et son deuil, je ne m’étais même pas fait l’idée que je la reverrais.
    Puis les jours s’écoulant, je repris contact avec elle, un rendez-vous, non loin de chez elle, après le boulot, afin de boire un verre, car notre premier rendez-vous fut interrompu par une triste nouvelle, nous discutions de tout et de rien, citant notre passé vécu, nos souffrances, ce que nous aimerions vivre et surtout ne plus revivre…et voila qu’elle m’invite à prendre un verre chez elle, je me suis dit pourquoi pas et voila que tout à coup seuls, l’un contre l’autre, la situation dérape, et tout comme deux adolescents, nous nous embrassons sans fin, revivre ces quelques moments de bonheur, simples mais essentiels à la vie…ce fut notre première nuit d’amoureux.
    Puis avec prudence, mettant un frein à mon engouement de vouloir aller plus loin, je calme mon ardeur, mais elle aussi de son côté me fait ressentir cette envie que notre histoire ne peut se terminer ainsi, nous voulions aller plus loin…
    Plus les jours passaient et plus j’en tombais amoureux, j’en étais convaincu qu’elle détenait toutes les qualités que je recherchais chez une femme…la féminité, la tendresse, la gentillesse, l’affectuosité…je ne sais pas si cela correspondait au mécanisme de cristallisation, mais je ne voyais en elle que des qualités et je voyais même l’avenir avec elle jusqu’à notre mort….je fus persuadé que c’était la Femme de ma vie, celle que j’avais toujours recherché depuis des années, tel une fille qui rêve de son prince charmant, là, j’avais rencontré ma princesse.
    Les jours s’écoulant, réflexions et projets d’avenir, je me suis dit qu’il fallait que je la demande pour femme, car si je laissais passer cette occasion, je m’en mordrais les doigts et je le regretterais toute ma vie….philosophie « CARPE DIEM ».
    Voila qu’après six mois, je fis ma demande en mariage lors de la soirée de son anniversaire, je m’étais dit que c’était la meilleure occasion, la remise de la bague qui engageait la promesse de notre union.
    Je vivais de nouveau l’amour comme cet adolescent avec des papillons dans le ventre à chaque fois que j’étais à ses côtés, j’étais de nouveau un homme heureux et épanouis.
    Nous vivions tous les deux dans un réel bonheur, ça y est, j’étais convaincu et séduit par tant de qualités, que je ne pensais jamais pouvoir retrouver dans la vie réelle.
    Puis au fil des jours, je languissais pouvoir la revoir afin de partager chaque seconde de pur bonheur.
    Nous nous décidons enfin, de vivre non plus une semaine sur deux ensembles, mais tous les jours ensembles, nous avancions avec prudence mais surement, nous avions vécu chacun de notre côté, des chagrins d’amour, qui avaient laissé quelques cicatrices, que nous pensions pouvoir panser avec le temps, en les nourrissant de notre Amour.
    Elle était mère d’une enfant de 8 ans à l’époque, qui avait partagé les chagrins d’amour et la souffrance d’une mère meurtrie par les Hommes, elle était en garde alternée une semaine sur deux, que je voyais pour la première fois, convenue avec sa mère chez elle, ce fut le deuxième cadeau que l’on m’offrait, j’avais l’honneur de la rencontrer pour la première fois, cela correspondait pour moi, à une nouvelle preuve d’engagement de sa mère, une assurance supplémentaire qu’elle ne voulait pas me tromper, une preuve de sincérité, qui m’a touché au plus profond de moi.
    La vie à deux recommençait, avec ses tracas quotidiens et les aléas du couple comme chez tous les humains, surmontant quelques périodes de crises, plus ou moins régulières, mais qui débouchaient toujours vers la réconciliation.
    Une chose tout de même m’interpellait par moments sur son comportement, elle manifestait des crises comme une Hystérique en furie, dont l’origine de la crise, était la plupart du temps insignifiante, tout devenait prétexte à la colère.
    Je mettais ça sur le compte hormonal et menstruel, sans tenir un discours qui paraitrait misogyne, ou alors sur son caractère impulsif et fort d’une dominante.
    Je n’y prêtais que peu d’attention, je mettais ça sur le compte de son vécu et avec ma patience légendaire, je me persuadais que je surmonterais tout ça et que mon optimisme me ferait déboucher sur quelque chose de très positif.
    Le problème se posait de plus en plus régulièrement et de plus en plus fréquemment, cela sema le doute, mon esprit cartésien et rationnel, ainsi que mes fonctions médicales, me firent aller plus loin dans ma démarche, ses crises, je ne les comprenais plus ?
    Elle m’accusait de tous ses maux et de tout ce qui se passait mal autour de nous, les scènes de violences verbales se manifestaient de manière quasi quotidienne, des scènes d’humiliation, de dévalorisation, de rabaissement, d’insultes verbales et parfois même physiques !
    Après remise en question comme à chaque fois, en songeant à tous ses propos qu’elle tenait contre moi, je me remettais en question, en essayant de comprendre le pourquoi du comment ?
    Et parfois je ne comprenais pas, même souvent, la description qu’elle faisait de moi, ne ressemblait pas du tout à ce que les gens pensaient de moi.
    Je songeais à une forme de pathologie psychiatrique que l’on nomme Psychose Maniaco-Dépressive ou Bipolaire, mais quelque chose m’interpellait, son humeur est constante et non cyclique, cela ne pouvait pas du tout coller avec son comportement quotidien, qui ne se manifestait que lorsque nous nous retrouvions tous les deux, loin de tout public ou de tout témoin.
    En public, toutes les personnes qui l’a connaissaient, la voyaient comme l’Amie que tout le monde rêverait d’avoir, loin d’éveiller le moindre petit soupçon sur son comportement.
    Toutes les solutions que je lui proposais afin de trouver une réponse concrète et positive, qui pourraient améliorer notre couple, étaient toutes mises en échec, elle réussissait à se défiler ou alors à trouver une parade, et à chaque fois elle parvenait à me convaincre que le problème résidait en moi et que je devais faire des efforts pour changer.
    Elle ne savait dialoguer que par mails ou par SMS, incapable de tenir un dialogue, le regard, yeux dans les yeux, comme me l’avait enseigné mes parents lorsque l’heure est grave et qu’il faut prendre des décisions sérieuses comme deux adultes.
    Toutes les tentatives de dialogue finissaient de la même manière, par courtoisie, je la laissais toujours prendre la parole en premier afin d’écouter ses doléances, une fois qu’elle avait terminé lorsque je prenais la parole, dès qu’il s’agissait de quelque chose qui concernait son comportement ou son attitude quotidienne, ça se terminait toujours de la même façon, elle se mettait à crier plus fort que moi, elle n’entendait plus qu’elle, puis finissait par être grossière, insultante et au final me jetait au visage ce qui lui tombait sur la main….elle prenait son ordinateur portable et claquait les portes, fermait la porte de la chambre à double tour jusqu’au lendemain.
    Je restais là, sans voix, dans le canapé avec une boule au ventre et la gorge serrée, désemparé et ne sachant plus quoi faire, une nuit d’insomnie passée à me remettre pour la nième fois en question à penser sur ce qu’elle m’avait dit.
    Puis au matin, fraiche comme un gardon, elle se levait avec un grand sourire aux lèvres, m’embrassait et moi, totalement déstabilisé, je songeais, mais elle ne m’a pas du tout l’air d’être affectée par ses dires et sa violence de la veille ?
    Je lui dis, mais enfin, tu as oublié cette scène de violence de la veille, j’en suis encore totalement bouleversé et chagriné, et je suis encore entrain de me poser des milliards de questions, je me remets encore et toujours en question ? Elle me rétorque comme à son habitude, nous ne sommes pas des enfants, nous n’allons pas nous faire la tête pendant des semaines et des semaines entières….une fois de plus, je ne comprenais plus son raisonnement.
    Les choses ont totalement dégénéré depuis notre mariage, que j’ai fini par lui céder, parce-qu’elle maintenait que sa vie était n’importe quoi et que pour une fois dans sa vie, elle souhaitait faire les choses correctement, elle avait rencontré l’homme qu’elle avait recherché depuis longtemps, que sa fille est née d’un accident de parcours, elle n’était pas prévue au programme et que si je voulais un enfant d’elle, je n’avais pas d’autre solution que de l’épouser, sinon, il n’y aura jamais d’enfant…
    Une fois de plus par amour, je cède à sa demande mais dans ma tête, le doute était de plus en plus présent concernant son comportement, son honnêteté et sa sincérité, alors je lui propose un accord, je me marie d’accord, mais alors ce sera avec un contrat de mariage pour me protéger et la protéger aussi.
    Mais que m’avait-il pris de lui dire cette chose pour elle insensée ! Cela m’a valu une semaine à dormir sur le canapé où elle ne m’a pas du tout adressé la parole et elle m’ignorait totalement.
    Comme d’habitude après chaque dispute qu’elle adorait entretenir au quotidien, je venais pour la nième fois vers elle, à deux doigts de la supplier à genoux d’arrêter cette querelle puérile qui n’avait aucun sens.
    Puis comme toujours, elle éprouvait ce sentiment de supériorité où elle ne se gênait pas de me dire, n’oublies pas que c’est encore toi qui est venu vers moi, me supplier d’arrêter et ce n’est pas moi !!!
    Dans ma tête, je songeais qu’un jour, je finirais par ne plus revenir vers elle, je commençais à en avoir marre d’être toujours désigné coupable de ses colères, que j’ai tort ou raison.
    Elle était dans un déni le plus total, incapable de se remettre en question comme à chaque fois, elle détenait la voix de la raison, je devenais à ses yeux et elle ne se gênait par pour me le faire remarquer une « grosse Merde », dont la seule chose que je savais faire, était la Médecine, sorti de là, je ne valais rien….même avec les années, elle se permettait de donner des conseils médicaux et des conduites à tenir avec les gens de notre entourage.
    Un jour, ironiquement, je lui ai dit que j’allais l’attaquer pour exercice illégal de la médecine et elle me répondit, que depuis qu’elle vivait avec moi, elle était devenue capable de porter un diagnostic et un traitement, ironie du sort, si j’avais su qu’il suffisait simplement de vivre avec un Médecin pour le devenir, je n’aurais jamais passé dix années de ma vie à étudier la médecine et j’en apprends encore et encore.
    Un jour, je réussis à lui faire entendre raison, je lui proposais une autre solution, j’avais entendu parler que parfois dans un couple en crise, la psychothérapie de couple pouvait résoudre les problèmes, alors voilà que d’un commun accord, je luis propose de fixer un rendez-vous sur une semaine où mon planning était moins surchargé, elle l’accepte à mon grand étonnement.
    Puis, je lui dis, ma chérie, je verrais la semaine prochaine, je peux caler un jour pour débuter la psychothérapie de couple, et là, elle me rétorque qu’elle n’en n’avait pas besoin, elle avait déjà fait un travail sur elle lors de la séparation avec le père de sa fille, par contre pour moi, il s’agissait d’autre chose, elle prétendait que toutes mes ex m’avaient totalement détruit et que le psychothérapeute allait exercer un long travail sur moi, j’étais vraiment le seul à en avoir besoin, cela me mis la puce à l’oreille, une fois de plus, elle avait réussi à se défiler…je compris qu’elle cachait quelque chose, une peur ou une crainte, que son plan finisse par être dévoilé au grand jour.
    Notre train de vie devenait coutumier, elle qui m’humiliait au quotidien et moi, qui avais fini par construire ma carapace et me disant qu’elle ne réussira plus à me faire douter de ce que j’étais…
    Les nouvelles raisons de sa colère étaient devenus que j’étais un fainéant, que je ne travaillais pas suffisamment et que par ma faute, nous ne ferons jamais notre voyage de noces, voila que je demandais à travailler plus pour pouvoir mettre de l’argent de côté, elle me reprochait que je travaillais trop et que nous ne passions pas assez de week-ends ensemble.
    Je décidais de travailler moins, là, elle me reprochait que nous ne faisions pas assez de week-ends en amoureux, car nous ne possédions pas l’argent pour le faire.
    Finalité, l’insatisfaite chronique, tout devenait prétexte aux reproches, j’en étais toujours le responsable.
    Puis vint le jour où en date du mois d’aout 2013, nous réservions notre séjour pour dix jours aux Baléares dans un hôtel quatre étoiles en demi-pension, notre voyage de noces voyait enfin le jour et se concrétisait, juste avant, nous avions discuté des dispositions concernant son traitement et ses problèmes de santé, où j’étais tenu encore pour responsable, dont l’objectif était de mettre en route notre futur enfant pendant notre séjour, je pensais que cela pourrait mettre fin à sa colère et son comportement destructeur chronique.
    Voila qu’en date du premier septembre 2013, comme elle avait l’habitude de le faire, juste avant que j’enchaine ma garde de 24 heures, elle m’envoi un SMS, où elle m’écrivait qu’elle n’avait pas dormi de la nuit, qu’il fallait qu’on ait un dialogue, je songeais, bizarre, elle qui ne veut jamais dialoguer, veut un dialogue, pourquoi pas, depuis le nombre de fois que je lui proposais et nous n’avions jamais réussi à en avoir.
    Elle m’oblige à annuler notre séjour de noces, alors qu’elle me faisait des crises quotidiennes et cela était devenu son nouveau cheval de bataille pour justifier ses crises de colères hystériques et violentes, une fois de plus, je ne comprenais pas la raison.
    Elle prétend qu’elle avait besoin de 400 € pour réserver un billet d’avion et aller retrouver une vieille connaissance sur Paris.
    Une fois de plus, je me suis senti humilié, comment peut-elle faire annuler le voyage de noces pour monter retrouver une vieille connaissance sur Paris, il était là, le respect qu’elle avait pour notre couple, pour moi.
    Ce fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase, à compter de ce jour, je décidais que s’en était assez, je m’épuisais physiquement et moralement depuis quatre ans, pour la comprendre et trouver des solutions à notre couple.
    Je me suis dit qu’il n’y avait plus rien à comprendre, il était temps que je me remette en question pour la nième fois, l’heure devenait grave et une décision sérieuse devait être prise après mûre réflexion.
    Quinze jours ce sont écoulés depuis le premier septembre 2013 où elle ne m’adressait plus du tout la parole et elle m’ignorait totalement, j’attendais avec grande hâte et patience le dialogue qu’elle me proposait et qui ne venait toujours pas ?
    Au soir du seize septembre 2013 et quinze jours à dormir sur le canapé, j’ai pris l’initiative d’ouvrir le dialogue, elle me rétorque qu’elle n’avait rien à me dire et que je devais voir avec sa sœur, qu’elle ne voulait pas parler avec moi.
    En aparté, j’ai accepté sa sœur et hébergé pendant un an à la maison aux frais de la princesse, même je lui achetais ses cigarettes, elle était au chômage, vivait au RSA et venait de se séparer de sa copine qui vivait à Cannes La Bocca, jusqu’à ce qu’elle trouve du travail et qu’elle puisse se refaire.
    Voila que notre « dialogue » comme d’habitude dégénère, je voulais comprendre la raison de l’annulation du voyage de noces et obtenir plus d’explications, elle monte comme d’habitude sur ses grands chevaux me traitant de tous les noms, la colère se décuple et elle monte comme une bête enragée dans la chambre de sa fille, 21 h 45, qu’elle tire du lit, en lui racontant, viens, nous partons de la maison, Christian nous met dehors.
    Je lui dis que je ne cherchais que le dialogue, c’était fini comme d’habitude, elle n’entendait plus qu’elle, elle appelle sa sœur en prétendant que je les foutais dehors de chez moi, et qu’elles allaient dormir chez elle.
    Je me retrouvais tout seul à la maison, triste, perdu et encore des questions du genre, pourquoi elle réagit comme ça ?
    J’appelle un ami et je lui explique la situation, il me conseille de récupérer tous les papiers important de la maison ainsi que le livret de famille, car je lui confiais que je n’en pouvais plus de vivre cette situation désespérante depuis quatre ans, que j’allais faire ce qu’il fallait pour demander le divorce.
    Et le temps s’écoule, elle dort à la maison quand je suis de garde ou alors elle passe de temps en temps récupérer des affaires, tout en restant chez sa sœur.
    De temps en temps un SMS incendiaire où elle essai encore de me tenir pour responsable et totalement coupable, essayant de me toucher au plus profond de ma sensibilité comme elle avait l’habitude de le faire, mais je décidais que je couperais tout lien avec elle par tous les moyens qu’ils soient.
    Le mois de septembre 2013 s’écoule où de temps en temps elle passe, puisqu’elle possédait encore la clef du domicile conjugal, que je sois là ou pas, elle charge des affaires, récupère le chien TEXAS pour soi-disant le mettre en pension chez quelqu’un en date du 21 septembre 2013 et quelques affaires de change, le temps que les choses se tassent…
    Puis une date capitale, le 29 septembre 2013, elle m’envoi un SMS où elle précise qu’elle vient chercher ses affaires pour la nième fois ? Je lui réponds qu’il n’y a aucun problème.
    Elle charge ce que je considère comme étant son dernier voyage, ses quelques effets personnels et en partant, elle tient plus ou moins ces quelques propos, voila, j’ai fini de récupérer mes dernières affaires, regardes par toi-même ce que je viens de prendre, si tu dois les faire constater par huissier ou par avocat….comme d’habitude, je ne lui réponds pas, je maintiens ce que je voulais faire, couper tout lien avec elle sur tous les modes.
    Une fois partie, je me dis, enfin, je vais pouvoir commencer à être serein et commencer à redormir bien, mais pas question, elle m’avait encore menti ! Le 30 septembre 2013, jour anniversaire de mon père alors que je suis au travail, elle m’envoi un SMS où elle mentionne qu’elle ne connait pas mon planning et donc, qu’elle passera en présence des gendarmes et d’un huissier vers 14 h 00 afin de récupérer ses meubles ou prétendus meubles et affaires ?
    Je dois quitter mon travail en catastrophe, craignant le pire comme dit dans les SMS de sa sœur qu’elles me détruiraient le jour de « l’instant T », physiquement et moralement, je voyais déjà la maison saccagée, mes affaires découpées, brulées et vidée de tous les meubles qui l’intéressait…
    La chance était avec moi, puisqu’une fois arrivé au domicile, il n’en était rien, elle n’était pas encore arrivée.
    En présence de ma mère, elle arrive, tente de rentrer en criant dans la rue comme une furie devant les voisins, je veux savoir à qui est cette voiture !!! Celle de ma mère et non de ma supposée maitresse comme elle m’accusait souvent.
    Ma mère désemparée assise sur le canapé, la peur au ventre et la crainte que par tant de cries, elle finisse par nous agresser physiquement, j’avais entravé la porte avec une chaise en attendant les gendarmes.
    Elle fait venir les gendarmes entre temps, j’appelais mon avocat pour la tenir informée de la situation qui me conseille, bien au contraire que les gendarmes soient présents comme témoins.
    Tout le monde réuni, Gendarmes, ma mère, mon ex-femme et moi, je leur explique la situation, la requête et la procédure de divorce, que sous conseil de mon avocat, elle ne pouvait prendre que ses affaires et effets personnels sans les meubles !!!
    La voila qui tourne dans la maison et qui retourne, sans vraiment savoir quoi faire, je signale aux gendarmes que la veille, elle avait déjà pris ce que je considérais comme dernières affaires puisqu’elle l’a dit en partant, finalement, elle récupère sa free box, trois albums photos puis elle s’en va accompagnée par les gendarmes.
    Je rappelle mon avocat qui me conseille de changer les serrures puisqu’avec certitude elle avait devant témoins récupéré ses affaires et domiciliait chez sa sœur…première vraie nuit de sommeil réparateur après presqu’un mois de pression morale et d’insomnie, mes serrures étaient enfin changées, plus de craintes et de menaces, je pouvais réellement me mettre à l’abri sans avoir la crainte qu’elle débarque sa sœur et elle à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, la Manipulatrice Pervers Narcissique en chef et son Lieutenant, le binôme, l’équipe destructrice morale.
    Elle pensait réellement que je bluffais et que je n’avais pas engagé de procédure de divorce, elle l’a réalisé lorsqu’elle a reçu chez sa sœur, la requête et la saisie des juges des affaires familiales.
    Et depuis, elle a tenté la stratégie d’isolement, auprès de ma famille, mes amis et mes collègues, du genre, mon mari est fou et dangereux, manipulateur, il me détruit, méfiez-vous car il est très fort !!!!
    Sa stratégie a totalement marché auprès des simples d’esprit, mais pas sur mes vrais amis, ni sur ma famille et même sur certains de mes collègues.
    Depuis, sa sœur et elle, donc, MPN en chef et son Lieutenant, tentent de me nuire et de me détruire par tous les moyens mis en leur possession par la voie légale ou totalement illégale, elles ne connaissent aucune limite dans leur démarche !!! Leurs Mensonges deviennent leurs Vérités, et elles en sont persuadées dur comme fer !!!
    Puis les choses suivent leur cours, des personnes viennent à ma rencontre, les langues se délient puis j’apprends quelques uns des mensonges qu’elle avait raconté, elle disait qu’elle ne pourra plus jamais avoir d’enfants, car son accouchement s’était très mal déroulé et elle risquait de mettre sa vie en danger, alors qu’elle m’a fait croire que nous allions avoir un enfant après le mariage, qu’elle était atteinte d’un cancer de l’utérus stade III et qu’elle devait avoir de la chimiothérapie, que son père et son frère étaient morts, alors que je mailais avec son père et que je discutais avec son frère au téléphone à plusieurs reprises, ou alors je communiquais avec eux par l’Aude-là sans le savoir ? Je suis ironique, bien sûr qu’ils étaient toujours en vie tous les deux.
    La vraie Manipulatrice Pervers Narcissique dans toute sa splendeur, un bon sujet d’étude de psychologie, comme décrite dans les livres qui traitent ce sujet.
    Il était enfin temps que j’ouvre les yeux, car cette vie aurait continué encore des années jusqu’à ce qu’elle arrive à ma destruction finale en me poussant au suicide, et là, elle aurait pu raconter, je vous l’avais dit qu’il était fou, je n’ai jamais pu l’aider, voila il est mort et j’ai enfin gagné, la destruction de ma victime…je peux enfin tourner la page et détruire une autre victime dont elle sait toujours jauger et bien la choisir.
    Actuellement, rapidement, elle s’est retranchée dans la position de Victime, effet miroir et inversion des rôles, je suis maintenant le Bourreau destructeur et elle, la pauvre Victime qui demande vengeance !!!
    Si encore je méritais son courroux et si sa colère était justifiée, je me dirais, bon très bien, j’ai mérité ce qui m’arrive, je dois payer…mais ce n’est pas du tout le cas, elle me détruisait quand nous étions ensemble et même séparés, elle veut encore me détruire…La Vérité n’est jamais très loin, elle finit toujours par arriver au bon moment, une chose est certaine, la roue tourne et elle paiera le mal qu’elle a fait, même si elle est psychotique, cela n’est pas une excuse.
    A l’heure où j’écris, notre histoire n’est pas encore terminée….à l’occasion, j’écrirais un livre et témoignage, afin de faire connaitre à autrui, qu’il existe autant de MPN Homme que Femme, la différence est, que les hommes osent moins souvent en parler…
    Voila à ce jour ce qu’a été une partie de ma vie, j’espère pouvoir m’en sortir vivant…et que justice soit faite réellement.
    Le côté positif de la chose, est que j’avais enfin ouvert les yeux et je détenais la réponse à mes questions maintes fois posées, cette pathologie reste totalement incurable et la seule thérapie salvatrice est celle de fuir loin de tout contrôle de son Bourreau, chose faite, mais les Juges trancheront dans cette affaire, afin que je puisse enfin tourner la page de cette partie sombre de ma Vie.
    Je tenais à remercier mes vrais ami(e)s, ma famille et mes collègues, du soutien qu’ils m’apportent quotidiennement, cela me change des crises hystériques de celle qui deviendra mon ex-femme et qui restera définitivement rayée de mon passé.

    • Cette intervention me fait quelque peu penser à mon mariage à 20 ans et au divorce rapide qui a suivi (un an de mariage, c’est court)… J’ai dû fuir en urgence à cause de sa violence autant physique que verbale (verbale beaucoup plus peut-être). J’en ai gardé plusieurs dizaines d’années de cauchemars. Pendant dix ans, j’ai organisé un pot d’anniversaire à la date du divorce!!!
      J’ai dû fuir mais lui a retourné la situation en disant à tout le monde que j’étais partie pour un autre car j’avais un amant!!!. Il en a aussi profité pour garder mes vêtements restés là et mes pauvres quelques affaires… Me mettre interdit bancaire à la Banque de France.

      Il y a quatre ans, j’ai eu la très désagréable surprise de le voir se pointer à la porte de mon atelier : il voulait que l’on « discute » ensemble. Il m’avait retrouvée grâce (à cause?) de mon site internet.
      Le thème de la discussion était : « pourquoi es-tu partie au bout d’un an de mariage???, nous étions si bien ensemble ». En lui rappelant nos moments mémorables, je me suis rendu compte qu’il avait TOUT OUBLIE!!!
      – Rencontre 1 : il avait tout oublié de ses coups, de ses insultes, etc… Je lui ai rafraîchi la mémoire. J’étais furieuse en racontant tous ces mauvais souvenirs.
      – Rencontre 2 : il avait réfléchi et admettait une « toute petite » gifle mais « c’était juste pour rire »… Je lui ai encore rafraîchi la mémoire plus calmement.
      – Rencontre 3 : il est marié, habite en province. Il a raconté à sa femme nos « retrouvailles » en lui demandant s’il avait déjà eu envers elle un comportement violent. Elle lui a rappelé « une certaine période » (je n’en sais pas plus) mais à l’époque elle a vite calmé le personnage. Il avait donc recommencé à être violent en « oubliant » encore!!!
      – Rencontre 4 : il s’est excusé, m’a demandé de lui pardonner. Sans pardon. Il m’a même demandé que à ce que nous devenions amis; là, j’avoue, je n’ai pas pu…
      Les quatre rencontres se sont échelonnées sur une période de 6 mois.

      Depuis nous ne nous sommes plus revus.
      Et j’ai rencontré mon ami actuel.
      Et j’ai des problèmes.
      Et puis j’ai réfléchi : mon ex-mari s’est excusé pour tout ce qu’il m’avait fait vivre ainsi que les incidences dans ma vie.
      Alors j’ai demandé à mon ami actuel qu’il désirait s’excuser… et là… il refuse… il ne voit même pas à quoi cela pourrait-il bien servir… Il me dit qu’il ne changera jamais et que ses excuses ne m’apporteraient rien.
      Je suis consternée.
      Fin janvier, j’ai envoyé mes voeux à mon ex-mari. Juste pour dire que ma colère envers lui était tombée.
      Mon ami actuel est à nouveau un amour mais je lui ai dit qu’ « à force de tirer sur l’élastique, que celui-ci s’était cassé ».
      C’est encore la guerre!!!
      Christine

      • Ah, comme je le reconnais, ils sont tous quasiment identiques !
        -cette banalisation des violences, « oui, je t’ai tuée, mais tu l’as bien cherché, puis c’est pas si grave »
        -cette capacité à perdre la mémoire, autant nous, comme victimes nous avons mémorisé avec beaucoup de précisions, que lui ,il ne se souviens plus !
        – un exemple : on vient de passer en audience le 21 janvier dernier (JAF) pour la garde des enfants. Je viens de l’avoir au téléphone, et bien, il fait comme si rien n’est changé, comme si cette audience n’avait jamais eu lieue, alors que c’est lui qui a fait la requête !

        Soit , il lui manque vraiment une case « mémoire », soit ? j’y comprends rien.
        D’ailleurs, je m’en fous, désormais. Mais tout de même , ça me sidére.

  25. Bonjour
    Je me permets de vous faire part de mon profond désarroi à la suite de la lecture de votre article (ainsi que d’une 10aine d’autres sur internet).
    Je me rends compte que je corresponds à 90% au profil du PN.
    Je ne dis pas ça pour avoir l’air intéressant. Non. Je réalise juste ce que je suis. Tout corrobore : mon sentiment de supériorité mentale absolu, mon absence totale de sentiment et de compassion envers autrui (sauf pour ma fille de 4 ans que j’adule par dessus tout), mon habileté verbale tant reconnue par mes amis (car j’en ai quelques uns), et j’en passe… En vous lisant, je vous trouve extrêmement dur(e) envers le « bourreau » que peut être le PN, car finalement il (donc je) souffre aussi, d’autant plus quand il lit qu’il est pire que tout et que la seule solution pour vivre heureux c’est de s’en éloigner à tout jamais, c’est bien ça ? Ça me rend plutôt bien triste à vrai dire. J’ai l’impression d’être un serial killer qui vient de se rendre compte de ce qu’il est. Incurable, toxique, mauvais jusqu’à la moelle,… Que dois-je penser de ça selon vous ? Et que faire ? En parler à mon amie ? Pour qu’elle se renseigne, réalise que ça correspond à notre vie de couple de façon saisissante et me quitte sur le champ ?
    Cordialement
    Renaud, 37 ans

    • Mais un vrais PN, comme le miens en tout cas, ne peut pas se poser ces questions ou même se poser des questions tout court…
      Peut-être est-ce une autre sorte de personnalité toxique je n’en sais rien je ne suis pas un professionnel.
      Mais déjà se remettre en question c’est une porte ouverte pour la compréhension de sois, l’espoir d’être en accord avec ses actes ou ses relations, de redevenir acteur de sa vie qui nous correspond vraiment, même si le chemin peut être long des fois, moi cela m’a paru une très long mais qu’est ce que je vie mieux aujourd’hui! Et je continue toujours ce travail sans oublier de vivre bien-sûr.

  26. Je trouve votre sujet super intéressant et pour cause je suis en plain dedans !
    J’ai été pendant 5 ans avec un homme qui me manipuler mais moi je ne voyais rien !
    Battue, humilier devant mes enfants, même après ma plainte, rien ne s’arrêté car j’ai eu le courage de porter plainte. J’ai un enfant avec cet homme qui ne voulait absolument pas !
    J’ai fini ma grossesse seule, accouchait seule, vécue seule pendant un an avec ma fille. J’ai tout fait pour ma fille. Lui rien de rien. Si essayer de me manipuler et moi je ne voyais rien. Aujourd’hui, c’est une vrai cata. Il a réussi à obtenir la garde alternée, lui est commercial et ne sait jamais occupé de sa fille. Il est retourné chez son ex dont il a un enfant handicapé. Il m’a dit je suis retourné pour mon fils. Mais c’est faux. En fait, il fait des fausses attestations avec son exe. Elle m’a poussé quand j’ai rendue ma fille, et tenez vous bien, il est écrit que c’est moi qui l’ai poussé, insulté ect… Tout ce qu’il font, ils disent que c’est moi qui le fait.
    Cet homme est arrivé a se mettre l’école de son côté, je cite je me mets parent d’élève pour te aire chier ! Mais c’est pour monter l’école contre moi. Il a téléphoné à mon travail, j’ai failli perdre mon poste.
    Il est allé voire mes voisins pour raconter n’importe quoi.
    Il a appelé mon ex dont j’ai 2 enfants, nous n’avions aucun problème depuis nos 6 ans de séparation et là depuis 3 semaines, plus d’entente.
    Il m’insulte, se moque de moi, raconte n’importe quoi, me surveille, tourne autour de chez moi.
    Ma vie devient un enfer et pour tout problème, j’entend parler de cet homme.
    Pourtant, tout le monde le crois, moi je suis qu’une menteuse, une pauvre folle !
    Il a voulu me faire enfermée, il a dit à mes sœurs que je devenais folle !
    Il allait voir mes enfants et leur disait votre mère à une mouche à l’envers, elle est folle.
    Pour ne pas partir, il me sous estimé, tu es bonne à rien, tu vas me payer si tu pars, avec tout ce que tu as fait. T’es dépressive, tu n’auras jamais la garde des enfants.
    La honte pour une mère, tu vas perdre ton travail, tu vas vivre avec les …… , tu mangeras des patates tous les jours. Vraiment la honte pour une mère.
    Et moi, pauvre fille, je ne voyait rien, j’étais soumise, moi qui avait du caractère,, je me suis laisser avoir.
    Je maigrissais, le médecin m’avait sonner l’alerte : encore 2 kgs en moins et c’est l’hospitalisation. Mais je n’y pouvais rien, je vivais sous le stress, en sous estime de moi.
    Aujourd’hui, il a gâché une partie de ma vie et continue encore.
    Je ne suis pas sortie de cette histoire car même si nous ne sommes plus ensemble, il me rabaisse autrement, auprès de autres. Et sa parole à plus de poing, il parait plus crédible.
    Et pourtant, on ne connait jamais assez les gens !!
    Je voudrai que l’on m’entende haut et fort, pour être enfin écouter et reconnue comme victime. Et non passé pour la méchante, car pour les autres, j’ai l’impression de passer pour une dépressive car évidemment, j’ai caché le fait d’avoir été frappé, je n’an ai parlé à personne ! Je disais, je vais pas bien, j’ai pas le moral, en fait, je rentrai sans m’en apercevoir dans son jeu !
    Avis a vous tous, attention, les manipulateurs peuvent vous détruire à petit feu, et c’est plus facile de tomber que de remonter à la surface !!!

  27. Bonjour. Mon fils aîné vit avec une perverse narcissique. Elle a réussi à détruire la relation complice que j’avais avec mon fils. Tout ce que je faisais, tout ce que je disais était sujet à critique, elle allait systématiquement s’en plaindre à lui. Je me suis rendu compte très vite de ce qu’elle est mais mon fils lui ne veut rien voir, rien entendre. Il en est fou amoureux et rampe à ses pieds.pourtant c’était un jeune homme avec du caractère, elle en a fait une « larve ». En tant que maman ça me fait mal d’être privée de mon fils et je ne sais pas quoi faire pour lui ouvrir les yeux.

    • Bonjour Chantal,
      Ma réponse va être cruelle, mais tu ne peux RIEN faire sinon attendre, (et prier si tu es croyante). J’ai épousé à 45 ans, donc en plein âge de raison, en 2è mariage un PN, j’étais folle amoureuse de lui, TOUT mon entourage m’a mise en garde discrètement, y compris un de ses meilleurs amis, et je n’ai RIEN vu, rien entendu, rien compris. Mes parents m’ont vue dégringoler, perdre 15 kg au bout de 2 ans de mariage, faire une dépression… mes 2 derniers enfants ados ont préféré partir en internat militaire loin pour se préserver, avec mon accord, soutenue par ma psy, mais après ça il m’a fallu encore SIX ans pour ouvrir définitivement les yeux et partir. Et encore, même après, je me pose des questions, est-il réellement si PN que ça… et j’ai besoin des témoignages et affirmations de mon entourage pour me rappeler des situations, des dialogues, que j’avais occultés parce que trop douloureux.
      Tu dois juste être présente, sans juger, être aimante, même à sens unique. Le jour où il ouvrira les yeux, ton fils te sera reconnaissant de ton silence non accusateur…
      Bon courage, pour une maman c’est certainement très difficile…

  28. Pingback: LE LOURD SECRET DU MANIPULATEUR PERVERS | ASSOCIATION CVP - Contre la Violence Psychologique

  29. Bonjour,
    J’ai déjà laissé un message sur cette page (et un autre qui a disparu d’ailleurs). Une histoire d’homme qui s’est révélé ne pas être l’individu charmant dont j’étais tombée amoureuse.
    Un gros conard, oui!!!

    J’ai 56 ans.
    Depuis novembre dernier, pendant notre relation (nous étions ensemble depuis 3 ans mais nous ne vivions pas ensemble), il s’est mis en couple avec une autre femme. Une copine à lui depuis toujours. Une ex maîtresse à vrai dire…
    Après l’installation de cette femme chez lui, moi je n’existais plus, je n’avais plus que des défauts, on se voyait moins voire plus du tout pendant plusieurs jours de suite. J’étais sans cesse critiquée, puis injuriée, engueulée… Des hurlements de son fait dès que l’on se parlait. Je ne faisais plus partie de sa vie quotidienne. Il m’a demandé que l’on se voit moins : « Le quotidien tue l’amour » (paraît-il). Je lui ai répondu : « Sans quotidien il n’y a plus d’amour ».
    Je l’ai quitté avant la fin du mois de mars de cette année. La veille de mon anniversaire : beau cadeau. Quand je lui ai annoncé que je le quittais, il m’a répondu : « Je m’en fous, je n’aurais aucun problème à me trouver une autre nana ». Tant mieux pour lui, dommage pour elle…

    Je suis trop contente de ne plus être avec lui.
    – La réflexion : j’ai longtemps réfléchi à la raison pour laquelle il avait tant changé. Je crois que ce n’est pas la peine d’y réfléchir, personne jamais ne le saura.
    – Puis la colère : je m’en suis voulu d’être tombée dans ce piège aussi grossier et humiliant. Mais je ne vais pas m’en vouloir tout le temps comme ça.
    – Puis il m’a re-contactée, pour aller boire un café (il l’a bu tout seul son café). Il m’appelle au téléphone (j’ai un vieux téléphone, le numéro n’apparaît pas) pour me demander si je vais bien (si je vais bien sans lui peut-être?). Je prends une voix gaie pour lui répondre que : « Je vais très bien, merci ». Il me demande : « Tu m’appelles, promis? », il peut toujours espérer…

    On ne se voit plus mais le mal est fait.
    La mauvaise graine a pris racine et a germé.
    J’ai du mal à m’en sortir.
    Je déprime très facilement.
    Je dors mal : je m’endors tard, du coup le réveil est tardif. Ca me fait une petite journée.
    Je contacte des ami(e)s mais ils ne sont pas toujours disponibles pour moi. Ils ont une vie privée (eux!).
    Ou alors je n’ose pas les déranger : je trouve une excuse pour ne pas les contacter.
    Et puis quand je les vois, je suis toujours souriante, heureuse de vivre, drôle. Je simule tellement bien!!! Tout le monde est persuadé que je me suis très bien remise de cette rupture.
    Mais cette semaine a été terrible (plus terrible que les autres semaines) : je suis très peu sortie de chez moi (je suis au chômage). Sortie uniquement pour faire quelques courses (faut bien manger).
    D’ailleurs je mange mal : j’ai pris 2 kg. Le chocolat…

    Je me sens dévalorisée, inutile, insignifiante, bonne à rien, méprisable, pas fréquentable.
    J’ai eu une enfance où ma mère me faisait ressentir ce que j’ai écrit à la ligne précédente.
    Elle n’avait de cesse que de me frapper, m’insulter, me mépriser, me hurler dessus.
    Je suis la fille de son amant; je pense qu’elle m’en a toujours voulu d’être née. Elle a tenté un avortement qui n’a pas été efficace (là les informations sont floues).
    Mon frère (mon aîné), par contre, c’était « Dieu sur Terre »!!! Elle l’aimait plus que son propre mari!!! Son mari, le pauvre homme, s’est suicidé à ma majorité. Il avait rempli son contrat : élever « ses » deux enfants. Il ne m’a jamais adressé la parole, c’est difficile à croire, je sais. Ma mère est décédée, bon débarras. Mon frère et toute sa famille ne m’adressent quasiment pas la parole : « bonne année », « joyeux anniversaire » et c’est tout (par courriel c’est moins cher que le téléphone). Ils ont leurs vies sans moi.
    Je n’ai pas voulu avoir d’enfant(s).

    Voilà, il y a eu ma mère, puis un mari violent, des amants, puis cet homme.
    J’ai le don d’attirer les emmerdeurs!!!
    Je ne sais pas quoi faire pour remonter la pente.
    Je n’arrive pas à attraper le fil qui va me faire remonter.
    Je ne sais pas où trouver ce fil d’ailleurs.
    Je suis perdue.

    Ce dont je suis sûre c’est que je ne vais pas retourner avec cet homme. Pas de crainte.
    Là, je pleure.
    Que faire?
    Christine

    • Bonjour Christine.
      Afin de vous répondre je vous invite à nous envoyer un mail à associationcvp@gmail.com.
      Etes-vous accompagnée par un médecin, un psychologue, un thérapeute ? Avez-vous un soutien extérieur, une aide ou une écoute ?
      N’hésitez pas à nous écrire à l’association.

      Bien cordialement

      Anne-Laure Buffet

    • Vous faire aider par un professionnel , c’est comme ça que je m’en suis sortie , apprendre à me retrouver , à me ré aimer au moins un peu , et avancer sans me retourner , faites vous aider c’est indispensable

  30. J’en ai un dans l’entourrage, disons que c’est un « vague » pote que je suis obligé de « subir » car on a plusieurs amis en commun. C’est hallucinant, réelleement ! Surtout que celui là a EN PLUS un « problème » avec l’alcool, ce qui fait qu’en plus de tous les symptomes décrit dans cet article (ils y sont AU DETAIL PRES, je viens d’ailleurs de faire lire ce texte à un ami qui trouve également, que ça lui correspond a 150 % !) tous ses « excès » sionbnt aggravés par la boisson.
    Bref, je voulais surtout laisser un commentaire pour proposer une solution à ceux qui doivent les subir : RIDICULISEZ LES ! Ils ne supportent ABSOLUMENT PAS qu’on les prenne pas au sérieux (eux qui vouent un culte au moindre détail de leur existence). Si vous craignez des réactions « violentes », faites le de manière subtile, qu’il aie un doute.
    Cette méthode marche, surtout que depuis quelque temps, nous sommes plusieurs à employer cette méthode sur lui et il ne sait plus à quel saint se vouer (par contre, il essayera toujours de monter d’autres gens contre ceux dont il se « méfie », mais nous sommes relativement tous bien conscients qu’il a un problème, aussi ses « manipulations » ne marchent générallement pas…si votre entourage est composé de gens de confiance et conscients de son problème, vous n’avez donc rien à craindre de ça).
    Donc j’insiste: ridiculisez le. Même « gentiment ». L’humour et l’ironie sont des armes merveilleuses contre ce genre de personnage (qui misent tout sur le tragique, le melo, etc…) , arme déstabilisante à souhait!!!!
    Et plus vous serez nombreuxx à le faire, plus ça ffonctionnera!
    En esperant que ceci peut aider quelqu’un….

  31. Moi j’en ai pris pour 5 ans… avant de fuir pour garder la tête hors de l’eau.
    Est-ce qu’on en sait plus sur ce qui fait d’un homme (d’une femme) un pervers narcissique?

  32. porter exact de mon mari,et je dirais même pire en suggestion continuelle même quand je conduisait la voiture je ne savait plus conduire tellement il me conditionnée, la situation à un peu changé car nous avons déménager, lui il ne connaissait personne et donc je me suis senti un peu moins sous l’emprise,

  33. J’ai vécu pendant 3 ans avec un PN… le profil lui correspond bien… rajouter a cela un probleme d’alcool… je n’ai vu que son probleme d’alcool… le coté PN- manipulateur je ne l’ai vu qu’apres la séparation…
    En trois ans, je suis devenue lui… cad que j’aimais ce qu’il aimait, faisait ce qu’il voulait que je fasse, pensais ce qu’il pensait… tout sa tellement subtilement que je ne l’ai pas vu. Au fur et à mesure de la relation, j’ai dit au revoir à mon entourage proche : le peu d’amis que j’avais ou une partie de ma famille qui ne lui plaisait pas… puis s’est installé la violence verbale, puis la violence physique tout cela couplé avec l’alcool… mais tout cela était de ma faute selon lui… après un épisode violent, il y avait un petit pardon mais vraiment du bout des levres et il ne fallait plus revenir dessus parce qu’il l’avait deja dit et qu’on allait pas revenir dessus sans arret.
    Comment oublier les bleus, ou comment oublier les insultes juste avec un mot… à force de m’en prendre plein la tete j’ai fini par me dire que cela venait de moi… que moi j’avais un probleme… je suis allée voir des personnes pour me guérir moi, pour guérir ce qui n’allait pas chez moi… couplé a ce mal etre profond, une baisse de libido profonde… plus envie…je le faisais pour éviter les problémes, les conflits mais je pleurais à chaque fois… l’impression de me sentir objet, utilisée et lui qui le voyait, le sentait mais qui s’en foutait! Vive l’amour!
    J’ai vécu 1 an comme sa… j’étais à la limite de la dépression, je n’avais plus de force, il était en train de finir de m’anéantir. pendant 3 ans j’ai donné tout ce que je pouvais amour, temps, argent, force, soutien… je me vidais de l’intérieur et lui estimais que cela n’étais pas assez, il m’en demandait toujours plus.
    J’ai hésité longtemps pour la séparation car j’avais l’impression de l’abandoné… mais finalement j’ai enfin dit ces mots : c’est fini, je n’en peux plus!
    Après cela j’ai vécu l’enfer… j’ai compris ce que les mots peur, insécurité, voulaient dire.. il était devenu completement fou et n’avait plsu de limite…je suis partie de chez moi au bout d’une semaine de cohabitation.

    Il y a eu encore bien d’autres épisodes après celui la .. cela fait 4 mois maintenant que nous sommes séparer… j’ai vu et compris qui il était, je vois la manipulation maintenant, comment il essaie de me replonger dans le meme système… quand je le vois faire cela me donne envie de vomir mais en meme temps cela me fait rire… je me dis « mais quel con ce mec!! »

    Le problème qui me taraude aujourd’hui c’est que j’ai rencontré quelqu’un qui a deja vécu quelques choses de bien difficiles avec une PN (celle la bats les records!!!) comme nous tous il a des blessures assez fortes suite à cette expérience et il a encore du mal à s’en remettre.
    Mon dilemme c’est que sa meilleure amie est également une PN mais lui ne le voit pas. Depuis que je suis arrivée dans son cercle (à lui), elle m’oblige à rentrer dans le sien. Elle me harcele par téléphone (10 appel dans la matinée, sms (plusieurs), message sur facebook pour dire à chaque fois la meme chose) et quand je lui fait la remarque, c pas elle, c son téléphone qui beug… genre!
    Quand tu parles de quelque chose qui ne l’a concerne pas, elle joue avec son tel, faut toujours que l’attention soir centré sur elle. Elle ne mange plus parce que sa mere lui a dit qu’elle était trop forte… donc elle a beaucoup perdu… mais elle le fait et elle sait qu’elle le fait juste pour attirer l’attention des autres… elle me l’a confirmé.

    Je suis un peu perdue car lui je l’aime vraiment beaucoup et que quelque part je voudrais pas le perdre mais en meme temps je ne peux pas vivre ce que elle veut me faire vivre… je veux pas rentrer dans son jeu à elle mais je n’ose trop rien dire car c’est une jeune fille, je veux pas lui rentrer dedans par peur de lui faire mal (coté fragile, innocente d’une fille et on se dit c pas possible qu’elle soit comme sa). Et si je lui dit quelque chose à lui, j’ai peur de sa réaction et d’etre rejeté en ayant voulu lui faire voir cela!
    Que faire? Un conseil?

  34. Je m’y connais tres bien sur ce sujet et malheureusement les ouvrages de Francais sont trop peu nombreux, ou trop mediocres; je recommande la lecture de 2 bouquins en Anglais (le 2eme a ete traduit en Francais): -In sheep’s clothing par George Simon Jr et – Who’s pulling your strings par Harriet B. Braiker (titre du livre traduit: Ces gens qui tirent vos ficelles). Toutes les reponses sont la-dedans, et permettent de se plonger dans la realite, et d’apprendre que les gens foncierement mauvais et profondement mechants (voir diaboliques) ca existe; nous ne vivons toujours pas chez les bisounours!

  35. Il faut reconnaître que nous avons toute une panoplie de candidats de tous les sexes à ce terme dans les personnalités publiques françaises se situant notamment dans la bobocratie. À commencer par Caroline Fourest…

  36. J’ai beaucoup aimé votre article, je sais que le PN est une construction de la personnalité, mais comment faire que nous puissions aider nos enfants à se construire sans cette déviation,

  37. Bonsoir,

    suite à 3 psychologues qui ont déterminé que ma mère était une manipulatrice perverse narcissique, il y’a pas mal de choses que je comprend mieux avec votre article!

    Malheureusement, ce qu’elle m’a fait subir quand j’étais enfant; quand j’étais ado ne s’efface pas! Elle m’a littéralement détruite, fait de moi une suicidaire par moment malgré la force de ma croyance en la vie et en l humain!

    Ces psychologues m ont dit plusieurs fois que sans cette force, je ne serais plus là depuis longtemps…. j avoue que ça me fait plus peur qu autre chose……

    J ai quitté ma mère lorsque elle m a mise à la rue à l âge de 14ans, j ai continuer mes études pour avoir le bac dans un squat…
    Meme à ce moment là, elle mentait à ma famille, disant que je dormais chez une amie ou était à la danse, lorsque ma grand mere, mon père ou autre personne appelait; ce qui a fait que je croyais réellement que tout le monde s’en foutait de moi! En 7ans, on s’est vu 2 fois sans se parler et vu que je n arrivait pas à communiquer sans des déboulements de rage; j ai fini par croire que ce qu’elle me faisait subir, c’était normal vu que je croyais que toute ma famille le cautionnait! du coup meme pendant cette période, je me suis coupée de tout les gens que j aime.

    A 18 ans, mon père m’a avoué,malgré qu elle lui ai fait promettre de ne jamais me le dire, que ce n était pas mon père; j ai encore plus pris le large et d’autant plus lorsque elle niait tout au point de vouloir me faire enfermer en hp! La rage, la gorge noué j ai essayé tant bien que mal d’avancer; avec du recul, je me dis que j aurais du en parler à tout le monde ou du moins en avoir le courage! mais c’est le genre de femme à qui personne ne peut rien dire et qui est capable de glacer un repas de famille en 2 phrases!!!

    J’ai 28ans, et il a fallu 10ans pour qu elle passe au fait de nier à au moins admettre qu elle m a caché mon identité; mais sa version des fait ne tient pas la route! J ai fait la connerie de croire qu elle avait été ignoble et extrêmement méchante envers moi car elle avait souffert, du coup, recherche de son passé, recherche de ses anciens ami(e)s mais elle n en a pas beaucoup! ou du moins, le peu qu elle a ne m ont rien apporté! et je suis juste usée, fatiguée, je n ai confiance en personne meme si j apprend!

    J ai eu la chance de rencontrer des gens auxquels je serais éternellement reconnaissante; sans eux, je n userais jamais arrivé! et c’est peu de le dire!

    il y a un an, j ai prêché le faux pour avoir le vrai et j ai senti qu elle savait qui c’était et des qu elle s’est rendu compte que je bluffais, sa version a changer; je lui ai dit que je l aimais mais que je ne lui parlerai plus jamais car elle continuait constamment de me mentir; puis je me suis aussi rendu compte que notre relation allait bien que quand moi j allais mal! quand je vais bien, elle me détruit et me dit que ce que j entreprend, c’est n importe quoi!!!

    du coup en faisant un bilan sur un plan financier, de mes 14 à mes 21ans, je me suis démerder seule, toute seule!!! et j ai du faire des choses dont je ne suis pas fiere pour manger….
    Lorsque je suis rentré en grand conservatoire, elle me donnait 380euros par mois, le poison!!! vu qu elle est ingénieur de l équipement, je n avais pas droit aux bourses et ai donc toujours travaillé à coté de mes études. Depuis mes 14ans, la pension alimentaire de mon père adoptif, elle se l ai mis dans la poche; sans compter qu elle me déclarait aux impôts sous sa tutelle…. Elle a tout fait pour que je ne réalise pas mon reve, devenir danseuse contemporaine(j ai quand meme été reçu dans l une des plus grande école du monde aux usa!).;….
    J ai compris il n y a pas longtemps que seul l argent l’a touchait; soit; comment je peux lui faire payer devant la justice alors que j ai très peu de preuve??(y’a quand meme mon perd qui m a retrouvé au bout de 3 ans dans la rue et sa soeur qui sait tout!!)
    Et qu elles sont les démarche pour que je ne soit plus sa fille???
    Je ne veux plus être l enfant de ce monstre….du moins sur les papiers!!!

    Je ne veux pas qu un jour elle me détruise à nouveau, je ne veux pas qu elle connaisse mes enfants si je dois en avoir, j aimerais qu elle soit différente mais je ne la changerai pas, j ai essayé pendant 10ans, et là, je suis juste au bout du bout…..

    je ne sais plus quoi faire tout simplement……

  38. j’aurais néanmoins une question, voila j ai été violente avec mon compagnon, j en ai tellement honte, suis je comme ma mère?? comment puis je faire pour arrêter d’être violente envers l homme que j aime plus que tout au monde??

  39. Oh lala ! Je viens de me rendre compte que 80% des hommes et des femmes sont des pervers narcissiques, des veuves noires, des sociopathes, des psychotiques, des mégalos, et j’en passe.

    Il faut arrêter la paranoïa. Quand on est dans les griffes d’une personne vraiment pervers ou psychopathe on en sort annihiler. Pas conscient et réveillé sauf aide d’un professionnel.

    Une personne normale peut tout à fait vous faire souffrir il y a une vraie différence.

  40. La vache, j’avoue que je suis PN, enfin elle n’a cessé de me le répéter, plus alcoolique, cas social, violent etc.., c’est insidieux, j’étais au chômage, sans appartement, elle m’a proposé de venir habiter avec sa fille, en pensant qu’elle avait de réel sentiments à mon égard, elle n’arrêtait pas de me trouver beau, et le lendemain j’étais le pire des connards., et je devais dégager de chez elle, de façon cyclique, en début de mois. Il y a bien eu des moments sympa, mais était ce sincère ? J’ai bien sur mon caractère, et je ne suis pas à la recherche d’une relation fusionnelle, j’ai bien senti que quelque chose clochait, néanmoins je ne savais pas ce qu’était un PN, depuis que nous sommes séparés, je suis passé par différent stade de colère, de tristesse, de haine, essayant de retourner ses armes contre elle, car une fois que j’étais convaincu de son trouble, je souhaitais juste qu’elle suive une thérapie, je lui ai proposé d’aller voir ensemble qqn, d’avoir un médiateur, en vain. Le plus drôle dans l’histoire à chaque tentative pour renouer le contact, elle appelait les policiers, en prétendant que je la harcelais. Elle a supprimée tout nos messages sur ma boîte mail, car elle y avait accès et que cela était compromettant. Récemment elle m’a frappé alors que je desirais un dialogue, et a de nouveau appelé les policiers. Elle s’est retrouvé qqn environ 3 semaines après notre separation, qui date de fin avril, un musicien, comme moi, un mec qui sait parler aux femmes comme elle s’est plus à me dire, il y a QQ mois, je n’ai pas réalisé à ce moment ce qu’elle sous entendait, et c’est seulement maintenant que j’ai compris son allusion. Heureusement Je suis entouré par ma fille et mes amis, mes parents sont morts il y a qq annees. J’ai quand même pu l’enregistrer un soir lors d’une de ses crises, de violences, et j’ai gardé des courriers, je ne veux pas être une victime, mais j’ai mal. Surtout n’hésitez pas à enregistrer vocalement, même si cela ne constitue pas une preuve, au moins vous pourrez vous défendre.

  41. Bonjour,

    Je viens de rompre avec cet homme parfait, car on est devenu toxique ensemble. Je l’aime et il me manque. J’ai beau voir des traits communs avec le Pervers Narcissique, mais ça ne ‘colle’ pas. Je me demande si je ne me suis pas emportée avec tout ces discours/blogs/infos sur le PN, et aie fuit avant de pouvoir vérifier s’ils s’appliquaient à lui. Il a toujours été là pour moi et l’est encore, me fais toujours passer avant, il est malheureux par ma faute à cause d’une suite d’incompréhensions dans lesquelles je me suis embourbée, et il voudrait comprendre pour qu’on avance, et que je sois honnete avec lui, mais je ne comprends pas non plus donc on se dispute et on n’avance plus. On sors ensemble depuis 14 mois, et sur le point de s’engager à vivre ensemble dans la même ville à l’étranger.

    Mon ‘PN’ est plus âgé de 5 ans, il a travaillé et moi j’en suis au stade de recherche du premier emploi.
    Il y a eu une phase de ‘séduction’: j’ai été chouchoutée, comblée dans les moindres désirs, souvent à l’excès, restos, voyages, il m’aide aussi professionnellement, je suis devenu complètement dépendante de lui, et lui fais une confiance aveugle sur son avis : il est toujours optimiste et me pousse vers le haut.
    Seul hic: il fait plein de choses pour moi mais moi je ne fais rien pour lui, je pars inconsciemment du principe qu’il fait tout tellement bien qu’il n’a pas besoin de moi pour ses affaires, et aura forcément une meilleure opinion (ex: pour le travail, je n’ai jamais travaillé donc difficile de le conseiller, lui qui a déjà de l’expérience).
    Tout ce qu’il fait est mieux donc je ne m’embete pas à chercher des restos/idées de sorties/conseils professionnels… car il cherchera aussi et trouvera mieux que moi (vous suivez..?)
    Puis un jour il y a 4 mois tout a explosé, il m’a reproché des choses à la base vraies sur le début de notre relation, et aussi reproché de ne pas etre venue lui en parler (problèmes de mecs). Puis les disputes sont allées trop loin dans les hypothèses et je me suis trouvée coupable de choses dans lesquelles je n’arrivais pas à m’identifier.
    Je ne sais pas si c’est moi qui n’aie pas été assez forte pour me souvenir des situations à problèmes, le contrer quand il allait trop loin dans son raisonnement, le fait est que maintenant il croit dur comme fer que je l’ai trompé, que je ne peux pas m’empêcher de susciter l’envie chez un certain type d’homme (qu’il identifie dans la rue et me reproche de mater ou me retenir de mater en sa présence). Et dans cette situation je suis tourmentée : j’ai avoué que c’était vrai et essaie de me repentir, en parallèle je ne fais rien de concret car ne me sens pas coupable ‘à ce point’. Et du coup il ne comprends plus rien. Il me reproche de ne pas être honnete, et je suis en tort car effectivement je ne suis pas honnete vu que je répète ce qu’il me dit.

    Il souffre sans le montrer à personne, et continue de me pousser vers le haut, parler en bien de moi, me mettre en avant, m’offrir des cadeaux, il m’a même trouvé le job de mes reves ! (je suis dépendante de lui, et par ses relations il a pu pousser ma candidature jusqu’à l’embauche pour un job -vraiment incroyable). En parallèle il se laisse aller. Il aurait pu etre embauché dans un endroit genial mais a refusé (pour moi – je passe les détails mais je ne l’ai jamais poussé a accepter, la relation a toujours été centrée autour de moi, et jamais de lui), et s’est grillé professionnellement en s’occupant de moi, s’assurant que j’ai un travail avant lui. Bon ce n’est qu’un exemple mais en bref sans moi il se porterait bien mieux (ce n’est pas une croyance, c’est un fait j’insiste. je ne dis pas que c’est de ma faute, c’est lui: il ‘doit m’aider’. Il me fait TOUJOURS passer avant lui)

    Il me reproche de ne pas le mettre en avant, parler bien de lui, agir comme une petite amie amoureuse et fière de lui etc., surtout compte tenu de la situation et ce qu’il fait pour moi, (alors que moi je ne fais rien). Et effectivement, avant la dispute je ne faisais rien/pas grand chose (j’étais dans mon petit monde de fée où il fait tout pour moi), et depuis qu’on s’est disputé, je ne fais rien non plus… En effet je ne comprends plus la dispute, et ça me bloque (ce que je lui ai avoué alors que je ne me sens pas coupable, et les autres choses pour lesquelles je me sens vraiment coupable, l’attitude à adopter,…) . Du coup je suis passive et je suis incapable de parler bien de lui ou d’agir pour lui faire plaisir (que veux-t-il?).
    Je m’en veux de l’avoir trainé vers le bas, et je ne sais pas comment gérer la situation, donc plutôt que dire du bien de lui, j’évite toutes questions sur lui avec mes proches, alors que lui en contraire estime que je devrais être fière et le mettre en avant. et donc je ne fais pas d’effort.

    Tout ce récit est un peu abrégé et confus, mais voilà je n’arrive pas à savoir si c’est un PN, ou si c’est moi qui ait un problème. Il plus vécu que moi et a plus de recul. Il est profondément gentil, pense d’abord aux autres avant lui, il est malheureux et ne comprends pas pourquoi je ne viens par régler la dispute, le consoler et le soutenir. Il m’aime profondément et voudrait que ça marche mais je continue à le faire souffrir.

    Je suis perdue, qu’en pensez-vous?

  42. Bonsoir,

    Je viens de rompre avec cet homme parfait, car on est devenu toxique ensemble. Je l’aime et il me manque. J’ai beau voir des traits communs avec le Pervers Narcissique, mais ça ne ‘colle’ pas. Je me demande si je ne me suis pas emportée avec tout ces discours/blogs/infos sur le PN, et aie fuit avant de pouvoir vérifier s’ils s’appliquaient à lui. Il a toujours été là pour moi et l’est encore, me fais toujours passer avant, il est malheureux par ma faute à cause d’une suite d’incompréhensions dans lesquelles je me suis embourbée, et il voudrait comprendre pour qu’on avance, et que je sois honnete avec lui, mais je ne comprends pas non plus donc on se dispute et on n’avance plus. On sors ensemble depuis 14 mois, et sur le point de s’engager à vivre ensemble dans la même ville à l’étranger.

    Mon ‘PN’ est plus âgé de 5 ans, il a travaillé et moi j’en suis au stade de recherche du premier emploi.
    Il y a eu une phase de ‘séduction’: j’ai été chouchoutée, comblée dans les moindres désirs, souvent à l’excès, restos, voyages, il m’aide aussi professionnellement, je suis devenu complètement dépendante de lui, et lui fais une confiance aveugle sur son avis : il est toujours optimiste et me pousse vers le haut.
    Seul hic: il fait plein de choses pour moi mais moi je ne fais rien pour lui, je pars inconsciemment du principe qu’il fait tout tellement bien qu’il n’a pas besoin de moi pour ses affaires, et aura forcément une meilleure opinion (ex: pour le travail, je n’ai jamais travaillé donc difficile de le conseiller, lui qui a déjà de l’expérience).
    Tout ce qu’il fait est mieux donc je ne m’embete pas à chercher des restos/idées de sorties/conseils professionnels… car il cherchera aussi et trouvera mieux que moi (vous suivez..?)
    Puis un jour il y a 4 mois tout a explosé, il m’a reproché des choses à la base vraies sur le début de notre relation, et aussi reproché de ne pas etre venue lui en parler (problèmes de mecs). Puis les disputes sont allées trop loin dans les hypothèses et je me suis trouvée coupable de choses dans lesquelles je n’arrivais pas à m’identifier.
    Je ne sais pas si c’est moi qui n’aie pas été assez forte pour me souvenir des situations à problèmes, le contrer quand il allait trop loin dans son raisonnement, le fait est que maintenant il croit dur comme fer que je l’ai trompé, que je ne peux pas m’empêcher de susciter l’envie chez un certain type d’homme (qu’il identifie dans la rue et me reproche de mater ou me retenir de mater en sa présence). Et dans cette situation je suis tourmentée : j’ai avoué que c’était vrai et essaie de me repentir, en parallèle je ne fais rien de concret car ne me sens pas coupable ‘à ce point’. Et du coup il ne comprends plus rien. Il me reproche de ne pas être honnete, et je suis en tort car effectivement je ne suis pas honnete vu que je répète ce qu’il me dit.

    Il souffre sans le montrer à personne, et continue de me pousser vers le haut, parler en bien de moi, me mettre en avant, m’offrir des cadeaux, il m’a même trouvé le job de mes reves ! (je suis dépendante de lui, et par ses relations il a pu pousser ma candidature jusqu’à l’embauche pour un job -vraiment incroyable). En parallèle il se laisse aller. Il aurait pu etre embauché dans un endroit genial mais a refusé (pour moi – je passe les détails mais je ne l’ai jamais poussé a accepter, la relation a toujours été centrée autour de moi, et jamais de lui), et s’est grillé professionnellement en s’occupant de moi, s’assurant que j’ai un travail avant lui. Bon ce n’est qu’un exemple mais en bref sans moi il se porterait bien mieux (ce n’est pas une croyance, c’est un fait j’insiste. je ne dis pas que c’est de ma faute, c’est lui: il ‘doit m’aider’. Il me fait TOUJOURS passer avant lui)

    Il me reproche de ne pas le mettre en avant, parler bien de lui, agir comme une petite amie amoureuse et fière de lui etc., surtout compte tenu de la situation et ce qu’il fait pour moi, (alors que moi je ne fais rien). Et effectivement, avant la dispute je ne faisais rien/pas grand chose (j’étais dans mon petit monde de fée où il fait tout pour moi), et depuis qu’on s’est disputé, je ne fais rien non plus… En effet je ne comprends plus la dispute, et ça me bloque (ce que je lui ai avoué alors que je ne me sens pas coupable, et les autres choses pour lesquelles je me sens vraiment coupable, l’attitude à adopter,…) . Du coup je suis passive et je suis incapable de parler bien de lui ou d’agir pour lui faire plaisir (que veux-t-il?).
    Je m’en veux de l’avoir trainé vers le bas, et je ne sais pas comment gérer la situation, donc plutôt que dire du bien de lui, j’évite toutes questions sur lui avec mes proches, alors que lui en contraire estime que je devrais être fière et le mettre en avant. et donc je ne fais pas d’effort.

    Tout ce récit est un peu abrégé et confus, mais voilà je n’arrive pas à savoir si c’est un PN, ou si c’est moi qui ait un problème. Il plus vécu que moi et a plus de recul. Il est profondément gentil, pense d’abord aux autres avant lui, il est malheureux et ne comprends pas pourquoi je ne viens par régler la dispute, le consoler et le soutenir. Il m’aime profondément et voudrait que ça marche mais je continue à le faire souffrir.

    Je suis perdue, qu’en pensez-vous?

    • Oui..c est normal d etre confuse ..c est ce qu un pn cherche..a vous faire culpabilise pour que vous n y compreniez rien a son mode malsain. .comme cela c est lui qui a gagne…recouvrez votre lucidité et vous vous libererez de lui ..Il faut du courage et de la fermeté pour lui foutre un grand coup a son petit ego de mrd…

  43. Je crois que lorsque nous avons vécu avec des parents de très fort caractère avec un grand aura, nous sommes toujours à la recherche de personnes brillantes. Et les pervers sont tellement fort à la parole que l’on se fait toujours avoir. Il suffit qu’il sache que l’on a déjà vécu cela, que l’on se soit déjà fait avoir. Il le comprenne, et se disent à leur tour donc ne dites à personne ce que vous avez vécu … Pour mon compte, je ne veux plus faire confiance et mets de la distance dès que je sens qu’une personne envie ma vie, me jalouse. A moi de profiter …

  44. Ils sont tellement fort, manipulateur, menteur, que même les psy se font avoir. Donc je ne crois pas qu’ils puissent changer

  45. Je ne comprend pas le justice au vue de se que je viens de lire en effet toute personne violente devrais ne plus avoir la garde de leurs enfants et renvoyés les manipulateur(trice) devant leur responsabilité ,et les condannées lourdement afin que cela servent d’exemple au futur couple qui pourrais rencontrées les meme grief pour moi je considère un homme qui frappe sur une femme est un lache et qui la justice devrais condané durement

  46. Bonjour, je crois être en train de me rendre compte que mon mari serait bien un manipulateur pervers . Pour des problèmes de couple , notamment relationnels ,nous avons commencé une thérapie il y a 2 mois environ. Le therapeute nous reçoit toujours ensemble , des entretiens qui durent une heure environ et je me suis rendue compte que mon mari semble manipuler aussi le psy … Dois-je , à votre avis, parler au psy de mes soupçons en apparté ou dois-je attendre un peu pour voir s’il le « demasque » et me contacte de lui-meme ?
    Merci de votre aide, je suis perdue et paniquée …

    • Bonjour

      Afin de vous répondre au mieux je vous propose de nous écrire à associationcvp@gmail.com ou de me contacter au 0660709564.

      Des rendez-vous d’une heure pour le couple ? Ça me semble un peu léger pour vous autoriser à parler tous les deux…
      Et je ne suis pas certaine qu’il faille tout de suite parler au thérapeute… n’hésitez pas à nous écrire ou à me contacter.

      • Bonjour , merci de votre attention . J’ai pris le temps pendant quelques jours pour me documenter un peu plus et faire le point car lors du dernier rdv avec le thérapeute à été évoqué le fait. Que je me mette inconsciemment en situation de reproduire le schèma de mes parents , le psy a lancé quelques perches , en parlant de perversion , et a émis l’hupothèse que je me remettais dans un sentiment. De doute . En effet , j’ai coupé les ponts avec mes parents qui étaient toxiques, ce n’est donc pas un scoop pour moi… Ce qui me chagrine c’est que pour l’instant , j’ai du mal à déterminer si le psy l’a demasqué et me tend la puce à l’oreille ou s’il pense réellement que c’est moi qui ai un réflexe de protection trop virulent et m’empêche de vivre une relation sereine . Je précise que je suis , depuis quelques années une analyse . Merci de votre bienveillance qui soulage et je pense que je vous contacterai prochainement par téléphone . Cordialement

  47. Je rajoute ceci :
    J’ai pris un jeune chiot au mois de juin et j’ai commencé le dressage. Mon compagnon m’a râlé dessus et reproché de le laisser de côté parce qu’il n’y avait que moi qui pouvait m’occuper de lui sur le terrain lors des cours d’éducation canine. J’ai eu beau lui dire que c’était ainsi, un chien n’a qu’un seul maître et que s’il demande à la monitrice, elle lui répondra pareil. Rien n’y a fait, à ce sujet, il était convaincu que je faisais exprès de le laisser de côté.
    J’ai également un vieux chien, et parce qu’ils m’obéissent mieux qu’à lui, il m’a reproché de mal les éduquer et me reproche certaines de mes attentions les concernant en me disant que je les gâte trop. Il m’a un jour dit aussi alors que je caressais mon chiot qu’il aimerait être un chien pour pouvoir bénéficier des mêmes attentions… J’ai trouvé cela ridicule !
    J’ai le sentiment que je ne ferais jamais les choses assez bien à ses yeux, que tout sera toujours matière à critique. Que j’aurais beau abonder dans son sens ou à l’inverse lui montrer qu’il se trompe, je serai toujours en tort. Au mieux, il s’excusera pour la forme avec des mots doux puis reprendra le même discours peu de temps après…
    Est-il vraiment certain qu’il est impossible de le faire se rendre compte de son comportement ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s