FRED ET MARIE, LE SPOT QUI DÉNONCE LES PERVERS NARCISSIQUES

C’est l’histoire de Fred et Marie. Elle était belle, l’histoire. « Mon Fred », « Ma Marie », tout ça. Et puis un très sale truc les a rongés, tous les trois, Fred, Marie et l’histoire. Jusqu’à ce que tout vire au cauchemar. Le très sale truc, c’est que Fred est devenu le propriétaire de Marie, de sa vie, de son corps, de son apparence, de ses mots, de ses goûts. Il a fini par tout imposer, tout décider, tout contrôler. Le comportement typique d’un « pervers narcissique« , pour reprendre l’expression en vogue.

La Belgique pionnière

Avec « Fred et Marie », la Belgique francophone est pionnière dans le genre. « Nous sommes les premiers à avoir abordé la violence psychologique, souligne Alexandra Adriaenssens. On avait regardé ce qui se faisait déjà, dans d’autres pays, histoire de ne pas réinventer la poudre. C’est là qu’on a constaté qu’en matière de lutte contre la violence conjugale, les autres n’abordaient que les coups.

Avec « Fred et Marie », on montre une violence beaucoup plus insidieuse, beaucoup plus perverse, où on entend assez peu de cris en fait. On met en évidence le rapport de domination qu’entretient l’auteur avec la victime ».

La campagne « Fred et Marie » a été menée par la Direction de l’Egalité des Chances en 2011 et 2012.
www.fredetmarie.be

457 réflexions sur “FRED ET MARIE, LE SPOT QUI DÉNONCE LES PERVERS NARCISSIQUES

  1. Je n’en ai pas cru mes yeux ce matin en lisant votre commentaire. La première réflexion que je me suis fait au réveille ce matin c’est: dois-je faire une grave dépression ou une tentative de suicide pour être entendue ? Non bien sûr je m’y refuse ! Je suis divorcée et en médiation ( que je n’ai pas demandé évidemment ) pour la garde alternée de mes deux enfants. Mon fils avec qui tout ce passait bien ne m’adresse aujourd’hui plus la parole, quant à ma fille, elle, a compris que son père n’a pas un comportement normal et ne veut plus le voir.
    Normalement il ne faut pas dénigrer l’autre parent pour le bien des enfant mais quand on sait que l’autre parent est toxique et destructeur, comment ne pas avoir envie de prévenir ? Dois-je attendre que mon fils s’en rende compte par lui même ? De quels genres de stratégies de protection parlez-vous ? Cette dernière question est très importante pour moi sachant qu’on ne peut pas se libérer de ce genre d’individus.

  2. Que demandez-vous le plus urgement, Milie ? Une aide psychologique, une écoute, une aide juridique ? Il n’est pas toujours possible d’aider sur tous les plans, mais l’écoute, la parole, le soutien psy sont indispensables.
    Ce que vous vivez comme d’énormes blocages est malheureusement classique… je ne dirai pas normal, da,s votre situation.

    N’hésitez pas à écrire à associationcvp@gmail.com

    Bien cordialement

  3. Nombreuses sont ces femmes. malheureusement certaines associations ne font rien, ils vous promettent de vous aider en vous écoutant 2h et puis … plus rien… la justice ? Elle est complètement insensible au harcèlement moral …
    Victime depuis 5 ans d’un pervers narcissique, en la personne de mon ex-conjoint, je suis isolée socialement. Je n’ai plus goût à rien, et j’ai peur de tout : de l’interphone qui m’annonce un huissier, du facteur qui m’apporte un recommandé, de mon téléphone qui me menace d’un texto poignant, de ma boîte mail qui enferme un mail de 6 pages … Je me sens incomprise et abandonnée de tous. Mon entourage je ne peux pas leur en vouloir, on ne comprend pas quand on ne le vit pas…

  4. oui j’y ai pensé …ou un documentaire sur les enfants en garde alternée issu d’un parent PN qui a dupé la justice pour continuer la maltraitance sur eux et sur son ex au travers d’eux ….mes enfants sont en garde alternée au final … la décision a été prise le 04/11/11 lors de l’ordonnance de non-conciliation et valider par le jugement de divorce le 13/05/13 … Aujourd’hui ils vont mal mais à part mes très très proches les autres ne veulent pas entendre (alors je n’en parle plus)… je suis debout, je me bats pour avancer (pour eux pour moi ) et du coup pas assez dépressive ou mal pour être réellement encore « maltraitée » par cette homme qui charme tout le monde et se fait passer pour « ma » victime …faisant croire que je suis folle … le seul « avantage » de cette garde alternée c’est qu’à présent ses enfants savent qui il est … pendant la période où il ne les prenait pas du tout entre la séparation et l’ordonnance de non conciliation parfois mes garçons revenaient remplis de sa méchanceté en pensant que c’était moi qui avait « tout cassé de notre vie de famille »….Aujourd’hui ils savent et malheureusement apprennent des stratégies de protection validant ses jugements négatifs …(devant lui pour ne plus aller au conflit)…

  5. Il faut beaucoup de force, et du temps, pour quitter ce genre d’emprise. Encore plus parce que ces gens savent être brillants, caressants, et que vis-à-vis de tout le monde, ils passent pour la bonne personne. Jamais le tortionnaire manipulateur et violent qu’ils sont, dès que toute la bonne compagnie n’est plus là pour voir ce qui se passe en réalité. Lili, je suis navrée, mais ils ne changent pas. La vie est belle et pleine de promesses sans eux. Bon courage.

  6. J’ai lu ton message qui m’a beaucoup touchée et je pense que ta maman et toi devez agir pour votre sécurité.. même si toi tu n’es plus chez lui, tu t’es éloignée de ta peur.. mais qu’en surface.. ta mère est peut etre en danger, en tout cas malheureuse. Sans vouloir m’imiscer dans ta vie je pense que ton père devrait se faire aider a canaliser sa violence. Il risquerait d’aller trop loin et de commettre l’rréparable. Tu peux encore agir et réagir avant qu il ne soit trop tard. Et tu sentiras une vrzie libération crois moi… vous pourrez refaire votre vie

  7. Ne vous sentez surtout pas gênée par votre témoignage, c’est au contraire faire preuve de courage que de venir ainsi exposer aux autres son ressenti face à une situation qui bien souvent perdure à cause de cette chape de plomb qu’est le silence. En effet, je trouve que la vidéo et les témoignages ont eu cet effet libérateur sur beaucoup de monde et ont permis ainsi de faire taire quelque peu ce silence si culpabilisant qui bien souvent nous ait apparu ou apparaît encore pour certains/es comme l’unique solution…pour le moment !!
    Le premier pas vers la guérison et la reconstruction est souvent le plus difficile car il commence par le fait de se pardonner à soi-même et pour ce faire rien n’est plus important que de prendre la parole et de briser ses chaînes de silence. Parler c’est exister par vous-même, et les PN l’ont bien compris, c’est pour cela que souvent ils ne supportent que les paroles qui vont dans leur sens…. Alors maintenant parlez et vivez pour vous et si c’est avec nous, alors c’est un bon début 🙂

  8. Bonsoir, je passe remercier l’association CVP pour son travail. Depuis deux mois que j’ai vu votre vidéo par hasard j’y reviens toujours, et pas tant sur la vidéo que ses commentaires. Celle-ci est très bien faite, et reflète bien une réalité extérieure ou « simplifiée » de cette situation. Vous avez permis de regrouper des personnes dont certaines se sentaient probablement perdues comme moi face à cela, et m’avez permis d’accepter certaines choses et de comprendre beaucoup mieux. D’être écoutée, aussi, et de ne plus être seule face à ce que j’ai vécu, la compréhension/acceptation, et la reconstruction.
    Je me trouve bête à exposer tout ceci, aussi je vous demande de me pardonner si mon propos manque de cohérence.

  9. Bonsoir Valérie, j’ai mis un temps fou à vous répondre, pourtant j’ai été très sensible à votre message. Déjà des témoignages comme le votre me rassurent, et ensuite je constate que je ne suis pas la seule à m’être mise aux sports de combat suite à cela..! Je me reconstruis lentement, dans mon coin. J’ai mis plus d’un an à accepter ce qui s’était passé, je me rends encore compte de nouvelles choses aujourd’hui, et je ne sais pas si je réussirai à être avec quelqu’un un jour. Je préfère être seule que revivre cela…
    Je vous remercie et vous souhaite d’obtenir la vie à laquelle vous aspirez.

  10. Moi aussi j’ai été victime d’un PN. J’ai pris long temps a m’en rendre compte. Ça manipulation a été tellement subtil, que la plus part du temps je versais la culpabilité sur moi, et je me disais que c’était moi qui ne s’adaptait pas a la situation, que c’était moi qui était très jalouse (alors que lui draguait tous le nanas de mon entourage), que c’était moi qui était très parano (alors qu’il me trompait avec je ne sais pas combien de femmes) Jamais il a eu un mot aimable envers moi, et j’essaies de trouver ça normal. Heureusement j’ai écouté mon intuition (sans laisser de me sentir coupable car « j’ai envahissait son intimité ») et j’ai regardé ses mails et ses MSM. J’ai appris tout la vérité (avec de photos et tout). J’ai essayé de parler avec lui, mais c’était impossible. Soi il ne voulait pas parler, soi il me faisait sentir encore plus coupable (il faut jamais parler avec ces types de gens car ils n’écoutent jamais) Il m’a fallu quand mémé un an avant de me décider de le quitter. Aujourd’hui je suis amoureuse de nouveau, et c’est quelqu’un de bien. C’est quelqu’un qui m’aime et qui me le fait voir à tout moment. Les blessures ils ne sont pas encore tous cicatrisées, mais petit a petit je prend plus de confiance en moi même. J’ai voulu partager mon expérience car j’ai lu de commentaires des personnes que disaient d’avoir perdu tout espoir envers l’amour. Je peux vous dire que c’est possible, qu’ il existe de gens bien dans cet monde. Mon expérience m’ai servi pour apprendre a valoriser de choses simples mais importantes de la vie.

  11. J’aurais voulu savoir si les PN en général sont « conscients » de ce qu’ils sont, est-ce que leur comportement, différent en public et en privé, est « voulu, tactique » ou est-ce qu’ils sont définitivement ce qu’ils sont : séducteurs, charmants et pervers (malgré eux ?) ? Comment ils se voient eux ? MERCI

  12. Bonjour Lise

    J’ai un père pn et je n’ai rien fait d’autre que d’épouser un autre pn. Chaque fois qu’une personne me dit que c’est le schéma habituel, je ne peux m’empêcher de faire une grimace de dégoût. Comment ai-je pu retomber dans cet enfer. Ce n’est pas vous qui avez un problème, vous êtes juste quelqu’un de bien. Ne vous repliez pas sur vous même, au contraire. Vous devez apprendre à avoir confiance en vous. Il y a un peu plus d’un an je me suis inscrite à des cours de Wing-Tsun ( Art Martial chinois ) Le simple fait d’apprendre à me défendre physiquement m’a rendu plus forte psychologiquement. J’ai vite retrouvé de l’assurance. Même si je ne suis toujours pas prête à refaire ma vie, je me sens beaucoup plus en paix avec moi-même et c’est important. Dîtes vous que vous êtes sur le point d’écrire un nouveau roman dont le personnage principal est vous et votre reconstruction.

  13. Bonsoir, il semblerait que je sois loin d’être un cas isolé ; après avoir vécu mon enfance auprès d’une grand-mère perverse narcissique et m’être détachée d’elle sans savoir qui elle était, simplement en fuyant le danger qu’elle représentait, l’homme (jeune homme) que j’ai rencontré et avec qui j’ai été pendant six ans l’était lui aussi. Je suis frappée de la récurrence des témoignages de personnes ayant fui une personne ainsi pour tomber entre les griffes d’une autre. Je me pose beaucoup de questions ; « ressentent » t-ils la brèche chez les personnes fragilisées par leur passé, ou bien cela vient-il de moi ? Je me demande parfois si je serai apte un jour à rencontrer une personne que j’aime qui ne me soit pas toxique et avec qui une relation sera possible. Je me demande si, en rejetant la sentimentalité et en recherchant les qualités purement intellectuelles chez un homme, je ne vais pas toujours être confrontée à cela : un homme d’une grande intelligence, qui toujours me pourrira, ou bien la solitude. J’ai peur, j’ai aussi peur d’être moi-même devenue toxique pour autrui. Je me replie, et ressens de moins en moins d’empathie. Je crois que je suis un monstre social né de la monstruosité d’autres.
    Je suis désolée de m’être ainsi épanchée, mais je me pose parfois beaucoup de questions, et je ne sais qui peut y répondre.

  14. J’ai pris la même décision, celle de rester seule pour un bonheur simple. Lors des soirées entre amis j’étais tout simplement inexistante même vêtue de ma plus jolie robe. Aujourd’hui le fait de revêtir ma plus jolie robe me fait plaisir à moi et cela me suffit pour me sentir bien. Je n’arrive plus à m’imaginer en couple, 16 années à essuyer son mépris, son égocentrisme, son égoïsme et ses fausses gentillesses. Ca fait deux ans et demi que je l’ai quitté, six mois que nous sommes divorcés et il essaie encore de me manipuler. Ma seule protection est de ne plus avoir de contacts visuels avec lui.
    Je n’ai pas envie de refaire ma vie, non pas parce que j’en veux aux hommes de la terre entière, mais parce que je n’ai plus confiance en moi vis à vis d’eux. C’est comme si j’avais été marqué au fer rouge, la marque ne disparaîtra jamais.

  15. Ben moi je pt vous dire que la vidéo est similaire a ce que j’ai vécu pendant 13 ans marié, trois enfants divorcer depuis 14 ans privé de une de mes fille pendant 9 ans qui reste juste a un coin de rue, suite au divorce….. le cour métrage est très bien faite , le visage de Marie je l’ai eu souvent …triste juste avant qu’ont sorte, jamais de compliment sur mes belle robe , la bouffe jamais correct , malaise dans des soirée dénigrement subtile….. . le NP. est bien présent dans la vie de tout les jours …. 4 ans et demie avec un autre tipe de ce genre.. la, seule depuis 9 ans, car je veut enfin , si je rencontre un homme pouvoir vraiment aimer la vie encore comme je l’aime la, présentement seule… sans narcissisme de la part du conjoint…. sans reproche subtile …. juste être heureuse simplement sans complication. J’ai compris avec le temps que si je trouve les choses compliquer c’est que je suis pas a la bonne place le bonheur est supposer être simple.. l’amour aussi …..

  16. C’est autre vision que j’apprécie aussi, beaucoup plus radicale c’est sûr, mais sans doute que certaines situations demandent une réponse moins douce 😉 Souhaitons que GLB trouvent dans nos différents mots la force de combattre et soigner ses maux !!
    Je comprends votre vision surtout si l’un membre de votre famille est un PN, mais devant l’incertitude de GLB, j’avoue avoir cherché à l’aider plus dans le diagnostique de sa situation que dans une recherche de solution immédiate. Votre vision du « con » nous sort du doute et permet effectivement d’agir qu’il soit PN ou pas. Bravo !!
    Je vous rejoins sur l’anormalité d’une situation qui peut être vécue comme normale par la victime qui n’a connu que ça ou qui a fini par accepter sa situation comme étant normale car elle perdure dans le temps et que plus le temps passe et moins la victime se sent la force de réagir…je comprends tout à fait cela !! Parfois le cerveau nous fait oublier certaines choses que l’on ne vit plus…heureusement 🙂
    Merci pour cet échange 😉

  17. Si tu peux, tu le quittes au plus vite. J,ai vécu 8 ans avec un mec comme celui-là. Il a fallu qu’il veuille rentrer sa maîtresse dans notre maison et que j’ai peur de perdre la tête pour que je parte.

  18. il faudrait faire un long métrage pour réussir à toucher du doigt la subtilité de ces tortures.. il s’agit là d’un court métrage qui se devait d’avoir un impact réel en un minimum de temps et aux vues des multiples réactions, quelles qu’elles soient, il a été efficace.

  19. l »homme en tant que « méchant » comme vous dites, représente simplement la majorité dans ce genre de cas, ce qui ne veut pas dire que le reste n’existe pas… on s’adresse rarement aux minorités lorsqu’on veut avoir un maximum d’impact mais ce message n’est fermé à personne pour autant : voyez le nombre de témoignages qui justement prouvent que certains s’y sont reconnus et précisent qu’eux sont des « maris de », des « enfants de » ou des « amis de » … le PN est pointé du doigt et ce message a été vu tant de fois qu’on peut au moins reconnaître qu’il a eu son effet.

  20. chercher le ressenti du PN ? c’est le meilleur moyen pour se faire manipuler à nouveau.. j’ai été convaincue pendant la majeur partie de ma vie que mon père n’était pas maltraitant, physiquement ou moralement, alors que l’évidence était là !
    tu peux avoir de multiples fractures, une dépression et une détresse profonde et des traumatismes terrifiants sans pour autant croire que ça n’est pas ça la vie ou que ça n’est pas normal…!
    Ne surtout pas demander son avis à un PN ou à un manipulateur si on veut s’en sortir !
    Faites vous confiance ! Vous n’avez besoin de personne pour ouvrir les yeux, vous avez déjà commencé puisque vous êtes ici !

  21. je dirais qu’à partir du moment où vous doutez sur le sujet, c’est que vous vous trouvez déjà dans une situation dont vous souffrez…
    il ne faut pas forcément qualifier l’autre de PN pour qu’il soit toxique et la vraie question est « êtes vous dans une relation qui vous convient réellement ? »
    sans être face à un PN, on peut, excusez moi des mots, être simplement face à un con et ce n’est souhaitable à personne non plus.
    vous n’avez pas besoin qu’on vous prouve qu’il est tel ou tel profil, si vous n’êtes pas heureuse, si vous ne vous retrouvez pas dans cette relation, alors il est temps que ça cesse car vous méritez certainement mieux.

  22. Je comprends vos interrogations, en même temps je pense que le but premier de ce petit film était surtout de forcer un peu le trait afin de rendre ce problème plus visible. Ensuite, il y aura forcément des degrés dans les réels comportements des PN. A mon sens le plus important, c’est que vous vous posiez déjà la question vis-à-vis de votre conjoint, en ce sens, le film a vous a permis de graduer votre ressenti par rapport à la situation que vous vivez. Et si je m’en réfère à vos propos en fin de votre texte, il me semble que vous pensez fréquenter une personne PN, mais que vous auriez voulu en voir la preuve à l’écran. Dans certains cas la paranoïa peut être salvatrice, alors je vous dirais de garder l’oeil ouvert sur vos questionnements sans pour autant en faire une fixation. Car certaines fois, il arrive que nos peurs nous poussent à avoir un comportement qui incite l’autre à faire ce que nous redoutons le plus. Enfin, si vous pouvez dialoguer avec votre partenaire, tenter d’aborder le sujet de manière détournée grâce à des magazines qui traiteraient du sujet, ce petit film qu’on vous aurait envoyé….bref essayez de voir quel est aussi son ressenti vis à vis de ce sujet et sans doute pourrez vous apaiser vos craintes ou bien alors trouver la preuve que vous chercher.
    Bien à vous,

  23. En effet dans cette video, il est montré un homme en toxique.

    En revanche, si vous observez le travail de CVP, et le blog, vous verrez que l’association n’a en rien un discours sexiste, masculiniste, ou féministe. La violence est asexuée. La victime aussi.

  24. dommage surtout qu’une fois encore, on réduit cette pathologie aux hommes…. Alors qu’elle ne se confine pas aux hommes, mais aussi aux femmes, bien plus qu’on ne le pense…. et je pourrai en parler bien bien bien longuement……

  25. J’ai le même genre de père, et ma mère a essayé de le quitter il y a trois mois, mais mon père s’est fait pardonné le mois dernier. Moi pendant ce temps je me suis trouvée un travail et réfugiée en Angleterre, pour ne pas avoir à craindre d’avoir mon père qui frappa à la porte. Après toute l’aversion que j’ai, après avoir été appellée faible, pigeonne et sans talent, mais qu’il était pas si mauvais comme père parce qu’il me laissait vivre sous son toit, et que malgré ses hurlements et qu’il me fasse peur, il m’aimait et que tout ca c’était « pour mon bien ».
    Et même si je ne reproduis pas le schéma maternel, mon père a bien endommagé mon estime de moi-même et j’ai des moments où j’ai du mal à rebondir sur mes pieds et je peux pas demander à l’aide. Sûrement parce que ma mère ne pouvait pas elle non plus.
    Enfin tout ca pour dire, c’est affolant combien d’enfants comme on l’a été ont vécu, vivent, et vivront ca dans leur vie. C’est incroyablement triste et révoltant.

  26. Je suis venue sur site comme pour faire un « test » et voir si la personne que je fréquente depuis quelques mois est un PN. Ici je trouve le trait très fort , le personnage presque grossier. Et si je devais me fier à cette vidéo , l’homme que je fréquente serait un doux agneau comparé à celui qui figure ici.
    Mes doutes demeurent, mais je me suis forcée à laisser un commentaire car je trouve la représentation du PN peu fiable et alarmante. Sans tomber dans la paranoïa : et si des personnes cherchant à se rassurer sur leur conjoint choisissait de rester avec, après avoir visionné la vidéo avec comme sentiment « Que sur la vidéo c’est évident qu’il y a violence … dans mon cas c’est plus subtil , après tout je dois être simplement paranoïaque. » ?

  27. La psychologie n’existe pas ? Si je comprends bien seul l’empirisme et le positivisme peuvent garantir une science normale ? Il faudrait quitter le 18e siècle un jour et assumer le caractère différent et original des sciences humaines qui se déploient dans un autre paradigme épistémologique que les « sciences naturelles ». Et pour Onfray le pamphlétaire, je l’ai lu, j’ai bien rigolé, mais il oublie que la psychanalyse à 150 ans et que bien de l’eau à coulée sous le pont où se tenait jadis le gourou Freud. Aujourd’hui la psychanalyse utilise les neurosciences, la psychologie clinique et la biologie pour valider ou invalider les théories fondatrices. Mais la caricature et les stéréotypes sont toujours plus attrayants j’en conviens. 😉

  28. Exact, je sais pas si c’est mal écrit ou juste mal joué, là la victime se rend compte que son mec a un souci, alors qu’il faudrait qu’elle soit en permanence partagée entre le fait que ce soit elle ou lui qui ait un souci.

  29. Pingback: Fred et Marie : une campagne contre la violence conjugale | Classe de français

  30. tout ce que vous dites est vrai mais je sombre et remonte sans cesse brisée j ai failli mettre fin a mes jours hier réalisant que j ai été si lâche devant mon enfant qui était en moi et que j ai abandonné je ne pourrais plus jamais être la meme ni me regarder en face je ne vaux rien devant ce que j ai fait alors que j avais le choix p

  31. il n’y a pas que dans les couples que l’on peut être victime d’un pervers narcissique, dans un cercle familial également et ces pervers sont difficilement reconnus comme pervers par l’entourage, les amis, les connaissances….ils sont très prudents et très forts pour paraitre ceux qu’ils ne sont pas…

  32. En passant ce sont de très bon acteurs, mais on auraient tu le gout d’y en sacré une maudite baffe . C’est vrai qu’ils y en a beaucoup qui se valorisent en abaissant les autres (des pêteux de bretelles) et souvent devant des gens , ce qui rends la victime encore plus humiliée et vulnérable, cela emmène souvent a la dépression et plus. Il faut dénoncer ces situations et demander de l’aide. Et ces situations existent aussi a l’inverse. Et même au travail. Ne restons pas a ces situations. On parle souvent d’harcèlement psychologique a l’école mais les harceleurs trouvèrent toujours une victime même adulte même quand ils sont vieux. Ce ne sont certainement pas des personnes heureuses a l’intérieur mais on est vraiment pas obligé de les subir.

  33. c’est vrai que ça manque un peu de réalisme après avoir vécus 3 ans avec un PN je peux vous dire que ce gars là est plutôt sympas les vrai PN sont comme des animaux sauvage qui ne lâche pas leurs proies avant de les avoir achevés. une pensée pour toutes celles et ceux qui ne s’en sorte pas aussi bien qui les personnes qui peuvent témoigner aujourd’hui.

  34. J’ai vecu aussi quelque chose de similaire, 4 ans seulement. 4 ans de trop! Courage Lili, c’est le premier pas le plus difficile. Apres, le ciel est bleu, et l’air est vivifiant!

  35. J’ai vécu avec une maman PN et vécu 7 ans avec un homme PN. Pourquoi aller voir ailleurs quand on ne connait que ça…. Il m’aura fallu l’aide d’un an pour quitter cet homme à cause de la peur, de la honte et de la culpabilité de s’être laisser faire et même de cautionner ce genre de comportement : mensonges, tromperie, trahison, vol, humiliations publiques et intimes.
    Je vis avec un homme qui est adorable, sain et pourtant je le fatigue car il ne comprend pas que mon passé refait surface : je suis méfiante, parano, susceptible, négative et le plus invivable j’ai toujours, tout le temps peur de tout à présent.
    Et pourtant on dit de moi que je suis une fille enjouée, forte et qui a du caractère.
    Personne n’est à l’abri malheureusement…
    Courage à toutes et tous (eh oui les hommes aussi en sont victimes mon père en est une)

  36. « Ne pas réinventer la poudre », ça aurait pu, pour une fois, ne pas à nouveau tomber dans le cliché « monsieur = le méchant ». La dangereuse asymétrie qui est le fait des communications sur ces sujets doit cesser.

  37. D’une part un commentaire peut parfois aider bien plus qu’une longue écoute. L’inconnu qui tend la main…
    D’autre part… Vous avez raison. Réveiller l’enfant en soi pour mieux le connaître et le protéger. Soigner une blessure sans culpabiliser de l’avoir. Ne pas se projeter dans le  » j’ai peur d’être »
    Il n’y a pas de prédestination ni de fatalité. Il y a une volonté de vivre SA vie et non celle des autres même lorsque les autres sont nos parents.

    Dans Je t’appelais Maman Chérie, la fiction proposée sur le blog, j’ai voulu justement rompre avec cette peur de n’être en tant qu’enfant qu’une reproduction d’un parent toxique.

    Connaître ses failles et ses blessures est nécessaire… Paradoxalement ce sont elles qui permettent de vivre.

    Anne-Laure Buffet
    CVP Contre la Violence Psychilogique

  38. Vous savez, c’est normal que vous ressentiez encore toute la souffrance. Ce n’est pas juste parce que vous voulez avoir un enfant et lui épargner ce que vous avez vécu que ça va se faire tout simplement. Vous devez d’abord prendre soin de vous, et de votre enfant intérieur. Vous avez fui la situation horrible que vous viviez et vous avez très bien fait, et ensuite vous avez pu profiter un peu de votre liberté nouvelle. Mais sitôt passé la nouvelle liberté, ce qui vous a détruit remonte en vous. Seulement vous avez la possibilité, cette fois-ci, d’y faire face et de tranquilement réparer, en simplement ayant de l’amour pour vous-même. L’amour commence par l’amour pour soi, ensuite on peut avoir de l’amour pour un partenaire, puis pour un enfant, puis pour sa famille entière, puis encore au-delà. En tant qu’être humain, vous avez completement le droit au meilleur. Vous êtes né pour vivre et en profiter, et non souffrir. Mais la première personne qui peut vous donner le meilleur, qui peut vous aimer totalement c’est vous même. Après vienne les autres. (Je ne suis pas en train de dire que vous avez vécu des souffrances parce que vous ne vous aimiez pas assez, et inutile aussi de se stresser avec « il faut que je m’aime moi-même) Et ayez confiance en vous. Concentrez vous sur vos forces.
    Plus concrètement, je ne sais pas dans quel pays vous vivez, mais vous pouvez certainement trouver des services d’aides et des ressources qui vous aideront à surpasser vos souffrances. Et ils vous aideront certainement mieux qu’un simple commentaire d’une personne qui a eu le goût de répondre à commentaire qui l’a touché..

  39. C’est bien que ce soit une première dans le genre mais je trouve que c’est à côté de la plaque. Pas convaincu. C’est de la violence psychologique trop évidente. Le ou la pervers narcissique, ça peut être exactement tout l’inverse. Là on a juste un gros cliché du mec méchant qui tient sa femme en laisse sans les coups. Juste un énième spot contre la violence. Pas contre le PN qui généralement est tout l’inverse, il fascine, il est gentil. UN pervers narcissique entraine son conjoint à faire ce qu’il ou elle ne veut pas faire, tout seul. C’est pas de la domination justement.

  40. CVP a pour principe de ne pas laisser passer ce type de commentaire. En effet ce blog est destiné à échanger entre victimes. À les informer. À leur offrir un espace calme où elles peuvent témoigner et être entendues.
    Si vous les considérer « débiles » ce qui est injurieux, vous n’avez pas votre place ici.

    Je laisse votre commentaire, toutefois. Je les laisse vous parler, si elles vous jugent digne d’intérêt.

  41. encore plus difficile à faire comprendre au monde lorsque vous faites 30 kilos et 30 cm de plus que votre épouse. Je ne parle même pas de la gêne en rapport avec son propre boulot exercé assez matco

  42. J’ai subi un père comme ça. Ma mère a brillamment lutté pour nous protéger, mon frère et moi. Pour que nous conservions des moments de joie. Mais au final, nous n’avons connu qu’un couple peu aimant, qui se disputait tout le temps…
    Elle a fini par le quitter… le jour où elle a appris qu’elle avait un cancer, et où elle a réalisé que pour rester en vie, il fallait que toutes ses forces ne soient plus consacrées qu’à se battre contre la maladie. J’ai 29 ans aujourd’hui, et ça fait seulement quelques mois que ma mère a compris qu’elle aurait du quitter mon père beaucoup plus tôt, pour notre bien à tous.
    Alors elle n’a pas été la victime de la vidéo, soumise, silencieuse. Elle a lutté pendant 20 ans. Elle savait à qui (à quoi) elle avait affaire. Et pourtant, elle a attendu 20 ans et un cancer.
    Même lorsqu’on croit rester fort, même quand on pense garder un certain contrôle sur la situation… Le résultat est là.
    Et moi, aujourd’hui, je reproduis le schéma, comme on dit. Alors je lutte. Je ne suis pas la victime silencieuse et soumise. Alors je me dis que je ne suis pas victime. Mais je me pose beaucoup de questions… Maintenant que j’ai un fils, ai-je envie qu’il grandisse dans ces mêmes conditions ?
    J’espère que je trouverai la réponse avant… avant 20 ans et un cancer…

  43. que dieu s’il existe vous entende, parceque les PN ne méritent pas de vivre et une balle c ets un cadeau , moi j aurais tant aimer torturer avant d achever

  44. Ana, je me vois dans vos propos.
    Une proche qui sait ce que je vis, me demande souvent pourquoi je ne pars pas, et réponds aussi que pour l’instant, partir n’est pas concevable. Pourquoi?? je ne sais pas trop l’expliquer…
    Par contre, il m’arrive encore de pleurer mais je me sens plus forte de jours en jours. Je me bats au quotidien et comme tu dis, c’est épuisant mais je suis consciente de ma force, je sais que même si j’ai laisse des plumes, il ne pourra pas me détruire car entre nous, le faible c’est lui. Je suis persuadée maintenant!!!

  45. Moi aussi ça m’a interpellée  » le coup des preuves « , c’est pareil pour moi. Je dois sans arrêt lui prouver que je l’aime, à la folie…que je ne le quitterai jamais, que je suis la femme de sa vie, etc…
    Rien ne suffit jamais et comme Annie, si je ne suis pas en mesure de répondre à ses appels ou messages car je travaille, ça prend des proportions démesurées, je me transforme en  » salope  » selon ses dires, ou autres noms d’oiseaux et il inverse la situation. Je suis la coupable et à aucun moment il ne perçoit le ridicule de ses accusations vu que je suis juste au travail…

  46. Je suis un homme mais je ne veux pas d’enfant après 40 ans. Mes parents m’ont eu tard et je pense que le fossé générationnel est trop grand pour comprendre une nouvelle génération. C’est pour ça que je parle d’horloge biologique, tel une femme je l’envisage jusqu’à 40 ans.

  47. Je ne suis pas l’épouse d’un pervers narcissique. Mais la fille de ce géniteur. Les dégâts sont très présents, et le soutien peut présent. Car il est plus facile de voir un hématome que de voir la violence psychologique. Battez vous! On peut s’en sortir. Même quand tout le monde vous ferme les portes, même quand la précarité est la clef de la liberté, même quand c’est votre père, même quand c’est le premier amour de votre vie. Il m’a fallu des longues thérapies pour essayer de comprendre qu’on ne peut rien faire pour essayer de changer l’autre. Et que malheureusement, mon père était conscient du mal qu’il a fait ou fait encore.
    Et à toutes les mamans qui n’osent pas partir pour leurs enfants, vous savez on dit que les enfants comprennent beaucoup de choses. Pour ma part, je comprenais que mon père n’avait aucun respect pour les femmes. Et pire, cela m’a donné une mauvaise image de la femme en me disant si il est comme sa c’est que nous les femmes ont mérite ça. Alors essayez de parler avec vos enfants, et partez. Dans ma situation, une fois l’adolescence passée, cette violence psychologique a été présente sur ses enfants et a augmenté vis à vis de ma mère.
    Aujourd’hui j’essaye de ne plus avoir de colère, et ma plus belle vengeance sera de réussir ma vie.
    Courage à toutes ! Merci pour ce film qui mériterait d’être publié à télévision ! partout.

  48. malheureusement je pense que oui ils sont conscients de ce qu’ils font
    la preuve dans cet extrait qui est bien fait. Il sait à quel moment et avec qui il peut agir de la sorte. Un mot blessant, un mot d’amour. Sauf que aimer une personne ce n’est pas lui manquer de respect.

  49. l’amour n existe pas en tout cas pas celui qu on nous vende partout en tube
    je ne crois plus en rien mais steph tu es un homme ou une femme car tu parles d horloges biologique 🙂 pour ma part ce matin eclat de sanglot chez moi un rien me plonge dans le désespoir de ce qu on m a fait je me traine jusq a mon taff en jouant avec le feu sur le periph avec mon scoot peut etre que j espere enfin voir cette voiture qui déboîtera et qui au moins permettra a des gens de profiter de mes organes que cela servent à ceux qui se raccrochent à la vie
    arrivée au boulot , j entend ma collègue parler de ses envies de clementines (elle est enceinte) je l ai appris en revenant de mon arret maladie suite à mon avortement une super journée qui commence eclat en sanglot j ai couru pour me cacher dans les toilettes et une collègue m a suivi et j ai fini a l infirmerie en salle de repos super matinée de travail avec des yeux gonflées et mes collegues qui ne savent plus quoi dire
    quant à mon chef il m a dit ca va ? j ai repondu que chaque fois que qqun me dit ca ca me rappelle que ca ne va pas ; et sur un ton de rigolade j ai balancé mais foutez moi la paix parceque ca va pas du tout

    quand tu parles steph de l amour j m rappelle moi meme mais pour la premiere fois de ma vie je ne crois plus a ca je pense q il vaut mieux etre avec qqun par habitude pour les enfants pour le vecu mais le genre de phrase de on s aime en quelques je n y crois plus
    quelque chose s est cassée en moi et qui va aimer un objet cassé dans cette société ?

  50. Steph, Ne vous excusez pas pour vous être exprimé, pour ma part je vous en remercie. Je pense en partie être en mesure de vous comprendre, car j’ai subi une grand-mère ainsi. Cela peut paraitre dérisoire, mais elle a réussi à détruire toute la famille, et à isoler chacune de ses victimes qui n’en parlaient du coup jamais entre elles, ou bien restaient superficielles. Elle nous a tous détruits, excepté mon père à qui elle voue une admiration sans bornes. C’est pour nous très difficile, car il la protège. Savoir que la figure protectrice du foyer vous abandonne sciemment à votre bourreau et vous interdit de vous plaindre de celui-ci n’est pas évident non plus pour se construire.

    Comme vous dites, elle m’a rapidement ôté toute innocence et a instauré en moi des schémas de pensée et des angoisses qui me poursuivent encore adulte. Elle nous a harcelés, humiliés, manipulés et détruits, depuis ses frères et soeurs jusqu’à ses petits enfants, en passant par son mari et ses beaux-enfants.

    Malheureusement, mon grand-père est trop gentil et pas assez « intellectuel » pour prendre ce recul. Il a besoin d’elle, ne l’écoute plus parler. Pour le voir lui je dois la subir, et silencieusement car je ne peux éclater devant mon père ni mon grand-père, et elle est si bonne manipulatrice que je passerais pour son bourreau, comme cela s’est produit toutes les fois que je (et d’autres) l’ai tenté.

    J’encourage votre exhortation à dénoncer ces comportements destructeurs pour les enfants, déjà parce que ma grand-mère va fêter ses quatre-vingt ans en toute impunité et que tout ce que j’aurai pu lui faire subir c’est une remarque de temps en temps et passer seule les fêtes.

    Je vous souhaite du courage pour surmonter ceci, et de continuer à vous battre pour vous-même et pour construire une vie que vous méritez. Je ne doute pas que ce soit possible.

  51. Je vous comprend tellement. Depuis quelques années j’ai énormément fait le vide autours de moi. Trop de gens ayant profiter de ma gentillesse et pris pour un con, je préfère m’isoler et rester seul en attendant d’être construit à peu prêt normalement, ce qui sera encore long, mais au fond je voudrais juste être aimé, enfin être aimé ! Comme tout le monde, connaitre ce sentiment d’amour mais pour l’instant je n’en ai pas encore eu l’occasion. Je ne sais quel écrivain à dit « il vaut mieux avoir connu et perdu l’amour que de ne jamais l’avoir connu » il a peut être raison, je ne pourrais le dire, on verra j’espère qu’un jour la vie me laissera le perdre ce fameux amour dont tout le monde parle.

  52. Pour ces hommes ci (PN) plutôt que de les mettre en laisse, je préconiserais une balle dans la tête mais il parait que mes réactions sont parfois trop extrêmes.

  53. Parce qu’au jour d’aujourd’hui je suis encore beaucoup trop « bancale », il y a encore trop à faire pour pouvoir réagir de façon à peu près approprié. Je préfères m’isoler plutôt que de souffrir encore, qu’on profite de moi car je suis un mec gentil mais la gentillesse et l’honnêteté de nos jours ne paye pas. Et que par moment je suis encore trop colérique. Les hauts sont très hauts, les bas sont très bas, je me demande si je ne suis pas borderline mais je n’est pour l’instant plus la force de voir un professionnel, de me battre, je voudrais juste me reposer un peu. Pour tout ça j’ai peur d’avoir un enfant, car en fait de quoi suis je donc capable ? là est toute la question mais l’horloge biologique tourne effectivement il me faut donc régler tout ça dans les 10 ans, avant qu’il ne soit trop tard.

  54. Ma fille a 10 ans et mon fils 16 ans. A la dernière médiation mon ex a avoué avoir un problème avec l’alcool, être violent physiquement et bien sûr psychologiquement et malgré ses aveux la médiatrice lui a dit qu’il est un bon père après m’avoir dit que je suis une très bonne mère. J’ai été sidéré. Les enfants rencontrent la médiatrice ce jeudi. Ma fille a envie de voir son père plus souvent, mon fils ne veut pas de garde alternée sauf que ces derniers jours son comportement a changé. Il y a quelques semaines encore il nous suffisait d’un regard pour se comprendre et rire. Aujourd’hui il se détourne de moi pour un I Phone que son père lui offre à Noël. Il m’a clairement dit qu’il ne dirait pas tout à la médiatrice pour être sûr d’avoir son téléphone et en plus m’a demandé de changer d’opérateur. Pourtant, je n’oublierai jamais les cris de terreur que mon fils poussait parce que son père lui courait après pour le taper ni les insultes comme « tu es un porc » ou encore « monsieur plus » quand mon fils demandait un peu de rab à table. J’ai bien évidemment toujours pris sa défense préférant prendre à sa place.
    J’ai l’impression qu’il ne me laissera jamais tranquille, d’être encore sa chose et je me sens complètement perdue.

  55. steph , je n ai jamais pensé au fait d avoir un enfant la raison est simple mon enfance, j aurais pu avoir un enfant il y a des années et à plusieurs occasions mais je n ai jamais eu le déclic , enfant battue j ai vécu dans la violence les cris, apres la mort de mon père mes frères ont repris le relais je me suis fait battre jusq a l âge de 24 ans.
    aujourd’hui j ai 32 ans et bientôt 33 ans tous ceux qui m ont battu ont eu des enfants une famille une famille, mais réalisent t ils leur importance ? j n m suis sentie mère qu une seule fois dans ma vie et j ai perdu cet enfant que je pensais au fond de moi qu il allait me rendre meilleure au fond de moi , j ai peur une peur bleue car j ai tant souffert petite et meme adulte
    comment faire dans ce cas comment continuer quand j ai connu mon ex naïvement j ai pensé que mutuellement on allait enfin vivre la vie qu on souhaitait depuis notre enfance élever un enfant tel que j aurait tant souhaité être élevée moi même.
    j ai fuis mon propre pays lassée par les coups que je prenais au final j ai erré même dans un pays qui aurait du me donner l opportunité de vivre tout ce dont j avais rêvé plus jeune …
    j ai rêvé de donner mon enfant la chance que je n ai pas eu, oubliant que tout ce que j ai vécu dans le passé allait me porter préjudice. je ne crois pas que c est la malchance qui m a fait croisé la route de ce pervers qui m a tout pris surtout la dignité
    je ne me verrais jamais dire la vérité à un psy ami ou autre je ne peux que me cacher garder tout cela au fond de moi car à chaque fois que je me suis livrée , en face la seule réaction que j ai eu c est q on profite de moi
    aujourd’hui je ne me sens plus une femme j n ressens que la peur l angoisse le mal être de se dire que tout cela n est pas le fruit le hasard mais un conditionnement qui m a dirigé vers ceux qui allaient en tirer profit , mes blessures enfant ne sont jamais parties même si j ai toujours espéré qu un jour je peux dépasser tout ça, sans y croire vraiment
    j étais persuadé qu avoir un enfant me rendrait meilleure mais je n ai jamais pensé que je suis devenu une âme déchue si visible que c était trop facile qu on profite de moi,
    je n ai jamais pu me confier à qui que ce soit de ce que je ressens des années durant et les hommes que j ai connu m ont toujours fait regrettée le peu de confidence
    j ai rêvé d aimer et d être aimée j ai rêvé de porter la vie comme il y a un mois de cela mais désillusion
    aller avorter parcequ on a plus le choix ça vous détruit mais à jamais ? au fond d moi une voix me dit que oui une voix qui ne cesse de me répéter que c est fini pour moi que je ne remonterais jamais la pente celle d aimer son prochain d faire le bien de donner et de recevoir en retour
    perdre ses rêves alors qu ils sont déjà en nous est la chose la plus dure il y a un mois j étais enceinte et pensait que la vie dont j ai toujours rêvé était a ma porte
    je souffre et j souffrirais probablement toute ma vie et commence meme à me dire que je ne mérite rien que je suis finie car je ne crois plus qu en la haine et la méchanceté d autrui
    j n sais plus qui a dit que « adulte est celui qui a pardonné à ses parents  » j n m sens pas capable dans un monde aussi injuste

  56. et les femmes possessives et manipulatrices? bien évidemment on n’en parle pas…..toutes les femmes sont des modèles universelles de bienséance c’est bien connu 😀 décidemment, on n’en a pas fini avec la propagande féministe. A toutes ces têtes bien pensantes, pourquoi s’arréter à la propagande, passer de la parole à l’acte, puisque vous vous battez pour faire de l’homme un animal domestique pourquoi ne pas suggérer de le mettre en laisse?

  57. attention, une médiatrice ne veut rien ! çà n’est pas son rôle et elle n’a pas à influencer les décisions vers lesquelles les parties se dirigent. Si elle le fait, elle ne respecte pas la neutralité exigée par son code d’éthique…

  58. Bonsoir, j’ai déjà laissé des commentaires ici mais j’y reviens immanquablement pourquoi ?

    Car j’ai vécu ceci mais dans mon cas ce fut le fait de mes parents et que ce soir j’en suis triste, pour une fois j’ai peut être juste envie d’en parler.

    Pour un adulte c’est déjà destructeur et dure à vivre, pour un enfant, c’est laisser des séquelles à vie. Une incapacité à s’intégrer correctement dans la société et même si au jour d’aujourd’hui je leur ai pardonné leur perversion, être  » inadapté  » me rend triste.

    Ne pas pouvoir garder un travail car ne supportant pas l’autorité, ne pas pouvoir construire une relation stable car incapable de montrer mes sentiments, car étant terrorisé par l’amour d’une femme, paradoxale pour un hétéro que d’avoir une peur panique du sexe qui l’attire. Parce que ne me sentant nul part chez moi j’ai donc longtemps fuis, mes problèmes, mes démons, ma vie, je mettais le plus de distance possible entre eux et moi mais immanquablement ils m’ont suivis.

    Rêver d’être père mais avoir cette peur panique de reproduire tout ça car je le sais, je peux être violent psychologiquement et colérique et malgré tout mes efforts et toute ma volonté je n’arrive pas à me maîtriser par moment. Cette hyper sensibilité que je ne supporte que difficilement mais qui me définit. Ce fait de ne jamais avoir eu de rapport sexuel, dans une société ou être un tombeur est pour un homme un consécration, n’est pour moi qu’une incapacité, une source de honte. J’ai parfois l’impression d’être fou, d’être un problème, qu’effectivement le problème n’est ps le monde qui m’entoure mais moi, moi qui ne sait pas vivre tout simplement. En intellectualisant tout ça je sais bien que ce n’est pas vrai ou peut être que j’essaye juste de m’en persuader ?

    J’ai tenter de comprendre comment on peut faire ça à un enfant, quelle haine peut poussez un parent à détruire une être innocent à ce point mais je n’ai jamais trouver la réponse.
    Comment pouvoir se construire et évoluer normalement quand vous êtes nier en tant qu’être humain  » que vous n’êtes bon à rien « ,  » décevant « ,  » une erreur non désirée  » comment se construire tout simplement ? On ne peut pas je pense, ça laisse en vous une fracture, une pièce manquante qui manquera à jamais. Je n’ai, que très peu de souvenir de mon enfance et de mon adolescence, tout a été profondément enfuit pour que je puisse survivre, mon esprit a tenter de s’en sortir ainsi. Tout souvenir s’efface automatiquement au fur et à mesure même des choses d’il y a 5 ans, je suis incapables de correctement les situer dans le temps, d’être réellement précis, tout comme il m’est impossible de me projeter dans l’avenir. Prévoir quelque choses 1 mois à l’avance, non, je n’y arrive pas, tout est noir, je me contente d’un peut être, un on verra et le jour J je ne suis pas de la partie.
    Tourner la page , oublier ? Oui mais comment rentrer dans le rang ? comment apprendre avec 30 ans de retard, seul, sans repères, ce qu’un enfant de 5 ans sait on ne le sait pas avec 25 ans de plus…

    Ce qui me rend triste à vrai dire c’est que je ne peux me mentir à moi même et que je sais que porter un masque pour jouer à la normalité ne fait pas de moi quelqu’un d’épanouie. Ce qui me blesse c’est que je ressens au fond de moi cette fracture, que mon entourage ne peux comprendre, que j’en aie honte, sans raisons valables à part ce qu’on m’a enseigner, avoir peur et avoir honte et que j’ai beau falsifier mes sentiments aux yeux des autres, ce n’est pas ce que je suis et que malheureusement même avec de l’aide je n’arrive pas à être autre chose.

    Et ils ont été bons acteurs car quand il y a moins d’un ans j’ai voulut en parler à de la famille, je n’étais qu’ingratitude, un affabulateur, à leurs yeux un fils indigne, un enfoiré.

    J’ai même honte d’avoir écrit tout ceci car chez moi « on ne se plaint pas, on ne pleure pas, on ne se fait pas aider, c’est un signe de faiblesse « . À part un psy (et encore je ne me suis jamais réellement livré à lui) personne n’a jamais su tout ceci, car se livrer c’est donner la possibilité à autrui de vous détruire., Mais ici c’est plus simple, nous sommes tous anonyme, on ne sait pas qui je suis, on ne me regarde pas. Et ils ont été bons acteurs car quand il y a moins d’un ans j’ai voulut en parler à de la famille, je n’étais qu’ingratitude, un affabulateur, à leurs yeux un fils indigne, un enfoiré.

    Par pitié si dans votre entourage vous voyez des choses qui vous choque mêlez vous en, tant pis pour le qu’en dira t on, tant pis pour la tranquillité d’esprit, tant pis pour les amitiés. Je me rappelle de rare réflexion dans mon enfance de la part de leurs amis mais personne ne m’a aider, il a fallut se taire et encaisser. Mais au finale les séquelles sont bel et bien là, donc svp ne fermez pas les yeux, si il le faut appelez les services sociaux. Tant pis pour vos amis, vos cousins, vos frères ou sœurs, aucun enfant ne mérite ça, aucun enfant ne mérite de grandir sans innocence au contraire on se doit de la préserver le plus longtemps possible.

    Désolé de vous avoir peut être embêté avec tout ceci et merci à ceux qui auront pris le temps de me lire.

  59. bonjour je ne sais pas par ou commencer et j ai tellement subie depuis quelques mois avant de découvrir enfin ce qui m’arrivait , je ne suis restée que 10 mois avec lui mais je suis sortie de cette relation en fuyant avec une peur au ventre indescriptible, il m a piétinée dénigrée harcelée menacé souhaitait obtenir coute que coute mon anéantissement total et cela jusqu’au bout. j étais quasi morte et j ai failli vraiment y rester :
    en janvier dernier j ai commencé a sortir avec un homme un peu plus jeune que moi,le connaissant depuis quelques années car c ‘était mon courtier immobilier, au début ça été le prince charmant l homme parfait trop beau pour être vrai c été tu es belle parfaite géniale MON AME SŒUR très vite au bout d un mois il m a sorti que j étais sa femme LA femme celle avec qui il voulait se marier et vite et surtout avoir un enfant, lui qui n en a jamais voulu avec son ex restée avec lui 9 ans, aujourd’hui avec le recul je me rends compte que je lui ai donné les billes pour qu il trouve MA FAILLE, celle de l envie d avoir une famille, et il a utilisé ce reve pour m’atteindre et me tenir, très vite il m a utilisé et a tout fait pour que j emménage avec lui dans une situation très compliquée sachant qu’à l’époque ou on a commencé à sortir ensemble je cherchais un travail et j ai commencé à travailler pile au moment où j ai emménage chez lui commence alors petit à petit et avec tant de finesse un dénigrement de plus en fort des contradictions, il disait qu il m aimait mais ses actes ne montraient que le fait q il voulait me contrôler me soumettre me guider finement vers tout ce qu’il voulait, il a tout essayé à commencer par m dire q j ai changé et q c mon travail qui en était la cause q il fallait q j change de travail même moins payé parcequ il était sûr que ça me rendrait plus heureuse et tant de manipulations indescriptibles c’est pour ton bien, il ne voulait m accorder que des droits qu il jugeait lui meme bons commence alors les insultes, t a changée, c’est quoi ce rouge à levres rouge petasse, t es une incapable, t es toujours fatiguée apres le travail vieille merde, t es une vielle comme ça avec ton plaid sur le canapé parce que car j avais froid dans ma maison mal isolée avec un chauffage pourri et que lui ne voulait pas tourner le chauffage assez pour que je me sente bien prétextant qu’il faisait assez chaud, et le doute s’installe en vous j en ai la chair de poule rien que d en parler , la folie peu à peu vous envahi vous vous dites mais j étais bien dans mon appartement et le chauffage qui était dedans vous vous dites que c’est de votre faute s’il vous traite ainsi vous n’etes pas assez à la hauteur , il exigeait de me faire faire le ménage le matin le soir et haïssait le fait que je ne savais pas cuisiner alors que oui se vantait comme un paon dès qu’il faisait un plat et j m tapais bien sur toutes les autres corvées mais il n’était jamais satisfait, en plus il avait une chienne hyperactive qui souffre du syndrome HSHA qui était redoutable qui m’a mangé des sacs à main détruit tant de choses manger mes sous vêtements … me poussant à ne plus meme m’acheter de la lingerie chere ni de sacs à main chers car tot ou tard une seconde d’inattention et j perdais des centaines d’euros et à chaque fois c’était de ma faute , il me disait tu sais meme pas mettre ton sac en hauteur
    Devant mes réponses un peu rebelles du style mais j ai 32 ans et j n ai jamais pensé à planquer mon sac chez moi et que je ne me sentais pas chez moi tout court , il revenait à la charge et avec des arguments toujours des mots des mots si blessants me poussant à la folie je dépérissais ne comprenait plus rien à ce qu’il m’arrivait et j n en parlais à personne …
    Commence alors les mots tu fous rien t es bonne à rien toi tu seras capable de t occuper d un enfant ? t es incapable d t occuper d un chien . ayant eu besoin de justificatif de domicile pour notamment assurer ma moto il a tout fait pour que je ne sois pas sur le bail de sa maison il a tout fait pour éviter que je ne remplace le nom de son ex dessus prétextant au départ que j n étais pas bankable car en période d’essai alors que je gagnais 3 fois le loyer, ou encore qu on risquait la résiliation du bail alors que c est faux et puis même sa maison était si pourrie si sale me dégoutait avec des mansardes dans lesquelles j m tapais tout le temps la tête un escalier tant mal fait que je suis tombée et q j m suis cassée la figure mais ca lui faisait tant de bien de me voir souffrir , il y a deux semaines j m suis rendue a l agence immobilière et cela n m a pas étonnée que le mec de l’agence me dise q il avait rappele mon ex depuis longtemps pour qu il transmette mon dossier pour refaire le bail bien entendu il a caché ca et n’a jamais rappelé ni transmis le dossier , j ai réussi à avoir un bail de sous location de sa part ça m a pris tant d énergie à essayer d l convaincre mais il est si monstrueux ce genre de personnes retourne la situation contre vous tout le temps avec des réponses des phrases contradictoires illogiques un CAUCHEMARD il a m a poussé à BOUT failli me rendre folle et je me suis éteinte a force d insultes que si j payais pas les diners j étais une michetonneuse que j était une pute une conne que j étais impolie et que sa famille ont vu qui j étais vraiment son expression était « va falloir que tu montres patte blanche » je lutte pour te garder car tout le monde me demande de te gicler … une moins que rien tu es et sournoisement j ai basculé dans la dépression perdue toute mon énergie perdu mon sourire ma vitalité ma vie et il jouait toujours le genre c pour ton bien
    j m suis fait volée ma moto et j m suis rendue compte dans la foulée que mon assurance m avait résiliée a cause du justificatif de domicile manquant car j lui ai couru après un mois entier pour q enfin il me donne une attestation d hébergement mais c été trop tard et le courrier d assurance de résiliation était déjà parti et perdu en route car on ne retrouvait pas mon adresse bien sur il a retourné la situation contre moi des phases du genre t es une incapable t a pas pu prendre 5 min pour écrire cette attestation et m la faire signer ?? sachant que lui n a pas hésité a aller se porter caution solidaire pour l appart de son ex q il manipule a sa guise et q il garde sous sa coupe par des mails des sms incessants avec toujours des excuses du genre on doit régler ça ou ça jusq au bout il s est foutu de moi je me dis s il n a jamais lâché son ex c est qu il me lâchera jamais et c est le cas jusqu’ a aujourd’hui
    il a monté les gens contre moi et c était si facile car devant eux c été le prince charmant et dans leur dos il n a arrêtait pas d m pousser au suicide à me faire mal réagir moi qui haissait la violence j ressentais de plus en plus le besoin de l’attaquer avec une giffle ou meme lui rentrant dedans de toute mes forces tellement il m a rabaissée, il avait la haine j m suis rendu compte que son passé n était pas clair que c’était un magouilleur alors qu il ne cessait de parler de principes et de valeurs disant que les miens étaient à chier il s est meme moqué de moi quand j ai refusé de mentir a la déposition du vol de ma moto en disant que j étais bete et q il allait me dire quoi dire un carjacking svp alors qu’on m’avait pickpoketé mes cles … q il mentait sur son salaire (je me suis rendue compte que je gagnais le double de lui ) et que j n »tais qu une carte bleue bonne qu a payer les factures et à fermer ma gueule si j la ramenée…
    il me disait mon amour j attend la vente de mon appartement pour avoir des sous et t offrir la bague que tu MERITES en me faisant patienter en cherchant le livret de mariage a la mairie …
    j ai attendu mais il esquivait j m suis rendu compte q c été un radin q il voulait acheter le minimum et que devant les gens il s habillait biensur q en costard cher montre de marque … alors qu il ressentait le premier q il avait un boulot et un salaire de merde
    et j ai eu une bague oui d une marque q j n citerais pas ça lui a couté 400 eur et il avait utilisé sa soeur qui travaille dans la société de bijouterie pour avoir un rabais, ce jour là la claque a été si dure et ce n étais parce que je suis matérialiste comme il a insisté à dire devant tout son entourage sachant que je ne portais jamais de bijoux alors que j en avais les moyens mais il me semblait que la bague de mariage que je méritais c étais surement pas ça , et le contexte était effrayant , je lui offrais des cadeaux très chers boutons de manchettes chemises de marque … une semaine avant son anniversaire il a dit que lui préférait dire ce q il voulait comme cadeau comme ça pas de risque q il soit decu et la a ma question tu veux quoi mon amour comme cadeau il a insinué qu il a toujours rêvé d avoir la hublot de maradona une montre a 10 milles eur oui svp entre temps il n a pas hésité à offrir sa bague dans son paquet il a posé sur la table et m a dit tiens tu voulais une bague voilà c était plus une bague pour moi symbole de l amour mais une BALLE recue en plain coeur, j ai eclaté en sanglot en répondant q j n été pas sa pute matérialiste q il s garderait sa bague il a très mal pris recommence alors le cauchemar il n arrêtait pas de jouer le chaud le froid j veux un enfant de toi je t aime a la folie JAMAIS je te quitterais et moi je sombrais car je voyais dans ses actes q il s foutait tout simplement de moi
    et je suis tombée enceinte et là mon cauchemar a empiré car jamais soutenue même pour une migraine alors que je l ai tant soutenu quand il a été malade et opéré. un jour il le voulait de l’enfant un jour non car j été une pute alcoolique et droguée je vous laisse imaginer qui est le vrai alcoolique et drogué dans l histoire dès le départ je lui ai dit q il fallait q j avorte tôt car après j n pourrais pas mais il a continué a jouer il l a même annoncé à ses proches familles , il manipulait tout le monde et moi j mourrais a petit feu car ses actes toujours ses actes montraient a quel point il voulait m écraser me piétiner me dénigrer jusq a ce q un jour ou il m a traité de tous les noms pour me dire q il me quittait et q il refusait d avoir un enfant avec une mauvaise mère pareille une pute pareille oubliant que la veille encore c’était encore je t aime pardon je ne te quitterais jamais et oublié tout ce qu’il m a fait enduré dès qu’il a su pour la grossesse il m avait emmené au parc Astérix pour surement essayer d m faire faire une fausse couche et il conduisait comme un fou avec moi en moto, il m a même jeté au milieu de nulle part un soir après minuit enceinte sortant d un diner avec son frère et sa belle sœur ou il m avait encore poussée à bout et moi trop bête j tombais dans ses pièges. après m avoir quittee il a commencé les menaces chantages pour me faire avorter et devant mon insistance que je voulais l enfant désiré car il savait q j avais arrêté la pilule et que je ne réalisais pas encore le monstre qu’il était: il m a menacé de me foutre dehors tous les jours il me harcelait me disait q il allait se tuer si j n avortais pas et q mon enfant sera abandonné non reconnu et apres revenu pour me dire q il ferait tout pour m l enlever et il a retourné tout le monde contre moi sauf ma famille mes amis qui me connaissent qui ont vu q j n été plus pareil q j n parlais pas q j ai changé triste en dépression croyant a burn out de mon boulot ou j étais en période d essai , j étais au bout du gouffre j n avais pas annoncé ma grosse q a très peu d personne et pas a ma famille au travail … et quand je résistais il disait que c été lui le problème et qu il le savait TOUS LES MOYENS étaient bon pour arriver à ce qu’il voulait
    avorter n a pas suffit il voulait coute que coute me faire du mal m accusait de vol me dire q il faisait des mains courantes jusq a un jour ou j l ai surpris entrain d changer la serrure de la maison alors que mes affaires mon chiot et les affaires de ma mère agée de passage pour me soutenir était dedans il a joué la comédie devant ma mère disant q j avais un problème psychiatrique et il est expert en langue de molière j ai essayé d me retourner en vain vers ses proches qui m avaient félicité même de ma grossesse mais il avait retourné TOUT le monde contre moi et c était facile car j avais quelques fois réagi a sa violence sournoise devant eux et j étais cataloguée comme folle impolie et même alcoolique un ENFER de savoir que cette personne manipule tout le monde et q il n aime PERSONNE même pas sa propre mère frère soeur q il utilisait sans scrupules il fouillait leurs poubelles car voulait tout savoir et qu il se foutait de la gueule même de son frère et de la femme q il avait épousé jaloux de son salaire ses études et le salaire de sa femme qu’il cataloguait d intégriste même sa nièce il disait dans leur dos qu’elle est une sociopathe.
    j ai porté plainte car il m a soutiré de l argent sous la menace j ai découvert q il avait utilisait mon rib perso pour des prélèvements et des contrats qu’il ouvrait à son nom et que depuis le début il mentait manipulait TOUT le monde pour arriver à ses fins
    sans le soutien de ma famille de mes amis je ne sais pas comment j aurais pu survire, dans la foulée de l avortement j ai adopté un chiot qui m a quasiment sauvée la vie et jusq a aujourd’hui il m envoi des mails après q j ai changé de numéros cherche à me contacter avec des phrases contradictoires du genre regret excuses et quand il a compris que je le poursuivrais au pénal il a tout joué même le mec qui regrette … aujourd’hui je ne crois plus un traitre mot de ce qu’il dit c est un menteur pathologique MACHIAVELIQUE à un point que je ne veux plus jamais affaire a lui et j en ai plus rien a cirer q il manipule ses propres amis familles ex … je veux juste survivre après ce qu’il m a fait et il m a fait tant de choses j ai fui sa maison loué un appart cachée mon adresse changé de numéros , je m balade avec une bombe a gaz j m retourne tout le temps par peur q il me fasse du mal car il sait q j ai des preuves tangibles
    aujourd’hui j essaie de me reconstruire auprès de mes amis retrouvés ma famille mais m avoir obligé a avorter me reste au travers de la gorge et j ai soif d un peu de justice même si ca va etre dur qu’il soit condamné , car pour me contrer il n a trouvé que de porter plainte de vols biensur apres mon départ de la maison alors qu il avait pris toutes ses affaires auquel il tenait et q il m a meme cassé des biens à moi volé des trucs dont la bague de mon ex fiancé .. je viens je suis crevée lessivée sous le choc traumatisée j ‘ai perdu beaucoup de poids j n ai jamais été aussi maigre de toute ma vie plus envie de rien mais je suis tellement FIERE de moi que ce mec ne m a pas poussé au suicide car c est ce qu il voulait me faire du mal je suis fière de ne pas être tombee dans l alcool ni la drogue ni les médicaments je me raccroche a ma chienne substitut de mon bébé perdu à mes amis ma mère ma soeur ceux dont je n ai pas de mots pour remercier car ils m ont sauvé la vie… je sais qu il est malade et depuis son enfance surement mais on ne peut pas se taire devant autant de perversion gratuite
    je lutte tous les jours pour reconstruire ma vie car je n arrive pas a m concentrer au travail et que je dois gérer tant de choses mon déménagement express, mes changements de mots de passes trouver le bon psy le bon avocat le bon groupe de soutien TOUT ce q il faut pour m en sortir
    L’instinct de survie que j’ai eu à un moment quand j ai enfin compris qui il était et ce qu il voulait me faire a été plus fort que tout plus fort que les insultes la honte que j éprouvais vis à vis du fait que j étais bête d n pas voir que mon seul problème ces derniers mois c était lui , il a bien sur repris contact très vite avec son ex q il méprise et q il a cassé tant de fois mais devant elle toujours le même jeu degeulasse qui me donne envie de vomir
    j n sais pas par quoi terminer ce post car ce n est que le début d une bataille judiciaire et à 32 ans c dur de se dire q on a pas vu à quel point il est MONSTRUEUX malgré les expériences qu on a eu
    merci de m avoir lu merci pour ce forum ou on peut enfin dire la vérité et qu on nous traite pas de fou de menteur de salope et j en passe
    je suis sur paris et j ai l envie de rencontrer des femmes qui ont subis ce que j ai subi pour se livrer car ça m a tellement aidée de pleurer de raconter enfin à mes proches le CALVAIRE macabre que j ai subi
    merci à toutes

  60. Un grand merci cend. La description que vous faîtes du type de victime que cherche un pn est totalement juste. J’ai toujours su au plus profond de moi que je ne suis pas faible et c’est pour cette raison que j’ai eu le courage de le quitter. Un jour que j’étais en pleine réflexion sur ce qu’était ma vie, je me suis rendue compte que je ne savais plus qui j’étais ni de quoi j’étais capable et c’est ce qui m’a révolté. Même sans savoir où j’allais ni comment j’allais m’en sortir, j’ai dit NON, STOP. Je peux vous dire qu’aujourd’hui, ma vie n’est pas toujours simple mais je la préfère largement à celle d’hier et pour rien au monde je ne reviendrais en arrière.

  61. Bonjour,
    Je me reconnais également dans cette vidéo. J’ai été en couple avec un pervers narcissique pendant un an et demi. C’était la première fois que je tombais amoureuse, j’étais folle de lui. C’était pas aussi violent que dans la vidéo, mais plutôt comme des petites « pics » constantes, et ça a empiré, il m’obligeait à porter du vernis de telle ou telle couleur et aussi, choisissait mes habits pour sortir, j’essayais de m’imposer, mais si j’allais contre son sens, il me faisait la gueule et m’ignorait totalement. Il m’appelait lorsque je sortais avec mes amis pour savoir combien de verres j’avais bu, et il fouillait mon compte facebook, il n’a jamais voulu rencontrer mes amis parce que « ils n’en valaient pas la peine et que lui seul avec de vrais amis ».
    Je me souviens très bien de scènes, par exemple lors de repas de famille, il était très sympa devant mes oncles et tantes, et venait me parler dans l’oreille pour me dire « mets bien ta mèche, croise pas tes jambes », ma famille pensait alors à un geste de tendresse qui n’était qu’une torture pour moi, puisque j’essayais de garder la face devant mes proches. J’ai beaucoup d’autres exemples en tête, comme un jour je suis venue chez lui pour un repas avec des amis, j’avais voulu me faire jolie pour l’occasion et surtout pour lui, et sa réaction a été de me traiter de « pute » et de penser que je veuille plaire à tous les mecs dans la rue. Il a même exigé que je me change pour mettre des habits de sa mère. Chose que je n’ai pas faite. Ensuite, nos amis son arrivé et il a complétement changé d’attitude avec moi devant les invités (pour info, je portais une simple robe en lin, en été, qui n’était même pas décolletée et qui arrivait au genou). Pendant notre relation, nous avons eu beaucoup de conflits puisque j’essayais de lui faire face à chaque fois, mais j’étais trop amoureuse et aveuglée, il faut le dire.
    Je me souviens aussi d’une fois, ou je rigolais avec un de ses amis, et il m’a reproché mon rire !! ça devenait vraiment extrême, je veux dire, il critiquait vraiment tout, jusqu’au son de mon rire!
    Ce que j’ai remarqué et qui m’a beaucoup étonné, c’est que c’est quelqu’un qui est très apprécié par ses amis, par beaucoup de personnes, et quand j’en parlais à des amis, certains m’ont dit qu’ils n’avaient jamais vu son comportement, et qu’ils pensaient que tout allait bien entre nous.
    C’est moi qui ai pris la décision de le quitter car je ne supportais plus du tout la situation. Il a essayait de me garder, puis finalement m’a dit qu’il ne m’aimait plus. Il m’a également proposé de s’arreter un an et puis de recommencer après que monsieur ait profiter avec d’autres filles. C’était textuellement sa conclusion de notre histoire. Je lui ai dis, que si ça se terminait, qu’il n’espérait pas me récupérer un jour.

    ça va bientôt faire 3 ans que c’est fini, et je n’ai jamais su retomber amoureuse. Je me demande si je ne devrais pas en parler avec quelqu’un. Je n’arrive pas du tout à faire confiance, et je me sens facilement inférieur face à un homme.

  62. Merci de cette réponse plus nuancée, dans notre couple aussi on est tantôt Fred, tantôt Marie, après 10 on se remet en question pour avancer et on se rend compte de ça. Il n’y a pas les « pervers narcissiques » et les autres, on a tous notre part mauvaise et il faut y faire attention aussi.

  63. J’ai vécu cette même histoire…..la 1ère solution que j’ai trouvée c’est de déménager, de changer mon numéro de téléphone pour déjà ne plus être harcelée….!!! Ensuite, me reconstruire une nouvelle vie ailleurs dans une autre région, entourée par ma cousine qui a bien voulu m’héberger (cà c’est une grande chance) car toute seule c’est impossible……et la solution qui m’a aidé le plus à lâcher prise sur cette relation, c’était d’aller voir un hypnothérapeute qui m’a permis en 2 séances d’hypnose (c’est un gain de temps considérable dans ma thérapie….) de reprendre confiance en moi et de retrouver l’estime que j’avais en moi…..car la manipulation du pervers détruit petit à petit la vrai personne que vous êtes…..vous devenez un objet sans vie et vos peurs vous enferment dans une prison détruisant le peu d’énergie qui vous reste pour vivre jusqu’à vouloir mourir !!
    Alors vivez les bons moments que vous donne la vie au TEMPS PRESENT et oubliez le Passé vous retrouverez ainsi la VRAI personne que vous êtes et cà c’est le plus important !!!
    Le Passé c’est le Passé……..vivre avec son passé c’est trainer des valises qui vous empêche d’avancer…..à vous de choisir – la PEUR du passé – ou – l’AMOUR du présent !!
    Moi, j’ai choisi l’AMOUR DU PRESENT et vous ?

  64. C’est aussi pour ça que je ne veux pas d’enfants, bien que je rêverais d’être père mais je suis terrorisé à l’idée de reproduire tout ça et de détruite un être innocent.

  65. Pingback: WE ARE HNR | Koi s’est-il passé cette semaine ?

  66. Je pense que tu n’as clairement pas compris le message de cette vidéo.
    Tout le monde n’a pas TON caractère. Tout le monde n’est pas comme TOI. Ce n’est pas parce que TOI tu ne te laisseras pas faire, que ce sera pareil pour les autres.
    Apprends à voir plus loin que le bout de ton nez plutôt que de balancer des pamphlets dénués d’intérêt.

  67. cavallo nadya: ok avec la première partie de ton com, par contre je ne peut laisser dire sans bondir que le PN va se chercher une victime « faible » ou « fragile » ……
    Bien au contraire, le Pn va se chercher quelqu’un qui possède des qualités qu’il jalouse : une personne gaie, vive enjouée, plutôt emphatique et positive, quelqu’un de sain , d’équilibré, de compréhensif . Il méprise d’emblée les personnes fragile ou faible justement parce que ça ne lui renvoie pas une image correcte de lui même. Et lui, il veut de l’éclat, pour pouvoir le ternir à l’envie.
    Pas question pour sa propre image personnelle d’aller se mettre avec une personne mal dans sa peau,palote en société, effacée ou tout simplement « fragile » son principe vampirique l’en empêche. Aucun intérêt alimentaire pour lui, aucun challenge, même si ,aux abois il peut jeter son dévolu sur quelqu’un de facilement manipulable, pour soutirer de l’argent ou un toit par exemple. N’oublions jamais son coté volontiers opportuniste .
    Mais le principe de base chez ses gens là c’est de trouver une personne qui a des qualités qu’il n’a pas, et au lieu de se « hisser » à leur niveau, chercher à les détruire en prenant plaisir .
    Je suis souvent sur le cul en lisant ce genre de coms, quelque part tout le monde se pense bien au chaud tranquille en se disant qu’un truc pareil ne peut arriver qu’a des gens assez fragile, facilement influençable…..
    je ne peut laisser véhiculer cette idée sans me hérisser, c’est grâce à ce genre d’idée reçue qu’on connais mal le problème. Si tant est qu’on puisse reconnaitre un tord aux victimes , c’est celui d’avoir fait confiance , alors il faut bien se mettre dans le crane qu’on est tous et toutes des victimes potentielle… Le PN va certes exploiter des failles une fois dans la place, mais qui n’en à pas?
    Leur mécanisme est malsain, sournois, délétère, leur manière d’être et de penser échappe à l’entendement « normal ». Comment imaginer qu’on puisse trouver du plaisir dans la destruction de l’autre? Comment envisager que la personne à nos cotés puisse nous vouloir uniquement du mal, par pur plaisir? Certains d’entre eux jouent même ce jeu ignoble avec leurs enfants, leur propre chair…

    Par contre un truc de sur et certain, une fois sorti d’une « expérience » de ce type, peu de chance qu’un autre Pn entre dans sa vie…. on les « sens » intuitivement. J’ai quitté mon tordu perso depuis un moment, et depuis certaines personnes me fichent littéralement la chair de poule, me provoquent instantanément un sale malaise de fond…. j’ai gagné de autre lutte un détecteur interne…. Sans sombrer dans la parano bien sur,
    Alors pitié, on arrête de placer les victimes sur une échelle en dessous de soi même, on ne stéréotype pas en se sentant à l’abri parce qu’on est bien dans sa peau , sinon des tordus comme eux auront toujours une coudée d’avance et ils en ont déjà bien assez ,vu leur formidable façon de se fondre dans la masse.

  68. Un beau spot publicitaire très proche de la réalité. Il ne reste plus qu’à attendre que la justice se décide à bouger contre ce genre de violences car ce n’est pas du tout le cas en ce moment. C’est une honte ce genre de pervers à tous les droit et la justice ne fait strictement rien! (Je parle en connaissance de cause)

  69. Au contraire, je pense. Les hommes maltraités par leurs femmes déstabilisent encore davantage. Parce qu’on en parle moins, mais aussi et surtout parce que c’est socialement ardu, (voire intolérable ?) de se représenter un homme sous emprise.

  70. Dans mon couple, les mots sont des ailes. Si ce n’était pas le cas, je l’enverrais bouler vite fait bien fait !!!

  71. Toujours facile de s’en prendre à plus faible que soi ! Ces hommes sont des lâches, il leur faudrait un bon coup de poing dans la figure !

  72. J’ai vécu 5 ans avec un pervers narcissique, qui me rabaissait continuellement, se couvrait d’éloges, me disait à quel point j’étais merdique comparée à lui. Il a tenté de m’éloigner de tous mes amis, en inventant des choses pour me monter contre eux. Il a essayé de me séparer de ma famille et me convaincant que mes parents ne m’avaient jamais aimée. Il m’humiliait publiquement en inventant des histoires ou en révélant des détails intimes gênant. Il mentait comme il respirait, me trompait, m’a refilé des MST en me convaincant que celles-ci venaient de moi (moi qui avait eu une seule relation avant lui). Il me frappait, me violentait, me violait… Pas physiquement, il n’usait pas de la force pour cela mais de la manipulation psychologique à coup de menaces et humiliations. J’ai réussi à ne pas retomber dans ses bras après une énième rupture, car j’avais rencontré quelqu’un d’autre. Depuis, toute vie amoureuse avec un homme m’est totalement impossible. Je hais les hommes plus que tout, ils me dégoutent, je ne veux plus en entendre parler. J’étais bisexuelle, mais suite à cela, je suis devenue totalement lesbienne. Merci de ne pas me juger, je vous fais juste part de mon expérience et de ce que ça a changé pour moi.

  73. C’est peut être stéréotypé, mais c’est vrai que le mal vient peu à peu. Il faut noter les caresses et les ‘je t’aime’ de temps en temps qui nous disent que notre partenaire nous aime quand même. On ne s’aperçoit que lorsqu’il est trop tard que l’on a les épaules basses et la tête baissée! c’est ce qu’il m’est arrivé, pourtant j’était une ‘femme forte’. Mon partenaire en est arrivé à me battre. C’est là que j’ai pris mon fils et que je suis partie.

  74. Vos mots sont très justes : « stupéfaite, en arrêt, comme suspendue dans le vide, ne sachant plus quoi penser et surtout, baignée perpétuellement dans une infinie tristesse. »

  75. Vous soulevez une importante question (oui, nous lisons TOUS les commentaires…)
    Effectivement, il peut y en avoir en beaucoup de personnes « saines, « normales », cette part manipulatrice; Elle est même partie intégrante de l’individu. Elle est, lorsqu’elle est gérée dans des rapports sains, source de communication, d’échanges, de découvertes.

    Pour autant il reste, demeure, que certaines personnes sont manipulatrices, et structurellement composées ainsi. La différence avec vous, c’est qu’elles ne se reconnaissent pas manipulatrices; Elles ne se posent pas la question. Elles n’y pensent pas. Elles agissent en fonction de leurs intérêts uniquement, sans se préoccuper des autres.

    Nous ne sommes pas là, au sein de CVP, pour classer les individus en catégorie. Nous n’agissons pas « contre », mais pour. Nous n’aimons ni l’utilisation excessive des termes « pervers narcissique », « manipulateur », ou encore « victime ». Nous nous interrogeons sur une relation. Sur ce qu’elle engendre comme conséquences, destructrices psychologiquement, physiquement pour une personne. C’est l’aider à trouver les clés pour s’en sortir.
    De plus certaines situations appellent à mettre en place une vraie stratégie de défense.
    Nous ne connaissons pas votre parcours, nous ne le jugeons pas. Mais lorsqu’une mère ou un père nous contacte suite, par exemple, à des sévices sexuels sur leur enfant, la question n’est plus de la manipulation mais de la maltraitance. Or la défense des victimes dans ce genre de situation est malheureusement rare, faible, mal prise en compte.

    Ce que je constate en revanche en vous répondant au nom de l’association, c’est que vous postez un commentaire à presque 22h, et avant 9h du matin le lendemain vous vous étonnez qu’il ne soit pas encore modéré.
    Ce blog est destiné à être un lieu d’échanges sans animosité ni agressivité. Il est ouvert à tous, et particulièrement aux personnes en souffrance. Si un commentaire agressif apparaissait sans modération, ce serait une atteinte à la liberté d’expression des victimes.

    Vous comprendrez donc, je n’en doute pas, cette nécessité de modérer et le temps que cela peut prendre.

    Bien cordialement

    L’équipe CVP

  76. Les auteurs de ce blog sont responsables d’une association destinée aux victimes. Oui, nous écoutons, nous accompagnons. Nous avons sur le blog entre 200 et 300 commentaires par jour. Outre les mails, les appels, les demandes d’aide.
    Nous faisons au mieux pour répondre à tous.
    C’est à vous, aussi, de comprendre que chaque cas demandant un certain temps, nous ne pouvons valider tous les commentaires aussi vite que leurs auteurs le souhaiteraient

  77. Bonjour Olivier,
    j’ai vécu exactement la même chose, jusqu’à ce que je décide de sauver les enfants et moi-même de la folie dans laquelle on vivait. Ma compagne exerçait des pressions psychologiques terribles sur nos deux enfants (et sur moi-même, mais c’est moins important), qui petit à petit ont dérivé vers des pressions de plus en plus physiques. C’était insupportable. Ne pouvant pas tout changer d’un coup, j’ai agit par étapes. Très brièvement : d’abord, j’ai quitté le foyer familial. D’un commun accord avec mon ex, j’avais les enfants un week end sur deux, et ce qu’ils me racontaient était de plus en plus terribles. J’ai toujours pris garde à les déculpabiliser, car c’est la réaction normale des enfants. J’ai consulté l’assistante sociale du collège, vu régulièrement un psy avec eux. Ce psy avait déjà rencontré mon ex. A un moment donné, il m’a clairement dit de récupérer totalement les enfants, en raison de l’état pathologique de leur mère. J’ai fait la démarche auprès d’une avocate. J’ai aussi pris soin de constituer un dossier de faits vécus ou rapportés par les enfants. Pour faire vite : confrontations devant le juge, qui a ordonné une expertise psy pour l’ensemble des parties en présence (obligatoire quand une des personnes doit être soumise à un test psy), reconvocation et, mon ex n’ayant pas voulu se soumettre aux tests, jugement en ma faveur. J’ai depuis les enfants à ma charge, mais pour mon ex, je suis toujours le coupable, la justice étant à ses yeux incapable de juger cette sorte d’affaire. D’après elle, j’ai bénéficié de « complices » (famille, amis etc…). De toute façon, pour elle encore, le monde entier était contre elle et je faisais partie d’une sorte de complot contre elle. Encore maintenant et depuis 6 ans, je suis harcelé de messages d’insultes ou de chantage affectifs. Que faire face à une personne qui vous agresse perpétuellement, mais qui est aussi en grande souffrance et qui ne veut ou ne peut pas le reconnaître ? Personnellement, je n’ai pas trouvé d’autres réponses que celle-là. Je ne sais pas si ça vous aidera, mais sachez que la justice sait faire la part des choses si les faits sont avérés. Pour cela, il faut que la parole des enfants soit entendue et que plusieurs personnes (vous+un psy) soient à leur écoute.
    Bon courage

  78. J’ai entrepris la même démarche que vous quand j’ai compris… Je me suis aussi excusée auprès de beaucoup de gens d’avoir été aussi aveugle et de m’avoir fait manipulée de cette façon et d’avoir pu croire à ses mensonges (ils excellent tellement dans cet art). Inconsciemment je m’en rendais compte mais dans les faits c’est difficile de ne pas douter de ce que l’on ressent vu qu’on est tiraillé entre l’affection et la haine de ces personnages. C’est au moment ou j’ai cru que j’allais devenir singlée que j’ai pris mes cliques et mes claques pour vivre ma vie sans lui et même à ce moment on se dit qu’on est égoïste… Maintenant tout va mieux car j’ai COMPRIS!!!

  79. Bonjour,
    On parle beaucoup de relation homme-femme quand on traite du sujet des PN. Existe-t-il des articles relatant les relations parents PN et enfant victimes ce ceux-ci. Je viens moi même de comprendre énormément de chose sur mon père PN qui nous en a fait voir de toutes les couleurs à mon demi-frère, ma demie-soeur et moi. On a beaucoup souffert de ses manipulations et menaces affectives perpétuelles. Il a réussi à nous monter les uns contre les autres à nous utiliser à sa guise pour obtenir des choses qui n’allait que dans son sens. Il a maltraité psychologiquement toutes les femmes qui on partagé sa vie, heureusement ma mère a eu le courage de le quitter car elle ne dépendait pas de lui, en tout cas pas de manière financière (ce qui a été son salut). Cette rupture nous a en quelques sorte protégé de ce personnage toxique. J’ai bien l’impression mais vous me direz si je me trompe que la seule solution de s’en sortir avec les PN c’est de les biffer de nos vies.
    Merci

  80. Il est impossible de fuir parce que le mal vient très progressivement et vous abat avant que vous puissiez songer à cela, après quoi on est dans la paralysie totale. C’est comme la grenouille dans la casserole sous laquelle on a allumé le feu. (Il y a aussi l’espoir ignorant que la personne perverse s’améliore si on la traite bien. Tous ces efforts vous laissent dans la stupeur.)

  81. C’est étonnant. Je ne comprends pas où est passé mon commentaire qui je crois ne comportait aucune grossièreté et me semblait correctement écrit.
    Ce qui prouve le niveau d’ouverture d’esprit des auteurs de ce blog ( Pour des gens censés vous écouter, cela est bien étrange ! )

  82. J’ai vécu 16 ans avec un pn, nous avons deux enfants. Je l’ai quitté il y a un peu plus de deux ans, j’ai la garde de mon fils et ma fille depuis mars 2012 et aujourd’hui il demande la garde alternée pour notre fille. J’avais réussi à être bien dans ma vie et aujourd’hui je dois subir une médiation. Je me rend compte que je suis encore sous son emprise et c’est très difficile à vivre. Comme d’habitude il prend l’air de celui à qui on donnerait le bon dieu sans confession et moi je ne peux m’empêcher d’être sur le qui vive. Même en avouant à la médiatrice qu’il a eu des problèmes d’alcool, qu’il a été violent psychologiquement et physiquement avec moi et notre fils, celle-ci cherche quand même à ce que ma fille passe plus de temps avec son père. Le plus difficile à vivre dans tout ça, c’est la solitude que je ressent face à la justice. Comment prouver que ce genre d’individus n’est bon qu’à détruire et ne changera jamais. C’est ce qu’il a dit à la dernière médiation :  » j’ai changé « 

  83. C’est bien de parler de tout cela. Si ce film peut mettre la puce à l’oreille sur de personnes en détresse, c’est tout à fait salutaire.

    Je permets une petite remarque qui peut peut-être mettre sur la voie certaines personnes qui pensent que ces histoires là n’arrivent qu’entre amant(e)s, maris, épouses, parents, patron(ne)s.
    Cela arrive dans des relations d’amitiés également. Avoir un(e) ami(e) pervers narcissique peut être également très destructeur.

    il y a de nombreuses années, dans les premiers pas de l’âge adulte, j’ai connu une personne qui allait devenir mon meilleur ami. Cette amitié est devenu au fil du temps une prison. A cet époque, j’étais dans un état de fragilité psychologique dû à une histoire familiale douloureuse. L’amitié s’est noué tout d’abord sur la capacité de cette personne à redonner confiance et assise personnelle. A travers un intérêt de sa part, des compliments très appuyés sur ma personne, une affinité partagée sur de nombreux points, nous sommes devenus les meilleurs amis du monde. Seulement assez rapidement sont apparus des signaux. En observant tout d’abord les relations d’amitiés que l’ami en question avait avec d’autres personnes. Et on commence à s’apercevoir alors qu’il a de très bons amis mais avec qui, au fur et à mesure, il se fâche, rompt l’amitié de manière cinglante et brutale. Quand je demandais les raisons de ces ruptures, il y avait tout un discours extrêmement négatif sur la personne concernée. La violence verbale à l’encontre de ces personnes semblaient tout à fait paradoxale, face à la chaleur humaine et la douceur qu’il manifestait à mon endroit. Cela a crée un sentiment de dépendance car à ce moment, l’on devient le témoin de ce qui arrive quand ça se passe mal. Et la violence des mots fait peur, car ils sont très destructeurs.

    La personnalité de cet ami m’a semblé aussi jouer un rôle important. Il avait certainement un ascendant sur moi. C’était une personne très brillante intellectuellement et qui semblait avoir de hautes vues sur son avenir. Mais à la fois, il se complaisait dans une forme de romantisme maudit, celui d’un être incompris. Son discours sur l’amitié était d’une radicalité extrême : où l’on ne pouvait pas prendre cela à la légère, qu’il y avait un enjeu très sérieux dans une amitié. Cela donnait une échelle dans l’intensité de la relation, et il fallait être à la hauteur. Mais comment être à la hauteur quand soi-même, on se cherche, on doute ?

    Ensuite vint le moment ou la relation devint très intrusive. Cet ami voulait connaître tout de moi, il disait qu’il ne pouvait y avoir de secrets entre amis et que de toute façon, je ne pouvais rien lui cacher car il voyait tout. Il a alors voulu connaître tous mes amis. A ce moment-là s’est passé une chose que je n’ai pas vu venir. Il est devenir très proches avec tous mes amis. Peut-être même encore plus que moi je ne l’étais avec eux. En temps normal, avec de bons copains, rien de plus normal que de rencontrer de nouveaux potes et de devenir aussi amis.
    Mais ici, j’ai senti assez vite que quelque chose ne tournait pas rond. Car ces nouvelles amitiés ne duraient pas. Très vite, il s’est brouillé et fâché avec eux. Ce qui a eu pour conséquence que mes amis m’ont dit qu’ils ne voulaient plus entendre parler de lui et qu’il fallait me méfier de lui. Naturellement de son côté est venu la menace de rupture si je continuais à voir mes « anciens » amis. C’était eux ou lui. Exclusivité.
    Au bout d’un moment, je ne voyais plus personne, il avait fait le ménage autour de moi.
    Il m’aura fallu quelques années pour comprendre vraiment dans quel vortex je m’étais engagé avant de stopper net cette amitié.

    Ce qui m’a permis de m’en tirer est que j’ai eu la bonne idée, de continuer à avoir des secrets et de ne pas parler du fait que j’avais commencé un travail psychanalytique pour analyser mon histoire familiale. Se faisant, la question de cette amitié est devenu récurrente dans les séances et j’ai compris dans quelle type de relation je m’étais enchaîné et comment j’étais rentré dans un rapport consentant entre dominant et dominé. C’est ainsi en tout cas que j’ai senti la chose à l’époque. J’aimais bien mon pote bourreau.
    Et puis la peur, très grande, de décevoir son meilleur ami et toute la décharge de violence verbale qui s’en suivrait.

    Ce qui se passa fut simple. Je coupai les ponts du jour au lendemain en ne répondant plus à ses appels et en établissant un silence radio total. Il y eut quelques tentatives de prises de contact, notamment avec ses intermédiaires qui me rapportaient la haine absolu qu’il avait contre moi. Et puis les choses se sont arrêtés et j’ai eu l’impression que j’avais sauvé une partie de ma peau.

    Je vous laisse ce court témoignage pour signaler le fait que dans une amitié, on ne détecte pas de manière si net cet état de perversité. Les enjeux au début sont moins passionnels ou fusionnels, mais ils le deviennent progressivement. Ce qui fait que l’on se retrouve avec le syndrome de la grenouille dans la casserole qui ne sent pas que l’eau chauffe, car cela monte très lentement.
    Mais au final, pour ceux, dont je fais parti, qui pensent que l’amitié est une chose aussi forte ontologiquement qu’un amour ou une famille, alors il faut prendre en compte sérieusement que cela peut arriver là aussi.

    Je me suis très bien sorti de cette épisode douloureux, avec de l’analyse sur ce qui s’était passé. J’ai retrouvé mes « anciens » amis par la suite. Et puis j’ai eu quantités de très bons copains par la suite. Cette expérience ne m’a pas refroidi. Au contraire, elle m’a permis d’être alerte et de détecter très rapidement ces profils.

    Bien cordialement et Bravo à l’association. Bravo pour le film.

  84. Cela ressemble à mon quotidien, mais comme il a déjà été dit, le vrai PN est bcp plus subtil, plus machiavélique. C’est un travail de sape constant, indéfinissable. Mon mari me fait cette vie, mais c’est étrange, au lieu de me bousiller moralement, physiquement, j’en sors plus forte chaque jour. Autant je me laissais faire au début de notre mariage, pleurant à chacune de ses remarques, me laissant balloter par ses comportement, ses variations d’humeur et me tappant au passage une bonne dépression (suivie par un psy pendant une année etc), autant aujourd’hui je suis sur mes gardes, je me défends, je lui réponds tout le temsps du tact au tac et j’essaie d’en rire. C’est épuisant de mettre de la légéreté dans un quotidien fait de tension, de pression. Et cet acharnement à me noyer dans une une vie étroite sur laquelle il essaie d’avoir le plus de contrôle est intolérable. Mais l’idée de me retrancher, de partir même la tête haute n’est pas encore concevable. Un jour peut être, mais très souvent je me dis que j’aime bien ma vie, j’ai perdu beaucoup par rapport à mon autre vie avant mon mariage (amis, vie sociale, plaisirs..), mais j’ai gagné en prenant plus conscience de moi, de mes capacités, de ma clairvoyance. Et j’ai aussi un petit garçon qui est ma force, mon rayon de soleil et on rigile bien les deux…et parfois les trois..quand il est bien luné.

  85. Oui completement d accord ! J ai vecu 9 ans avec UNE Perverse Narcissique et là c est encore plus subtile que le spot, c est encore plus vicieu car la manipulation d une femme sur un homme est insoupçonnable, pas croyable pour les proches et l entourage, beaucoup plus facile a exercer sur sa victime, puisque celle ci est la representation permanente de celui qui est fort, qui est costaud, qui est inébranlable et celui qui represente le boureau dans 90% des cas de violence… d ailleur les PN femmes l on bien compris, et ce servent de ca pour faire croire aux autres , en societe qu elle est la pauvre petite victime dans son couple alors que la manipulatrice hors paire, celle qui contrôle tout et qui ne supporte pas que l’on fasse ou pense différemment c est ELLE.
    Bref si un jour vous decidez de faire un spot dans la situation inverse, si vous avez besoin d’info j ai de quoi raconter, j ai etait dans cette relation pendant 9ans, ca m a petit a petit detruit, eteint jusqu a la grosse depression avoir de reels envie de suicide !
    Bref un procesus lent mais mortel !
    Mais ce que je veux dire a ceux qui vivent ca c est qu on peut s en sortir très bien et etre super epanoui des qu on se sort de la !! C est comme une nouvelle vie qui commence, c est super exitant car on se sent super bien, tout est a nouveau possible et la vie devient fabuleuse ! Suite a ma separation d avec la PN (il y a 3 ans) j ai decide de realiser mon reve de travailler dans la musique.
    Aujourd’hui je suis chanteur, musicien et je me sens libre et heureux, comblé par mes rencontres, ma nouvelle compagne, mes nouveaux amis, ma relation a mes parents……enfin voilà tout ca pour dire qu on peut s en sortir et qu il ne faut pas perdre de temps ,des qu on a repéré qu on vit avec un ou une PN on doit se barrer immédiatement !!!!! La clé pour ca , et moi ca m a beaucoup aidé, le travail sur soi version PNL, dans la reconquête de ses reves, ses envies, ses projets de l estime de soi, de la confiance en soi….
    Bon j arrête sinon je vais me mettre en retard…
    Si parmis les gens qui vont voir ce spot il y a des mecs qui vivent ca, ne restez pas seul! Ne croyez pas que vous etes une mauviete ou quoi que ce soit… j ai vecu ca et je n ai pas honte de le dire et surtout de dire que je m en suit sorti et que maintenant je mene une vie super epanoui, dans mon travail, mes relations et surtout , avec ma nouvelle compagne qui est quelqu’un d extraordinaire !
    Alors n hesitez pas a me contacter via mail; si vous voulez sortir de cette emprise, je me ferais un plaisir de vous donner les clés qui m ont permis de retrouver la vie que je me suis toujours imaginé et l harmonie dans mon nouveau couple auquel je ne croyais plus !!
    Vous n êtes pas seul !!
    Believe !

  86. le petit film est bien fait , mais ici la situation de malaise semble explicite, je crois qu’il y a des situations plus sournoises encore avec des pervers plus charmeurs au charisme implacable et dont personne, vraiment personne ne soupçonne la nature profonde des ces êtres …Cela peut conduire au drame irréversible si l’extérieur à un moment donné n’essaie pas d’ouvrir les yeux à la personne en souffrance. ce n’est pas chose aisée puisque la victime bien souvent ne se rend pas compte qu’elle a été piégée et que ce n’est qu’aux prix d’énormes difficultés qu’elle arrivera a s’extirper de ce piège de plus en plus étroit…Il n’y a qu’un regard extérieur qui peut aider une victime…Dans ce film, je crois qu’on ne découvre pas vraiment un vrai pervers narcissique et c’est compréhensible, ces pervers sont toujours des gens d’apparence tout à fait normale en public….Une fois la victime hors du piège, il lui faudra de l’aide psychologique parce qu’elle se sentira complètement nulle sans plus aucune confiance en elle…Ce n’est pas arrivé à moi mais à mon fils et non pas avec une femme mais avec un homme.

  87. Si on rencontre quelqu’un qui se comporte tout de suite comme ça, c’est évident qu’on ne va pas rester 5 minutes avec. Je crois qu’on est tous d’accord là dessus.
    Mais là on parle de quelqu’un avec qui on a tissé des liens, à qui on a d’abord accordé notre confiance parce qu’il n’était pas comme ça au début, quelqu’un qui sait très bien comment manipuler psychologiquement (par exemple en soufflant le chaud et le froid). On est isolé, on se pose des questions mais on n’ose pas en parler parce que ça nous renverrait à un échec, parce qu’on ne sait pas si on se fait des idées, si on est légitime, etc.
    On a du mal à croire que la personne avec qui on partage sa vie est réellement si horrible (on croit toujours que ça n’arrive qu’aux autres, c’est bien connu). On ne veut pas y croire, on a de toutes façons perdu tous nos repères. En tout cas, c’est comme ça que je le vois moi.

    Combien de fois j’ai entendu de mes parents que les couples d’aujourd’hui se séparent à la première dispute, c’est peut-être encore un grain de sable qui fait que je me suis accroché plus que j’aurais dû. Combien de fois j’ai entendu ma mère me dire qu’il faut jamais rester avec un homme qui frappe – oui mais là il ne frappait pas, où du moins son première violence physique a eu lieu après 6 ans ensemble, et là effectivement ça a fini de me faire prendre ma décision définitive.

    Ce sont des problèmes très complexes qu’il ne faut pas sous-estimer.

    Encore maintenant ma famille ne se rend pas compte de ce que j’ai vécu, je sens comme un déni, une minimisation. Ca fait assez mal, mais bon, je n’y peux rien. Je suis passée à autre chose, avec tout de même toujours cette cicatrice qui se réouvre de temps en temps pour un mot, un geste qui me renvoit à ces mauvais souvenirs.

  88. J’ai regardé ce film. Certaines scènes m’ont fait comprendre que je pouvais parfois être ce Fred (cela m’emmerde, c’est mon prénom en plus, pas de chance), d’autres qu’il était un sale connard que je ne pourrais jamais être.
    Ce qui m’attriste le plus finalement ce sont les commentaires : toutes ces personnes qui passent ici clamer : avoir été/être victime- avoir connu/connaître un PERVERS-MANIPULATEUR et qui t’expliquent que le Mal, le grand Mal, l’absolu Mal, en réalité le seule et unique responsable de leur mal-être, c’est l’Autre.
    Cet autre qui lui ne serait pas naturel, serait une personne qui aurait une STRATÉGIE ( au sens Napoléonien du terme, qui veut dire qu’en pleine CONSCIENCE de livrer une bataille, il serait près à détruire sans pitié l’ennemi) pour MANIPULER (sciemment, hein, quand on manipule c’est sciemment!) la personne qui partage sa vie.

    Ma moitié-Fred et ma moitié-Marie ne se satisfont pas de ce langage qui culpabilisent à la fois celui qui fouette et celui qui est fouetté.

    La réponse n’est pas l’escalier des gémonies, c’est trop facile et trop réducteur.

  89. Ce n’est pas une preuve d’amour que dire à sa femme qu’on la trouve belle.
    Mon mari pouvait me dire que j’étais la plus belle et 10 minutes après me foutre minable.
    Il m’a dit je ne sais combien de fois que j’étais un être d’exception tout en me traitant comme la dernière des merdes.
    Les mots doux sont une des nombreuses armes que les PN et autres manipulateurs ont à leur service pour tenir leur proie bien ferrée.
    Ce n’est pas positif à mon sens que de dire à une femme qu’elle est belle et de l’empêcher de mettre la robe dans laquelle elle se trouve belle justement.
    Elle n’est donc pas belle comme elle est, mais comme il veut qu’elle soit et ça fait toute la différence.
    Elle est belle lorsqu’elle est soumise.
    La dernière image que mon mari a eu de moi avant qu’enfin je décide de m’enfuir, c’est par terre, à genoux, le suppliant.
    J’ai levé les yeux sur lui. Il souriait.
    Voilà, c’est comme ça qu’il me voulait.
    Une heure avant il m’avait dit qu’il me trouvait particulièrement en beauté.

  90. Svp quand vous êtes dans cette situation et que vous demandez de l’aide, n’envoyer pas chier la ou les personnes qui vous apporte leurs soutient, n’envoyer pas balader la main qu’on vous tend surtout quand c’est vous qui l’avez demandé et pensez aussi de temps en temps que les autres, ceux qui vous aident peuvent aussi aller mal donc ne leur tourné pas le dos si pour une fois ils ne peuvent vous écouter.

    VOUS AVEZ TOTALEMENT RAISON.

    Il faut toujours maintenir l’écoute. Toujours. La parole doit toujours, peut toujours être entendue

  91. bien dit, merci tim 🙂 je pense que cette personne manque cruellement d’expérience et de jugeote accessoirement…

  92. Désolée ma chere Kriss… faut le vivre pour savoir que lorsqu’on est dedans… on vit l’enfer mais on croit que ça vient de nous… on couvre l’autre, car nous avons honte d’avouer qu’on s’est fait avoir… je ne l’ai vécu qu’un an…. et je peux te dire que j’ai pris la main tendue pour m’en sortir… mais si je n’avais pas eu cette main… j’aurais seulement fini en m’enlevant la vie… Peut-être n’as tu pas la bonne façon de tendre la main??? Pour cette raison qu’on te la refuse??? La personne qui m’a tendu la main croyait en moi, ne me jugeait pas et ne m’a jamais jugé… Son geste était gratuit et ne me demandait aucune reconnaissance… Il s’est seulement appliqué à me répéter que je ne méritais pas ce qui m’arrivait et que personne ne mérite ça. Qu’il serait là pour me protéger, car il savait que j’avais la peur au ventre. Je ne fonctionnais plus par amour, mais par la peur. En une seule petite année, cet homme m’avait complètement anéantie et mon ami est resté là patient à espérer que j’accepterais son aide.

  93. Lorsqu’on accepte l’inacceptable, nous n’avons déjà plus d’amour pour cette personne…. Il faut dire que ce sont au départ des séducteurs, de beaux parleurs, ils sont même très charmant. Ils te font sentir aimée, importantes, voir même indispensable à leur vie… et ça ne commence pas du jour au lendemain.. la destruction est insidieuse… Ils finissent par te faire sentir que tu n’es rien, menteuse, que tu es malade dans la tête.. qu’au fond tu es comme toutes les autres… Et le hic dans la vidéo, c’est que tous savent qu’il n’est pas correcte avec elle, dans la vie ce n’est pas la réalité, car devant les autres, ils sont assez tordus pour te faire passer pour la cinglé, pour l’idiote de service… Ils ont une façon d’expliquer leur exaspération face à des situations dans le couple, que les gens croient vraiment que tu n’es pas correcte avec lui… situation vécue: J’avais une formation de trois jours à l’extérieur, une amie m’hébergeait. Le deuxième jour de la formation, j’ai parlé avec lui le matin en allant déjeuner et j’ai fermé mon cellulaire en entrant en formation… Sur l’heure du dîner, nous sommes restés en salle pour écouter une vidéo et discuter en groupe. La formation terminait à 17 heures à ma sortie, moi et une collègue avons discuté pendant une heure devant le local avec le formateur. Lorsque je suis sortie à l’extérieur, j’ai ouvert mon cellulaire pour trouver plusieurs appels manqués, des textos et un beau message sur ma boite vocale qui disait qu’au fond, si je voulais vivre chez mon amie je pouvais déchrisser. Que je devais m’avoir trouvé un beau intervenant et que je devais être entrain de baiser dans une chambre de motel vu que je ne lui répondait pas… et j’en passe…. vu l’agressivité et la colère des messages écrit et vocal.. j’ai paniqué… la peur nous poigne aux entrailles… On ne fonctionne plus par amour,, mais par peur… on ne sait pas jusqu’où ils sont capables d’aller… Son explications aux autres, il dit que je ne réponds jamais à ses appels, que je me fous de lui, qu’il est inquiet pour moi et que je lui ris au nez en ne répondant pas… et blablabla… Alors c’était moi la fautive… puisque je dois en tout temps répondre à ses appels, c’est pas normal d’avoir une vie « sans lui »….

  94. Courage Omar,

    vous avez fait le plus dur : partir ! et il en faut déja beaucoup du courage pour y arriver…
    y’a pas de honte à se sentir déprimé, à avoir été manipulé…malgré tout ca vous avez quand même eu la force de faire un choix difficile, le meilleur pour vous et vos filles…maintenant il faut vous accorder du temps, prendre conscience que cela vous prendra du temps avant de pouvoir comprendre les mécanismes de votre relation, de les voir avec du recul, et finalement passer à autre chose, c’est à dire penser à vous, à votre reconstruction…mais quel bénéfice alors ! vous vous sentirez certainement encore plus fort, plus fier, plus grand…
    il faut considérer que vous êtes à présent en « convalescence », vous serez bientôt « stabilisé » et puis viendra ensuite la guérison, et après…à vous d’écrire la suite de votre vie avec le soutien et l’affection de vos filles…
    je vous souhaite d’y parvenir le plus vite possible, vous n’etes pas seul, voyez ici comme beaucoup de personnes se soutiennent, se retrouvent, s’entraident et communiquent…

  95. Je me suis dit très exactement la même chose en regardant ce spot. C’aurait pu être une bonne idée d’intégrer cette situation inversée durant le diner, genre un des autres couples dans lequel la violence psychologique serait exercée par la femme sur l’homme

  96. attention il y a bcp de pervers qui n’aiment pas leur femme comme fred aime marie…seul « point positif » du reportage…il lui dit quand même qu’elle est belle, semble tenir à elle, ce qui est rare dans les autres couples où ce n’est qu’insultes

  97. Valérie,
    J’ai bien lu votre message et j’entend bien votre douleur vis à vis de votre belle fille…
    J’ai comme elle fait rupture avec mon père avant que ma mère ne le fasse et c’est 6 mois après que leur divorce a eu lieu…
    Ma mère était persuadée qu’elle me perdrait si elle le quittait car la relation entre lui et moi était tellement fusionnelle (malsaine) qu’elle n’imaginait pas que je m’en défasse, même si elle m’avait vue hurler et rager contre lui plus d’une fois…
    C’est lors d’un voyage à l’étranger que le déclic à eu lieu. Je suis née au Niger et mon père était parti là bas quelques mois lorsque j’avais 29 ans.
    Toute ma vie il m’avait fait rêver sur mon retour au Niger, ma terre, et m’a donc proposé de venir le rejoindre pour que je découvre enfin le pays ou j’étais née. Ce qui m’a sauvée, c’est de demander à ma mère de venir avec moi.
    Nous sommes arrivées là bas et avons vécu l’horreur pendant 3 semaines avant de nous faire rapatrier en urgence car le médecin que nous avons consulté nous a vues au plus bas et a compris que nous étions en danger.
    Mon père a perdu son brio et son habileté.. Il s’est montré « sans filtre » là bas et je peux vous dire que côtoyer ce genre de personnage quand il est désinhibé, c’est terrifiant.
    Quand l’une de mes sœurs est venue nous chercher à l’aéroport en France, elle nous a dit avoir vu 2 fantômes venir vers elle. Nous étions vidées, choquées et anéanties.
    J’avais touché le fond et lorsque j’ai passé la barrière de la douane au Niger, j’ai regardé mon père une dernière fois, car je savais que ce serait la dernière. Je n’ai pas fait signe, je n’ai pas souris ni pleuré, j’ai simplement dit « adieu » dans ma tête.
    Depuis, le chemin a été long et douloureux et il l’est encore parfois car étant moi-même devenue maman, il est difficile de ne pas y repenser et de ne pas tomber dans la peur de reproduire…
    Une des choses les plus difficiles à gérer, c’est la douleur et la culpabilité de ma mère.
    Elle n’est pas fautive. Elle fait partie des victimes.
    On pourra dire que elle était adulte, qu’elle aurait dut voir, qu’elle aurait dut réagir mais comment prendre conscience d’un tel niveau de cruauté quand on est dépendant affectif et manipulé depuis le départ ?
    Je me souviens de mes colères, petite, lorsqu’on me demandait si j’étais battue. J’étais choquée et horrifiée qu’on puisse penser une chose pareille de mon père et pourtant, il y avait du sang sur les murs à la maison…
    Nous étions embrigadés et je conçois qu’il soit difficile de comprendre ça pour quelqu’un qui ne l’a jamais vécu mais il était réellement impossible de prendre conscience du personnage qu’il était, que ce soit pour ma mère ou pour mes sœurs ou même pour moi.
    Tout ça pour dire qu’il est très difficile de passer ce cap et de lever le voile pour enfin avancer. Et qu’il serait naïf de croire que tout va mieux une fois qu’on est parti.
    Non tout va pas mieux, on est simplement d’avantage en sécurité et on évite que le mal grandisse et que la torture continue.
    Une fois parti, il faut prendre le temps de réaliser, d’encaisser, de survivre à la déferlante d’horreur qui revient au premier plan comme si vous découvriez votre propre vie d’un seul coup.
    Il n’y a aucune culpabilité à avoir. Lui sera incapable de ressentir ce remord mais il aura travaillé dur pour que vous le ressentiez à sa place.
    On fait souvent le parallèle avec les victimes de viol, et lorsque mon père a appris que j’en étais une (j’avais 13 ans), il m’a répondu : « il est plus facile de courir avec la jupe relevée qu’avec le pantalon en bas des jambes… » et il a rit. Puis au Niger, il m’en a reparlé et m’a incendiée en me demandant si je comprenais à quel point je lui avais fait du mal en lui disant ce qu’il m’était arrivé…
    C’est lui qui devrait culpabiliser, c’est lui qui devrait souffrir aujourd’hui et se refaire le film de sa vie chaque jour et chaque nuit en se demandant comment il a pu en arriver là.
    Vous n’avez rien à « assumer » de tout ça ! Vous êtes fautive d’avoir aimé, d’avoir cru que le meilleur était possible et que l’amélioration était faisable ? Vous ne pouvez pas vous en vouloir d’être humaine, bienveillante et aimante.
    On ne peut culpabiliser des crimes d’autrui…
    On m’a félicité de n’avoir aucun ressentiment envers lui ou aucune haine. Je n’ai effectivement pas de haine car j’y ai travaillé. Pas pour lui mais pour moi car la haine me détruit.
    Je n’ai pas de haine, mais de la peine. Une peine profonde qu’il soit encore en vie car je ne comprend pas comment c’est encore possible. Comment cet homme peut il encore tenir sur ses 2 jambes, se regarder dans la glace et assumer ce qu’il a fait de nous, de tout ceux qu’il a fréquentés.
    J’ai beau savoir ce qu’il est, je reste blessée que ce soit possible.
    Tout ce que je souhaite à votre belle fille, c’est de réussir à faire la part des choses et de se dissocier de son père.
    Un père, tout le monde en a un, nous faisons par contre partie de ceux qui n’ont pas de papa. C’est injuste et c’est difficile à encaisser lorsqu’on a cru le contraire si longtemps mais c’est une réalité car un papa, c’est pas ça. L’amour, c’est pas ça.
    Ce que je souhaite pour votre petit homme, c’est que sa douleur ne soit pas masquée et qu’il exprime réellement ce qui vient de son cœur. Je lui souhaite d’être entourée de douceur et d’amour, et qu’il arrive à bien vivre ce à quoi il a assisté.
    Il n’a pas réussi à faire ce que vous n’avez pas fait. Il réagit simplement avec son être, sa personnalité et rien ne peut nous dire s’il est supérieur à un autre ou vous inférieure à un autre. Vous êtes simplement différents.
    La deuxième fille de mon père est encore en contact avec lui. Quoi que j’en pense, je me refuse de la juger et j’ai simplement essayé de lui expliquer quel danger il est pour elle et pour son fils mais quoi qu’il en soit, je ne pourrais jamais forcer ma sœur à être ce que je suis.
    On fait tous ce qu’on peut avec ce qu’on a et avec les outils qu’on nous a donnés.
    Ce qui me soulagerait énormément, c’est que ma mère réalise que je lui dois la vie. D’une part parce qu’elle me l’a donnée et d’autre part car elle me l’a sauvée.
    Je n’aurais pas tenu le coup sans elle, je n’aurais pas survécu au Niger. Il m’aurait tuée si elle n’avait pas été là, toute ma vie, à mes cotés car elle a été et elle est toujours ma force.
    Elle a été la douceur, l’amour, la tendresse au quotidien. Elle a été le réconfort, l’énergie et la joie. Elle a été tout ce qui existe de beau dans ce monde, chaque jour et chaque instant et c’est pour ça que je suis ce que je suis aujourd’hui.
    Y a personne au monde que j’aime autant et envers qui je suis autant reconnaissante qu’elle.
    Je n’ai pas de papa, mais ma maman est mon « tout ».
    Tout ce que vous pouvez faire pour vos enfants, c’est ça. Etre tout ce que l’autre n’a pas été. Le bon, le bien, le doux, le tendre, la joie, le rire, la vie….
    Courage à vous, à vos enfants et restez bien plantée sur vos deux pieds, les épaules en arrière, le menton bien levé, car il est temps de respirer et d’apprendre ça à vos petits. C’est ça la survie.

  98. Essaie de voir les choses autrement, tout n’est pas binaire comme tu le décris. D’abord tu ne vois pas le truc venir. Tu te fais avoir avec le temps, au début tout est génial et tu vis sur un nuage, tu crois que tu es tombé sur un truc que les autres ne connaîtront jamais! que c’est exceptionnel. Ensuite arrive une petite remarque, puis une grosse dispute, et puis … et puis … et puis tu t’es fait casser, on t’a mis le doute, petit à petit! Tu as l’impression de décevoir, de ne pas être à la hauteur, sans pour autant réussir à mettre réellement le doigt dessus, tu sens un malaise. Tu ne choisis pas de te mettre en couple avec un connard, et tu ne te réveilles pas du jour au lendemain avec un mec odieux. C’est distillé goutte à goutte, « parfois », « à l’occasion », mélangé au milieu de choses tellement géniales par ailleurs! (des fleurs, un weekend surprise, une déclaration enflammée), c’est toujours quand tu t’y attends le moins. Et final tu te reproches à toi-même d’avoir mal agi, pensé de façon égoïste …… lavage de cerveau !

    Ce qui me fait un peu « marrer » dans ton commentaire, c’est que je parlais exactement comme toi! pétrie dans mes certitudes, convaincues que c’était un truc de faible. Prenant de haut les femmes battues en me disant « mais elles n’ont qu’à partir! » et j’étais encore loin du compte avec la pression psychologique dont je soupçonnais à peine l’existence.

    J’espère que ça ne t’arrivera jamais, mais si c’est le cas tu auras peut être un peu plus d’humilité C’est justement parce qu’on pensait tous être au dessus de ça que c’est encore plus dur. Comment a-t-on pu se faire avoir? Dans mon cas, ça a commencé au bout de 4 ans, et ça s’est réellement déchaîné au bout de 7 – je suis partie à 8. Donc imagine toi la situation, tu es avec type génial que tout le monde adore, intelligent, drôle, talentueux. Il t’offre des fleurs et te traite comme une princesse, te fait vibrer. Tu ne vois pas les premiers dérapages comme des alertes, plus comme des moments de prise de tête naturelles dans un couple, tu fais des momes (pas dans mon cas mais c’est fréquent) et c’est comme ça que jour après jour, tu perds toute capacité à te débattre et te retrouves prise au piège de ta propre vie. Et la culpabilité renforce ton incapacité à bouger, puisque tu te dis que c’est ta faute, c’est toi qui a laissé faire. C’est hyper sournois.

    Enfin si les gens t’ont tourné le dos c’est que justement ces personnes étaient manipulées à ne croire que leur bourreau, incapables de penser par elles-mêmes car cassées psychiquement.
    Mes amies n’ont pas arrêté de me dire que tout ça n’était pas normal, mais je ne voyais pas du tout la chose comme ça! Elles m’auraient dit « tu es victime d’un PN » je leur aurai soutenu que non !
    Pour aider, ol faut tenir bon, un jour on finit par avoir confiance dans ceux qui nous veulent du bien. Mais ça demande beaucoup de patience et de douceur ……

  99. Merci pour votre témoignage Jany et merci de nous montrer qu’on peut s’en sortir, même abimé(e)s, même fracassé(e)s…
    Je me suis sortie de ma prison au bout de 10 années et je me reconstruis tant bien que mal… mais j’ai envie de hurler en pensant à mes enfants !!!
    Dans quel état sont-ils ? Quelles blessures devront-ils trainer toute leur vie 😦
    La fille aînée de mon mari (que j’adopte puisqu’elle n’a plus de maman et que j’aime comme ma propre fille) a adoré son père, c’était son héros… Et puis un jour elle a réalisé. Elle a réalisé bien avant moi en fait et m’a alertée… Combien de fois… avant que je réalise à mon tour.
    Elle a réussi, comme vous, à couper les ponts avec son père. Elle s’est fait, comme vous, insulter de tout, de garce de pute, de salope et j’en passe. Une fille merveilleuse qui a pourtant toujours soutenu son père ! Comment peut-on vivre avec ça à 28 ans alors qu’on se construit ?
    Elle souffrait de me savoir entre ses griffes et faisait des cauchemars toutes les nuits.
    Maintenant que j’en suis sortie, elle va mieux, comme a du aller mieux j’imagine votre maman lorsque vous-même avez su vous extraire de l’emprise destructrice de votre père.
    Car c’est terrible pour une mère de vivre avec cette idée, qu’on a donné comme père à ses enfants un pervers, un bourreau.
    Je crois que je pourrai me remettre d’à peu près tout (oui bon, disons presque tout 🙂 ), mais les blessures de mes enfants, comment pourrai-je les assumer ?
    Heureusement, notre dernier enfant est autiste, et son handicap l’a protégé de son père.
    Lui, clairement, « facilement » a su dire : « je n’aime pas le papa d’aujourd’hui, il me fait peur, je ne veux pas le voir, il ne me manque pas »… ) à même pas 10 ans, il a su faire ce que moi j’ai mis 10 années à faire !
    Courage a vous Jany et bravo pour votre détermination et votre force de vie.

  100. Trop de lol et pas assez de réflexion.
    Les prédateurs savent trouver leurs victimes.
    Celles-ci ont des failles sur le plan émotionnel bien souvent ou sont dans des passages à vide, fragiles au moment de la rencontre, ce qui permet au pervers de s’incruster sans éveiller les doutes, en s’imposant comme un (faux) « sauveur » et de monter ainsi crescendo dans la possession de l’autre .
    Comme certains l’ont précisé, les pervers narcissiques ont une forme d’intelligence bien particulière et rodée en la matière.
    A force de se sentir rabaissée et dégradée par le/la conjoint(e), incomprise ou bien de carrément passer pour « le/la fautif(ve) » aux yeux de l’entourage, ces personnes finissent par se convaincre qu’elle ne valent rien et qu’en effet, cela vient peut-être d’elles.
    Alors oui, aider quelqu’un dans cette situation est délicat et ce n’est certainement pas en lui balançant un gros « lol, pourquoi tu prends la défense de ton conjoint, c’est un blaireau, arrête de chialer » que ça lui provoquera un déclic.

    Les pervers narcissiques peuvent être très destructeurs.
    Que le dieu du lol te protège d’une quelconque faiblesse affective et d’un cerveau un peu trop malsain passant par là.

  101. Bonjour je voulais laisser aussi un commentaire sur ce que j’ai vécu…Alors non je n’ai pas vécu avec un PN enfin pas en couple…Le pn dans ma famille c’est mon pere. Mes parents ne sont pas resté ensemble tres longtemps, j’avais trois ans quand ils se sont séparé mais apres se fut une belle mere (mere de mon frere et ma soeur) et apres un florilege de belles-meres. Une fois assez grande j’ai compris que quelques choses clochait. Toutes mes amies me disait que j’avais un pere génial mais quand on était entre nous il changeait parfois completement de comportement c’etait tres déroutant. Ensuite au fur et a mesure de la relation avec la belle mere on voyait que celle ci etait de plus en plus mal moins gaie et nous repoussait ( Le pn divise pour mieux régner et donc il nous montait contre notre belle mere et inversement pour garder tout le monde sous contrôle). Ensuite j’ai encore grandit et la j’ai assister a nombre de disputes, de coups ou de bleu apparu mystérieusement, et même de chantage au suicide ( a moi) et également des insultes. Heureusement je n’étais pas chez lui tout le temps et aujourd’hui a 27 ans je ne le vois que pour les bons moments. Mais je comprend ces femmes qui vivent ça et je ne dirais qu’une chose…fuyez…allez vivre une vie meilleure ailleurs loin d’un PN.

    Des années plus tard quand j’ai réalisé se que j’avais fait a cause de lui je me suis excusée auprès des belles mères avec qui j’avais été odieuse. Et je m’entend tres bien avec celle avec qui il est…se qui l’embête fortement et il évite qu’on entre en contact toute les deux.

    Voila mon témoignage car un conjoint on peux le quitter…mais pas son pere. Je voulais amener une autre forme de témoignage.

    Courage a vous les filles et ne vous laissez pas faire

  102. je repost ici ce que j’ai écris plus tot : (ton message est clairement odieux et irrespectueux Kriss)
    Quand je lis certaines réactions au spot, qui ont pour seule réponse que de dire « mais réagissez ! tout le monde a le choix ! » Et bien non, tout le monde n’a pas le choix. On choisi pas ses parents comme on dit… Et si je pense à ma mère dans tout ça, qui a subit cet homme pendant 30 ans elle aussi, je n’ai pas de colère ou de ressentiment car je sais à quel point elle a lutté, à quel point elle s’est battu dans l’espoir de changer les choses et qu’on s’en sorte tous…
    J’ai fait rupture nette avec mon père il y a bientôt 5 ans. Pas d’éclat, pas de scandale, juste une décision ferme. Je lui ai dis une fois, il a insisté quelques temps plus tard ignorant ma décision, alors je lui ai répété, calmement mais fermement.
    Par la suite, j’ai biensur eu toutes les réactions possibles de sa part (par mail car j’avais changé de numéro de téléphone et il ne connaissait pas ma nouvelle adresse non plus). Il a pleuré, il m’a insultée, humiliée, expliqué sur des pages et des pages à quel point j’étais abjecte, mauvaise et ingrate.. Il a essayé de me faire pitié, de me faire mal, de me faire réagir…
    Je n’ai jamais répondu. Pas un mot, pas une réaction, pas même un geste.
    Cet homme a passé 30 ans à me façonner, à me manipuler, à me placer dans un étau et me remodeler selon ses envies.
    Je n’étais que le reflet de ce qu’il voulait être. Il fallait que je sois lui, que je lui renvoie une image parfaite de ce qu’il fantasmait.
    J’ai été son chef-d’oeuvre, son jouet, sa chose et que je puisse penser autrement que lui ou simplement ne pas me poser la question de ce qu’il pouvait penser de ma vie était insupportable pour lui.
    Que je décide de vivre a été un immense choc pour lui. Que je puisse me passer de lui et pire, que je lui dise calmement qu’il m’était néfaste et que je voulais me protéger de lui a été le plus grand affront que je puisse lui faire.
    Je n’ai pas cherché de vengeance ou à lui faire quoi que ce soit, je partais pour moi.
    Cette décision a été simple et évidente. C’est la suite que je n’avais pas appréhendée…
    Quand vous réalisez que tout ce que vous croyez de façon absolue n’est qu’illusion, il vient forcément le moment ou vous vous demandez qui vous êtes réellement.
    « Qu’est ce qu’elle ressemble à son père ! » – « C’est bien ta fille ! Pas possible de le nier » – des phrases qui résonnent douloureusement.
    La honte de porter le mauvais sang s’installe…
    Ne surtout pas lui ressembler, ne surtout pas être sa fille, ne surtout pas être ce qu’il voulait que je sois : l’extension de son petit doigt…
    Et quand je souffrais de ceci ou celà, était-ce ma douleur ou la sienne ? Et mon gout pour telle ou telle chose, est-ce mon sentiment ou son envie ? Et suis-je calme, colérique, entière, effacée ? Ou juste terrorisée depuis la naissance ? Suis-je courageuse ?
    J’ai passé beaucoup de temps à retourner tout ça, avec un psy, sans un psy, et à voix haute ou dans ma tête…
    Je l’ai tellement aimé, adulé, défendu, protégé… c’était mon papa… il me manque tellement ce papa que je m’étais fabriqué dans ma tête… Le voile s’est levé, j’ai vu son visage et je me suis éloignée de cet homme mais mon papa, il est ou ? Difficile de réaliser qu’il n’a jamais existé et qu’il ne m’a jamais connue, moi, comme je suis réellement. Et pourtant je suis convaincue qu’il y avait de quoi être fier d’être mon papa.
    Je sais aujourd’hui qui je suis et je fais de mon mieux pour être quelqu’un de bien au quotidien. Je suis bienveillante et gentille sous ma carapace de dragon… Il est juste difficile de baisser la garde…
    Une seule chose me reste impossible aujourd’hui, c’est travailler. Déjà parce que mon corps ne me le permet pas (j’ai une polyarthrite) mais aussi parce que l’autorité m’est trop douloureuse. Je ne supporte aucun ordre, aucune forme de domination et il m’est impossible de me soumettre à quoi que ce soit.
    J’ai un rapport aux autres très difficile. Je suis hypersensible et qu’on puisse me reprocher d’être ce que je suis est impensable. J’en ai une peur profonde.
    Quelle que soit la liberté que j’ai réussi à acquérir en faisant rupture avec lui, je sais que je reste sa fille, brisée, et que je devrais toujours composer avec les failles qu’il a creusées.
    A ceux qui nous parlent encore de choix, quel était le mien ?
    Ne vous avisez pas d’incriminer ma mère qui est celle qui a été le plus ravagée par cet homme. Il a fallu qu’elle se reconstruise, à 60 ans, et qu’elle prenne en pleine tête la réalité qu’il lui avait minutieusement cachée depuis la moitié de sa vie.
    La violence sexuelle qu’a subit ses enfants, c’est 4 ans après son divorce qu’elle en a eu connaissance… et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres… Les cris de douleur de ma mère, au téléphone, quand elle a entendu mon récit… Est-ce une punition suffisante pour elle vous croyez ?

  103. je repost ici ce que j’ai écris plus tot :
    Quand je lis certaines réactions au spot, qui ont pour seule réponse que de dire « mais réagissez ! tout le monde a le choix ! » Et bien non, tout le monde n’a pas le choix. On choisi pas ses parents comme on dit… Et si je pense à ma mère dans tout ça, qui a subit cet homme pendant 30 ans elle aussi, je n’ai pas de colère ou de ressentiment car je sais à quel point elle a lutté, à quel point elle s’est battu dans l’espoir de changer les choses et qu’on s’en sorte tous…
    J’ai fait rupture nette avec mon père il y a bientôt 5 ans. Pas d’éclat, pas de scandale, juste une décision ferme. Je lui ai dis une fois, il a insisté quelques temps plus tard ignorant ma décision, alors je lui ai répété, calmement mais fermement.
    Par la suite, j’ai biensur eu toutes les réactions possibles de sa part (par mail car j’avais changé de numéro de téléphone et il ne connaissait pas ma nouvelle adresse non plus). Il a pleuré, il m’a insultée, humiliée, expliqué sur des pages et des pages à quel point j’étais abjecte, mauvaise et ingrate.. Il a essayé de me faire pitié, de me faire mal, de me faire réagir…
    Je n’ai jamais répondu. Pas un mot, pas une réaction, pas même un geste.
    Cet homme a passé 30 ans à me façonner, à me manipuler, à me placer dans un étau et me remodeler selon ses envies.
    Je n’étais que le reflet de ce qu’il voulait être. Il fallait que je sois lui, que je lui renvoie une image parfaite de ce qu’il fantasmait.
    J’ai été son chef-d’oeuvre, son jouet, sa chose et que je puisse penser autrement que lui ou simplement ne pas me poser la question de ce qu’il pouvait penser de ma vie était insupportable pour lui.
    Que je décide de vivre a été un immense choc pour lui. Que je puisse me passer de lui et pire, que je lui dise calmement qu’il m’était néfaste et que je voulais me protéger de lui a été le plus grand affront que je puisse lui faire.
    Je n’ai pas cherché de vengeance ou à lui faire quoi que ce soit, je partais pour moi.
    Cette décision a été simple et évidente. C’est la suite que je n’avais pas appréhendée…
    Quand vous réalisez que tout ce que vous croyez de façon absolue n’est qu’illusion, il vient forcément le moment ou vous vous demandez qui vous êtes réellement.
    « Qu’est ce qu’elle ressemble à son père ! » – « C’est bien ta fille ! Pas possible de le nier » – des phrases qui résonnent douloureusement.
    La honte de porter le mauvais sang s’installe…
    Ne surtout pas lui ressembler, ne surtout pas être sa fille, ne surtout pas être ce qu’il voulait que je sois : l’extension de son petit doigt…
    Et quand je souffrais de ceci ou celà, était-ce ma douleur ou la sienne ? Et mon gout pour telle ou telle chose, est-ce mon sentiment ou son envie ? Et suis-je calme, colérique, entière, effacée ? Ou juste terrorisée depuis la naissance ? Suis-je courageuse ?
    J’ai passé beaucoup de temps à retourner tout ça, avec un psy, sans un psy, et à voix haute ou dans ma tête…
    Je l’ai tellement aimé, adulé, défendu, protégé… c’était mon papa… il me manque tellement ce papa que je m’étais fabriqué dans ma tête… Le voile s’est levé, j’ai vu son visage et je me suis éloignée de cet homme mais mon papa, il est ou ? Difficile de réaliser qu’il n’a jamais existé et qu’il ne m’a jamais connue, moi, comme je suis réellement. Et pourtant je suis convaincue qu’il y avait de quoi être fier d’être mon papa.
    Je sais aujourd’hui qui je suis et je fais de mon mieux pour être quelqu’un de bien au quotidien. Je suis bienveillante et gentille sous ma carapace de dragon… Il est juste difficile de baisser la garde…
    Une seule chose me reste impossible aujourd’hui, c’est travailler. Déjà parce que mon corps ne me le permet pas (j’ai une polyarthrite) mais aussi parce que l’autorité m’est trop douloureuse. Je ne supporte aucun ordre, aucune forme de domination et il m’est impossible de me soumettre à quoi que ce soit.
    J’ai un rapport aux autres très difficile. Je suis hypersensible et qu’on puisse me reprocher d’être ce que je suis est impensable. J’en ai une peur profonde.
    Quelle que soit la liberté que j’ai réussi à acquérir en faisant rupture avec lui, je sais que je reste sa fille, brisée, et que je devrais toujours composer avec les failles qu’il a creusées.
    A ceux qui nous parlent encore de choix, quel était le mien ?
    Ne vous avisez pas d’incriminer ma mère qui est celle qui a été le plus ravagée par cet homme. Il a fallu qu’elle se reconstruise, à 60 ans, et qu’elle prenne en pleine tête la réalité qu’il lui avait minutieusement cachée depuis la moitié de sa vie.
    La violence sexuelle qu’a subit ses enfants, c’est 4 ans après son divorce qu’elle en a eu connaissance… et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres… Les cris de douleur de ma mère, au téléphone, quand elle a entendu mon récit… Est-ce une punition suffisante pour elle vous croyez ?

  104. ces groupes existent effectivment l’un d’eux nous a aide a nous enfuire mais cela fait 4 ans et depuis je suis toujours harcelee et personne n’y peux rien car je suis depuis le debut de ma fuite l’accuse je dis je clame notre souffrance avec mes enfants et on nefait rien pour les proteger pour nous proteger
    cela me ronge depuis 4 ans alors que je devrais etre libre libre avec mes enfants et il n’en est rien du tout …………. mais tout le systeme se donne bonne conscience meme les associations sont demunies et rigole de tout ce tapage mediatique dans la vie de tous les jours niet niet

  105. Je ne sais pas si le nombre d’appels a augmenté.
    Ce que je sais, c’est que les centres d’appel sont surchargés. Quand ils répondent…

    De plus un autre enjeu de taille mérite qu’on s’y attarde : une femme, un homme, porte(nt) plainte pour violence conjugale. Et ensuite ? Ensuite, ils rentrent chez eux. Qui les protège, alors ? Les mesures d’aide aux victimes sont peu nombreuses et mal appliquées en France. Parfois, elles génèrent même de nouveaux drames.

    C’est entre autre à ce sujet que l’action de CVP veut s’attacher

  106. Le courage ce n’est peut-être pas de fuire mais plutôt de rester et de se « battre » pour changer.ensemble. Personnellement c’est le choix que je fais. Je savais en le rencontrant il y a 24 ans que ce n’était pas l’homme de mes rêves mais que ce serait un homme de ma vie. Et j’ai ressenti alors que je devrais aller au bout de notre relation, peut-être parceque nous avons besoin l’un de l’autre pour nous guérir. Car je ne pense pas que dans ce genre de relation il n’y ait qu’une seule victime. Le « pervers narcissique » est d’une certaine façon lui aussi victime de son comportement. J’ai donc choisi, tout en étant de plus en plus consciente de toutes les humiliations subtiles auxquelles je dois faire face, d’y répondre avec le maximum de courage et d’amour aussi. car toutes ces histoires sont aussi des histoires d’amour ne l’oublions pas.
    Nous avons une fille de 12 ans et parfois j’ai un peu peur pour elle, mais je vois aussi qu’elle est assez forte pour affronter son père quand il faut. J’ai fait le pari que nous réussirions tous les 3 à grandir ensemble. Certains me considèreront sûrement comme une personne aveugle ou inconsciente mais au contraire je me considère comme une personne très lucide.
    Je pense juste que si un jour nous réussissons ce doit être pour le plus grand bonheur de tous les 3, même si nous ne serons plus ensemble.
    Je sais que je ne pourrais pas être pleinement heureuse autrement…

  107. Oh punaise ! Comme ça me parle le coup des preuves ! C’est exactement ça ! Il y a encore moins d’un mois il voulait des preuves que je pouvait devenir ce qu’il entendait être la femme parfaite, tout en me répétant qu’il ne croyait pas à un changement possible de ma part.
    Depuis peu, et grâce à une amie, je me rends compte que je ne suis qu’une victime. Alors ses remarques ne me touchent plus (enfin… Soit je ne réagis pas, soit je retourne la situation contre lui). Et ça, ça l’enerve ! Pour le moment je suis dans la phase de colère, de vengeance. Je veux le rendre fou, je veux qu’il décide de partir, pour enfin retrouver mes amis et ma famille et ouvrir leurs yeux sur mon état de victime.

  108. Si seulement c’était aussi facile. Petit à petit le PN fait assimiler à sa victime qu’elle n’est qu’une merde, que personne ne voudra jamais d’elle et que sans lui elle ne survivra pas. C’est sûr que dans ces conditions c’est trop facile de partir ! C’est comme les otages, hein : finalement ils ne sont otages que parce qu’ils le veulent bien, c’est ça ? Pfff…

  109. J’espère qu’un jour vous vous ferez agresser de manière bien traumatisante et bien humiliante et que, ce jour-là, la seule aide que vous aurez sera quelqu’un qui vous dira « tu l’as bien voulu, si on ça ne se serait pas passé ».

  110. Ça me parais tellement gros que ce genre de comportement existe. Puis je lit vos commentaire et je me rend à l’évidence et ça me rend triste.

  111. J’espère qu’un jour vous vous ferez agresser de manière bien traumatisante et sans aucune raison et que, ce jour-là, tout ce que vous aurez comme aide c’est quelqu’un qui vous dira « tu l’as bien voulu, sinon ça ne se serait pas passé ».

  112. Malheureusement, cette violence-là n’existe pas qu’au sein du couple et on l’oublie souvent, on n’en parle jamais.
    J’ai vécu cela avec mon père… pendant 22 ans. Cela fait 5 ans que j’ai coupé les ponts. Pour le meilleur. Mais ça fait toujours aussi mal d’y penser.

  113. On sent bien que votre réflexion sur le sujet est assez limitée…
    Votre temoignage était capital, merci, nous voila tous soulagés d’apprendre que vous, vous êtes plus forte et surtout plus intelligente que toutes ces personnes.

  114. Quitte le !
    Soit forte !
    C’est le premier pas qui compte dans toute action difficile de notre vie, une fois le premier pas fait, l’engrenage se met en marche !
    Juridiquement, la violence psychologique est reconnue et punie par nos lois, menace le lui coller un procès s’il ne te laisse pas en paix !

    (mon mail si tu as besoin d’aide (bien que de nombreuses personnes pourront surement mieux t’aider que moi ici : multi.edition@orange.fr)

    Clément

  115. Je me suis sentie mal a l’aise face à cette video. Car j’ai ressentis des choses que j’avais deja ressenti autre fois. J’ai eu plusieurs PN dans ma vie dont un qui me frappait et me cloitrait de mes autres relations même familiale, On culpabilise toujours dans ces cas là, on se demande si c’est nous qui fautons ou autre. Mes amis ont toujours été la pour me soulever et m’aider a comprendre que je n’étais pas reponsable…. mais que je devais m’en sortir. Nottament avec un autre garcon qui ne supportait pas que j’ai mon independance par exemple ou qui ne supportait pas que je remette a leur place des personnes sans vergogne….
    Il me voulait docile, et dependante de lui. Mais la vérité, et ca n’importe qui a le droit de le comprendre c’est que personne ne devrait être docile pour qui que ce soit… ce les animaux qui le sont… pas les être humains. Il ne faut pas culpabilisé, je l’ai trop fait, et j’ai compris aujourd’hui que tous, nous méritons mieux que ca.
    Ceci dit, les PN sont plus a plaindre qu’a blamer car leur attitude démontre un profond malaise et un besoin de controler l’autre pour se sentir exister…. C’est en realité une maladie…
    Ne restez pas a leur coté, mais si il s’agit d’un de vos proches arrangez vous pour qu’ils se fassent suivre et soigner. C’est le plus beau geste que l’on puisse faire pour quelqun qui est malade.
    Mais le plus important en ce qui vous concerne c’est… autorisez vous a vivre comme l’avez toujours voulu. Personne n’a le droit de vous controler.

  116. C’est entre autres pour cela que l’association CVP a été créée, pour être un lieu d’écoute, de partage. LOrs des groupes de parole, les personnes présentes le disent souvent : je me sens enfin compris(e)

  117. La vidéo a pour but de pousser les victimes à aller chercher de l’aide. Il existe des groupes d’entraide, qui peuvent aider les victimes à se sortir de leur situation.

  118. J’ai une possible piste sur Wikipedia…

    « La perversion d’un conjoint, d’un parent, d’un supérieur peut briser un couple, défaire une vie ou ruiner une carrière professionnelle. La stratégie perverse cherche à déstabiliser l’autre, par une séduction flatteuse ou un acharnement souvent sournois et subtil, puis par une disqualification insidieuse et récurrente. L’objectif est d’obtenir un moyen de contrôle sur l’affection, l’attention et la disponibilité de l’autre ; sans reconnaître sa propre vulnérabilité.

    Les leviers activés peuvent aller de l’utilisation de la dépendance affective de l’autre (ou de son amour), à l’exploitation de ses failles (culpabilité notamment), en passant par diverses formes de violence verbale, physique et/ou psychique.

    Cette stratégie va jusqu’à stigmatiser les personnes ne partageant pas la position perverse et ses justifications. Par exemple, dans une famille, le parent pervers peut maltraiter un de ses propres enfants si celui-ci remet en cause son autorité, notamment lorsque l’enfant refuse de se conformer à la stratégie perverse ou de s’y soumettre. Sans aide extérieure, l’enfant risque :

    soit de devenir un paria aux yeux de son parent ;
    soit d’entrer dans le jeu du parent et, peu à peu, d’adopter lui aussi une position perverse.

    La mise en œuvre de l’intention perverse opère de façon dissimulée, souvent sur un mode séducteur, par retournement des situations, et, en cas de risque, en prenant soin d’éviter toute forme de preuve, de témoignage ou de dénonciation publique.[réf. nécessaire] »

    Autrement dit, éducation parentale ou sociale. Tu as vécu avec un parent pervers? Il y a une possibilité que tu le deviennes également. Est-ce que ça se soigne? Pour ça, il faudrait que le pervers narcissique reconnaisse qu’il a un problème (c’est pareil pour tous les cheminements psychologiques, d’ailleurs).

  119. Le spot est très bien et je suis vraiment ravi que de tels films voient le jour pour dénoncer ce mal extrêmement malsain et dangereux. Il serait souhaitable aussi que d’autres hommes « victimes » s’expriment sur les femmes perverses narcissiques et que de tels court-métrages soient réalisés pour les dénoncer elles aussi.

    A mon sens, les femmes perverses narcissiques sont encore plus dangereuses et nocives car elles sont plus subtiles, irréprochables en société et il est beaucoup plus aisé pour elles de se faire passer pour des victimes quand c’est nécessaire. De par ma propre expérience, elles sont capables de pleurer sur commande et de jouer une comédie absolument parfaite alors qu’elles ne ressentent absolument rien. Ca paraît inconcevable et ça fait vraiment froid dans le dos lorsqu’on est témoin de pareilles scènes. Et pourtant, c’est vrai, elles existent…

    Elles obtiennent aussi systématiquement la garde des enfants et les utilisent pour détruire le père, pour le simple plaisir de détruire et de se venger, naturellement sans aucune morale.

    Le pouvoir et les dégâts liés à la manipulation sont extrêmement puissants, violents et pernicieux. Le/la pervers(e) narcissique gagne systématiquement en justice faisant passer l’autre pour un fou et/ou un bourreau. Il est temps que cela cesse et qu’on dénonce ce mal haut et fort.

    Aussi j’invite les autres hommes « victimes » à réagir.

    Merci de m’avoir lu.

  120. C’est le genre de contrôle qui s’installe progressivement, petit à petit. Les pervers narcissiques vont prioriser les personnes qui ont une faible estime d’eux-mêmes, faciles à manipuler. La vie, les premiers temps, sera rose bonbon, avec beaucoup de compliments, d’attentions, question que la victime se sente à l’aise, comblée… puis… le contrôle commence. Une critique subtile par ci… Un reproche discret par là… mais toujours au milieu de mille et une attentions (« il est généralement génial », tu te rappelles cette phrase?). Chaque fois que la victime cède à ces pressions, le PN gagne en pouvoir. Ces lieux où la victime a cédé deviennent des forts pour le PN, qui continuera à gratter du terrain… à gratter du terrain… à agrandir son influence… jusqu’à entièrement s’approprié son partenaire de vie, qui éventuellement ne sera plus rien sans lui. C’est comme ça que ça fonctionne, et ça passerait beaucoup moins facilement sur une personne qui a pleinement confiance en elle et qui est consciente de sa valeur.

  121. Sur ce sujet, j’ai connu ce genre de personnes et ma question est: sont-ils vraiment conscients de ce qu’ils disent et font ,est-ce calculé?
    Comment savent-ils á ce point comment faire?Et comment retourner cette situation?

  122. Et , s’il est important de reconnaitre le statut de victime, ne niez pas le combat de ceux et celles qui , tous les jours, loin de la complaisance et de l’apitoiement, se battent pour éviter de laisser la situation s’enliser , clamant leur innocence dans un désert d’indifférence…Open your mind…Non, ces personnes ne sont ni faibles ni victimes toutes trouvées des PN. Ce sont même parfois des personnes fortes, équilibrées , avec une belle estime d’elles…Parler de blessure d’égo ou de faiblesse, c’est aussi leur infliger une double peine…

  123. Les campagnes, la  »pub », c’est bien…En parler aussi…Mais quand certaines osent en parler, c’est bon qu’elles soient entendues…et accompagnées…efficacement , je veux dire…Pas accablées , pas culpabilisées, pas disséquées, pas niées…Juste entendues…
    Une connaissance , en pleine détresse et ayant pris son courage à deux mains pour appeler un centre d’aide, a exprimé , comme elle le pouvait ,sa crainte de violences physiques, jusque là non avérées…La réponse…:  »Vous ne serez pas crédibles à la police s’il n’y a aucun coup…On ne peut quand même pas mettre un garde du corps à tout le monde… »
    Résultat : double peine : victime ET isolée…
     »Pas crédible si pas de coup »…
    Négation de la violence psychologique et renvoi des victimes à leurs  »responsabilités » et à leur détresse…Alors, oui, intention louable…Démystification du problème…Encore faut-il que la parole soit douce, pour faire contrepoids à la violence reçue… et qu’elle soit surtout vraie et compétente… Parce que , pour certaines , c’est leur ultime espoir …leur ultime audace…
    Nous , ses amis, nous pouvions juste être là et être vigilants…
    Elle ne demandait qu’un lieu de parole…Elle avait hésité longtemps à se dévoiler et à se déballer pensant qu’elle y arriverait seule …Il n’y avait aucune complaisance et aucun masochisme dans sa situation, elle voulait vraiment s’en sortir…
    J’ai conscience qu’il s’agit d’un cas particulier et, hélas pas isolé, et je ne veux pas nier le travail de ceux qui agissent sur le terrain,mais , ici, il ne s’agit pas de conseiller qq un sur une tenue vestimentaire , il s’agit de l’histoire intime d’une personne qui ne peut pas être minimisée et reléguée au rang de simple fait divers…Déjà qu’il y a un paquet de gens , prompts à juger hors contexte et à douter de l’équilibre psychologique des victimes…De leur part de responsabilité aussi…On ne peut pas être sourd à ça…

  124. Moi ce n’est pas un compagnon qui a fait preuve de violence psychologique et fût dans ma vie un réel bourreau..Mais …Mon beau père …J’ai passé mon adolescence victime de cet homme que tout le monde s’accordait à trouver merveilleux, formidable….Quand personne n était là il me disait toi je ne veux pas t entendre parler à table tu es trop con…..La première fois qu il a dit cela j avais onze ans..Il m a humilié , enfermé aussi….en parrallèle il encensait ses propres enfants de différents mariages (j’étais la seule qui n etait pas sa fille….il s etait marié trois fois mais c etait donc tous ses enfants…ah oui aussi mon père etait un ancien ami…) il brillait en société se faisait passé pour un exemple moi je n etais que le petit canard noir rebelle et insoumis …la « caractériellé »…Il fallait voir comment il me maltraitait…Et pas de coups non , mais quel violence verbale et psychologique…Il me faisait me sentir nulle …J en étais à bout et j’étais prête au pire ( à 16-17 ans l age très ingrat ) il m y encouragait presque ….(quoi tu es déprimée ? malheureuse ? tu insinues quoi tu veux te tuer? vas y , ne te gênes pas si c est ce que tu désires après tout vas y tues toi et arretes de nous faire…..) J ai dû interrompre mes études que pourtant je réussissais (presque) brillament, presque car personnes n a rien vu venir , j étais je le crois une enfant précoce mais la vie m ayant par trop bléssée à 17 ans quand mes profs me voyaient en prépa je ne me suis pas présenté au bac , j ai commençé à être absentéiste et au lieu d eme tendre la main le directeur du lycée m a …renvoyé…Je souffrai de plus en plus….J’ai décroché…et puis j ai repris mes études ..Lorsque j’ai présenté mon projet de mémoire mon cher beau père a démonté mon sujet devant de nombreuses personnes (repas d’été avec beaucoup d invités) il me questionnait de façon agressive , cela faisait trois ans que je me battais pour un sujet qui me portait à coeur …Que je l’atudiais ..Mais il est de celui qui sait tout mieux que tout le monde et ce avec une habilité oratrice déconcertante….Je n avais pas envie de lutter , de me défendre…encore et encore….aussi celui ci me dit : et bien pour preuve que cela n est pas vrai puisque tu ne te défends même pas..C est à dire que le peu que si j essayais je n etais qu une petite présomptueuse qui n acceptait pas la critique et si je ne le faisais pas idem ..Ou pire….j ai souffert, je souffre encore aujourd’hui j’avais des résultats brillants lors de ma reprise d étud eet pourtant je n ai pas réussit avec tout ce poid à mener à bien mon master…Mon beau père a aussi trouvé le moyen de séduire ma meilleure amie et de m insulter devant elle …Bref…J ai 31 ans aujourd’hui j’ai reprit une formation pour passer le concours d instit , j ai trouvé un premier emploi en tant qu instit mais je na i pas encore eu le concours et je suis payé au smic….Je chantais aussi …Mais j ai perdu ma voi(e)(x) lorsque cet homme ce grand pervers narcissique qui illusionne y compris mes plus proches et pourtant a été capable d interdire une enfant de parler pendant plus de 10 ans…Aujourd’hui mr se targue d avoir oublié et d avoir des pertes de mémoire….Et ma mère dans tout ça ..elle n a pas vu ..OU bien n a pas voulu voir…

  125. Elle ne part pas parce qu’il a mis des années avant de devenir réellement comme cela, et parce qu’il la manipule constamment. Il a réussi depuis longtemps à lui faire « comprendre » qu’elle ne valait rien, donc à la fois qu’elle ne valait pas la peine de se battre mais aussi parce qu’elle n’aurait jamais un autre homme comme lui si elle le quittait. Lorsqu’elle réagit, il inverse la situation en la faisant passer pour hystérique ou bien en jouant à la victime de ses réactions à elle. C’est toujours une histoire de culpabilisation. Par exemple, après le dîner il lui reprochera d’avoir gâché la soirée et réussira à le lui faire croire en vertu de ce qu’il l’a déjà détruite. La vidéo est bien faite mais quelque peu caricaturale, en ce que la victime n’a pas toujours l’air aussi faible et que le comportement du bourreau est encore plus subtil la plupart du temps.
    Je ne suis pas une faible, je suis réputée pour ma force de caractère et mon indépendance d’esprit et j’aurais pensé la même chose que vous si je n’avais pas fait les frais d’un homme comme cela. Et j’ai mis plus de trois ans, en me battant, à réussir à le quitter.

  126. il faut lutter contre les pervers narcissiques , c’est difficile car ILS se font passer pour les « victimes »à chaque fois!!
    pour les quitter, divorcer c’est une lutte sans merci contre leurs interpretations du reel , leurs mensonges inimaginables !! !, il faut avoir des » preuves » ,en tant que victime j ai eu la chance d’etre aidée par une psy ,ma famille ,des amis (7 ans de procedure) j engage les victimes a se faire faire des certificats medicaux (s’il y a des coups des marques) a se confier , a enregistrer des scenes , a demander les temoignages des amis ou connaissances conscients du probleme! ect tout ça en secret ,en cachette du pervers narcissique
    qui sait reunir autour de lui des « admirateurs » car le P N sait se faire aimer des gens qui lui sont utiles ….VICTIMES reagissez pendant que vous en avez la force, avant d’etre transformées en zombies , de vous suicider ou helas d’etre tuées! le pervers narcissique utilise ceux qui l entourent , il fait souffrir ses enfants sa femme sans aucun remords!! il a raison sur tout! il fait semblant d’etre « bon »…mais en realité il fait regner la terreur chez lui!! REAGISSEZ!! LUTTEZ! AIDONS les VICTIMES qui s’enfoncent dans le neant peu a peu meme si avant elles etaient brillantes gaies , le PERVERS narcissique leur a tout volé,,aspiré pour remplir son vide à lui !!! il devrait y avoir une formation dans les écoles pour
    apprendre a reconnaitre ce genre de personnalité qui tant au travail que dans la sphere privée MANIPULENT,
    DETRUISENT les AUTRES en toute IMPUNITE !! MERCI pour votre site!!

  127. ben tu sais je pense que Marie ne c’est pas rendue compte dés le début de sa relation avec Fred que ça allait dégénérer ainsi…les relations de couple s’établissent au fil des mois, doucement, ca commence par une petite réflexion anodine, une remarque…on perd peu à peu confiance en soi, on finit par croire que c’est « l’autre » qui a raison…on perd confiance en soi, on doute…et puis le pervers narcissique est très fort pour dire ensuite de belles phrases, pour faire culpabiliser, pour se faire pardonner…une fois qu’on est dedans c’est dur d’en sorti on perd la notion de la réalité, l’estime de soi… et puis c’est peut être aussi une question de caractère,de personnalité : un PN va s’attacher à quelqu’un de fragile sur qui il pourra avoir le pouvoir, et une personne fragile ou faible se laissera plus facilement « avoir » par son bagout et son assurance ?
    quoi qu’il en soit les victimes sont à plaindre et à aider quand cela est possible…

  128. je viens de voir votre video mais je me dis a quoi cela serre t’il? ceux et celle qui subissent cela sont obligés d’etre dans le silence car comme moi quand elle s’enfuit avec nos enfants nous sommes apres dans le camp des accusés et nous ne pouvons rien faire pour le prouver car ces pervers sont bien plus intelligent qu’on ne le croit car personne ne voit ou n’entend ou alors les gens qui voyent ne font rien de peur de perturber leur vie et meme quand les enfants sont aussi en danger!!!!!!
    quand a nos gourvements qui se donnent bonne conscience en faisant des lois qui ne servent a rien
    qui veulent former des gendarmes ou policiers qui jettent les depots de plainte a la poubelle ou qui vous disent droit dans les yeux ca ne serre a rien ce que vous faites car il n’y a pas de preuve et la femme dans notre pays doit encore subir…………..
    et on doit subir encore et encore meme apres etre partit………….. car personne je fais rien rien

  129. Bon spot mais surtout trés bien de traiter le sujet. Par contre je ne comprends pas que vous disiez « Le comportement typique d’un « pervers narcissique », pour reprendre l’expression en vogue. » . « Reprendre l’expression en vogue »… ce n’est pas une expression ! il est irrespectueux pour les victimes de ces personnes de le sous entendre. Oui il est vrai que certains utilisent ce terme pour décrire une personne qui n’est pas réellement perverse narcissique. Ce n’est pas une raison pour appeler ça « une expression en vogue », il s’agit d’une pathologie psychologique qui est malheureusement répandue. ça vous semble en vogue parce que malheureusement c courant, et oui, vous ne vous attendiez peut etre pas a ce qu’il y ait autant de réel cas pathologiques. Encore une fois en effet il existe une utilisation à la lègère de ce terme mais ça ne justifie pas cette banalisation et minimalisation ds les termes.

  130. J’ai oublié quelque chose…cet homme voulais que je devienne comme il le souhaitait pour mon bien disait-il, et il le pensait je crois, il me disait que je valait bien mieux que ce que je montrais, qu’en faisant comme il disait, je serait mieux, je deviendrais la femme parfaite…

    Alors garder à l’esprit deux choses…vous valez déjà quelque chose, vous n’avez rien à lui « prouver ». Si il est avec vous il doit vous aimer pour ce que vous êtes et non pas pour ce qu’il voudrait que vous soyez..d’ailleurs ça ne le satisfera jamais…il voudra toujours plus…vous êtes ou serez dans la peur de ne pas être à la hauteur…mais la hauteur de quoi?

    La deuxième, c’est que si vous pensez déjà ou encore qu’il a raison…que oui grâce à lui vous serez mieux, grâce à lui vous ferez les bons choix…que oui vous pouvez changer pour accéder à quelque chose d’exceptionnel avec lui…alors demandez vous pourquoi vous, vous l’acceptez tel qu’il est, pourquoi vous vous laissez passer ce qu’il ne laisse pas passer chez vous…

  131. jamais vu autour de moi, mais je l’ai vécu ! et je pensais à l’époque (j’avais 20 ans…j’en ai à présent 44 !) que j’étais juste une pauvre fille un peu niaise…après m’être faite « larguée », après avoir perdu tous mes repères, après avoir suivi une thérapie et m’être reconstruite au fil du temps, et grâce à celui qui est devenu mon époux, le VRAI homme de ma vie, j’ai réalisé que le PN est juste un gros con*ar* qui a été bercé bien trop longtemps par sa maman…une fois être passée par la on est vaccinée à vie !…alors en effet, si un jour je suis témoin d’un témoin d’un tel comportement, je réagirais sans aucun problème, et au quart de tour !

  132. Tout à fait d’accord avec vous, diagnostiquer des gens dans des cases en pathologisant tout n’est pas des plus constructif. Et le pn à une personnalité très spécifique mais est très loin de représenter 1 hommes sur 8.(C’est ce que l’on pourrait comprendre, la vidéo étant confuse à ce sujet)
    Par rapport à la vidéo, l’idée est intéressante mais je trouve l’acteur jouant le pn peu convaincant dans son jeu d’acteur. On sent aussi que le ou les scénaristes ont voulu plaquer un maximum de comportement « classiques » du pn en un minimum de temps, ça reste réalise mais ça rend la chose moins insidieuse et plus flagrante pour le spectateur.

    Il est dommage qu’on ne montre pas son coté « en public » (en montant en crescendo les piques et dénigrement faite à sa compagne) avant de montrer sa relation en privé. Histoire que le spectateur le considère comme un chouette type bien charismatique avant de se rendre compte de sa réelle nature.

    Je serai curieux de voir si cette vidéo et cette journée ont augmentés le nombre d’appel ou non…

  133. et c’est tout lol… rohlala le message de ce court métrage me tue! je suis une femme et jamais au grand jamais qui que ce soit me parlera comme ça lol! faut arrêter 2 secondes, les gens qui se laissent traiter comme ça, c’est qu’ils le veulent bien! quoi ça aussi on va dire que c’est une « maladie » que les gens y peuvent rien? lol! non ils peuvent, c’est juste qu’ils veulent pas !! même quand les gens essayent de leur ouvrir les yeux, ils écoutent pas et souvent, prennent la défense de leur conjoint, donc pitié, arrêter avec ce genre de message pour essayer de faire de la peine, ces gens là veulent pas s’en sortir, point. et je le sais, pour l’avoir vu de mes propre yeux plusieurs fois, avoir essayer d’aider et quand j’ai tendu la main, les personnes concernés m’ont tourné le dos, donc bon… faudrait un peu arrêter de ce foutre de la gueule du monde!

  134. Bonsoir Sophie,
    Je ne peux que vous comprendre, comprendre vos craintes en étant dans le même cas que vous.
    De mon côté, je me reconstruis. Je suis partie à un peu moins de 200kms de ce PN. Toujours des rappels de lui, régulièrement mais cela ne marche plus. J’ai bien compris que tout était un travail psychologique sur ma personne de sa part. Je ne réponds plus à aucuns de ses actes, je fais la morte je vais dire à son sujet.
    Essayer de vous mettre en tête que la meilleure solution est de lui montrer que vous êtes fortes, que vous avez gagné la victoire en l’ignorant et qu’il ne vous atteint plus….Courage vous avez fait le plus dur le quitté tout comme moi je l’ai fait avec mon PN.
    FC

  135. commentaire pertinent et fort utile…je ne suis pas spécialiste, encore moins documentée ni expérimentée mais je me demande si les personnes se laissant « piéger » par ce type de relation et de personnalité ‘ont pas elles aussi une tendance psychologique à s’attacher à ce type de personnes pervers-narcissique ? un problème de confiance en soi ?…
    quoi qu’il en soit je plains de tout coeur ceux et celles qui traversent ça…et cela n’existe pas QUE dans les relations de couple, mais aussi bien au travail, en famille, à l’école…etc,etc…

  136. D’accord avec toi Valérie…mais je pense que la justesse est très difficile à trouver…et que ce type d’homme est tellement « malin » qu’ils s’adaptent parfaitement à leur victime. Pour moi aussi cette violence était plus insidieuse, plus fine que dans le film…jamais il n’aurait tapé du poing sur la table devant des amis…il aurait préféré me mettre la honte avec une blague bien sentie, puis me reprocher mon comportement une fois tout le monde parti…mais tout ça de façon tellement fine…toujours en me manipulant pour que je pense que mon comportement n’était pas acceptable, que c’est à moi de changer changer.

    Constamment une pression…il pouvait me quitter du jour au lendemain…car il n’était pas sur de moi, il fallait des preuves, des preuves et des preuves, que je lui prouve que j’était la femme de sa vie…mais il n’as jamais eut assez de preuves…Même dans notre rupture ça a été moi la fautive. Il est tombé amoureux d’une autre..et m’as laissé le choix…de quitter ma vie, ma famille (dont j’étais en train de m’éloigner), mes amis (que je ne voyais plus), mon travail (où ça n’allait pas)…pour le rejoindre, là où il était avec les nouvelle..et si je faisait ça, alors oui, c’est que je l’aurai assez aimé (jusqu’à la fois d’après qui aurait été pire)…et Peut-être, je dis bien Peut-être, ce sont ces mots, peut être qu’il aurait essayer de « reconstruis quelque chose » avec moi…

    J’ai refusé..j’ai choisi de reconstruire ma vie, me battre dans mon travail, recontacter mes amis, me réconcilier avec ma famille…il a tenté de me faire culpabiliser…je crois que dans cette histoire, la chance que j’ai eut, c’est qu’il soit à presque 1000 km de moi à ce moment là, là où je devais le rejoindre et où je ne pouvais pas, car il fallait que je garde mon travail pour payer sa vie là-bas…puisque je « n’était pas fichue d’en trouver un » là où l’on devait aller.

    Quand j’ai rencontré cet homme, j’ai quitté mes amis, ma famille, j’ai tout coupé au fur et à mesure, sans même m’en rendre compte. J’ai rencontré les siens, d’amis, j’ai arrêté de vivre ma vie pour vivre au service de la sienne, tout ce que je faisait…tout ce qu’il m’amenait à entreprendre était pour lui…

    Lorsque j’ai réussi à le quitter…j’ai retrouvé mes amis..5 ans plus tards, qui m’attendaient…et j’en ai trouvé d’autres…les siens, les siens qu’il a quitté aussi, car je leur ai parlé…ils m’ont écouté, découverte, on saisi en analysant avec moi des instants qui les avaient interpellés…des gens qui m’ont dis…on te découvre aujourd’hui que tu n’es plus avec lui…des gens qui alors m’on montré que son regard à lui, la personne qu’il voulait que je soit, les gens autours ne la comprenait pas, les gens autour voulaient me connaitre et Lui m’obligeait à ne jamais être moi.

    Je crois que c’est eux, leur regard, et mes amis d’avant, ceux qui m’ont « attendu », qui m’ont permis de comprendre, que je n’était pas coupable, sinon de m’être fait avoir.

    A celles qui lisent ceci et sont encore en couple…si vous lisez ces mots c’est que vous savez déjà que vous êtes dedans…je sais bien qu’à ce moment de votre vie vous ne l’admettrez pas…mais le jour où ça y est, vous reprendrez votre liberté, vous verrez que après la douleur c’est un grand soulagement, le plaisir de se retrouver soit qui va vous envahir..souvenez vous à ce moment là, que si vous parlez autour de vous, beaucoup de personnes finalement vous prouveront que vous êtes quelqu’un de bien, vous n’êtes pas folle, vous valez quelque chose, vous êtes une personne, vous n’es pas un moule, ni de la pâte à modeler, et à tout moment, vous pourrez vous trouver ou retrouver…

    Ce jour là, quand vous arriverez à « partir », vous serez fière de vous, sûrement pour la première fois depuis des année…J’espère que vous arriverez à vous aimer et vous serez aussi entouré que je l’ai été…

  137. Un petit message d’espoir,
    Un déclic est il est possible de sortir de ce cercle. Je ne vais pas mettre ma vie sous les projecteurs, une chose est certaine le PN enfonce sa proie et quand il dépasse les bornes, il récupère sa proie en la prenant par les sentiments ou en l’abaissant avec son passé si celle-ci a un vécu « spécial ».
    Je me reconstruis petit à petit, par amour j’ai tout fait pour cette personne malgré sa destruction sur ma personne. Les PN ont l’art de la manipulation et de faire culpabiliser leur proie. La proie devient un objet.
    A toutes ces personnes hommes ou femmes, vous avez la force en vous de dire stop. En cas de séparation, coupez tous les ponts avec ce PN, ne le laisser plus entrer dans votre vie et si il ou elle y parvient regarder devant. Le meilleur remède rompre le contact.
    Aux personnes qui ne peuvent pas comprendre : l’amour, les sentiments nous font accepter les choses les plus inacceptables. Alors, vous ne comprenez pas, ne cherchez pas à comprendre, vous n’êtes pas à notre place.
    Courage.
    FC

  138. Coucou Julie, accroche toi, toi aussi tu vas y arriver. C’est normal que tu penses que tu as gâché tes plus belles années, c’est ce taré qui te fait ça. Il te casse et te démonte pièce par pièce, pour que tu te dises que « foutu pour foutu autant rester », que tu finisses par croire qu’après tout, c’est ce que tu peux obtenir! Mais c’est totalement anormal et inacceptable que l’homme avec qui tu vis te fasse sentir comme ça ! tu ne crois pas? Il est supposé te porter, t’aider et te valoriser! jamais l’inverse. Alors prends un sac, tes affaires, et file chez une copine. N’attends pas ce soir, demain ou lundi prochain, pars maintenant. Tu verras qu’une fois partie 1/ tu te sentiras bien mieux, 2/ tu verras avec le recul toutes ses stratégies pour te récupérer (les larmes, les excuses, et puis les insultes, la zizanie semée entre toi et tes amis ou ta famille, et enfin parce que tu auras résisté jusqu’au bout, les menaces, les problèmes administratifs, tout ce qu’il pourra trouver pour te faire souffrir, il l’utilisera). Comme disent les autre personnes ici: tu mérites mieux. Et je rajouterais, parce que c’est ce que moi j’avais en tête au moment ou je suis partie: NON! TU NE TE TROMPES PAS. Tu n’exagères pas, tu ne fais pas de la parano, ce n’est pas toi qui pense de travers, c’est lui ……… J’ai réussi à partir il y a 6 mois maintenant. Un soir, je lui avais mis un ultimatum qu’il n’a pas tenu, j’ai profité qu’il aille prendre sa douche le matin pour préparer un sac pour 1 semaine. Quoique tu fasses, garde tes clés, et si tu dois repasser chez toi, fais le accompagnée, ou quand il n’est pas là. Moi j’ai rendu les miennes parce que je ne lui payais plus le loyer (j’avais trouvé un autre endroit assez rapidement) mais toujours pas récupéré mes affaires. Je comptais sur le fait qu’on resterait assez intelligents pour qu’il me laisse déménager normalement. Il m’a mis des batons dans les roues, j’ai dû lutter pour récupérer mes affaires en 1h30 et je n’ai pas pu tout prendre. J’ai perdu 1000€ de meubles et électro ménager, mais ça au fond, on s’en fout, j’ai surtout réussi à me sauver. Contacte moi si tu le veux, sjammernegg@gmail.com

  139. J’ai vécu avec une femme qui m’a fait vivre cet enfer. Il s’agit donc d’une perverse narcissique. Nous sommes séparé depuis 5 ans mais nos relations indispensable (car nous avons eu ensemble 2 enfants) sont catastrophique…
    Mes enfants subissent également l’attitude de leur mère…
    Comment puis-je faire reconnaitre cette situation devant un tribunal???

  140. Courage Omar,
    Vous êtes déjà partis vous avez trouvé la force en vous. Elle est là cette force vous la porter.
    Vous en êtes capable! Vous n’ayez pas honte. Ces choses arrivent dans 1 couple sur 8, c’est malheureusement tristement courant. On peut tous se faire manipuler. Elle a réussi à vous faire croire que vous étiez faible, mais vous ne l’êtes pas.
    Continuez vous allez retrouver le goût à la vie, retrouver des amis, du travail et reprendre possession de votre vie.
    Je vous souhaite bonne chance.

  141. Il n y as pas que les femmes qui en sont victimes et nulle besoin d être intelligent pour faire ce genre de choses,malgré un fort tempérament et une volonté affirmé,j ai pas honte de dire que cela m est arrivé,de manière bien pire que ce décrit dans le film,cela se fait a petite dose,jusqu au jours ou on ne peut plus réagir,ou on ne sait plus comment faire pour s en sortir,on est anesthésié,impuissant,quand a l entourage,d une part on s en trouve coupé et d autre part,les autres ne savent comment réagir face a cela et oui,les conséquence peut être grave,très grave et pour ce qui est des enfants,que dire sinon que leur enfance en est gâché et leur vie d adulte probablement avec………quand a se reconstruire ensuite…..on survit,ni plus,ni moins.

    En tout cas,merci aux auteurs de ce spot,en parler plus serais un bien énorme pour tous ceux qui vivent cela.

  142. Bonjour Laurianne; J’ai vécu 8 ans avec un pervers narcissique. Il etait beaucoup + virulent que le comedien de la vidéo. N’a cessé de me devaloriser. J’etais à l’entendre petite, grosse, j’avais des petites jambes (je mesure 1m55), j’etais mal foutue, bête, folle, et ne savais rien faire de bien. Nous ns sommes mis ensemble alors que j’avais 21 ans, j’etais etudiante, puis ai obtenu un diplôme bac+5, malgré cela selon lui je n’etais qu’une conne inculte… (lui n’avait pas fait d’études). Il aimait beaucoup me rabaisser en public, commentant mes « defauts » (je cuisine mal, c’est vrai) devant ses amis, disant un jour devant des amis à lui que je ne connaissais pas: « quand je lui tape dans le dos, ça fait des vagues avec son gras!!! » (je mesure 1.55 et pesais alors 50kg…);Avec lui je me croyais laide, bête et grosse… Un jour ses parents arrivent chez nous, il sort 3 verres: 2 pour ses parents et 1 pour lui… Enceinte de 8 mois, s’il n’y avait qu’un fauteuil il s’y asseyait, me laissant la chaise moins confortable… J’avais à la base une blessure narcissique, il lui a été facile de me persuader que je n’avais aucune qualité… J’ai réussi à le quitter il y a 13 ans… Bon courage à ceux qui vivent cela, et un énorme conseil: fuyez, ces individus ne changent pas, n’aiment qu’eux, et mentent quand ils vous rabaissent…

  143. B, je me reconnais tellement dans votre phrase « Mon mari était qqn de fabuleux et moi tellement pénible à toujours le contredire avec mon sale caractère ! et puis il est tellement drôle ! et j’étais très belle, mais pourquoi étais-je sortie sans vernis ou avec des talons pas assez hauts? Et puis les dîner entre filles, c’est pas tellement normal ça quand même… et c’est qui ce mec sur FB qui like tes photos? »
    Moi j’en suis encore là, et je m’enfonce un peu plus chaque jour. Mes amis / famille essaient de m’aider, comment avez vous fait pour en sortir?

  144. Ton message est vrai Manon. Seulement, on ne s’imagine pas pouvoir changer de discours tant que l’on ne rencontre pas de pervers narssicique (et ce n’est pas un mal de ne pas en rencontrer). Le problème, c’est que quand ça nous tombe dessus, au départ, on ne sait pas. On ne sait pas qui on a en face de nous. Les PN sont des personnes très vicieuses, prêtes à tout pour te faire croire que tu ne mérites aucun autre amour que le sien. Il te fait perdre une confiance en toi inimaginable, qui te bloque dans toutes tes relations. Amicales, familliales et même professionnelles. Sans parler des relations amoureuses futures. Une manipulation réussie est une manipulation qui ne se voit pas, si je puis dire. Le plus gros problème, c’est qu’un pervers narcissique ne se remarque pas. Ce sont des gens qui passent bien sous tous rapports, qui ont des tas de connaissances bien souvent, et qui sont appréciés de tous. C’est alors que tu te retrouves seule contre le monde entier, parce que personne ne tient le même discours que toi. J’ai été 3 ans avec ce type de personne, ça m’a valu une descente aux enfers bien hard. Ces gens là te rongent. C’est toi la malade dans l’histoire, c’est toi la merde, c’est de toi que Dieu ne voudra jamais si tu meurs demain, c’est toi à qui les gens qui t’entourent veulent du mal. Lui, il est là pour te sauver de tout ça. Ca, c’est son discours, pour faire court. Il se place en « héro ». Et tu y crois, parce que tu ne te poses même pas la question. Tout parait logique dans ce qu’il peut te dire. Tu sens qu’il t’aime, et là haine qu’il a en lui n’est rien à coté. Il t’aime, c’est suffisant. Il te détruit à vu d’oeil, mais c’est pas grave, tu lui donnerais ta vie. Tant qu’on ne le vit pas, on ne peut pas le comprendre je pense. Il te demande de te remettre en question à sa place. Tout est toujours de ta faute. Je suis d’accord avec toi quand tu dis que ça n’est pas ça l’amour. Dans ton discours, tout a l’air tellement simple de la façon dont tu le dis, mais il ne faut pas croire que ça coule de source pour les victimes. Ca, ce sont des choses que l’on comprend par la suite, pour celles et ceux qui s’en sortent.

  145. A vous, nymphe de 24 printemps: vos plus belles années sont bel et bien devant vous! Mais dans la série des « y a qu’à – faut qu’on », il en est un qui est bien nécessaire et c’est « y ‘à qu’à toucher le fond ». Je crois savoir où vous en êtes, pour avoir moi-même vécu une histoire d’anti-amour avec un bâtard intégral. Vous en êtes à la phase où vous hallucinez tous les jours parce que la violence que vous subissez ne se sédimente plus nulle part parce que la coupe est pleine. Et tant va la cruche à l’eau qu’elle se casse. Il vous faudra peut-être comme moi il y a un an, accepter la cassure de votre cruche et faire bonne figure jusqu’à ce que votre intégrité psychologique et même physique se fissure enfin de part en part. Et là, il se passe quelque chose d’effrayant et de magique: on refuse sa condition de petite chose à martyriser, on a tellement mal qu’on ne sent plus qu’une seule douleur, celle de l’appel du départ. Et on se met en route vers soi sans s’en rendre compte, et on délaisse l’amant maléfique avec ses mystères et ses maléfices qui nous font maintenant vomir. Et on s’entoure à nouveau de gens qu’on aime, on renoue avec ces gens qui nous aiment toujours et attendent notre retour à la vie, on appelle au secours, on reçoit de l’aide et un jour, on est au commande de sa vie, on repense au vampire et on n’éprouve plus de nostalgie mais une forte nausée, on ouvre petit à petit la prison des souvenirs pour en sortir. On est libre. C’est tout le bonheur que je vous souhaite. Courage! Votre vie est là, devant vous. Il faut simplement trouver le levier pour la transformer!

  146. Ah ! J’oubliais… Je partage ce site sur mon blog ! Il est en effet indispensable de « lever le voile » sur le harcèlement moral et tous ces pervers narcissiques ! Merci à ce site d’exister !

  147. Les muscles et la culture environnante aident pourtant. Plus de 93% des victimes de violences conjugales sont des femmes (sans doute plus en réalité car les hommes vont plus facilement à la police et sont plus facilement crus). J’ai été élevée, si on peut appeler ça comme ça, par une pn donc bien sûr elles existent et elles font des ravages… Mais je me demande si (et vraiment c’est une question) les stéréotypes misogynes constamment véhiculés par les médias ne rendraient pas l’association femme=pn plus facile que l’association homme=pn dans les consciences collectives. Les femmes sont présentées comme frivoles, supeficielles, narcissiques (au sens commun du terme) car obsédées par leur apparence, les cosmétiques et la mode, aussi vénales, manipulatrices, usant de leurs charmes pour séduire, menteuses, etc. Dans les films, les méchants hommes sont souvent de gros bourrins, les femmes, c’est plus sournois…bref. Dans les cas de violences conjugales (ou viols, ou juste comportement décrit dans le film) les femmes souvent ne sont pas crues. Ce fut mon cas, malgré les preuves et témoignages et le fait que mon pn était connu des services de police. Et le cas de plusieurs de mes amies. Bon la police est sexiste, on le sait, surtout dans le pays où j’habite (ni la france ni la belgique), mais les réactions de mon entourage ont été aussi pour certaines très difficiles à avaler. « Mais je comprends pas pourquoi tu l’as pas vu avant »; « tu dis que c’est un pn mais qui me dit que c’est pas toi la pn qui invente tout? » (sur le ton de la blague, mais bon) sans parler des « aaah mais moi je l’avais repéré tout de suite! » (repéré que dalle en fait, hein…) et les « ouiiii mais il faut le comprendre, il a des problèmes… »; « il a peut-être eu une enfance difficile »; « non moi je pense qu’il t’aimait vraiment »; « boh tu exagères, il ne va pas mettre sa menace à exécution »; « je l’ai vu devant chez toi mais je n’ai pas voulu te le dire, tu aurais encore paniqué »; « ouiiiii mais il y a toujours deux versions d’une même histoire… » Bien sûr il y a tout ce que je n’ai pas entendu aussi…
    Donc voilà, je voudrais savoir si des hommes victimes de pn femmes ont vécu des réactions similaires de la part des institutions ou de leurs entourages. ça me rassurerait un peu si c’était le cas…merci…

  148. 24 ans ce n est rien ! tu verras 🙂 essaye juste te fermer ce chapitre de ta vie pour en commencer un autre, qui lui sera très certainement un meilleur 🙂
    Je souhaite que tu puisse trouver la force de tourner cette dernière page avant cette fin 🙂
    Je suis resté avec un mec dans le genre pendant un an. Il a tout essayé, mais il n y ai pas arrivé car justement j en avait 26 et je savais très bien ce que je voulais et QUI j étais !
    Courage ! et courage à vous toutes qui passé par ici ! si vous arrivez a visionner la vidéo c est que vous êtes consciente du soucis et que la moitié du chemin est fait !
    Bisous

  149. @Nath: il y a plein de chose sur les pervers narcissique http://www.rtl.fr/emission/on-est-fait-pour-sentendre/ecouter/les-pervers-narcissiques-avec-dominique-barbier-psychiatre-7761018644 par exemple. On ne deviens pas pervers narcissique, on l’est. Ce n’est pas soignable puisque que c’est leur comportement général normal, ce n’est pas une pathologie. Ils/elles ne s’en rendent pas compte puisqu’ils/elles se sentent dans leur bons droit, ils/elles n’ont jamais tord et ce sont les autres qui ont un problème. Quand une victime se rebelle, il en change ! N’oubliez pas cela les victimes : sans vous, ils/elles ne peuvent plus fonctionner. Vous n’êtes qu’une proie parmi tant d’autres, rebellez-vous et vous verrez votre pervers se désintéresser de vous pour aller « se nourrir » sur d’autres. Je dis cela parce qu’on se dit souvent « si il fait cela c’est qu’il a un intérêt pour moi, qu’il m’apprécie ou m’aime » mais c’est faux, il n’apprécie et n’aime que lui/elle.
    Le spot est pas mal, il y a bien globalement toutes les situations que l’on peut vivre au contact de ces personnes. Par contre j’aurais inséré encore plus de finesse dans la manipulation. Pour le coup de la robe par exemple au lieu de dire qu’elle est moche et qu’il faut en mettre une autre de but en blanc. Le pervers à besoin de garder sa victime soumise donc de ne pas totalement l’effrayer ou la faire douter et de L’AMENER PAR ELLE MÊME à se dire « oui, cette robe que j’ai choisis est moche et me rend moche » je vais donc en changer car c’est lui qui a raison. Le pervers n’ordonne pas, il amène quelqu’un à s’ordonner son propre ordre. C’est beaucoup plus fin que cela.
    Évidement on ne peux pas traiter tous les cas. Il y a bien sur des femmes perverses narcissiques. L’émission de radio indiquée parle du cas classique : le/la patron(ne) (tout supérieurs hiérarchiques) qui est un statut de choix pour les pervers narcissiques. Là, dans le huit-clos de l’entreprise (toujours une petite pour garder l’emprise) ils/elles sont au paradis ! Et qui n’alarmerai en entendant quelqu’un dire qu’ « au boulot, c’est toujours de ma faute, je fais jamais bien. Il/elle est toujours derrière moi à remballer mes propositions et au final, on réalise toujours son idée à lui/elle. Il/elle me dit que je suis nulle, qu’il est temps que je me bouge, que je suis pas assez réactif et que sis ça continue, je vais aller pointer au chômage »……?? Au paradis je vous dis !

  150. croyez moi ce caractère existe aussi chez la femme j’en ai connu une comme ça qui ma pourri la vie pendant trois ans, qui aurait voulu que je sois sa chose ça à été une relation dans la douleur j’ai fuit cette situation aujourd’hui encore après deux ans elle me harcèle toujours de mails de texto ça fait trois fois qu’elle s’en prends a ma voiture la dernière en date c’était la semaine dernière, je ne souhaite vraiment a personne de tomber sur ce genre de personne homme ou femme sachez les reconnaitre et partez avant de subir leur sarcasme ce sont des schizophrène en puissance

  151. Bonjour, ça fait du bien de lire des chose comme ça, quand on peut pas toujours mettre des mots dessus, et oui personne ne vous croit… J’ai vécu quelques années comme ça aussi, avec le père de mon fils,nous sommes séparés mais le harcèlement continue bien sûr, non ils ne changent pas, donnent tellement bien le change, te tiennent… j’ai eu et ait encore ce sentiment d’être en ruines, il m’a détruite en partie et tente de continuer, mais je ne le laisse plus faire. Merci encore.

  152. 28 ans dans la même situation ,complètement détruite psychologiquement mais j’ai remonté la pente et … je suis en vie ,merci aux 2 seules personnes qui m’ont réellement comprises et aidées ! A tout prendre, j’aurais préféré me prendre une vraie « baffe » dans la g. ,j’aurais pris conscience dès le départ et aurais agis à temps !

  153. Oui, ce serait une bonne manère d’alimenter la misogynie ambiante et de continuer à nier l’existence de la violence envers les femmes.

  154. Pars pars pars pars pars pars. Ce n’est pas de l’amour de sa part c’est un besoin de contrôle. Les pn sont incapables d’aimer… Il faudra un moment pour réajuster les choses, par exemple prévenir tes collègues, qu’ils ne prennent plus ses appels; interdire à tes amis de lui donner des informations sur toi, etc. Bien sûr tu caches les choses à ta famille, tu prends sans doute sa défense aussi. C’est normal et ça fait partie du fonctionnement du pn. Le chaud/froid est leur meilleure tactique: un jour il t’aime le lendemain t’ignore, forcément tu te demandes ce que tu as fait de mal pour mériter ça, etc etc. Cycle sans fin…fais attention aussi, tes amis risquent de ne pas comprendre, s’ils ont ton âge bcp n’auront pas vécu ça et penseront que tu n’avais « qu’à » partir. Moi aussi à ton âge j’avais tendance à croire que les victimes avaient leur part de responsabilité (et le plus drôle c’est que j’avais déjà eu affaire à un pn! Mais je ne l’ai compris que des années plus tard). Les critiques ou doutes ou le gros bon sens des « amis » font aussi mal; il faudra les éduquer eux aussi…bon courage, pars, la transition sera peut-être dure mais rien en comparaison de ce que te vis, c’est une renaissance, tu ne le regretteras pas!!

  155. J’imagine qu’il est difficile de faire un court métrage dans lequel nous puissions toutes et tous nous retrouver, nous les victimes et d’y voir le portrait exact de notre bourreau.
    La dégradation est tellement lente ! Tellement insidieuse, comment la montrer à l’écran en étant certain que le public le comprendra ?
    Car si le court métrage devait dépeindre au moindre trait ce que nous avons vécu, le risque que le spectateur passe à côté est trop grand, comme sont finalement passé à côté tous les gens qui nous étaient proches et qui nous ont pourtant laissé(e)s entre les mains de nos bourreaux.
    Je ne retrouve personnellement aucun trait de mon mari dans le portrait de l’homme. Celui présenté dans le court-métrage es trop grossier, trop bête, trop « gras ».
    Pourtant je me retrouve un peu dans les traits de la femme, stupéfaite, en arrêt, comme suspendue dans le vide, ne sachant plus quoi penser et surtout, baignée perpétuellement dans une infinie tristesse.
    Moi ce que je vois, c’est que ce petit court métrage fait le buzz sur le Net et c’est une bonne chose, car ça aidera les victimes à se confier (et peut-être même à se reconnaître comme telles).
    J’ai connu un peu ça à l’époque où nous avons diagnostiqué l’autisme de mon plus jeune fils. Il était toujours difficile d’entendre énoncer des définitions très approximatives et j’avais toujours envie de rectifier le tir.
    Finalement j’ai laissé dire, tant pis, car il était important de sensibiliser les gens à ce handicap particulier, et il serait toujours temps, ensuite, de mieux préciser.
    Le pire ennemi de la victime d’un Pervers narcissique, c’est le silence, l’isolement.
    Alors tout ce qui peux aider ces personnes à sortir de l’ombre est bon à prendre 🙂

  156. Incurables….car aucune volonté réelle de changer. Peuvent tout à fait faire semblant de vouloir se soigner, mais uniquement pour le plaisir de manipuler un psy. Vont s’adoucir temporairement si c’est dans leur intérêt…Le piège est bien là. D’ailleurs ils utilisent très bien le chaud/froid qui entraine dépendance affective etc. Donc à fuir en toutes circonstances.

  157. Arrêtez svp avec cette rengaine « et les hooooommes là-dedans »!! Les victimes des violences conjugales sont principalement des femmes, qui pour des raisons socio-économiques sont de surcroit encore plus démunies, et je ne parle même pas de la misogynie crasse des flics dans les cas de violences conjugales. Alors oui, c’est bien normal que ce soit le cas le plus typique e le plus URGENT qui sont décrit en premier.

  158. L’association masculine n’est pas « stupide » mais traduit une réalité de fait. Plus de 90% des auteurs de violence conjugale sont des hommes (sachant que les hommes sont plus, et pas moins, enclins à contacter la police à ce sujet, contrairement aux idées reçues. http://kareningalasmith.com/2013/04/29/this-thing-about-male-victims/ désolée c’est en anglais mais c’est le plus clair)
    Evidemment quant à la violence psychologique c’est plus difficile à évaluer.
    Nous vivons dans une société misogyne où les médias ressassent sans arrêt que la femme est un objet à la disposition de l’homme. La violence conjugale (et le viol, etc.) vient aussi de là…pas juste du psychologique (il y aurait d’ailleurs entre 2 et 4 fois plus de pervers narcissiques chez les hommes?? Chiffres provenant des US, au sujet des « sociopath » – définition très proche de pn).- difficile de déméler le psychologique du sociologique, mais l’environnement (et la culture) a tendance à encourager les pn masculins.

  159. J ai vécu aussi avec un pervers, la vidéo est tristement réaliste mais aussi tristement soft … je voudrais simplement raconter aux femmes et hommes victimes de ces pervers la fin de mon histoire, pour que tous vous compreniez la dangerosité de ces pervers. Je vous en prie fuyez fuyez fuyez…
    pour vous racontez la fin de mon calvaire je vais appeler mon ex compagnon pervers « Y »
    Après des années de coups morales et parfois physique, j étais seule sans amis coupé du monde, je ne voyais plus ma famille, n avait plus le droit de sortir et même de travailler. Souvent enfermée a double tour dans l appartement les journées étaient longues.
    Mais tout le monde adoré Y brillant docteur de laboratoire a qui tout souriait!
    Un soir où nous devions sortir chez ses amis j étais entrain de me préparé et de légèrement me maquillé, quand Y est arrivé il m’a insulté de tout les noms, m a interdit de regarder ses amis dans les yeux car j avais des yeux qui tutoies les hommes a ses dires, rien d inhabituel à la maison c était toujours la même chose. Mais ce jour la je ne sais pas pourquoi j’ai péter un plomb d exaspération et je lui ai briser le petit miroir avec lequel je me maquillé sur sa tete, a l instant même j ai réalisé ces années de calvaire, j en étais arrivé là a devenir violente!
    triste et choquée de ma réaction je me réfugia dans notre chambre en pleures.
    Y arriva et ô surprise il me prit dans ses bras et me réconforta, intérieurement je savais que sa réaction n etais pas normal, jamais il ne s occupai de mon bien être, je commencé a trembler….
    il me dit d une voix douce  » ne t inquiètes pas ma chérie, je comprend que tu es péter un plomb et je comprend que tu pleures, c est normal, je suis médecin et je comprend ce que tu traverse, tu es entrain de réaliser l’ampleur de ta folie, tu es folle ma puce, il faut mettre un mot la dessus, la folie se soigne, ne te fais pas de soucis, reposes toi, demain apres le travail j appel mes collègues spécialistes ils vont te prendre en charge dans leurs services »
    Y referma la porte de la chambre, je me retrouver seule dans le noir à me dire que si je n agissais pas demain je serai dans un service psy, et lui qui étais médecin je comprenait alors que je n avais aucune chance d y échapper. dans la nuit je pris une grande décision demain matin quand il partira au labo je partirai !
    je n ai pas fermer l œil de la nuit, au matin j entends la porte claqué, Y est partit!
    bran le bas le combat je réuni quelques affaires et me dirigeant vers la porte je vois qu il m a enfermé dans l appartement. Nous habitions dans un immeuble en pente ce qui donnait un étage et demi, j etais a cette fenêtre en me demandant comment sauté sans me blesser c était ma seule chance.
    notre voisin de palier sur le parking me voit a la fenêtre les yeux rouge et me dit  » madame j entends vos pleures et vos cris depuis bien longtemps, attendez moi » et là il arrive avec sa camionnette qu il place au dessous de ma fenêtre et m aide ainsi à sauter sur le toit de sa voiture et a m enfuir le plus vite possible. Sans cet homme je ne sais pas ce que je serai devenu.
    Aujourd hui plusieurs années après il m arrive de croiser Y en soirée, celui me menace encore et essais de me frapper des qu il me croise dans un coin seule, j ai essayé de porter plainte, ma parole fut vaine.

  160. Tout à fait d’accord !
    Ce spot est très intéressant, dommage que ce soit toujours l’homme qui ait le mauvais rôle. Dans la réalité, je connais plus d’hommes victimes de PNM (Pervers Narcissique Manipulatrice). C’est d’autant plus choquant et désolant, car quand il s’agit des hommes, il n’y a pas de justice…

  161. Parce qu’elle est comme toutes les autres victimes dont nous pouvons lire les témoignages. Pour beaucoup ça dure pendant des années parce que le PN sait aussi être charmant, aimant, trouver les bons mots quand il sent que la victime lui échappe. Si elle ose répondre aux méchancetés, essaie de se défendre ou d’échapper à son contrôle, il trouve vite la manière de soit lui dire que c’est elle qui a mal compris voire qu’elle est folle. Le tout souvent accompagné d’un mot d’amour pour atténuer le mal. Bref, la victime est anesthésiée, elle aime le bourreau malgré tout et finie par ne plus se défendre par crainte de mots encore plus blessants ou crainte de le perdre….

  162. Bonjour,
    J’ai été 5 ans avec une personne manipulatrice.C’était mon premier mec. Je ne sais pas objectivement si c’est un pervers narcissique mais le fait est que je me suis retrouvée dans cette vidéo.
    Avant de le connaître, j’avais déjà du mal à affronter les situations nouvelles à causes d’un autre trauma (dont il a fini par être au courant). Après son passage, j’ai été en situation d’échec, ça fait 9 ans maintenant que je m’étais inscrite pour le permis par exemple.
    A l’époque il me harcelait me disant que je n’avançais pas dans la vie, qu’il m’attendrai pas éternellement puis dés que je partais pour y aller, il me culpabilisait en me disant qu’il allait passer le moment tout seul ou me proposait de partir ou de faire un truc que j’aimais vraiment beaucoup.
    Je partais toujours pour mes heures de conduite avec la boule au ventre, et immanquablement je foirais tout(ça c’était généralisé pour les études aussi). J’en étais à pas loin de 40h de conduite en n’ayant validé que le moitié des acquis. Selon lui je ne faisais aucun effort.
    Il était hyper jaloux, et ne supportait pas qu’il y ai un garçon avec moi (même avec d’autres amis) et me laissait tranquille que si le mec était homo. Il ne supportait pas que je mette des jupes, talons, habits moulants, au dessus du genou. Il m’appelait tout le temps pour savoir ce que je faisait, tellement que j’en ai pris un tic et que je déballe toujours ma journée à mon nouveau mec et que j’essaie de justifier toutes mes décisions. Il avait toujours raison, n’essayait jamais de se mettre à la place des gens, et en plus de tout ça était raciste et homophobe, mais je l’aimais et je voulais qu’il redevienne serviable et gentil comme au début.
    C’est lui qui m’a quittée en 2007, en me faisant croire que ses arguments étaient valables, j’essaie encore de me reconstruire.
    Alors fuyez si vous en approchez un !!

  163. Bonjour,
    Nous c’est l’ex de mon conjoint qui est perverse narcissique. Elle nous touche encore malgré la séparation depuis plus de 2 ans. Leurs 2 enfants sont ses objets à elle, les enfants sont pour elle un moyen d’arriver à son but. Mais la perversion est beaucoup plus discrète que dans le film. Si des personnes subissent la perversion, et qu’elle voient cette vidéo, peut-être ne pourra-t-elle pas s’identifier comme la victime car les violences reçues seront plus sournoises et moins criardes. Il faut aussi ajouter que la perversion narcissique est un comportement qui peut être attribué à chacun de nous à un moment donné, et ce genre de vidéo permet de s’identifier et de régler le tir. Mais le pervers narcissique, lui, ne se reconnaîtra JAMAIS dans ce genre de vidéo, ne réglera jamais le tir. Il est important de savoir que son comportement pervers est constant, il ne se limite pas à un moment donné. Le pervers, l’est matin, midi, soir, nuit,… C’est aujourd’hui une vraie PATHOLOGIE. Le pervers narcissique accuse l’autre de tous ses tords, est bien souvent brillant et personne ne peut imaginer son comportement, et ceux qui pourraient éventuellement le percer à jour, sont évincer du cercle. HELP ! HELP !… Avec des enfants c’est terrible car vous ne pouvez pas couper court à la relation. Et même si on arrive à prendre le dessus à des moments, nous sommes des humains baignés d’amour et au moment où l’on retrouve espoir en la capacité humaine à se transformer (on espère toujours que le pervers puisse un jour changer) et devenir meilleur, le pervers agit et pique de son épée en plein coeur… AÏE ! Si besoin d’échanger, voici une adresse où vous pourrez me joindre familguillo@gmail.com.

  164. Pour partir il faut un déclic.
    je ne pourrais jamais remercier le garçon, qui croisée dans une soirée où je suis allée avec une amie,( et où mon ex bien sur venez de me faire une scene au téléphone comme quoi je n’avais pas à sortir, que je risquais de me faire draguer..), m’a dit : « tu es malheureuse dans cette situation, tu en souffres, fais-toi la promesse que cette semaine tu le quittes pour de bon et que tu ne retournes pas dans ces bras. » Reboustée, je le lui ai promis et surtout je me le suis promis. 4 jours après je l’ai quitté, non sans mal, non sans douleur et culpabilité. Je suis enfin redevenue qui je suis, bien que parfois je me sens encore sous son emprise mentale.
    J’ai probablement eu la chance que la situation ne s’enkyste pas trop en 1 an de relation mais si tu as une opportunité de cesser cette situation, saisie la de façon déterminer et ne lache rien, c’est dur mais salutaire.
    Bon courage à toi et à toutes celles et tous ceux (il y a des hommes dans cette situation aussi) qui devront faire cette démarche.

  165. Bonjour,
    Cette vidéo est très intéressante. Je me pose la question du côté des pervers narcissiques, comment le devient-on ou l’est-on déjà depuis toujours, peuvent-ils se rendre compte de leur comportement, et se soigner ?

  166. Là c’est ultra stéréotyper quand même. C’est ça le pervers narcissique ? On dirait plutôt un gros jaloux qui n’aime rien d’autre que lui.
    Il y a un gros souci pour se laisser parler comme ça ou traiter comme ça.
    Et il fêtes leur 5 ans ? Et beh…

    A part la violence physique je vois pas ce qui pourrait retenir quelqu’un de partir de cette horreur.

    Courage à ceux qui vivent ça, fuyez vite et ne laissez personne controler votre vie à ce point.

  167. n’ayez surtout pas honte, ce n’est pas votre Faute vous Etes une Victime, la première chose à faire c’est de reprendre confiance en vous, faite vous aider, par des associations de victimes parlez en allez vider votre sac, prenez des forces et entourez vous de gens de confiance. Et chose importante faite le deuil de cet amour . AIMER C’EST SE RESPECTER MUTUELLEMENT; sinon ce n’est pas de l’amour. ensuite constitué vous un dossier , prenez le temps qu’il faut enregistrez les conversations gardez les messages, imprimez les, faite constater les fais et tout ceci dans la plus grande discrétion elle ne doit pas être au courant de vos démarches. courage à vous .

  168. Mon fils est victime d’une perverse narcissique, il a eu avec elle une petite fille qui à maintenant 3 ans. ils se sont séparés il y a 1 an 1/2 . ils on mis en place une garde alterné, mais jusqu’à ce que celle ci soit validé par le JAF il subissait sans cesse des menaces, et harcèlement, elle à tenté de le dénigre auprès de la crèche, de leur entourage. effectivement comme dans le film elle l’a isolé durant leur relation de ses amis a lui, elle a tenté également de l’isoler de sa famille. dernièrement ma petite fille est tombé lorsqu’elle était chez son papa elle a eu un bleu et ce fut immédiat la mère a porte plainte pour maltraitance sur enfant.
    La chance que nous avons eu c’est que ce jour là le grand père Maternelle était chez mon fils et a pu témoigné qu’elle était bien tombée. Elle a été obligé d’enlevé sa plainte.Cependant durant 1 mois elle n’a pas présenté la petite au papa. Nous avons porté plainte pour non présentation d’enfant. avec à l’appuie une constatation d’huissier.La police a bien comprit le stratagème de la mère. ils ont même appelé son employeur à savoir qu’elle travail dans un cabinet d’avocat en tant que secrétaire mais avec son ego surdimensionne elle se dit juriste.
    Mon fils vient de récupéré sa fille pour la semaine, depuis vendredi il est inondés de messages sms ou elle le dit mauvais père: inutile, rien de ce qu’il fait est bien seule se qu’elle dit et fait est parfait, il y a même une lettre de quatre page sur la façon de s’occupé de la petite, toilette, éducation, repas, etc . De mon coté j’ai fini par appelé le 119 pour faire un signalement afin qu’une enquête sociale soit faite car il me semblait nécessaire que l’école la crèche l’entourage de mon fils soient entendues car eux non plus ne sont pas dupes et se rendent compte du stratagème de la mère. l’effet fut immédiat lorsqu’elle a reçu le courrier elle à parlé correctement à mon fils. Mais tout n’est pas fini elle à jusqu’à lundi pour se préparer a la visite de l’assistante sociale, nous ne sommes donc pas a l’abri de nouveaux dires et fait a invalider
    Notre chance dans tout cela c’est que nous Famille et amis, nous avions vu depuis longtemps qu’il était victime d’une perverse narcissique, il ne pouvait entendre à l’époque car il était envoûté par le personnage, malgré tout il a entendu lorsqu’on lui a conseillé de gardé tout les écrits et messages qu’elle lui envoyait, a leur séparation il a retrouvé ses amis et ceux ci témoignes. courages à tous et à tous

  169. Mais manon, ce type n!a pas commencé sa relation avec Marie de cette facon!! il y est allé petit bout par petits bouts, c est tout l’art du PN. Tu es là et tu sais même pas comment tu t’y es rendue ? Et, tout le monde l’aime ce gars là, tout le monde le trouve drôle et ingénieux et bla bla bla…

  170. mais c est toujours comme ca. Je te le dit Rémi avec les PN il n y a pas de répos dans une journée….la gentillesse est suivi du mépris à tout coup et parfois dans la même phrase….les PN ne s’essoufle pas…

  171. J ai eu une relation avec un PN et un enfant. Je me suis separé après la naissance de notre fils. C ´est un très beau spot publicitaire, il y a beaucoup de resemblance avec mon ex mais le pervers narcissique est plus subtil dans ses commentaires…desfois je trouve qu’il est trop direct, style manipulateur que tu voie venir. L!exemple de la sauce à spaguetti est vraiment bonne…j en recevais plein la gueule a tous les jours des comme celle là, mais j ai plus de caractère que la Marie….et je le renotais toujours…c’est juste que c est vraiment fatiguant et que j avais toujours un motton. aune chance que j’ai une famille qui est vraiment proche de moi et qui n a pas accepté son comportement dè le début…..je suis quand même très amoché de tout ca et j ai pas le gout de retomber en amour de peur de retomber dans le piège. nous devons rester en contact a cause de notre fils et il passe roujours ses petits commentaires….je me surprend toujours a me faire prendre dans son jeu….il ne faut pas écouter ce qu ils disent et c est vraiment dure car ils savent ou piquer…

    grrrr j aurais beaucoup a dire……je pourrais ecrir un livre sur le sujet….

  172. Crois moi, on ne le fait pas par choix… Et ce n’est jamais le trait de personnalité qu’ils montrent en premier. Ils sont d’habiles manipulateurs et on ne se rend compte de rien…

  173. Je vis au Québec, en instance de divorce après avoir passé les 15 dernières années avec un pervers narcissique. Enfin, je ne le savais pas jusqu’à ce que je tombe sur un site qui en faisait mention.

    J’ai été anéantie par cet homme, j’ai fait 2 dépressions majeures et beaucoup beaucoup d’anxiété.

    Et ça continue…. Le processus de divorce est tel qu’il permet à mon bourreau de continuer à contrôler ma vie, sans que je ne puisse y faire quoi que ce soit. La loi ne prévoit rien pour les cas de violence psychologique, et je me retrouve dans un divorce qui risque de s’étirer sur plus d’un an… Je subi une pression financière énorme, en plus de voir les effets dévastateurs de cet homme sur nos enfants.

    J’ai fouillé partout, je n’ai trouvé aucune mention ou ressource ou loi qui puisse m’aider.. Je suis au bout du rouleau, et la loi protège ses droits à lui…. C’est à devenir fou…

  174. Il suffit d’un déclic pour réussir a partir, demandes toi pourquoi tu te détestes autant pour avoir besoin que quelqu’un te le répètes tous les jours ? N’attend pas d’avoir un enfant avec lui car c’est encore plus difficile et il y a une troisième personne innocente qui souffre. Je regrette souvent d’avoir été aussi stupide pour avoir voulu un enfant de lui. Maintenant je suis obligée de le voir régulièrement avec tout ce que ça incombe. Apres 7 ans de séparation il n’y a pas un mois ou il n’arrive pas a me mettre hors de moi et ensuite me faire comprendre que c’est moi qui ai un problème. Loin de lui je me renforce mais des qu’il est la je ne contrôle plus mes réactions. Il prend un malin plaisir me faire péter les plombs. Apprends a te protéger. Apprends a t’aimer. Et bon courage…

  175. les mots ne sont que des mots, aussi matériels que le vent. pourtant il peuvent vite se transformer en menottes plus dures que l’acier ou en ailes plus légères que des plumes. il est malheureux de constater que beaucoup de personnes choisissent d’en faire des menottes plutôt que des ailes, surtout dans un couple.

  176. Je suis totalement d’accord! Souvent lorsqu’on parle des violences (physiques ou psychologiques) on parle des victimes femmes, même chose pour le harcèlement sexuel et on oublie que beaucoup de ces victimes sont des hommes! Crier au sexisme quand une injustice est faite aux femmes c’est bien mais se taire quand une injustice est faite aux hommes c’est aussi du sexisme.
    Signé: une meuf

  177. Bonjour Manon,

    Votre regard pourrait sembler juste mais… les choses ne sont pas si simples. Et je partage complètement votre point de vue sur un amour PARTAGÉ ! Fred est un handicapé du coeur, jamais il n’a appris à aimer, il n’y a pas de partage. Marie, elle, en doute. Elle pense qu’il l’aime car il appris à la manipuler et à lui faire croire au grand amour.

    Marie AIME Fred. L’amour est-il rationnel ? ce n’est pas mon avis. On associe souvent la victime à une personne faible alors que le faible dans l’histoire, c’est l’agresseur. La seule intelligence que le PN a su développer avec le temps, c’est de détecter les points faibles de sa victime et de s’amuser. Marie, elle, le ressent, mais ne peut l’intellectualiser car ses sentiments à l’égard de ce débile sont trop forts.

    Ceci dit, beaucoup de victimes s’en sortent. Il est important de mentionner que les victimes sont d’ailleurs souvent des personnes de grande valeur. Et l’avantage, si je peux me permettre, est qu’après une telle relation, les anciennes victimes développent naturellement un moyen de détecter toute manipulation. Avec le risque bien entendu, de voir des manipulateurs partout. Ce qui n’est d’ailleurs pas idiot !

  178. J’ai vécu cet enfer et je me suis rendue compte heureusement rapidement de ce qu’il se passait. Malheureusement c’était trop tard, il avait bien fait son boulot le bougre. Heureusement j’ai eu des amis présents à mes cotés à chaque instant, ainsi que ma famille. Evidemment je n’osais pas en parler, et je dépérissais à vue d’oeil. Il m’a fallut un an après la fin de la relation pour en parler, durant cette année, j’ai été harcelée constamment par cet horreur qui ne porte d’homme que le nom. J’ai suivi une thérapie intensive durant une année, mais je pense y retourner pour faire face à des « restes ». Il n’est pas facile d’établir une relation de couple en toute confiance après ce genre d’épreuve. Heureusement pour moi, l’homme qui est avec moi est compréhensif et rassurant. Il arrive encore que submergée par la panique quant à notre avenir je pleure durant des heures. Quand j’en parle autour de moi et qu’on me dis que j’ai l’air d’aller mieux, j’en ris, mais rien n’effacera jamais ce que j’ai vécu. Cela prendra encore beaucoup de temps pour m’en remettre completement, j’avais envisagé d’écrire pour exorciser cette horreur, je me dis toujours que c’est comme une blessure infectée, une fois que le pu est extrait, on peut guérir sainement. Mais à chaque fois que j’ai tenté de le faire, je n’ai pas la force morale de continuer, ça fait tout simplement trop mal. Je sais que j’irai mieux, je l’ai décidé, mais il faudra du temps. A chaque fois que j’entend qu’une femme à des ennuis similaires, je me sens concernée et j’aimerais les aider. Mais comment faire, que peut on faire face à ça? Si quelqu’un a une réponse, je suis prete à l’écouter car il est important de se soutenir pour mieux s’en sortir.

  179. une grande claque…
    je m’attendais à y retrouver mon dernier ex. J’ai vu défiler devant mes yeux ma mère, mon père, mes exs…
    Tous ne sont pas pervers narcissiques mais la maltraitance était bien là

  180. Il n’est pas facile d’oser sortir du silence, souvent le PN fait tellement bien les choses dans l’entourage qu’il isole sa victime. La honte est omniprésente et il faut parfois des mois voir même dans certains cas des années pour oser sortir du silence et réagir.

  181. ça fait un an et demi que je me suis sortie de cette situation, après ça, j’ai fais des recherches sur le sujet, et tout les témoignages que j’ai lu ou entendu disent la même chose, la fuite est la seule solution. Le plus dur après la réalisation du problème, c’est de fuir. Les gens banalisent constamment le harcelement moral et souvent physique de ces PN mais ne se rendent pas compte de la destruction que ça opère. On perd ses amis mais une chose est sure, c’est que ta famille est là pour t’aider. C’est le dernier rempart. Pour surmonter cette folie, autant la police, que mon entourage m’a dis d’aller voir un thérapeute. J’ai à présent 22 ans, j’ai aussi perdu des gens qui m’ont été très cher, mais j’ai choisi de rebondir et de voir le positif. D’en faire une force. J’ai suivi une thérapie intensive pendant un an, j’ai retrouvé le gout des choses, mes repères, je me suis fais de nouveaux amis en plus de ceux qui ont enduré ma situation et je sais que je pourrai toujours compter sur eux. J’ai déposé une plainte à l’encontre de l’homme qui m’a fais subir ça. Comme l’a dis la personne juste avant moi, tu n’es qu’a l’aube de ta vie, tu peux utiliser ce qu’il t’es arrivé pour évoluer, en faire une force. Ce que ton petit ami a fais laissera toujours une cicatrice, mais l’avantage c’est que tu t’es fais avoir une fois, à l’avenir tu seras capable de les voir venir de loin. Je suis de tout coeur avec toi et j’espère sincèrement que tu surpasseras ce que tu vis. Le seul conseil utile est la fuite, ensuite tu pourras te reconstruire avec un bon thérapeute, les amis qui sont restés (parce qu’il y en a, et ils souffrent de te voir aussi mal), ta famille qui représente le dernier rempart. Je te souhaite de connaitre comme moi le bonheur de rire à nouveau et d’être heureuse. De rencontrer quelqu’un qui sera à l’écoute de ce grave problème comme moi j’ai pu trouver. Sois courageuse, car il te faudra du courage. Garde tout les mails, messages et enregistre tout les appels téléphoniques et va voir la police. Courage à toi

  182. Bonjour,
    Pour avoir été la victime d’un pervers narcissique pendant près de 10 ans, j’ai trouvé ça très gentillet par rapport à la réalité.
    La réalité (la mienne peut-être) est plus proche d’un thriller psychologique que d’un homme qui est là dans ce film un fieffé « connard » (passez moi l’expression) et fais passer la nana pour une guimauve.
    Alors que c’est bien plus violent que ça… Vraiment bien plus.
    Dans la réalité, on sent une menace permanente, dans le regard, les faits, les gestes… On y a effectivement cette domination permanente sur tout, cette humiliation, ces attitudes oui… Ce qui transparaît très bien dans le film, mais avec une menace de mort continuelle: mort psychologique bien sur… Mais aussi il y a clairement la menace sur nos proches, notre vie, celles de nos enfants… Celle de perdre tout ce qui nous est cher.
    Moi il a essayé de me tuer (psychologiquement d’abord c’est certain) mais aussi physiquement… et à plusieurs reprises…
    Il a mené une double (triple) vie durant des années.
    Il l’a fait croire à des phobies (pendant 10 ans) que j’ai découvert après notre séparation être totalement fausses.
    Ce sont de très grands comédiens, des arnaqueurs hors pair et des menteurs nés.
    J’ai fais 3 ans de thérapie pour m’en sortir, ma fille également. Elle y est encore.
    Mon psy m’avait dit à l’époque que j’étais tombée sur vraiment un très gratiné. Alors c’est peut-etre pour ça que le film me paraît vraiment très léger. Réaliste en un sens oui, bien sur… Mais terriblement léger.
    Celles qui l’ont vécu pourront se reconnaître, mais je ne suis pas sûre que les autres auront conscience de la gravité de la situation.
    La seule solution pour se sortir des griffes de ce type de personnage, c’est la fuite bavât tout et de poursuivre son chemin en les ignorants. Ne plus bouger, ne pas réagir à leur agressivité, leur montrer une indifférence totale… les ignorer totalement. Il n’y a rien de pire pour un pervers narcissique que de se sentir transparent aux yeux de sa proie. Moins on bouge plus ils s’agitent et dévoilent leur vrai visage et là, ce sont eux qui sont déstabilisés et passent pour ce qu’ils sont réellement : des malades mentaux au stade de psychopathe.

  183. au contraire, tu as 24 ans, il te reste encore toutes les belles années à vivre!!! c’est long de se relever de ce genre de relation destructrices, mais cela en vaut la peine. Quand on a fait le pas de mettre un terme à la relation, la vie nous revient vite, même si on met du temps à cicatriser les blessures que l’autre nous a infligées. Plein de courage et de détermination. On vaut mieux que ça, personne ne mérite ça!!! il y a un tas d’hommes super qui n’attendent que nous!

  184. hum Julie, je ne crois pas qu’il faille attendre pour partir. si tu restes il va te détruire encore plus. n’attends pas demain, fais le dès maintenant et bouche tes oreilles à son poison. l’amour le vrai ce n’est pas manipuler c’est laisser libre l’autre. alors pars et ne te retourne pas!!!!

  185. La vidéo est très bien faite, les gestes sont explicites et les volte-faces des personnes (lui aimant/violent, et elle lucide/soumise) sont bien rendues. Oui, c’est caricatural, mais comme doit l’être un manuel scolaire pour faire comprendre une notion…
    Bravo à ceux qui ont conçu cette vidéo. A lire les nombreux témoignages, elle fait avancer, progresser, dans le regard sur soi et sur l’autre…
    Pour ceux qui ont soufferts et ceux qui souffrent, j’espère que vous réussirez à trouver les ressource de vous détacher de votre bourreau ou celles de vous reconstruire dans la confiance. Certains témoignages sont bouleversants…

  186. Pense-t-on que le film aurait eu moins d’impact si les roles et donc les sexes avaient été inversés?

  187. Je suis tellement mal à l’aise après avoir vu cette video. J’en ai connu des garcons comme ca dont un qui me frappait, en plus de me cloitrer chez lui et l’autre ne se genait pas pour draguer d’autres filles en me disant que j’étais laide. J’ai plusieurs fois faillit perdre confiance en moi à cause de ce genre de personnes. Mais mes amis ont toujours été la pour m’aider à me relever et me faire comprendre à quel point je n’étais pas responsable. Car oui, aujoud’hui je culpabilise encore. Je culpabilise envers ceux qui ont voulu me priver de mon independance et de ma capacité à me défendre contre ceux qui me faisait réellement du tord, et je culpabilise parfois de ne pas avoir etre plus docile. Mais ce que l’on m’a expliquer un jour à fini par changer mon point de vue. Personne ne devrait être dépendant de personne, pour le simple fait qu’il faut vivre d’abord pour soi avant de vivre pour les autres…. avant de vivre pour un autre, et que ce sont les animaux qui sont dociles… pas les êtres humains.
    Cette video m’a fait prendre conscience d’une chose, je ne dois plus me tourner auprès des mêmes profils d’hommes, car j’en ai connu beaucoup dans ce genre.
    Mais le plus terrifiant dans cette histoire c’est quand on se rend compte que ce genre de chose est souvent causé par l’impact de certaines personnes auprès de qui ont vit depuis toujours. Si vous vous laissez impressionné par ce genre d’homme/ ou de femme d’ailleurs.C’est que dans votre entourage, il y a quelqun, quand ce n’est pas vous, qui a subit celui depuis toujours et que vous été témoins depuis votre plus tendre enfance.
    Il faut réagir avant qu’il ne soit trop tard….

  188. J’ai apprécié ce vidéo. Il sera venir en aide à plusieurs personnes victimes de violence psychologique.

  189. C’est fou de lire ce que tu écris et de se dire que c’est exactement ce que je vivais… j’ai aussi fait le deuil de cette relation, mais il est tellement difficile de se rendre compte de ce que l’on vit quand on le vit…
    Je suis contente d’avoir pu mettre une expression sur un comportement que j’ai subi pendant près de 3 ans.

  190. Oui ça serait très intéressant car il y en a beaucoup plus qu’on pense… J’ai un copain qui en est victime et il ne sait pas comment dénoncer. Il n’est même pas capable de s’en débarrasser…

  191. ben tu sais ,c’est pas si simple ,surtout quand t’es mariée ,2 enfants avec cette personne et propriétaire d’une maison, en congé parental etc… tu peux pas te barrer comme ça !! faut comprendre que la relation se transforme tout doucement ,tu vois rien venir . quand il commence à abuser ,tu te rebelle puis il renverse toujours la situation en te faisant culpabiliser et en t’attaquant sur tes failles . apres une crise ,il peut se passer des mois sans rien puis la fréquence s’accélère ,tu perds confiance ,il t’isole …tout ceux qui me connaisse disent que j’ai beaucoup de caractere mais ça ne m’a pas empeché de me faire avoir car l’amour est trop fort . les gens qui parlent comme toi ça m’énerve car tu ne comprends pas qu’il est vraiment difficile de lutter contre quelqu’un de vraiment trés fort psychologiquement surtout lors de périodes de grossesses .je viens de divorcer aujourd’hui et je crois que je l’aime encore car à coté de ça c’est un super papa ,un e personne de confiance ,un ami en or mais il a un probléme qui l’empechera toujours d’avoir une relation siane avec une femme . il fonctionne sur l’abus car il en a souffert enfant et parce qu’il a un gros manque de confiance en lui . c’est facile de croire qu’on a une forte personnalité quand on n’est pas confronté à quelqu’un de fort . bonne route à toi et arrete de juger si vite les gens … je pense que tu es jeune ,tu parleras sans doute autrement quand tu auras plus de vécu !

  192. Effectivement une perverse narcissique, chez moi on appelle ça une castratrice… Soit une amazone « d’où la légende d’Ulysse ».
    Et je reste persuadé, qu’elles, sont plus nombreuse que ils.. Mais ça reste mon avis perso.

  193. Il est impossible de montrer effectivement ce que l’on vit au quotidien. La perversité narcissique, dans sa forme la plus forte, la plus « malade » est vraiment incompréhensible, invisible, déstabilisante… Même avec un caractère fort, on peut y succomber!
    Mais surtout, ce qui est invivable par dessus cela, c’est l’inertie de l’entourage.

  194. Moi, je redoutais de rentrer à la maison, de faire une erreur, de vivre avec un homme qui pouvait ne pas m’adresser la parole durant des semaines pour finalement vouloir « faire l’amour ». Un homme qui, lorsqu’il me parlait, me rappelait que je n’étais pas capable d’enfanter, que je ressemblais à une poubelle, que je ne savais pas m^habiller que les autres elles savaient. Que je ne savais pas faire la cuisine, pas faire le ménage, que j’étais devenue grosse, moche et que j’étais une pute. Un homme qui me mettait au visage ces erreurs, ces tromperies. Un homme que j’avais aimé et qui, je le savais, vivait une grande détresse. J’ai compris un jour que je n’y arriverais plus. Que si je restais, je mourrais. J’ai compris que je devrais partir. Deux ans et demi de maltraitance psychologique et cela fera bientôt trois ans que j’essaie e me reconstruire. Je ne me vois pas vivre avec quelqu’un ça relève de l’impossible à ce jour. Tout le monde me demandait s’il me frappait, je répondais que non il en serait incapable. Même lui me disait lorsque je l’ai quitté: « je ne t’ai jamais frappé, je ne t’ai pas maltraitée! » Alors oui, une fois il m’a sortis de force de chez son ex et j’ai eu ses empreintes marquée sur mon bras durant un petit moment. Mais ça c’est rien pour moi. Si seulement j’avais pu prendre en photo l’état de mon âme. J’étais détruite, pourrie, toutes mes bases étaient à reconstruire.J’ai été avec cet homme durant 5 ans, et c’est dès notre mariage que cela à commencer. J’ai changé, mes postures ont changées, mon comportement a changé, mes habitudes ont changées. Il apparaît très difficile de résumer une telle évolution en 15 min Cependant, je trouve important de rappeler que cette violence est de la maltraitance. Que cette violence est reconnue, que cette violence existe et tue aussi. C’est par un livre que j’ai à moitié pris conscience. Peut-être que cette vidéo aidera ceux qui le vivent encore tout les jours. Merci

  195. Je confirme, et cela ne m’étonne pas… j’ai eu affaire a un PN aussi, mais pas dans une relation de couple, une relation « amicale ». 17 ans apres les faits je reste profondément marqué. Mais le type auquel j’ai eu affaire était pire que ce Fred dans la vidéo… il fait partie de la catégorie la plus élevée des PN, les manipulateurs destructeurs… cf les travaux de la psychiatre Geneviève Reichert-Pagnard http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20120316.OBS3932/pervers-narcissiques-la-meilleure-protection-c-est-la-fuite.html … je suis aujourd’hui sous traitement et suivi par un psy… 17 ans apres… et alors meme que je ne le fréquente plus depuis des années…

  196. D’accord. Donc la pédophilie ne devrait pas être punie par la loi. La violence physique non plus. Le viol encore moins.
    Le pervers narcissique n’est pas seulement fou, je ne sais même pas si on peut les qualifier de fous! Ce sont des manipulateurs, dangereux et subtils. Ils savent très bien ce qu’ils font.

  197. Je ne pense pas que vous vous rendiez compte de la douleur que de tels mots peuvent infliger. Pour avoir une réaction pareille, c’est que, je m’excuse de ma franchise, vous n’avez rien compris. Marie n’a pas conscience de ce qu’elle vit, que ce qui se passe est mauvais pour elle, et que « ce n’est pas de l’amour ». Car rien n’est jamais tout noir dans ce genre de relation et c’est ce qui fait la force du PN. Comme Fred dans la vidéo, même si ça aurait pu être plus mis en avant, il y a des phases de gentillesse absolue, de douceur incroyable, d’Amour, le vrai. Et c’est ce qui fait que les gens restent.
    Quand on se rend compte qu’on a perdu sa confiance en soi, c’est déjà beaucoup trop tard, car cela se fait de manière insidieuse, rarement aussi brutalement que dans la vidéo, et quand la prise de conscience à lieu, la dépendance est déjà trop importante pour être éradiquée comme ça! D’ailleurs, quand la confiance qu’on a en soi-même est détruite, la relation, et les compliments du PN sont les seules choses qui peuvent en faire office.

    « On a toujours le choix dans la vie », mais j’ai envie de hurler en lisant cette phrase!!!
    Vous croyez vraiment que si c’était aussi simple, 1 couple sur 8 serait concerné? Il y a de l’amour dans un couple avec un PN, oui, pas le même que dans Blanche-Neige, pas ce que vous appelez le « vrai » amour, mais il y a quand même quelque chose de fort. Avez-vous déjà été amoureuse? VRAIMENT amoureuse, pas une petite amourette de quand on a 12 ans, je veux dire amoureuse, avec des projets d’avenir, etc…? Vous est-il arrivé de perdre une personne que vous aimiez de tout votre coeur?
    Alors vous comprendrez pourquoi la victime ne peut pas quitter le PN comme ça, sur un coup de tête. Rajoutez à cela la dépendance morale créée par un manque de confiance en soi, et un éloignement de la famille et des amis, et peut-être que vous commencerez à entrevoir que ce n’est pas si simple!

    Je suis en colère en lisant vos mots, car ce sont des paroles comme celles-ci qui empêchent les victimes de se reconstruire. Evidemment, après tout, c’est leur problème ce qu’elles ont vécu, elles avaient le choix! Une victime de PN sera pendant des années poursuivie par la culpabilité, et des paroles et des pensées comme celles-ci n’arrange rien.

    Bien sûr, avec ce genre d’associations, et d’actions, il est possible de trouver la force de changer de vie. Il est possible de changer de vie, nombreux sont les commentaires qui en témoignent. Mais pitié, arrêtez de croire que cela se fait sur un coup de baguette magique.

    Certes, ce n’est pas normal. Certes, ce genre de comportement ne devrait pas exister. Mais cela existe, juger les victimes de cette manière ne permettra pas de freiner le phénomène.

    J’arrête d’être en colère, je m’excuse de la brutalité de ce commentaire, mais si des personnes autour de moi ne m’avaient pas convaincue que les personnes comme vous aviez tort, je n’aurais pas pu commencer à me reconstruire. Je me doute que vous ne pensiez pas à mal, mais il fallait que vous compreniez cela

  198. Vu que les connards de sexistes sont à 90% des hommes, non, cela ne serait nullement intéressant sauf à vouloir essayer d’établir une équivalence là où il n’y en a pas !!!

  199. Oui tout à fait, beaucoup d’hommes sont victimes et c’est plus difficile encore à un homme de se présenter comme tel. D’abord quand il est victime, c’est que probablement il présentait des fragilités qui ont attiré le vampire. Le vampire a besoin de lui pour exister.. par contre dans le cas que je subis, je sais qu’il y a une souffrance antérieure à notre rencontre, dans sa famille elle n’était pas supportée et se présentait justement comme une victime. Mais très vite c’est moi qui suis devenu à ses eyux le bourreau. Par exemple je n’étais pas assez riche… Em même temps cela s’accompagne d’un grand désordre et en même temps de beaucoup de manies. Il ne faut pas ouvrir les fenêtres, seuls quelques amis inoffensifs sont invités. Parfois à l’extérieur, c’est renversant, elle devient gaie, gentille… si bien que lorsque j’en parle, on me regarde et on ne me croit pas. Par contre dans ses colères, outre les pires insanités, elle peut m’envoyer des coups.

  200. Pourquoi Marie ne réagit pas Manon noel,…. parce que Marie n’en es pas arrivée à ce stade du jour au lendemain, c’est tout le pouvoir toxique du PN, ce genre de situation s’instaure peu à peu, jour après jour, touche humiliante par touche humiliante, savant mélange de compliments plombés d’un mot de trop,de crises déclenchées exprès, de scène de ménage infinies, peu à peu Marie va être déstabilisée avec une virtuosité qu’on ne soupçonne pas en visionnant ce clip. Peu à peu Marie marrante va devenir Marie effacée, elle va tout faire pour éviter les remarques blessante, éviter que son mec soit de mauvaise humeur à cause d’elle, chercher a faire revenir le type génial qu’elle a rencontré…
    Cela s’appelle « l’emprise », petit à petit le PN sape la confiance de l’autre,il n’est jamais aussi bien que quand l’autre est au plus bas, il se nourrit de ça.
    Chaque mot pour se défendre est retourné contre soi, toute discussion est inutile, épuisante, ne mène à rien et te revient en pleine face…. Jour après jour tu t’enlise inexorablement, et ne t’y trompe pas, dans le clip on voit plein d’amis, dans la réalité, des amis tu n’en a plus, le PN y à veillé…..
    Dans la réalité le PN ne passe pas aussi volontiers en public pour un gros connard, non non non , il sait bien trop faire en sorte que ce soit l’autre qui passe pour quelqu’un de despotique (ou une dingue, au choix), lui son trip c’est se faire passer pour une victime….. et il (ou elle ) excelle dans la manipulation, le mensonge la mauvaise foi.
    Ce genre de personne peu même être l’auteur du crime parfait: il sait si bien pousser l’autre à bout, le faire peu à peu sombrer dans une insondable déprime, le persuader qu’il est moins que rien, je suis certaine qu’il peut pousser au suicide.
    Et non, tu as raison ce n’est pas ça l’amour… Mais on ne peut en aucun cas dire tel que à Marie de foutre le camps, elle ne peut pas, elle ne peut plus, elle est au bout d’elle même..Elle finira peut être par partir, et le chemin sera rude, on ne quitte pas impunément un ou une PN, il laissera toujours une trace indélébile… la bonne nouvelle? Si Marie s’en sort, elle saura les reconnaitre à mille lieues et les éviter, le temps fera son œuvre et elle reprendra petit à petit confiance en elle, puis réapprendra à vivre sans culpabiliser en permanence , puis réussira enfin à s’aimer elle même à nouveau…..

  201. nan mais ça nous fait tous bondir!
    hélas les personnes comme ça n’agissent pas dès le 1er jour! elles se montrent sous leur vrai visage une fois les sentiments installés et ça vient petit à petit je pense …. sans s’en rendre vraiment compte. et quand les victimes en prennent conscience elles sont déjà trop faibles pour décider de partir ou se rebeller …. et quand elles essaient, eux savent y faire à coup de ‘ je t’aime, je ne suis rien sans toi’ bla bla ……

  202. Cette vidéo m’a pris aux tripes car j’ai vécu 2 ans avec une personne qui a exactement ce profil. Par rapport à cette vidéo, dans mon cas, les rôles de l’homme et de la femme étaient inversés. J’ai été soumis régulièrement soumis des « doubles contraintes », à de l’humiliation publique et en famille. Elle divulguait des choses personnelles sur moi que l’on ne confie qu’a la personne qu’on aime et même parfois elle en inventait des mensonges.

    J’essayais de démentir tout cela, mais elle avait tellement de répartie que je n’arrivait pas à avoir le dessus. Elle décidait de tout et tout s’est finit car j’ai découvert un jour qu’elle avait un amant et qu’elle s’en ventait en face de moi en me disant qu’elle avait le droit car elle a mieux réussi professionnellement que moi et que c’était dans son droit d’avoir un amant.

    Tout s’était effondré autour de moi et elle m’a reproché que si j’avais mieux réussit qu’elle, j’aurais eu le droit de faire et de voir qui je veux !!! Je l’aimais et j’était fidèle, elle savait que jamais je l’aurait trahie de la sorte… Suite à ça, elle a réussi à me faire sortir de notre logement ( acheté a deux ) en m’envoyant à tord en hôpital psychiatrique pendant 13 jours…

    Heureusement que le copain de sa sœur à vu la manipulation de mon EX car il m’a fait signer moi-même les papiers d’admission car sinon j’y serait encore la bas !

    Aujourd’hui j’ai refait ma vie, j’ai une femme adorable avec qui je vis depuis 5 ans, j’ai 2 enfants et une belle maison… tout est bien qui finit bien… par contre « l’autre » court toujours…

  203. Pingback: Violences conjugales : le phénomène "Fred et Marie"

  204. Aux réflexions que cette vidéo devraient susciter en tout homme (être civilisé de sexe masculin) digne de ce nom, s’ajoutent hélas mon écoeurement à la lecture des certains commentaires de certains spectateurs masculins.
    Les uns d’influence raciste anti-européenne, incurables demeurés dans leurs gènes animales.
    D’autres sciemment hors sujet pour étouffer le débat dont il s’agit en lui reprochant de négliger tous les autres scandales. C’est une méthode perverse d’éliminer un sujet particulier en le noyant parmi tous les autres: on parvient ainsi à empécher hypocritement d’en résoudre aucun tout en se parant des plumes de bonne âme éclectique réfléchie.
    Enfin, il en est également qui dénotent chez leurs auteurs un j’m’en foutisme total de la sensibilité féminine confrontée à leur égocentrisme incivique de « mâle » inéduqué.
    Quant à moi: c’est à pleurer de honte sur une société génératrice de tels monstres.

  205. Bravo !
    Je ne peux qu’admirer votre récit, la lucidité dont vous faites preuve, pourtant si peu de temps après votre séparation physique d’avec votre père !! Je suis impressionnée de lire votre absence de ressentiment pour votre père… Vraiment, je suis admirative…
    Les mots sont faibles pour décrire ce que je ressens à la lecture de votre écrit, de même qu’ils vous semblent peut-être aussi bien trop faibles à tenter de représenter ce qu’a été votre vie jusqu’à aujourd’hui ! Mais je suis d’accord avec la fille de l’est : vous écrivez bien… Vous avez de nombreuses qualités j’en suis sûre : nous ici qui vous lisons en avons déjà perçues quelques unes.
    Nous sommes là et pouvons continuer de vous entourer si vous le souhaitez.
    Vous avez déjà fait un énorme travail ! La suite continuera d’advenir, petit à petit : et la paix viendra avec. Je vous souhaite le courage et la patience dont vous aurez encore besoin.
    Constance

  206. On a le pouvoir de dire non quand on a la conscience d’être manipulé… Mais cette manipulation peut etre tellement fine et sournoise qu’on ne s’en aperçoit pas forcément. On perd tellement l’estime de soi qu’on se considère comme quelqu’un d’insignifiant en comparaison de cet être aussi brillant ! Je n’ai compris cette manipulation que quelques années après l’avoir quitté… après 20 ans de vie commune !

  207. Exact, voilà pourquoi on ne peut pas partir. C’est vraiment quelque chose qui n’est pas compris par les autres : le fait que l’on reste auprès de quelqu’un qui nous tue à petit feu. C’est de la MANIPULATION AFFECTIVE !

  208. tu as 24 ans et je peux te dire que tes plus belles années sont devant toi et sans cet homme! j’aurai pu écrire ton témoignage il y a 1 an car c’était exactement pareil. J’ai réussi à partir et ça a été plutôt dur car il a continué son rôle de PN pendant pas mal de temps (j’ai été harcelé espionné et j’en passe, il a appelé mes amis/proches pour leur dire qu’il s’inquiétait pour moi car j’étais instable et pour savoir ou j’étais) . Ca été extrêmement dur MAIS la vie recommence une fois que tu pars!!
    je suis sur que tes amis seront la pour t’aider même si tu as le sentiment que tu as perdu leur confiance. ils attendent que tu fasses le pas pour te récupérer de l’autre coté de la vie, la vraie vie où tu pourras porter la robe qui te plait, sortir avec tes amis et être libre de faire ce que tu veux!

  209. Pas d’accord… Il n’y a que son amie qui se rend compte. Tous les autres invités ne voient rien.

  210. Oui, sauf que si le clip avait montré exactement les actions et réactions d’un PN, il aurait été absolument insoutenable pour le spectateur ! Déjà là, c’est assez difficile de regarder… Et finalement, ce serait devenu improductif. Non, je pense que le clip est bien comme il est…

  211. Bonjour. le PACS ne me semble pas être une solution, car les biens acquis avant sa signature ne sont pas mis en partage.

  212. Bonjour à toutes et tous, qu’il est étrange de voir ce genre de vidéos… C’est toujours bizarre de voir que son « cas » n’est pas isolé, qu’en fait des milliers (si ce n’est plus) de personnes subissent ce genre de choses … Plein de souvenirs qui remontent, des scènes, des phrases… Pour ma part j’ai 23 ans, et j’ai subis ce comportement de mon propre père … Je suis partie de mon propre plein grès à mes 17 ans. J’étais sous sa garde, j’ai dû menacer de me suicider pour qu’enfin on m’entende, pour qu’enfin les services sociaux réagissent. Toujours les mêmes choses, personne ne vous croit, on vous engueule « mais non ton père n’est absolument pas ainsi » ou encore « il fait cela pour toi, par amour », on en vient à se poser des questions, « est ce moi ? est ce moi qui est folle au final’ ? Tentatives de m’enfermer dans un asile avec des témoignages de ma propre famille… Des médicaments sans fin, des psy, des pédopsychiatres, des avis à la « c’est une pauvre gamine perdue en pleine crise d’adolescence… », tout le monde te tourne le dos, tu es ridicule, minimisée, envahie, étouffée … Encore aujourd’hui j’ai des séquelles de tout ça, c’est encore pire quand c’est votre parent, car c’est cette personne qui construit vos valeurs, votre regard, votre critique. Quand j’ai pris conscience de ce qu’il me faisait, un énorme gouffre s’est ouvert en moi « mais au final , que suis-je, si tout ton enseignement n’est que manipulation ??? » Comme je vous comprends tous, vous tous qui êtes passés par là , homme ou femme !
    Tous vos commentaires, pour ceux qui ont subis et qui subissent encore, me rassurent (je ne suis pas la seule …) et me navre (il y en encore tant sous leurs jougs …)
    Je pense moi aussi à écrire un livre, ou a créer un blog, pour aider du mieux que je puisse les personnes dans des détresses similaires, en attendant, comme Laurianne, si vous souhaitez en parler, je vous donne mon adresse, votre âge m’importe peu, et ne vous souciez pas du mien, quand on a vécu ce genre de choses, on grandit prématurément, et enfin l’âge ne veut pas dire que la souffrance est moindre.
    P.lippert@hotmail.fr
    Aux autres, tout mon plus sincère courage, un jour, un jour, ce sera la remarque de trop, et vous vous relèverez. Personne ne mérite ce traitement !
    Bien à vous,
    Priscillia

  213. « Elle a peur de pas réussir sans lui… »
    !!!! peut-être pourriez-vous l’amener à prendre conscience de ce quel a « réussi » avec lui ?

  214. ce spot pleins de réalisme j’ai vécu ce genre de situation pendant 4 ans sans compter les fois ou je venais a lui tenir tete et qu’il me frappait . ca fait deja 4 ans que tout est arretter et pourtant encore trop de sequelle reste … ma vie a completement changer aujourd’hui heureusement.

  215. J’aimerais tellement t’enlever loin de lui!!! quitte-le tu mérites mieux!!la vie n’est pas faite pour souffrir!!! pars loin de lui il te bouffe ton énergie vitale comme une sangsue c’est pas possible de se laisser ronger comme çà! prends des congés et pars loin de lui!! disparaît de sa vie

  216. Vivre avec une femme manipulatrice et PN n’est pas de tout repos. Après sept ans de vie commune et deux enfants, j’ai du me résoudre à « quitter l’enfer ». On ne s’attend jamais à tomber sur ce type d’engeance, mais après analyse, je crois que dès l’enfance, on est toujours préparé par un proche à les rencontrer. Dans mon cas, je crois que l’attitude de ma mère avait ouvert la voie à ce que je tombe sur un bourreau en talons aiguilles (parait-il un trait de caractère des femmes manipulatrices) Quand je l’ai rencontrée, tout baignait pour moi. Un bon métier, un bon salaire, une carrière artistique en plein essor et une belle notoriété auprès de fans de plus en plus nombreux. Inutile de dire que l’argent ne manquait pas. La vie était entrain de me donner le meilleur, j’ignorais que l’enfer n’étais plus trop loin. Et je rencontre cette femme un soir où je faisais la fête avec des amis dans un bar. Elle, en plein divorce, pas d’enfant, très franche dans le verbe disait-elle et l’envie disait-elle aussi, de bâtir une relation solide. Elle, toujours à se plaindre du triste sort que lui avait fait subir son ex. Sa froideur, son manque de communication, son ceci, son cela. L’exemplarité de ses parents, ses larmes parce que Dieu lui refusait d’être mère, ses larmes parce que certains événements ne se déroulaient pas comme elle l’avait envisagé. J’ai été de toutes les consolations de toutes les initiatives pour lui démontrer que malgré les apparences la vie changeait en mieux pour elle. C’est dès cet instant que j’aurais du fuir car elle était ni plus ni moins entrain de poser ses pions, d’installer le piège qui déjà se refermait sur moi. Savoir se rendre attachante par des apparences trompeuses, toujours se plaindre de son sort ou des autres… Aujourd’hui encore j’ai peine à comprendre comment j’ai pu supporter et surmonter tout cela. Très vite cela à tourné au cauchemar. Cela a commencé quand enfin elle est devenue mère et que je ne lui était plus d’aucune utilité. Elle avait atteint son but. La culpabilisation à outrance pour des peccadilles surtout quand on ne faisait pas ce quelle désirait. Une feignasse qui se plaignait du manque d’ardeur au travail des autres. Pas de sorties paisibles, cela se terminait irrémédiablement par des engueulades sur le chemin du retour sur l’air de « tu n’as même pas honte ». pas de voyages calmes, zen et tranquilles. Il fallait toujours qu’elle trouve un sujet de dispute. Un sujet de chantage, de menaces. J’en arrivais à douter de ma bonne foi, de mon attitude quoi que j’étais sûr d’e n’avoir pas mal agit. C’était le début de la déstabilisation. Parlons des finances, le reproche permanent de ne pas tenir assez bien mes comptes moi qui mettais tous mes sous dans les dépenses de la famille et elle qui en catimini mettais de côté ses primes juteuses et avantages pour en profiter seule et mieux me sortir « moi au moins je sais tenir mes comptes, moi ». Le mépris systématique de mes rares amis. Du dénigrement de mon père, elle en est arrivé à détester tous les membres de ma famille. Plus de musique. Des contrats qui se font plus rares. Le téléphone qui ne sonne plus. Donc moins d’argent. Ensuite ce fut les problèmes au boulot. Je quittais un harcèlement moral au bureau, pour en retrouver un autre le soir. Bref licenciement. Moi qui croyait avoir tout vu je n’étais qu’au bout de mon calvaire. Des injures ? je ne saurais toutes les énumérer. mais les mots : chiens, parasites, fainéant, ont étés maintes fois prononcés. Des malédictions aussi, faites à trois reprises comme dans la Bible. Les « pourquoi tu ne fais pas un AVC, on te mettrais dans un centre et mon fils et moi viendrions te voir le dimanche de temps en temps et je vivrais ma vie » les « Tu n’es pas un homme ». Et sa famille qui disait Amen a tout ce qu’elle faisait, qui me reprochait de négliger leur fille de ne pas être assez communicatif de ne pas l’emmener danser. Comment peut-on avoir envie de danser avec un bourreau ? Ils connaissaient pourtant mieux que qui conque le monstre qu’ils avaient engendré. dans une réception, quand tout allait bien et que l’ambiance était bonne, il fallait qu’elle débarque avec à la bouche de quoi plomber l’ambiance. Dans sa famille elle se plaignait tout le temps de moi, de mon manque d’initiative alors que j’étais de tous les fronts pour me remettre en selle. Les contrat musicaux ont manqué à ce moment la pour mettre du beurre dans les épinards. J’ai retrouvé du petit boulot après deux ans de galère. Loin d’y voir un soulagement et un moyen de solder nos dettes ensemble, elle s’est ingéniée à me savonner la planche, à mettre en retard en squattant la salle de bains afin que je rate ma période d’essai. Peine perdue pour elle, six mois plus tard, j’étais recruté par une haute administration, un poste encore plus élevé et bien mieux rémunéré qu’elle. Là elle en a crevé de rage. Elle hurlait traitait sans les connaître mes collègues féminines de « salopes » chaque fois que je recevais un coup de fil professionnel à mon domicile. Elle a mis toutes mes affaires sur le seuil de la porte. Et puis, il y eut ce soir ou en pleine nuit je l’ai surprise entrain de faire bouillir de l’huile dans un casserole. Je n’ai pas affronté la bête, j’ai pris mon portable et j’ai filmé la scène afin d’en faire bon usage devant un tribunal. S’en rendant compte, et toujours dans le calcul elle a tout de suite adapté son discours, prétextant que je l’aurais menacée et que c’était en réaction qu’elle agissait ainsi, alors que je dormais et que c’est en allant aux toilettes que j’ai été alerté par son manège. Vidéo donc inexploitable dans le cadre d’une procédure. J’ai quitté l’enfer. le premier week end de ma nouvelle vie. J’ai dormi comme jamais au par avant tant j’étais usé et fatigué par tant d’années à côtoyer un monstre. Mais j’ai retenu la leçon. Ce sont des corps d’adultes animés par des cerveaux d’enfants de cinq ans, capricieux, voulant tout pour eux et tout de suite au mépris de l’autre. Aucun sens des priorités sinon la satisfaction de leurs besoins. Toujours dans la menace mais agissant peu. Toujours dans le calcul. Donnant une apparence externe délicieuse, mais un miel qui cache un fiel corrosif pour l’autre. Paresseux, jaloux à l’extrême d’autant plus qu’ils sont souvent de grands trompeurs adultères. il mentent pire que des arracheurs de dents. ont souvent des pertes de mémoire, changent de sujet en cours de conversation. Bref on met un temps fou à se reconstruire ensuite. Merci à Christelle Petitcollin et son ouvrage « Echapper aux manipulateurs » de nous ouvrir la voie de la liberté. Chaque page de ce livre fait remonter à la surface des souvenirs oubliés qui démontrent qu’on met du temps à en guérir. Alors quand j’entends des témoignages toujours à charge contre les hommes. Quand j’entends ces campagnes contre la violence faites aux femmes, je me dit qu’il faut être débile pour biaiser autant le débat car c’est avant tout la violence conjugale qu’il faut réprimer et cette violence conjugale commence d’abord par la violence verbale. Dont Acte !

  217. Bonjour,

    je me permets de réagir à votre phrase : »Avec la démocratisation des connaissances psychologiques (ce qui est une bonne chose) « . Je ne suis pas certain que cela soit une bonne chose, car je pense que la psychologie n’existe pas. En ce sens qu’elle est une approche très empiriques des événements et ne repose que sur des théories et pas des théorèmes (reproductibles à l’identique). La psychologie est un mot que l’on met sur ce que l’on ne comprend pas aujourd’hui. Je vous invite à lire et écouter M Onfray au sujet de la psychanalyse.

    Bref, à mon sens, les « psy » sont bons pour les « bobos », mais autrement cela ne sert à rien. Il est donc inutile que cette croyance se démocratise…

    Bien cordialement,

  218. Bonjour,
    documentaire très bien fait! et ma beaucoup sensibilisé au problème…
    cependant je me pose une question un pervers narcissique peut-il se soigner s’il en prend conscience?

  219. Cette vidéo a fait écho par rapport à une partie de ma vie. Ca m’a bouleversée. J’ai vécu 10 mois d’enfer avec un pervers narcissique et aujourd’hui tout cela est derrière moi car j’ai refait ma vie avec un homme merveilleux. Par contre ça laisse des traces. Oui comme Marie, mon entourage ne me reconnaissait plus, comme Marie je cherchais à couvrir mon bourreau, comme Marie j’ai dû m’oublier pour faire de lui ma première préoccupation, mais quoi que j’ai pu faire, ce n »était jamais assez bien pour lui. Par exemple, si je ne répondais pas à ses sms à l’instant T c’est parce que selon lui j’étais occupée à le tromper… Bref, avant de se jeter par la fenêtre, il faut agir et partir. C’est très dur de prendre la décision de le quitter car le bourreau fait tout pour que sa victime se sente en position de faiblesse et COUPABLE. Après la séparation, alors que je renaissais de mes cendres, je ressentais comme un manque de lui. Il avait réussi à créer l’addiction mais cela n’a pas duré. Rassurez-vous, oui on peut s’en sortir. Il faut juste prendre conscience de ce qui se passe et le reste se déroule naturellement.

  220. Je suis tombée aussi sur un homme qui je pense, d’après les témoignages et la vidéo, avoir ete avec un PN.

    Au départ, il est l’homme idéal, puis très vite il s’est montré exigeant, insatisfait, j’ai redoublé d’attention et d’intention à son egard pr le comblé, mais les repproches fusaient au plus je lui faisais plaisir.
    Il critiquait ma facon de m habiller me disant que une jupe c etait provoquant, et que je la mettais pour les autres et non pas pour lui. A la fin, je reflechissais à comment m’habiller pour éviter des disputes.
    Il etait jaloux qd je regardais quelqu un de maniere normale.
    Si je souriais à un serveur apres avoir passé une commande, il se mettait à me rabaisser disant que j’etais irrespecteuse en son egard.

    Je perdais ma spontanéité, en public.
    En societe, il me rabaissait. Mais lorsqu on etait à deux, c etait le paradis. Il etait adorable avec moi et me couvrait de calins, de cadeaux, d attention.

    Je ne pouvais plus sortir avec mes copines. Car pour lui, sortir c etait « chasser ».

    C est un soir, que j’ai realisé ce qui m arrivait. Je me sentais plus moi meme et je me suis sentie me faner à ses cotés devant un couple d amis, où il m avait rabaissée et critiquée.
    Au retour, il m a fait une scene me disant que j etais honteuse d’avoir parlé avec le mec de mon amie. J ‘ai tenu tete car il avait exagere dans sa vision des choses. Coimme j etais pas d accord, il m a dit que c etait fini. Mais encore une fois, il ne le pensait pas, c etait pour que je lui coure apres, sauf que j ai pris ses paroles comme tel et je lui ai souhaité un bon retour chez lui. En fermant la porte derriere moi, il a courru et a empoigné le col de ma veste. C est là que j ai dit stop à tout ca. Il avait ete trop loin.

    Depuis, il me harcele de sms et mails rempli de belles paroles. Disant que je suis la femme de sa vie, ect…

    Pour moi, c est fini, j ai 28 ans et j’ai pas envie de vivre un enfer.

    Un conseil, pour déceler un PN, il faut ecouter d abord son instuision. Si qqch vous gene, il vaut mieux se mefier. En general, ils veulent aller vite ds les choses, ils disent tres vite « je t aime », veulent vivre avec vous, vous critique mais apres vous comble pour encore plus vous rabaisser… C est une mort à petit feu….

  221. Dingue comme les violences faites aux hommes ne sont évoquées QUE lorsqu’on parle des violences faites aux femmes.

  222. Les pervers narcissiques n’attirent pas « au hasard » leurs « proies », qui elles-mêmes, ont besoin et résonnent à l’appel de ce profil pathologique.
    Les maintenir en état de victime ne fait qu’entretenir leur problématique. Leur démontrer en quoi est-ce qu’elles ont attiré ce type de personne à elles, c’est leur donner une chance de prendre la responsabilité de leur vie et donc leur pouvoir sur celle-ci, mais surtout de ne plus jamais retomber dans le même piège.

  223. Les pervers narcissiques n’attirent pas « au hasard » leurs « proies », qui elles-mêmes, ont besoin et résonnent à l’appel de ce profil pathologique.
    Les maintenir en état de victime ne fait qu’entretenir leur problématique. Leur démontrer en quoi est-ce qu’elles ont attiré ce type de personne à elles, c’est leur donner une chance de prendre la responsabilité de leur vie et donc leur pouvoir sur celle-ci, mais surtout de ne plus jamais retomber dans le même piège.

  224. Je suis pas sûre que tu puisses le faire seule… Par rapport aux autres commentaires et à mon histoire personnelle je pense qu’il te faudrait quelqu’un de suffisamment proche de toi et de suffisamment fort pour arriver à le quitter, une amie, ta maman ou même un avocat ou une assistante sociale… Peu importe mais quelqu’un qui puisse te soutenir quand tu en as besoin et peut-être même que tu devrais l’affronter avec cette personne (Un peu comme Marie dans la vidéo qui suit son amie et son instinct en décidant de porter la robe rouge!) Je te souhaites énormément de courage il va t’en falloir!! Mais il faut surtout pas que tu restes seule!

  225. Je sais que trop ce que tu as vécu puisque je l’ai vécu aussi pendant trois ans… Des humiliations, la solitude… En te lisant j’ai lu mon histoire… Personnellement ça s’est terminé il y a 5 ans maintenant et j’ai eu la chance de trouver une homme pour qui je suis une reine… Il m’a sorti de toute cette histoire! Et je ne me doutais en aucun cas que cette situation puisse se produire aussi souvent…

  226. En fait, ce qui est étonnant, c’est d’imaginer que ce que l’on voit dans cette vidéo soit proche de la vérité ET que cela ne crée pas rapidement chez la personne la fuite. Je veux bien croire qu’une situation comme celle ci existe. C’est de comprendre que Marie ne lui jette pas son verre à la tronche en lui disant, « je me casse, pauvre co…ard », qui est difficile !

  227. Je suis bien d’accord, ce clip est trop « caricatural », même s’il pose bien les bases du sujet.
    Il faudrait en faire un autre, plus « subtile », plus dans la durée… 20 ans de vie à la fois supportable et insupportable.
    En caricaturant, le clip pourra donner à penser à certaines femmes que pour elles « je n’en suis pas à ce point-là, ça ne me concerne pas », et les confiner dans leur douleur quotidienne.
    J’ai aimé « souvent, il est génial ». C’est tout à fait ça.
    Merci.

  228. comme toi, j’ai essayé de le quitter à plusieurs reprises mais le vide, le manque qu’il me laissait me faisait revenir vers lui avec force … puis du jour au lendemain, j’ai dit stop , après 2 ans et demi ! la solution pour s’en sortir : des amis tres aimant, disponible, une therapie pour comprendre pourquoi on tombe sur un PN … des massages du corps , des soins du visage , pour renforcer petit a petit son « moi « … se redecouvrir et savoir ce que l’on veut vraiment … courage et force …

  229. J’ai failli dire: non tu n’as pas encore perdu les plus belles années de ta vie… Tutoyer quelqu’un qu’on ne connait pas mais qui est soeur quelque part…
    Alors, ne désespère pas! Tu es jeune! Mais ne perds plus de temps! Va voir un psy qui t’aidera à franchir le pas et surtout à ne pas retomber sur le même type de personne…
    Sois forte, tu mérites mieux! Ce n’est pas de l’amour c’est de la dépendance! Fais toi aider, car il est certain que c’est très difficile!
    Courage! Tu peux y arriver!
    La lumière est au bout du tunnel!

  230. Non au Québec il n’y a aucune campagne sur la violence mentale domestique . Au Québec c’est chacun pour soi et démerdez-vous. Au Québec on vous tiens responsable de votre malheur, tant pis pour vous si vous en sortez brisée. La politique officielle est que chacun doit se débrouiller tout seul . Il n’y a aucune reconnaisance ni aide pour les abus psychologiques domestiques.

  231. Une amie est en couple avec un PN. Au bout de 2 ans de relation avec lui elle m’a demandé de l’aider, ce que je pensais de son couple de la façon dont il se comportait avec elle et en y prêtant attention je n’ai pas du tout aimé ce que j’ai vu. Je lui en ai fait par, difficilement car elle était constamment avec lui, je ne pouvais plus la voir seule car il avait élu domicile chez elle sans participer à aucun frais du logement ni de la nourriture mais ne se privait ni pour manger ni pour l’électricité ou l’eau.
    Elle a mal réagit, a coupé les pont pendant un mois puis a repris le contacte en cachette, son mec en est venu à tout savoir et verbalement se fut assez violent entre nous, jamais physiquement mais depuis on s’évite soigneusement. Du coup je vois beaucoup moins d’amis et bien moins souvent car ce sont des amis en commun. A ce moment là il est partie en lui disant que si c’était comme ça c’était finit entre eux. Je l’ai cru sauvé mais non il est revenu petit à petit à la charge, passant de plus en plus de temps avec lui. Je n’ai pas compris pourquoi mais elle m’a caché la reprise de cette relation alors que je ne l’ai jamais jugé là dessus, je l’ai écouté simplement… Puis il a passé à nouveau de plus en plus de temps avec elle, elle m’a souvent menti, décommandé au dernier moment pour le voir je n’ai toujours pas compris ses mensonges car je lui avait déjà dit que je pensais que c’était une erreur mais que ça la regardais qu’elle était assez grande pour prendre ses propres décisions. Et à nouveau je suis redevenu l’ami caché ce qui m’a gêné car ils ne vivaient plus ensemble. Puis elle a commencé à remettre en cause ma sincérité, mon amitié, à me parler sans cesse de ce type, de ses envies, de ses projets, de sa vie en générale, de ses soucis et ses états d’âme jusqu’à ce que je lui fasse savoir que ça ne m’intéressais pas que pour moi ce n’était qu’un pauvre type et que mon amie c’était elle pas lui donc entendre parler à chaque fois de lui ne m’intéressais pas au contraire ça me dérangeais vue la tension existante entre nous et ce que je pensais de lui.
    Son déménagement dans un nouvel appartement était prévu, il a visiter le nouvel appart avec elle et elle m’a dit qu’il serait là au déménagement sur le coup je lui ai dis que tant pis on ne se parlerais pas et que ça irait Le hic c’est qu’au moment du déménagement elle me fait savoir qu’il passerait la semaine chez elle et que le jour J elle ne serait pas là avant 9h, qu’il fallait venir à 8h et que ce serait lui qui serait là, les autres arrivant à 10h ça signifiait rester une heure seul avec lui. Je n’allais moi même pas très bien et je lui ai fait savoir 2 jours avant que je n’irais pas car assez déprimé et que je ne me sentais pas d’être dans la même pièce que lui, ça risquait de dégénéré en conflit physiquement violent depuis le temps que j’en avais envie, là je risquais de ne pas me contrôler. Je lui avais déjà fait savoir que de mon coté c’était pas folichon mais sans lui demander de m’écouter ou m’épauler vue sa situation, en revanche j’ai tiré plusieurs fois la sonnette d’alarme lui faisant savoir que nombres de ses attitudes me gênait voir finissait par me blesser et que j’étais aussi humain donc que j’avais moi aussi ma limite de tolérance.Elle n’a même pas cherché à savoir ce qui n’allait pas ou comment je pouvait bien me sentir, moi le type qui l’a toujours écouté et soutenu, à très très mal pris le fait que je ne sois pas à son déménagement et à fait écouter mon message à son mec (je le sais car il m’a ressorti une phrase mot pour mot et elle lui avait déjà fait lire des sms que je considérais comme personnel). Je lui ai demandé de décrocher son téléphone non pas pour parler de ce fameux déménagement mais juste car moi son ami j’avais besoin pour une fois d’être un peu soutenu aussi… Silence radio pendant plus de deux semaines, jusqu’à un odieux message me demandant de lui foutre la paix, qu’elle ne savait ni ne comprenait ce à quoi je jouais mais qu’elle avait autre chose à foutre que de me parler… J’ai rompu le contacte suite à son message lui faisant savoir que je m’éloignais, temporairement mais que si un jour elle voulait me reparler ma porte lui restait ouverte, mais pas tout de suite que j’avais besoin d’un peu de temps pour digérer ce coup là. Je lui en voulais de m’avoir tourné le dos la seule fis ou j’ai demandé à parler un peu, non pas à etre soutenu pendant des heures, juste vider mon sac avec celle qui un jour fut ma confidente.
    Nous ne nous voyons plus depuis, elle m’a renvoyé un e-mail il y a un mois environ me disant qu’elle ne voulait pas parler de ce qui c’était passé, qu’elle ne voulais pas y penser qu’elle avait autre chose à faire (à nouveau) mais me demandant de passer chez elle lui faire de la maintenance informatique. Son message m’a choqué, après des mois de silence elle me recontactait uniquement pour ne pas avoir à payer une personne pour réparer son pc… Je lui ai répondu que je si un jour je repassait un jour il faudrait qu’on parle au préalable de la situation, de son attitude et de mon choix à se moment là, ce que j’ai ressenti et pourquoi et ce qu’elle a ressenti elle aussi et pourquoi. Que je passerais pas chez elle réparer son pc si on ne parlait pas de ça avant mais que je me proposait de l’aider via internet, qu’elle me liste les erreurs et problèmes et lui indiquerais étape par étape la marche à suivre pour corriger les problèmes. Elle m’a à nouveau envoyer chier, me disant cette fois qu’elle avait été bien patiente avec moi, qu’elle avait accepter sans broncher tout mes petits caprices ??!! et qu’elle avait largement pris sur elle pour me supporter ??!!
    Là je ne veux plus la voir désormais, je lui ai dit, c’est malheureux mais sa situation me laisse au jour d’aujourd’hui indifférent, elle a été trop loin cette fois et l’attitude de son mec ne peut pas tout excuser malheureusement pour elle.
    Depuis peu j’ai appris par nos amis en commun que son mec avait plus ou moins réaménager chez elle, il y passe 3 semaines sur 4, se fait à nouveaux tout payer sans que lui ne débourse rien, bref elle est revenu au point de départ et pour ça aussi je lui en veux je me dis tout ça pour ça ? je ratte plein de soirée, je me suis brouillé avec des amis, j’ai perdu ma confidente et mon amie juste pour avoir voulut l’aider et au final c’est devenu moi le salopard de l’histoire, tout m’est revenu en pleine tête sans que personne d’autre que moi ne ce soit jamais remis en question… J’ai en fait juste l’impression d’avoir été utilisé, d’avoir été une oreille attentive quand elle en avait besoin mais rien de plus, d’avoir au final été pris pour un con…
    Svp quand vous êtes dans cette situation et que vous demandez de l’aide, n’envoyer pas chier la ou les personnes qui vous apporte leurs soutient, n’envoyer pas balader la main qu’on vous tend surtout quand c’est vous qui l’avez demandé et pensez aussi de temps en temps que les autres, ceux qui vous aident peuvent aussi aller mal donc ne leur tourné pas le dos si pour une fois ils ne peuvent vous écouter.

  232. Merci à toutes et tous pour vos commentaires et votre soutien.
    Je ne m’attendais pas à ça alors que j’ai simplement écrit quelques lignes qui sont en fait une goutte d’eau dans l’océan…
    Quand je lis certaines réactions au spot, qui ont pour seule réponse que de dire « mais réagissez ! tout le monde a le choix ! » Et bien non, tout le monde n’a pas le choix. On choisi pas ses parents comme on dit… Et si je pense à ma mère dans tout ça, qui a subit cet homme pendant 30 ans elle aussi, je n’ai pas de colère ou de ressentiment car je sais à quel point elle a lutté, à quel point elle s’est battu dans l’espoir de changer les choses et qu’on s’en sorte tous…
    J’ai fait rupture nette avec mon père il y a bientôt 5 ans. Pas d’éclat, pas de scandale, juste une décision ferme. Je lui ai dis une fois, il a insisté quelques temps plus tard ignorant ma décision, alors je lui ai répété, calmement mais fermement.
    Par la suite, j’ai biensur eu toutes les réactions possibles de sa part (par mail car j’avais changé de numéro de téléphone et il ne connaissait pas ma nouvelle adresse non plus). Il a pleuré, il m’a insultée, humiliée, expliqué sur des pages et des pages à quel point j’étais abjecte, mauvaise et ingrate.. Il a essayé de me faire pitié, de me faire mal, de me faire réagir…
    Je n’ai jamais répondu. Pas un mot, pas une réaction, pas même un geste.
    Cet homme a passé 30 ans à me façonner, à me manipuler, à me placer dans un étau et me remodeler selon ses envies.
    Je n’étais que le reflet de ce qu’il voulait être. Il fallait que je sois lui, que je lui renvoie une image parfaite de ce qu’il fantasmait.
    J’ai été son chef-d’oeuvre, son jouet, sa chose et que je puisse penser autrement que lui ou simplement ne pas me poser la question de ce qu’il pouvait penser de ma vie était insupportable pour lui.
    Que je décide de vivre a été un immense choc pour lui. Que je puisse me passer de lui et pire, que je lui dise calmement qu’il m’était néfaste et que je voulais me protéger de lui a été le plus grand affront que je puisse lui faire.
    Je n’ai pas cherché de vengeance ou à lui faire quoi que ce soit, je partais pour moi.
    Cette décision a été simple et évidente. C’est la suite que je n’avais pas appréhendée…
    Quand vous réalisez que tout ce que vous croyez de façon absolue n’est qu’illusion, il vient forcément le moment ou vous vous demandez qui vous êtes réellement.
    « Qu’est ce qu’elle ressemble à son père ! » – « C’est bien ta fille ! Pas possible de le nier » – des phrases qui résonnent douloureusement.
    La honte de porter le mauvais sang s’installe…
    Ne surtout pas lui ressembler, ne surtout pas être sa fille, ne surtout pas être ce qu’il voulait que je sois : l’extension de son petit doigt…
    Et quand je souffrais de ceci ou celà, était-ce ma douleur ou la sienne ? Et mon gout pour telle ou telle chose, est-ce mon sentiment ou son envie ? Et suis-je calme, colérique, entière, effacée ? Ou juste terrorisée depuis la naissance ? Suis-je courageuse ?
    J’ai passé beaucoup de temps à retourner tout ça, avec un psy, sans un psy, et à voix haute ou dans ma tête…
    Je l’ai tellement aimé, adulé, défendu, protégé… c’était mon papa… il me manque tellement ce papa que je m’étais fabriqué dans ma tête… Le voile s’est levé, j’ai vu son visage et je me suis éloignée de cet homme mais mon papa, il est ou ? Difficile de réaliser qu’il n’a jamais existé et qu’il ne m’a jamais connue, moi, comme je suis réellement. Et pourtant je suis convaincue qu’il y avait de quoi être fier d’être mon papa.
    Je sais aujourd’hui qui je suis et je fais de mon mieux pour être quelqu’un de bien au quotidien. Je suis bienveillante et gentille sous ma carapace de dragon… Il est juste difficile de baisser la garde…
    Une seule chose me reste impossible aujourd’hui, c’est travailler. Déjà parce que mon corps ne me le permet pas (j’ai une polyarthrite) mais aussi parce que l’autorité m’est trop douloureuse. Je ne supporte aucun ordre, aucune forme de domination et il m’est impossible de me soumettre à quoi que ce soit.
    J’ai un rapport aux autres très difficile. Je suis hypersensible et qu’on puisse me reprocher d’être ce que je suis est impensable. J’en ai une peur profonde.
    Quelle que soit la liberté que j’ai réussi à acquérir en faisant rupture avec lui, je sais que je reste sa fille, brisée, et que je devrais toujours composer avec les failles qu’il a creusées.
    A ceux qui nous parlent encore de choix, quel était le mien ?
    Ne vous avisez pas d’incriminer ma mère qui est celle qui a été le plus ravagée par cet homme. Il a fallu qu’elle se reconstruise, à 60 ans, et qu’elle prenne en pleine tête la réalité qu’il lui avait minutieusement cachée depuis la moitié de sa vie.
    La violence sexuelle qu’a subit ses enfants, c’est 4 ans après son divorce qu’elle en a eu connaissance… et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres… Les cris de douleur de ma mère, au téléphone, quand elle a entendu mon récit… Est-ce une punition suffisante pour elle vous croyez ?

  233. Tout-à-fait d’accord; ma fille a subi ce calvaire et même séparés, une petite fille à la clé, la manipulation continue ou s’efforce de continuer; mais ma fille est forte et soutenue, elle ne se laisse plus abuser ou beaucoup moins. Mais il faut savoir que les PN ne lâchent jamais leur(s) proie(s)!!!

  234. je mettrais des nuances à ce que vous dîtes. Tout le monde peut à un moment ou un autre
    manipuler, cela ne fait pas de vous un manipulateur pour autant. Ce que je crois c’est que toutes les personnes atteintes de maladie psychique manipulent plus ou moins. Le pervers Narcissique comme vous le dîtes tres bien manipule à tout moment.
    Comme vous je remercie les auteurs de cette vidéo. Je pense que le harcèlement moral est un
    fléau en expansion et qu’il demeure encore un sujet tabou en France. Dans le cadre d’un divorce le parent toxique obtient tout ce qu’il veut. il serait temps que les juges se forment sur
    le sujet.

    Sachez qu’il y a aussi des hommes victimes de femmes manipulatrices même si le pourcentage reste inferieur.

    Comme vous je trouve cela un excellent travail de vulgarisation.

  235. Un PN ne peut pas s’identifier comme tel. Tu n’es donc pas PN. Tu as peut-être des comportements déplacés, une tendance à tout vouloir contrôler donc forcément certains points communs avec l’attitude de Fred dans le spot mais ça s’arrête là. Ceci dit, il y a certainement un travail de remise en cause et de changement à opérer, c’est déjà une belle avancée de ta part.

  236. BRAVO et encore BRAVO …..pour cette prise de conscience var les PN ne se reconnaise pas comme tel bien au contraire ce sont les autres qui sont malades …..ce serait trop difficile pour eux de le reconnaître car en fait ce sont des hommes /femmes fragiles qui manquent totalement de confiance en eux et pour se sortir la tête de l’ eau il faut qu’ ils coulent la tête du conjoint….

  237. J’ai du caractère, beaucoup, et personne autour de moi n’a pu croire que moi, je puisse être assez faible pour me faire manipuler pendant des années. Donc personne ne m’a aidé. Oui le harcèlement moral dans le couple existe. Non la victime n’en n’est pas responsable et oui, même avec beaucoup de force il faut s’accrocher pour décrocher d’un tel conjoint!

  238. Certaines n’ont une fois de plus rien compris… Il ne s’agit pas ici de montrer exactement ce que certain(e)s ont vécu, mais d’éveiller les consciences. Donc aucun intérêt de montrer un truc déjà trop subtile pour qu’on le remarque quand des proches le vivent. Le spot nous montre un schéma un peu grossier, mais c’est le principe du schéma. Et puis, pour être réaliste, faudrait qu’il dure quatorze heures et pas quatorze minutes 🙂

  239. De mon côté je vis ça au quotidien. J’essaie de le combattre, trouvant de la ressource grâce à mes enfants. Je lui fais remarquer ces comportements qui dérivent. Sa méchanceté, sa façon de tout vouloir à la perfection (Sa perfection) de notre part (moi sa femme, et nos petits bouts). Parfois il comprend et se corrige, essaie de reformuler ses paroles avec un sourire (car oui, rien que ça permet de mieux communiquer). Les enfants et moi on apprend à accepter ses désirs et à en faire « les nôtres ». Se soumet-on ? Peut-être que oui et parce qu’il n’a pas franchit certaines limites et qu’on préfère ça pour être bien.
    D’autres fois il prend très mal que je lui fasse remarquer qu’il est « grognon » (dixit les enfants) et que chacune de ses paroles sont pleines de sous-entendus blessants et qu’il faut qu’il arrête de s’étonner si je suis stressée, énervée, dépassée, incapable de vivre comme je le voudrais avec l’option de correspondre à ce qui éviterait une remarque perfide.
    Bref, dur mais on survit. On a de bons moments aussi. Ouf.

  240. je viens de laisser un commentaire, j’ai vingt ans de plus que toi, si tu ne construis pas ta propre vie, il aura encore gagné, ne lui fais pas ce plaisir, de toute façon, pour lui, il ne s’est rien passé, tout est de votre faute, ce n’est pas facile, je sais, mais vous avez eu le courage de vous en aller, même tard, çà c’est déjà gagné, pour vous, il faut le voir comme une victoire, peut-être que le faire avant n’était pas possible, on ne peut pas « rembobiner la cassette » (oui, je sais, çà fait un peu vieillot), mais là, çà continue à tourner et vous avez la maîtrise de ce qui va se passer, mettez le plus de distance entre lui et vous, physique et morale, on ne peut pas oublier, mais ce qui va venir est à vous et rien qu’à vous…
    comment il dit , l’autre, Yes, you can! 😉

  241. c’est dommage que le message soit parasité pour une aggravation systématique des scénettes … La violence peut être bien présente et dommageable sans atteindre ces stéréotypes. Belle initiative … notons, elle existe également dans l’autre sens.

  242. Il est vrai que ce spot ne montre pas toutes les facettes du pervers narcissique, ces personnes sont souvent intelligentes et tellement habiles que l’entourage met des années avant de s’en apercevoir, même la victime met du temps avant de se rendre compte que ce n’est pas de sa faute à elle, ils détruisent tout autour d’eux, famille, conjoint, amitiés; ma mère, on ne l’a pas crue pendant longtemps quand elle osait timidement évoquer son vécu: « il est tellement sympa, ton mari, tu es sûre que tu n’exagères pas un peu? » , même si on le lui répondait pas clairement çà, c’était sous-entendu, il a fallu que moi, l’enfant unique conçue pour la déco (pour lui), je commence à dire la même chose à l’adolescence pour que les yeux autour de nous se déssillent ,mais c’était déjà trop tard… Ajoutez à çà le fait que j’ai été victime de tentative d’inceste de l’âge de 12 ans jusqu’à mes 18 ans où j’ai pu le menacer de le dénoncer sans risques… Et ce n’est qu’un petit échantillon de ce que nous avons subi.
    Le seul moyen que ma mère ait trouvé pour s’échapper de tout çà est le cancer, qui l’a emportée au bout de vingt ans de lutte, car elle ne voulait pas nous quitter, moi et ma petite famille…
    Si je m’en suis sortie et que j’ai refusé de me laisser détruire moi aussi, c’est grâce à l’amour de ma mère, qui m’a désirée au delà du raisonnable et donné les moyens de me construire
    « Si tu réussis ta vie, je n’aurai pas tout à fait raté la mienne »
    Sacré cahier des charges! j’aime à penser que je m’en suis plutôt bien sortie, elle me manque cruellement chaque jour de ma vie, j’ai la chance d’être merveilleusement bien accompagnée …
    J’ai comme un caillou dans ma chaussure, qui me gêne, que je ne peux pas enlever, mais à qui je ne donne pas les moyens de m’empêcher d’avancer!
    On a voulu se protéger l’une l’autre avec ma mère sans en parler, si on s’était tout dit, elle aurait trouvé la force de le quitter et elle serait avec ses petits-enfants aujourd’hui…
    Alors, si vous vivez dans ce cauchemar, parlez-en, maintenant, il y a des associations et des aides pour en sortir, trouvez les moyens de vous tirer, ne vous laissez pas détruire…

  243. C’est justement le problème de cette vidéo. Elle amène une question, mais ne t’aidera pas à reconnaitre un pervers narcissique un peu plus doué que celui de la vidéo. Parce que justement, c’est pervers, ça ne se voit pas. C’est narcissique, c’est donc dans l’image, et pour le regard extérieur, il n’y a qu’une image. Et même pour la victime, l’image prend le dessus. Si tout a l’air bien, comment détecter le mal. Détecter une personnalité « pervers narcissique », c’est un travail sur le long terme, qui malheureusement ne pourra pas sauver la victime de toute séquelle.

  244. « pervers narcissique » n’est pas une expression en vogue, mais un terme psychologique bien précis, identifié dpeuis plusieurs décennies. Cette vidéo dénonce effectivement le comportement violent, manipulateur et abusif dans le couple, mais ça ne fait qu’effleurer la réalité, très difficile à mettre en images à mon avis, d’une personnalité tendant à la perversion narcissique.

    COCHET a tout à fait raison dans ce qu’il pointe la réalité beaucoup plus insidieuse du (/de la) pervers narcissique intelligent (il y a aussi des PN con(ne)s qui sont clairement identifiables comme des salopard(e)s ).

    A mon avis, associer cette vidéo directement au terme « pervers narcissique » est une erreur à plusieurs niveaux :
    – c’est bien de mentionner le problème en particulier, longtemps sous-évalué, mais c’est une catégorisation dangereuse. On a tous un niveau plus ou moins élevé de narcissisme et de perversion. Un pervers narcissique dangereux, ça peut être plus, mais aussi moins que cette vidéo.

    – ça donne une image simplifiée du problème, et donc si les signes assez évidents dans la vidéo ne se voient pas aussi clairement en vrai (le poing sur la table, etc), on va avoir tendance à penser qu’il n’y a pas de raison de s’inquiéter.

    – comme mentionné plus haut, il y a des perverses narcissiques, tout aussi dangereuses que leurs homonymes masculins, peut-être plus, justement à cause de cette association stupide au masculin, qui donc les rendrait moins soupçonnables.

    Après, dans le positif, il y a des comportements tout à fait caractéristiques dans la vidéo. Beaucoup de gens ne soupçonnent même pas la possibilité de tels individus avant d’en constater l’évidence (ou de la nier, malheureusement). En cela, cette vidéo est louable, elle pose un vrai problème.

  245. les hommes aussi en sont victimes… Après 26 ans de vie commune, Je suis enfin parti de puis Août, mais je vis encore un vrai calvaire. je me sent sali, violé. je me suis retrouvé anorexique, malade ; une dernière crise m’a fait perdre 26 kg en 35 jours, ce qui m’a conduit à l’hôpital.Elle continue tout de même ses manipulations et ses humiliations insidieuses et j’ai l’impression que tout le monde s’en fout. Comment cela? Un homme victime d’un PN! Impossible…Depuis que je suis parti, mes filles craquent complétement. Je les récupère en pleurs tout les 15 jours. Comment peut on faire comprendre aux autres ce que l’on vit quotidiennement. Tous les trois nous n’osons même plus lui parler à elle ou à ses parents. J’essaye de me reconstruire, mais je suis vidé, isolé, sans travail à 47 ans en France. J’ai l’impression que ce n’est pas moi et que je me réveille d’un cauchemar. J’ai honte de moi, j’ai honte de ma faiblesse, j’ai honte de mon aveuglement. Je l’aimais d’un amour inconditionnel et je l’aime encore. Et pourtant à ses yeux je me rend bien compte que je ne suis qu’un objet, un jouet. entre ses mains.

  246. En France, une femme meure tous les trois jours sous les coups de son partenaire, alors avec votre raisonnement il doit y avoir beaucoup de barbu islamiste dans notre pays. Un peu de bon sens, il faut parfois nettoyer devant sa propre porte mais c’est évidemment un travail plus difficile.

  247. c’est le fait d’être enceinte qui m’a poussée à fuir… pour protéger notre enfant à venir…

  248. je suis d’accord avec vous deux. personnages un peu trop caricaturaux, mais ce spot existe, j’en suis très heureuse, il aidera beaucoup de victimes, j’en suis sûre. il est très difficile de comprendre que nous sommes victimes et non coupables, très difficile d’en sortir, et très difficile ensuite de se reconstruire… eh oui, j’étais forte, joyeuse, avec du caractère. ça fait 6 ans que j’ai réussi à me sortir de cette situation… ça n’empêche que j’ai dû arrêter de regarder ce spot au bout de 4 mn tellement j’avais envie de vomir. il est difficile de se reconstruire, surtout que la majorité des gens ne savent pas, ne comprennent pas, ne veulent pas savoir, ne veulent pas voir. et je continue à passer pour bourreau aux yeux de certains, eh oui, j’ai quitté le père de mon bébé… j’ai détruit la famille à peine créée… merci pour ce spot… il m’a beaucoup remué, j’ai beaucoup pleuré, mais j’ai finalement réussi à le regarder jusqu’au bout. il marque pour moi une étape. et je veux que les victimes s’en sortent! qu’elles comprennent leur situation, que leurs amis comprennent et les aident, qu’elles aient la force de s’en sortir… et ce spot pourra aider à tout cela, alors juste merci.

  249. Oui completement d accord ! J ai vecu 9 ans avec UNE Perverse Narcissique et là c est encore plus subtile que le spot, c est encore plus vicieu car la manipulation d une femme sur un homme est insoupçonnable, pas croyable pour les proches et l entourage, beaucoup plus facile a exercer sur sa victime, puisque celle ci est la representation permanente de celui qui est fort, qui est costaud, qui est inébranlable et celui qui represente le boureau dans 90% des cas de violence… d ailleur les PN femmes l on bien compris, et ce servent de ca pour faire croire aux autres , en societe qu elle est la pauvre petite victime dans son couple alors que la manipulatrice hors paire, celle qui contrôle tout et qui ne supporte pas que l’on fasse ou pense différemment c est ELLE.
    Bref si un jour vous decidez de faire un spot dans la situation inverse, si vous avez besoin d’info j ai de quoi raconter, j ai etait dans cette relation pendant 9ans, ca m a petit a petit detruit, eteint jusqu a la grosse depression avoir de reels envie de suicide !
    Bref un procesus lent mais mortel !
    Mais ce que je veux dire a ceux qui vivent ca c est qu on peut s en sortir très bien et etre super epanoui des qu on se sort de la !! C est comme une nouvelle vie qui commence, c est super exitant car on se sent super bien, tout est a nouveau possible et la vie devient fabuleuse ! Suite a ma separation d avec la PN (il y a 3 ans) j ai decide de realiser mon reve de travailler dans la musique.
    Aujourd’hui je suis chanteur, musicien et je me sens libre et heureux, comblé par mes rencontres, ma nouvelle compagne, mes nouveaux amis, ma relation a mes parents……enfin voilà tout ca pour dire qu on peut s en sortir et qu il ne faut pas perdre de temps ,des qu on a repéré qu on vit avec un ou une PN on doit se barrer immédiatement !!!!! La clé pour ca , et moi ca m a beaucoup aidé, le travail sur soi version PNL, dans la reconquête de ses reves, ses envies, ses projets de l estime de soi, de la confiance en soi….
    Bon j arrête sinon je vais me mettre en retard…
    Si parmis les gens qui vont voir ce spot il y a des mecs qui vivent ca, ne restez pas seul! Ne croyez pas que vous etes une mauviete ou quoi que ce soit… j ai vecu ca et je n ai pas honte de le dire et surtout de dire que je m en suit sorti et que maintenant je mene une vie super epanoui, dans mon travail, mes relations et surtout , avec ma nouvelle compagne qui est quelqu’un d extraordinaire !
    Alors n hesitez pas a me contacter via mail; si vous voulez sortir de cette emprise, je me ferais un plaisir de vous donner les clés qui m ont permis de retrouver la vie que je me suis toujours imaginé et l harmonie dans mon nouveau couple auquel je ne croyais plus !!
    Vous n êtes pas seul !!
    Believe !

  250. oui car nous parlons que des femmes battues ET les hommes qui c trouvent dans cette situation ?????????????????

  251. Mon ex (alcoolique de surcroît) combinait les coups (pas tous les jours, une ou deux séances par an) et la manipulation caractéristique des pn. Mais uniquement avec moi, jusqu’au moment où j’ai eu sous les yeux des articles et des livres d’Isabelle Azare-Nagua sur les manipulateurs. A ce moment-là, j’ai commencé à contre-manipuler et son emprise n’était plus aussi complète. Du coup, il a commencé à s’en prendre aux enfants, et c’est là que j’ai divorcé. Après une période d’intense soulagement (on revit, en effet 🙂 et heureusement on retrouve des amis perdus de vue depuis plus de 19 ans), il a fallu faire face aux séquelles : méfiance vis à vis des gens en général, réactions agressives vis à vis de ceux que je percevais comme manipulateurs (on y est beaucoup plus sensibles une fois qu’on y est passé), difficultés à établir une relation avec un partenaire…
    Il m’a fallu 7 ans pour surmonter tout cela,et actuellement je vis une belle relation avec un monsieur dont l’ex se révèle aussi pn. et qui a beaucoup souffert durant ses 23 années de mariage. Après la période de soulagement qui a suivi le départ de son épouse (ben oui, il était tellement nul et puis un homme dépressif, ça ne se laisse plus faire comme un homme en pleine forme…), il voit actuellement souffrir ses deux filles, auxquelles elle s’attaque en espérant obtenir de plus en plus d’avantages pécuniers….

  252. J ai vécu avec un Pervers Narcissique pendant 25 années , toutes ces années sans comprendre pourquoi j’ étais traitée ainsi , plus de respect , pas de reconnaissance , des humiliations , des mensonges , des infidèlités….. que des comportements sournois , malhonnêtes …. je me demandais tout le temps si je n’ étais pas folle , cela devait être normal c’est moi qui m’ imaginait , c’est moi quidevait être malade ….car c’est ce qu’il me disait , que j’ étais laide , inutile , sans caractère , …..à petits feux il me tenait sous son emprise , m’ écartait des autres pour mieux me harceler . Affable et très agréable à l’ extérieur , il devenait râleur ,menteur, et humiliant à la maison , que des reproches , aucune vie de famille , sa vie était dehors , tout était bon pour fuir la maison , voyages d’affaires , sorties professionnelles ou amicales ….les infidélités étaient nombreuses mais toujours discrètes ….et puis un jour , une fois bien détruite ….avec l’ aide d’ un autre homme , d’ un psychologie , d’ un avocat …..j’ ai pu mettre un nom sur ces comportements déviants ….et je suis partie ……il y a dix ans .Aujourd’ hui encore je suis en procédure avec lui pour récupérer ce qui m’ appartient ….il continue à me gâcher la vie ou celles de mes enfants , j’ ai du quitter ma région pour m’ installer à 300kms ….
    Je sais qu’ il sera toujours là car il veut me TUER financièrement , son projet ….ne pas me laisser vivre en paix …. Difficile de s’en sortir et pourtant aujourd’ hui j’ai refait ma vie , maiul il me semble qu’ il; plane constemment au dessus de la mienne pour me punir , me détruire encore et toujours…. Sutout s’ éloigner , partir et se re-construire ….pour cela il faut du temps , beaucoup de temps.

  253. Monsieur, votre commentaire est absolument hors sujet et alimente la haine et le communautarisme. Nous parlons d’un sujet grave qui apparemment vous est inconnu vu la légèreté avec laquelle vous prenez la chose. Ici témoignent des gens qui souffrent ou ont souffert et essayent tant bien que mal de retrouver un peu d’estime d’eux même.

    S’il vous sied de diffuser des réflexions et commentaires vomitifs, je peux vous indiquer de nombreux sites où vous pourrez vous adonner à cette activité avec des personnes qui partagent votre intérêt pour la stigmatisation des minorités religieuses et ethniques.

  254. Ouais, c’est un peu pénible de voir que les violences conjugales sont SYSTÉMATIQUEMENT représentées à sens unique et toujours du fait de l’homme. La visibilité du phénomène inverse dans les médias est quasi-nulle. De même pour les viols.

  255. C’est aussi la reflexion que je me suis faite; pour moi un pervers narcissique n’a rien de violent verbalement. Il/Elle n’intimide pas forcément mais manipule habilement, en jouant sur les émotions (la culpabilité, le remord, l’empathie) afin de ramener constamment sa ‘proie’ à lui. Il/elle ne supporte pas l’idée qu’elle puisse s’éloigner de lui et qu’elle puisse se consacrer à autrechose qu’à servir ses propres intérêts. Il s’établit une sorte de dépendance émotionelle atrophisante pour la ‘proie’ envers le P.N dans laquelle elle s’oublie, oublie son identité et ne vit qu’en fonction de lui. Il n’y a pas de harcèlement, ou intimidation à propre parler.

  256. C’est un grave pb aujourd’hui! il existe un avocat parisien spécialisé là dedans qui a écrit un livre d’ailleurs sur le harcèlement moral et les pervers narcissiques et qui est très connu dans sa profession pour ça! c’est Me HINCKER. il a déjà défendu une des amies!
    si ça peut aider certaines! il a trois cabinets en France Paris Marseille et Strasbourg et prends toutes affaires de toutes villes…

  257. Je suis assez d’accord, mais ce spot a au moins le mérite d’exister. Pour ma part j’ai eu l’impression de devenir plus effacée au cours de ma relation avec un PN.
    Je regrette qu’on ne voit que ce qui se passe au bout de cinq ans, alors que le « poison » s’inflitre insidieusement dans la relation.

  258. Je pense qu’un couple sur huit n’est pas si loin de la réalité. Depuis que j’ai quitté un connard de ce type je me rends compte qu’il y a aussi plein de couple qui fonctionnent bien ou mal, mais sans cette emprise malsaine

  259. si cela peut vous soulager d’en parler d’avantage, n’hésitez pas… je peux vous transmettre mon email si besoin.

  260. larafalette :il faut que cette video parcoure tous les continents ça aidera peut etre certaines personnes à sortir de leur mal- etre ,Et de les réconfortées en sachant quelles ne sont pas seules ,qu’en se révoltant elles arriveront à se libérer de leur bourreau.

  261. Je suis aussi d’accord…. 11 ans de perdus avec un PN… 3 ans de lune de miel + 5 ans de violences physiques, de brimades psychologiques, d’exclusion sociale + 3 ans pour tourner la page… Un PN brille quand il y a un PUBLIC et ne montre jamais ( contrairement à Fred) sa violence, son fond cruel, très axé sur le chantage affectif ou son aptitude à brouiller en PRIVE les esprits de sa/son partenaire en finissant par le convaincre que tout cela est de sa faute. Le clip aurait pu montré cela….
    De même, souvent les PN choisissent des partenaires à fortes personnalités ( contrairement à Marie très effacée) pour justifier leur ras le bol de leur partenaire auprès de leur public si jamais ils sont pris en défaut; et c’est ainsi que tout le monde se détourne de vous… On ne vous reconnait plus vous et votre grande gueule habituelle, on croit que vous exagérez, que vous voyez le mal où il n’est pas, pire que vous victimisez pour vous rendre intéressant(e)

  262. j’ai vecu la meme situation que vous ni mariee ni pacseé 3 enfants, pendant 20 ans a la difference que je n’ai pas accepté de lui laisser la maison a lui seul, il est parti un jour me laisant seule avec les enfants, il a vide les comptes en banque celui des enfants compris et nous a laissé dans une misère totale. il a ensuite engagé une action pour me prendre la part de la maison, mais vu que pour justifier cela il a fait de faux papiers et que je l’ai dénoncé il a pris peur et a laissé tomber, le probleme c’est que n’étant pas mariée je n’avais aucun droit et je n’ai rien pu engager contre lui pour abandon de famille, pour l’argent qu’il a pris
    ou pension alimentaire pour moi, un conseil avant que la séparation intervienne pacsez vous au moins, sinon vous vous retrouverez completement demunie

  263. Merci à l’association de dénoncer cette violence qui est méconnue. Quand (et si) on ose enfin en parler, les gens ne comprennent pas car elle ne laisse aucune trace physique évidente. elle peut être tellement subtile… c’est donc très dur à expliquer.
    le spot est un peu trop caricaturale mais au moins il fait réagir et pour ça je dis bravo!

  264. Non mais… Pourquoi Marie ne réagit-elle pas ?? Pourquoi Marie accepte de vivre avec cet homme ??? Je ne comprends qu’on vive la vie d’un autre…. On a toujours le choix dans la vie… Et changer de vie, oui c’est possible pour atteindre notre bonheur et ne pas se laisser diminuer, anéantir, perdre confiance en soi… Personne ne doit être l’ombre de l’autre… Être soi-même et être aimée telle quelle.. Voilà la vraie vie en couple. On a pas à subir l’humiliation, la dictature emmitouflée dans de belles paroles. C’est pas ça l’amour .

  265. Le divorce était la seule solution, ne retombée pas dans ces griffes, et pour vos enfants penser qu’il peu aussi leurs faire du mal comme à vous, mettez les en gardes, ces difficile car empêcher vos enfants de voir leurs père ne serait pas une bonne chose mais faites vous aider par des professionnels qui viennent en aide au famille, il existe plusieurs associations, renseignez vous dans votre ville ou région.

  266. J’ai connue ça! Quittez le et coupez complètement les ponts, il y a pas d’autres solutions, il ne changera pas. Une fois loin de lui et remise de votre chagrin d’amour vous renaitrez par vous même! Courage, c’est pr votre vie que je dit ça, il vous la vole complètement et vole aussi votre fort intérieur, votre estime de sois… Ne passé pas à coté de votre vie!

  267. moi j’aimerais bien qu’on aborde se genre de sujet en placant l’homme en victime car contrairement a se que l’on pense beaucoup d’homme sont dans le cas de marie et ca pourrais etre une maniere d’aborde le probleme differaemment aussi fin je pense e ntout cas se spot est EXELLENT et doit etre soutenus tout comme l’action qui va avec ! 🙂

  268. Je suis sortie il y a quelques mois d’une relation de presque six ans avec un pervers narcissique… Il a fallu que j’entreprenne une thérapie psychologique (pour d’autres raisons) pour réaliser à quel point cette relation était noçive et malsaise et couper les ponts pour de bon. Cependant même si je suis partie, les séquelles restent. Je réalise que ça va me prendre du temps pour me reconstruire. Je suis contente que l’information circule à ce sujet et cependant je partage l’avis de plusieurs des personnes qui ont laissé des commentaires sur le vidéo: les pervers narcissiques s’y prennent souvent de manière beaucoup plus sournoise que ce qu’on voit dans le film, ce n’est pas toujours évident à appercevoir… et c’est pourquoi ça fait autant de mal. Comme j’ai dis plus haut, il a fallu que je me sorte de la relation pour réaliser ce qui s’était réellement passé et l’ampleur des dégâts que cela avait causé. Mieux vaut tard que jamais et je ne souhaite pas ça à personne. Bravo pour l’initiative.

  269. Je suis complètement d’accord avec vous.
    Ce clip est une très bonne initiative mais je pense comme certains que ce n’est pas exactement la vérité, enfin ma vérité. Mon ex est un PN et les mots étaient beaucoup plus violents que ceux là. Bien sûr, rien ne se passait devant les amis, qui le trouvaient (et le trouvent toujours) génial. C’était moi la méchante. Jusqu’au jour où la méchante a perdu deux dents parce que le gentil PN lui a mit un coup de boule. Parce que les PN peuvent être violent physiquement aussi.
    Il y a en ce moment une campagne publicitaire en France contre les violences conjugales pour inciter les femmes à en parler. Que des faux-culs. J’ai porté plainte après, ça fait plus d’un an et demi. Et qu’est-ce qu’a fait la justice? Beh rien bien évidemment.
    Enfin, il est quand même bien de permettre de faire voir que des personnes comme ça existent.

  270. Je suis tombee sur ce spot apres avoir eu une enième dispute avec mon petit ami PN avec qui je suis depuis 5ans
    J’ai encore vécu aujourd’hui une scene semblable a celle de la robe ainsi que de l’ami sur facebook que l’on accepte..
    C’est en regardant ce spot que je me reveille et que j’arrive a me dire  » mais c’est lui le fou! »
    Helas il revient tj avec ses mots doux pour après m’achever encore plus..
    J’ai souvent essayé de couper les ponts avec lui mais sa force de controle sur moi est tellement forte que je retombe dans le piege..
    Souvent je prends conscience de la situation et rentre chez moi determinée à le supprimer de ma vie mais il arrive a me faire croire que c’est moi la folle et me détruit psycologiquement
    Je me renferme,je cache la réalité à mes amis,ma famille ne sait plus quoi faire et j’ai perdu la confiance de ceux qui m’entourent.. Je leur promets que je vais le quitter et retombe tj dans ses filets..
    Je me sens prisonniere,je ne sors plus avec mes amis,je trouve tj une excuse..je ne cherche mm pas a lui demander la permission car je connais sa réponse. Il me dira « vas y,mais tu peux etre sure que entre toi et moi c’est fini pcq tu n’est qu’une trainée qui sort avec ses copines pour rencontrer des mecs.. » Ce qui est totalement faux..
    Harcelement par telephone au boulot,paranoia totale avec mes collegues,menaces…
    Je ne supporte plus..j’ai 24 ans et j’ai perdu les plus belles années de ma vie..
    Je me promets tt les jours que je vais en finir..esperons que demain ce soit la bonne..
    En tout cas bravo à celles qui ont reussi a franchir le pas..

  271. C’est à la fois amusant et terrifiant de constater que la violence n’est pas une question de taille de sexe et de muscle. j’ai vécu exactement la même chose, à l’envers. me couper de mes amis, me faire gentillement humilier en publique, ne jamais être à la hauteur, ne jamais bien faire. Mes amis (les rare fois ou je les voyais encore) m’ont aider à partir, et m’ont aider à en sortir. J’ai réussi à la quitter après des chantage au suicide, des crises de nerfs, et des tonneaux d’insultes et même des coups. du jour ou j’ai retrouvé ma liberté, j’ai changé de couleur, jai perdu du poids, et j’ai plus eu de pellicules (détail ô combien important).
    se retrouver dans une spirale de fascination culpabilité tout en se faisant humilier, contrôller est une chose que je ne souhaite à personne. Fuyez avant de vous perdre.

  272. Il n’y a qu’une solution : fuir !!! avec le soutien d’un bon thérapeute et les conseils d’un bon avocat….ne vous laissez pas manipuler par vos peurs, vous travaillez, vous perdrez sans doute une grande partie de votre confort matériel, mais vous gagnerez votre liberté et votre estime de vous-même…
    J’ai le même âge que vous, c’est ce que j’ai fait, j’ai traversé le chaos, la violence de la rupture mais je revis enfin …
    Cet homme ne vous aime pas, ses problèmes lui appartiennent, occupez vous de vous et de vos enfants, commencez à porter votre regard ailleurs, vers le bonheur possible…
    Chaleureusement

  273. En effet, votre réflexion semble pertinente Mélissa.
    La religion n’a rien à voir là dedans et cette violence est atroce, très courante et souvent passée sous silence

  274. Bonjour,
    Je viens de quitter un PN. Ce n’était pas mon mari ni le père de mes enfants et c’est grâce à ma connaissance et surtout mes recherches en la matière que j’ai trouvé comment m’en sortir.
    Que vous dire ? Que vous quitterez votre compagnon lorsque vous serez prête. Vous pensez certainement l’aimer comme je le pensais mais comme m’a dit un psychiatre rencontré auparavant : « Madame, on peux aimer, on est pas obligé d’être con ». Je pense que c’est cette phrase qui a déclenché (il a fallu deux ans…) ma volonté de ne plus jamais accepté l’innacceptable. Vous seule êtes capable de le quitter. C’est à vous de vous faire aider et j’espère que vous trouverez un thérapeute qui saura vous dire la petite phrase qui vous fera dire : ok, c’est bon, je ne dois plus supporter ce qu’il me fait subir, je ne mérite pas ça. Personne ne mérite cela.
    Je vous donne mon adresse mail si vous souhaitez correspondre et en parler : thermomix59@laposte.net
    Dans tous les cas, je vous souhaite bon courage.

  275. Lire la perversion morale au quotidien de Marie Hélène Hirrigoyen. Et se rendre compte que non, je ne suis pas folle.
    Mais sous influence totale au mépris de ma propre personnalité.
    Ça a duré 16 ans sur 24 ans de vie commune. Autant pour me relever .

  276. Je crois que toutes les femmes ayant été victime de PN (dont moi) seront d’accord pour dire que cette vidéo est très réaliste.
    Je suis en fait assez étonnée de constater à quel point les gens s’imagine les choses différemment.

  277. oui nan il faut croire que c’est l’apanage de hommes : décidément on frappe en majorité nos enfants , on traite les femmes comme des objets .. mais c’est moi ou les mecs sont des sales types ? on pourrais essayer d’arrêter l’antagonisme sexuelle stérile .. et envisager que l’homme aussi peut être une victime de ce genre de comportement … mais ça j’imagine que dans un monde ou on est tous des salauds c’est un doux rêve 😉

  278. Putain phanochon, c est fascinant ce que tu racontes, serieux, c est dingue d en arriver la. Moi meme je me considerais comme une femme intelligente, a qui on ne la fait pas…et ben non on me l’a faite, et bien profond, et c est toujours pas fini parce que je suis amoureuse comme une folle de ce connard sans lequel je n arrive plus a respirer et auprès duquel je m arrive pas a me revolter !…c est a devenir dingue !!!!!!!!! comment ils font ces mecs pour nous aliéner avec un regard, un geste ??? c est de la magie noire ??? de l’hypnose ?? ou peut etre que finalement je suis juste une femme conne et faible ? masochiste ? Ca fait 3 mois que je l ai quitte mais je ne pense qu a lui…j en peux plus….courage !

  279. Je suis d’accord avec vous.Je pense être quelqu’un de battante,avec du caractère (pas dans le mauvais sens du terme plutôt dans le sens qui sait ce que je veux et qui je me laisse pas marcher sur les pieds).Et pourtant…..J’en ai été victime….

  280. Je ne comprends pas pourquoi je lis: Avec « Fred et Marie », la Belgique francophone est pionnière dans le genre. « Nous sommes les premiers à avoir abordé la violence psychologique, souligne Alexandra Adriaenssens. On avait regardé ce qui se faisait déjà, dans d’autres pays, histoire de ne pas réinventer la poudre. C’est là qu’on a constaté qu’en matière de lutte contre la violence conjugale, les autres n’abordaient que les coups. »

    J’imagine que ce qu’on veut dire, c’est que la Belgique est pionnière dans ce genre de pub documentaire et pas dans la lutte contre la violence autre que physique. Il est vrai que ce genre de sujet est plus difficile à « démontrer » que des coups. Il reste quand même que plusieurs autres pays connaissent les différents niveaux de violence, surtout qu’en cas de violence physique, elle a souvent été précédée de psychologique. Au Québec, il y a déjà longtemps que nous traitons ce sujet.

  281. Moi j ai envie de t écouter, jany…, tu écris tellement bien!!! …Tu devrais les vomir dans un roman tes tripes, je veux les lire !!!

  282. +1, où sont les autres versions… (victime ado, enfant, personne agée, collaborateur ou simplement le partenaire du couple cette fois ci)… Si cette vidéo mérite un bravo j’émettrais toutefois l’hypothèse du bémol dans l’attente de(s) suite(s)… ici, pour l’instant, une seule vision … la plus évidente ?

  283. Avez-vous un barbu islamiste ici? Il ne s’agit pas du tout de ça. Des pervers narcissiques, il y en a partout, de toutes les races, de tous les âges, de tous les niveaux sociaux, de toute instruction. Alors, tâchez de vous servir de cette espèce de soi-disant intelligence que tous les humains possèdent entre leurs 2 oreilles!

  284. J’allais écrire le même post que vous…mais tout est dit! La violence du pervers narcissique est souvent bien plus subtile…

  285. C’est exactement ça Koskas !

    Ces personnes sont des habiles comédiens, capable de se montrer merveilleux en société et vous faire vivre un enfer dans l’intimité. J’ai réussi à m’en sortir, après deux ans de séparation, pendant lesquels il a continué à me faire vivre un enfer, à entretenir ce lien destructeur par tous les moyens. J’étais vidée de moi-même.

    Je ne me considère pas comme quelqu’un de stupide ou nulle mais à côté de cette personne, je ne savais plus qui j’étais, plus ce que je voulais. Et l’autre était tel un Dieu, un gourou. Et moi, une sous-m****. J’étais la fautive dans toutes les situations inhérentes au couple.

    L’entourage a du mal à se rendre compte de ce qui se passe puisque cette personne semble être le conjoint idéal, rieur, attentionné. Et on finit par nous accuser de ne pas quitter cette personne. Si on s’est fait traiter de la sorte, c’est qu’au fond, on l’a voulu, sinon on serait partie. On s’en veut encore plus, on s’auto-culpabilise, c’est la spirale infernale.

    C’est déjà un début de sensibiliser le public mais il y a du travail. Je suppose que les femmes battues sont dans des situations similaires, avec la violence physique en plus. Partir, c’est dur, on est dominé.

    Bref, fuyez !! Vous valez mieux que ça !

  286. Il faut aussi faire attention aux généralisations. Les comportements pervers-narcissiques font parties de l’éventail normal des comportements de TOUS les êtres humains. Comme l’anxiété, l’hypervigilance, la dépression etc. Par contre, chez les pervers-narcissiques ces comportements sont sur-investis et généralisés.

    Avec la démocratisation des connaissances psychologiques (ce qui est une bonne chose) on se met à voir des pathologies partout. Plusieurs personnes qui vivent des conflits normaux en viennent vite à affubler leur « ex » de tous les maux de la terre, tout comme il est aussi normal d’avoir des phases de régressions et d’affaissement de nos ressources adaptatives.

    Un pervers-narcissiques l’est toujours, en tout moment, c’est sa façon usuelle de fonctionner. Ce qui semble être le cas de Fred dans la vidéo. Le pervers-narcissique agit de cette façon, ou similaire, avec tous, sauf ceux qu’il place en estime, qu’il idéalise.

    Excellente vidéo, excellent travail de vulgarisation.

    Merci

  287. Ce soir je regarde ce clip, je lis vos commentaires, je suis en larmes. Frappée par 3 fois ce sont ses mots qui ont brisés ma vie. Je réalise que je ne suis pas guérie malgré séparation et distance. En même temps avec un enfant en commun c’est difficile, que je suis heureuse d’avoir obtenu la garde de notre enfant que je ne veux pas voir manipulé. En réponse à certains commentaires, je me revois, je le revois mais c’était tellement plus subtile et jamais en présence d’autrui. Face aux autres il se faisait passé pour la victime, il savait me déstabiliser, me pousser à bout et moi j’étais la vilaine. Même séparés il était horrible, il avait toujours raison, je n’en pouvais plus et notre enfant pleurait en disant  » papa t’es méchant avec maman, arrête papa ! » Et les nuits, notre enfant hurlait dans son sommeil  » Papa arrête ! » Les gosses c’est pas comme les adultes, ils voient tout eux ! Ce n’était pas à un enfant de me protéger, c’était à moi de le sauver de cette vie et la seule solution fut la fuite, légale et vue avec mon avocat. Cela fera 4 ans que nous avons pris la fuite pour que je retourne vers les miens, que notre enfant retrouve un équilibre mais …. Ce spot, tout me revient et réaliser que mes plaies sont loin d’être cicatrisées, que ma confiance est loin d’être retrouvée et pourtant que de chemin j’ai parcouru, que d’obstacles j’ai traversés et surpassés parce que je suis maman et que je me dois de tout faire pour le bonheur de notre enfant. Depuis pas mal de temps j’ai envie d’écrire, de poser mon histoire sur papier pour évacuer. Hier , étrangement, ou peut-être parce que mon ex mari aime à manipuler notre enfant dés qu’il en n’a la garde et que notre enfant ne va pas passer sa vie à faire des thérapies, hier je me suis dit « écris pour qu’un jour ton enfant sache ce que son père t’as fait vivre, pour qu’il voie le vrai visage de cet homme et par dessus tout pour qu’il comprenne que l’amour qu’il attend de cet homme ne pourra jamais être l’amour qu’un parent doit donner à son enfant car en 1er lieu c’est sa petite personne qu’il aime et qu’il aimera toujours avant son propre enfant …. » Je vais le poser sur papier, je pense que cette fois c’est décidé, même si je sais que cela va faire saigner les maux causés par les mots, même si ce ne sera pas écrit superbement, ce sera posé. Je vais aller me coucher, pleurer me fait mal, peut-être parce que je réalise que je n’en suis pas guérie et craint de ne jamais l’être ….. Courage à toutes celles et tous ceux qui vivent avec des PN, fuyez pour vos enfants, pour vous et bien que je ne saches pas l’appliquer : vous êtes les victimes, vous ne méritez pas cela, reprenez confiance alors sauvez vous !!!!!

  288. J’ai vécu pendant 2 an avec un pervers narcissique. Il était drôle, à l’aise en société, tout le monde l’adorait. Je suis inévitablement tomber éperdument amoureuse de lui. Au bout de 2 mois, il m’a montré son vrai visage. Il faisait la tête souvent, était très violent verbalement, sous entendait que j’avais fait quelque chose de mal. Je suis alors tombé dans le piège. Petit à petit, il a pris le contrôle de ma vie. Je m’exécutait, ne disait rien car je l’aimais et j’espérais qu’il redevienne comme avant. Il m’a interdit de voir mes amies, en me disant : « mais tu l’a préfères à moi c’est ça ? , mais vas y si c’est elle que tu aimes, vas la rejoindre » c’était du chantage perpétuel. Il est allé même jusqu’à me faire des crises quand j’allais les voir, me forçant a venir chez lui, et quand j’y étais, il allait faire une « course » et m’enfermait dans son appart toute l’après midi. Il m’a interdit de sortir, même pour qu’on voit ses amis. Alors ses amis venaient me voir en me disant d’arrêter de l’empêcher de sortir, chose que je n’ai jamais fait. Il était si habile, personne ne me croyais, personne ne voyait le visage qu’il me montrait. J’étais totalement seule. Ensuite, il s’est insinué dans mes histoires de famille, m’a éloigné d’eux. Je passais tout mon temps chez lui, ne parlait presque plus à mes parents ni mon frère de qui j’étais pourtant très très proche. Ses parents sont même venus chez moi alors que lui refusais de venir. Il m’a interdit de pratiquer ma passion la danse. J’étais son petit insecte dans sa boite qu’il ouvrait, secouait à sa guise. Quand je me confiais, à des amis, à ma famille, il ne comprenait pas, ils me sermonnaient tous, me disant de le quitter. Mais j’en était incapable, il arrivait toujours à me faire croire qu’il m’aimait, et qu’il faisait tout ça pour moi. Ses mots étaient tellement bien choisis, l’art de la manipulation. J’ai enfin réussi à le quitter, étant partie en vacances, loin de lui, et pourtant c’est affreux mais je l’aimais encore éperdument. Cela fait 3 ans que je l’ai quitté, et il me relance fréquemment. J’ai du changé de numéro, le bloquer sur les réseaux sociaux. Il a contacter mes parents, mon frère, m’a attendu devant chez moi… Les périodes s’alternent, parfois il me dit des choses pour que je revienne du style « Je t’aime, je t’aimerai toujours, toi tu ne m’as jamais aimé, j’ai changé » et puis quand je ne répondais pas c’était « Tu n’es qu’une folle, tu es complètement tarée, et ta famille aussi, tu ne vaut rien ». Pendant un an, je n’ai pas eu de nouvelles, j’avais complètement tourné la page, j’ai déménagé. Et je me suis dit que ce serait bien de savoir ce qu’il est devenu. Il s’est montré sous son meilleur jour, on s’est revu quand je suis rentrée chez mes parents, en toute amitié, enfin je pensais… Il a tout de suite recommencé son petit jeu, voulait que je redevienne sa chose. Une vraie torture psychologique alternant phase de culpabilisation et phase de violence verbale. Il me connaissait très bien, il sait comment me blesser et il a appuyé où ça fait mal. Je le dis à toutes les femmes dans cette situation, les pervers narcissiques ne changent pas, la seule solution c’est la FUITE ! Je n’aurai jamais pu le faire si je n’avais pas été loin physiquement de lui. Il vous détruit, vous pourris. J’ai bien faillis ne jamais m’en relever. Il m’a complètement détruite, mais je réussi petit à petit à reconstruire sur les ruines qu’il a laissé. Ne laissez jamais un homme dirigez votre vie. Des hommes droles, intelligents, il y en a pleins, et personne ne mérites ça, personne… Si une femme veut parler avec moi de son histoire, aucun problèmes. J’ai plus de recul maintenant et je pense pouvoir venir en aide ou au moins apporter une écoute attentive si besoin. Mon mail : lauriannesourimant@hotmail.fr

  289. Tellement touché par vos témoignages. Plus que par cette vidéo tout de même bien faite. Je ne saurais que dire si ça n’est courage pour toutes ces personnes, hommes ou femmes. Il parait que l’herbe est parfois réellement plus verte ailleurs. Des bises chaleureuses.

  290. si je peux me permettre : un bon thérapeute qui a une belle ouverture du coeur c’est le meilleur des remèdes.

  291. Je suis d’accord avec vous deux. Pour l’avoir vécu également. Mais peut-être que les auteurs sur quelque chose d’aussi court n’ont pas eu le choix de la subtilité de la manipulation. Il fallait tendre les situations et toucher au coeur. Et on est touché au coeur… Merci en tous les cas aux auteurs et aux comédiens. Le coup de la robe : énorme. Ca m’a rappelé des souvenirs…
    😦

  292. Exact.. il n’y a malheureusement pas que les conjoints, qui eux peuvent finir par partir et couper les ponts en essayant de se reconstruire tant bien que mal.. il y a aussi les enfants pour qui il est beaucoup plus difficiles de couper les ponts entre manque de reconnaissance , culpabilité et espoir i lest difficile de se construire et faire la part des choses quand ces enfants sont les marionnettes de ces être atteints de perversion narcissique…

  293. Visiblement tu n’es pas prêt de devenir un pervers narcissique, car pour ce faire il faut un cerveau, et avec ton com tu viens de nous prouver que l’organe t’était inconnus.
    Félicitation. 🙂

  294. Je trouve que ce qui est difficile à rendre, et qui n’est d’ailleurs pas rendu, c’est les volte-faces de Fred, du pervers narcissique. Violence verbale, suivi de beaucoup de gentillesse et de prévenance. Et c’est vrai que les personnages sont caricaturaux.
    A table, les convives se rendent compte de ce qu’il se passe. Je ne tiens pas à faire de ma situation une généralité, mais de mon côté, personne n’a jamais rien vu…
    Ce Fred manque de subtilité, je suis bien d’accord

  295. Je suis tout à fait d’accord un pervers narcissique est beaucoup, beaucoup plus « subtil », chatoyant de l’extérieur, destructurant de l’intérieur et tout en finesse, le temps est son allier.Il faut des années pour s’en remettre.

  296. je ne voit aucun rapport. Pourquoi abordez vous la religion alors que nous parlons de violence ? Bref, je trouve que ce spot explique très bien cette violence psychologique, qui est encore pire que la violence physique car elle ne laisse aucune trace physique.

  297. J’ai vécu cela pendant 4 ans. 4 ans d’enfer, j’ai fini éteinte. A cause de lui, j’avais perdu tous mes amis, j’étais brouillée avec ma famille. Je me suis retrouvée seule, j’étais sa chose. Il me rabaissait sans arrêt, m’insultait, me traitait comme une moins que rien. Jamais de coups mais des mots, des mots qui parfois peuvent blesser plus que la violence physique. Pourquoi suis-je restée? Une question souvent posée par les gens qui voient cela de l’extérieur, qui souvent ne comprennent pas. Je portais aussi ce jugement avant de vivre ce cauchemard. Parce qu’au début vous êtes amoureuse et ensuite c’est l’engrenage, vous vous retrouvez sous l’emprise du personnage. Le p.n sait très bien vous envouter et ensuite, isolée du monde extérieur, vous n’avez plus que lui comme référence. J’ai voulu partir mais pour aller où? Nous avions acheté une maison, les traites à payer et me retrouvant seule, je n’avais nulle part où aller.
    C’est comme un Dr Jekyl and Mr Hyde. Par moments, charmeur, gentil, attentionné et d’autres blessant, méchant, possessif. Maintenant je ne supporte plus qu’un homme me parle mal ou hausse la voix sur moi, je manque de confiance en moi, toujours peur de parler de travers ou d’avoir la mauvaise attitude. L’enfer s’est terminé en 2006, j’ai réussi à me reconstruire mais encore maintenant, j’ai honte de mon corps, parfois honte d’être moi. Je travaille dur mais je commence à revoir la vie du côté positif. J’ai du me mettre des sacrés coups de pied au derrière. Heureusement ceux-là ne font pas mal et ne peuvent qu’amener du bien. C’était ça ou je sombrais.

  298. Je suis d’accord Marie. C’est beaucoup plus insidieux et les tempêtes que ça cause sont plutôt intérieures et détruisent au fil du temps. Souvent la personne manipulée est quelqu’un de fort, de joyeux à la base, avec du caractère.

  299. Bonsoir Patricia. j’ai vécu pendant 32 ans avec un PN; C’était encore plus insidieux et moins brutal en apparence que dans la vidéo. Les formes étaient mises. Séparée depuis 3 ans suite à tromperie et trahison,, divorcée depuis un an, deux fils adultes, j’ai récolté une fibromyalgie que j’ai pu soigner au Québec cet été. J’ai perdu la bataille du fric et me retrouve avec 570 euros d’invalidité pour vivre, mais je me reconstruis petit à petit et je n’ai jamais été aussi bien. J’ai à nouveau des ami-e-s et retrouve ma féminité. Alors, le seul mot d’ordre c’est « Courage, fuyons ! ». Le plus vite possible. Patricia, c’est possible. Faites-vous aider comme je l’ai fait par un psychothérapeute (thérapies cognitives et comportementales), car votre comportement de sacrifice vous enchaîne. Allez sur mon site FB et laissez-moi un message privé si vous le pouvez. Nous pourrons échanger. Je ne peux pas vous donner mes coordonnées ici. Courage. Claire Corlouer

  300. Il est gratiné le gars, plutôt qu’un pervers narcissique, je le vois comme un sale c… de beauf ! Excusez-moi pour l’expression, mais comme le disait un commentateur par ailleurs, un vrai PN, c’est beaucoup plus intelligent, insidieux, manipulateur, tout en finesse, tel que la victime le subit sans s’en apercevoir. Ceci dit, si la violence physique est l’apanage des hommes, je sais pour l’avoir vécu que la perversité narcissique n’a pas de sexe, et que, par conséquent ce film caricatural est tendancieux
    . Jean-François

  301. Difficile de donner un avis, cela paraît énorme. Des questions viennent en tête; Avez-vous contribué à son patrimoine au dépend du vôtre? Qu’en pensent les enfants? En avez-vous parlé avec lui? L’aimez-vous ou avez-vous peur de rester seule? Qu’avez-vous déjà « essayer »? Bon courage en tout cas.

  302. Vous avez raison Wendy, j’ai rencontré un homme charmant, avocat connu et enseignant. Un jour le masque est tombé, je me suis retrouvée face à un monstre n’ayant aucun respect pour l’être humain. Cet homme m’a profondément blessée et humiliée. Aujourd’hui j’ai beaucoup de mal à tourner cette page et je n’ai qu’une crainte c’est qu’il recommence son jeu pervers avec d’autres filles.

  303. Jany, moi c’est pareil, et j’ai 34 ans aussi. J’aimerais pouvoir dialoguer avec toi si ça te dit et si tu penses comme moi que ça nous aiderait à nous sentir moins seules et à digérer.
    Voici une adresse mail où tu peux m’écrire si le coeur t’en dit: clochettedemuguet@gmail.com

  304. Tellement vrai, et plutôt que de faire ses reproches lui-même, il est capable d’un tour de magie de les faire faire aux autres pour lui, et on se retrouve humiliée par ses propres amis.

  305. COURAGE !!! reprendre confiance en soi, se dire qu’on est la plus belle, la meilleure, se fixer des objectifs, petits, d’abord pour les réussir et prendre confiance en soi. Quel calvaire vous avez dû vivre ! Gardez espoir, vous avez droit au bonheur, croyez le bien et vous en aurez votre part ! jean

  306. Merci Lili, l’inversion des rôles, de ce type de comportement, existe dans beaucoup de couples… et croit d’années en années.

  307. Ce qui est d’autant plus sournois, c’est que le pervers narcissique comme vous l’appelez, n’a pas forcément conscience de son comportement ou du moins de ses conséquences.

  308. J’ai connu ce genre de personnage( très intelligent). C’était un soi-disant ami (aussi tissant bien sa toile pour mieux introduire son venin après) mais, qui plus est, était aussi mon directeur. Il m’a pourri la vie pendant des années, passant du chaud au froid, inventant des mensonges en prêchant le faux pour essayer de savoir le vrai, m’insultant de propos ignobles sans aucune raison, juste pour faire mal, inventant des monstruosités, m’avilissant devant d’autres et puis redevant super gentil pour un jour, une heure…m’invitant à manger et se désistant par un sms 1/4 avant « pas possible aujourd’hui »…laissant trainer un cadeau que je lui avais offert sans le déballer..Je pourrais écrire des heures sur la perversité d’un tel personnage. Je ne savais que cela existait, j’ai découvert un peu à la fois, j’ai du consulter des psys pour comprendre. Difficile de s’en sortir quand il a un pouvoir sur vous et qu’il peut en jouer ! De plus, je n’ai eu aucune aide de la psychologue médiatrice venue sur le lieu de travail. Elle s’est, elle aussi, complètement laissée manipuler par le beau parler qu’il avait et n’a pas cru les faits que je racontais tellement invraisemblables de la part d’un directeur. Elle ne pouvait pas me croire et a pris parti avec lui croyant que je fabulais. J’ai du arrêter de travailler pendant plusieurs mois pour me reconstruire et acquérir la force de ne pas entrer dans son jeu et de jouer l’indifférence totale à ses propos mais c’est très difficile. Heureusement que j’ai eu un mari qui m’a toujours soutenu et qui est à l’antipode de ce personnage. Personnage à fuir de toute urgence !!!

  309. Je suis assez d’accord avec Marie, c’est plus insidieux que ça ! On s’en sort difficilement et la violence verbale n’est pas toujours présente, loin de là…
    Un peu déçu car trop caricatural mais il y a un fond de vérité ! Une garce m’a fait subir ça durant presque 3 ans avant que je ne voie clair, mais si je l’ai quittée, et je après plus de 3 ans, j’ai difficile à refaire confiance, donc je suis seul, pas malheureux mais seul !
    Si vous les croisez et les repérez, fuyez !

  310. heureusement que la folie n’est pas punie par la loi ! pour mémoire, c’était le cas en URSS sous Staline.

  311. Avant d’avoir vécu l’expérience du PVN je ne savais même pas que la violence psychologique existait. Cela m’aurait bien été utile lorsque j’ai quitté mon île et qu’il m’avait éloigné des miens et de mes amis.
    Par contre, je trouve que le spot est bien trop soft encore… mais bon, un bon début.
    C’est une relation qui est tellement sournoise…mais on s’en sort et des années plus tard, on est pleine de richesse de tout cela. C’est vrai!
    Aujourd’hui je peux dire que grâce à ses expériences traumatisantes ou j’ai aussi fini à la rue, sans travail, j’ai perdu tous mes amis de retour dans mon pays car personne ne me reconnaissait affaibli, amaigri et ayant peur de tout et même et surtout de moi, je ne me reconnaissais plus, ne riais plus alors que j’étais un rayon de soleil, j’ai beaucoup eu a travailler sur moi, sur comment reapprendre à vivre, comment ne plus avoir peur des autres, m’en sortir sans rien et avec personne…. cette expérience a fait de moi une personne que j’étais déja (c’est souvent pour cela que les PVN nous choisissent) càd un être extraordinaire mais cette fois en me forçant à aller guérir ma « défaillance/dépendance affective » dû à une enfance où l’Amour des parents n’était pas présente.
    Moi aussi je pourrais écrire un livre sur ce thème.
    Merci et bon courage à toutes les personnes qui doivent s’en sortir, ouvrir les yeux, regarder au combien elles sont malheureuses et ne vivent plus qu’à travers les désirs de l’autre, doivent réapprendre l’estime de Soi, la Confiance en la vie.
    Courage, on s’en sort…et on en grandit même si ça peut prendre du temps!

  312. Bonjour Jany,
    J’entends votre douleur, et je ne crois pas que qui que ce soit puisse tourner une page sans penser, encore et encore, à ce qu’il souhaite laisser faire partie du passé. Il s’agit de trouver en vous une place à ce (gros) morceau de votre vie. Le passé n’est pas synonyme d’oubli. Vous êtes encore jeune, vous pouvez vivre encore 2 fois (ou peut-être même 3, qui sait ?) le même nombre d’années que déjà vécu : tout un programme ! Un bon accompagnement psychologique pourrait vraiment vous aider à vous tourner vers l’avenir sans nier votre passé, et pourquoi pas être heureuse !
    Je vous souhaite tout le courage qui vous est encore nécessaire pour la suite de votre chemin.
    Constance

  313. et il y a ceux qui ne disent rien et des fois les silences sont encore plus lourds à supporter…

  314. Au risque de faire bondir : pour qu’un bourreau puisse agir impunément, il faut bien une victime qui joue le jeu !

    Comprenez bien mes mots : je ne cherche pas à minimiser ou à justifier le comportement d’un « pervers narcissique » (ça existe sûrement au féminin d’ailleurs), ni à nier la douleur des victimes.

    Je cherche à faire réfléchir : nous avons le pouvoir de dire non, de dire ça suffit, de faire ce qui nous semble juste, de nous écouter et par amour pour nous, de nous mettre en colère, de ne pas accepter l’inacceptable. Adulte, nous avons le pouvoir de nous comporter en adulte responsable de notre bien-être. Reprenons ce pouvoir.

    La colère est si mal vue aujourd’hui. C’est pourtant elle qui nous pousse à mettre nos limites et à nous donner l’énergie de bouger, d’agir pour faire respecter nos droits.

    Quand ceux que nous aimons nous piétine, aimons-nous, aimons nous plus fort encore. Aimons-nous si fort qu’il devient naturel de réagir.

  315. J’en leurerais presque de vous lire….de me rendre compte que je ne suis pas la seule….je suis en train de le quitter avec l’aide d’un psychothérapeute. Quel calvaire si insidieusement mis en place par mon bourreau. Tellement insidieux et sournois que l’entourage ne comprend pas ma décision de partir avec mes enfants…lui si gai, sociable, si généreux!!!!! Je suis fière de partir et d’avoir réussi à comprendre que ma nullité n’existait que dans son mode opératoire…. Géraldine

  316. C’est pas possible de vivre ça. La dépendance de l’autre peut mener à ce genre de trucs ?Subir des humiliations au quotidien et rester… Elle a peur de lui ? Elle l’aime ? Mais le mec devrait se rendre compte que c’est un connard pas amoureux qui lui fait du mal. Quelle vie de merde. Quelle ambiance de merde. Heureusement qu’une de ses amies a un peu pif.

  317. je pense que ce n’est pas facile de résumer la manière de faire en quelques minutes de film, il faut probablement grossir le trait …Quant à moi j’ai trouvé des choses très subtil comme l’arrêt de la musique en entrant ou de dire elle est très bonne ta sauce …mais il manque quelque chose !

  318. Bonsoir, il ne faut pas subir plus longtemps, prenez votre courage; nous sommes trop gentilles et voulons toujours ménager la chèvre et le chou et trouvons toujours une excuse face à leur comportement. Je l’ai subie cette situation; il est devenu violent est m’a quittée.. je me suis reconstruite et vais tellement mieux maintenant. Nous sommes restés amis et c’est tellement bien ainsi. Courage, mais faites front et pensez à vous surtout.

  319. mais aussi de leurs voisins et de leurs collègues de travail et le pire lorsque ces manipulateurs atteignent la fonction de chef, de directeur bref de dirigeants …Le point culminant pour exercer leur talent de pervers …

  320. Moi , aussi j’ai vécu avec une PN, elle a essayé de faire le vide autour de moi, mais je tenais trop à mes amis c’est ce qui a déclenché mes interrogations sur notre relation, car je l’aimais tellement que je n’étais pas objectif, et finalement j’ai réussi à coupé les ponts mais j’en souffre encore.

  321. Complètement d’accord…! J’ai vécu cette situation de vivre avec un PN. Pourtant j’ai du caractère et lui était plutôt doux verbalement. Il ne criait jamais. C’est moi qui était perçue comme « portant la culotte » dans le couple ! Personne ne savait ce qui se passait en réalité.
    On voit aussi l’amie de Marie, Catherine, qui perçoit la domination de Fred. Dans la réalité je ne suis pas sur que ce soit fréquent. En général les autres, l’entourage, ne voit rien. C’était mon cas.

  322. ouf! cette vidéo me touche énormément, j’ai vécu plusieurs de ces scènes… je dirais que comme plusieurs, le jeu de Fred pourrait être plus subtil…. l’estime de soi est démoli à coup de petites remarques (parfois qui semblent ridicules, je n’ai pas poussé de panier d’épicerie pendant 4 ans car j’étais maladroite dans les allées… je n’ai jamais conduit sa voiture pourtant vieillotte car il ne me faisait pas confiance….je n’ai pas cuisiné mes recettes car il préférait celles de sa mère que je tentais de refaire….) L’estime de soi est démolli mais la valorisation du couple est mise de l’avant (les que ferais-je sans toi…les tu es mon âme soeur….)

    La personne victime ne prend pas la parole car lorsqu’elle s’exprime, elle se fait ridiculiser (haaa la fille dramatique qui exagère) ou encore elle se fait accueillir par une froideur violente.

    on s’éloigne de notre authenticité, on oublie qui on est…..
    je me suis réveillée, j’ai quitté et je me suis rebâtie. croire en soi, être positif. b+

  323. N’oubliez pas qu’il n’y a pas que des hommes qui sont comme ça !
    J’ai connu ça dans l’autre sens. En tant qu’homme, j’ai vécu avec une ex, exactement comme ça !

  324. Merci pour ce spot et le tabou qu’il aborde.
    J’ai vécu avec un pervers narcissique pendant plus d’un an. Personne ne me croyait. A l’extérieur, il semblait si sympathique…
    Heureusement, mon frère a fini par comprendre ce que me faisait endurer cet homme. Il m’a ouvert les yeux, m’a aidé à quitter cet homme toxique et m’a soutenu jusqu’à ce que je sorte de son emprise.

  325. Bonjour à tous,
    Pour l’avoir vécu également, le jeu perfide des manipulateurs pervers est beaucoup plus subtil que dans cette vidéo. En effet, personne n’y prend garde car la plupart des ces personnes, sont des individus particulièrement intelligents, brillants parfois et sachant parfaitement bien évoluer au sein d’une société, d’une famille ou auprès d’amis. Personne ne peut vous croire, personne n’ose même imaginer que cela puisse exister ! Du coup, on s’isole, on s’enferme, on vit dans la rage et sous emprise chaque jour, chaque moment, chaque situation…
    Pour ma part, ce qui m’a sauvée, c’est d’écrire un petit livre, un témoignage sur ce sujet et ce que j’ai vécu ! Pas mal de mes démons se sont évanouis mais il reste toujours la crainte que cela puisse recommencer avec n’importe qui d’autre. Se refaire confiance demeure parfois un long chemin de croix…
    Si vous voulez découvrir mon histoire :
    ESCROQUERIE AUX SENTIMENTS Comment se libérer d’un manipulateur et aimer de nouveau de MARIE DA CRUZ (Format Kindle -6 octobre 2012) sur Amazon.fr

  326. Essayez d’appeler le numéro donné à la fin de la vidéo, ce sont des gens très qualifiés qui vous écouteront et pourront vous conseiller.

  327. Tout à fait d’accord ! Ce genre de comportement n’est pas réservé aux hommes, tout comme il n’est jamais évoqué la brutalité (physique ou psychologique) de certaines femmes dans leurs rapports avec leur compagnon.

  328. Il me semble urgent de préciser que le pervers narcissique peut être UNE perversE narcissique. Les stéréotypes ont la vie dure.

  329. Et n’oublions pas non plus d’inverser les sexes, la perversion narcissique peut également être féminine, j’y ai été confronté plusieurs fois 😉

  330. Je suis tout à fait d’accord avec vous. Quel dommage de céder à la caricature alors que bien souvent, l’entourage ne voit rien et croit même que c’est la victime qui exagère quand elle tente d’en parler.

  331. Vous travaillez, vous pouvez e^tre financièrement indépendante, alors fichez le camp !! Vite !! pour vos enfants. J’ai vécu ça pendant plus de 10 ans, avant d’avoir le courage de fuir. Et je me sens enfin libre.

  332. Bonjour,
    Ma mère vit la même chose que vous avec mon père depuis 37ans! Je n’arrive pas à lui ouvrir les yeux et la faire partir. Elle a travaillé toute sa vie et ne touche même pas un centime de sa retraite (paie avant). Il a le contrôle sur tout, les comptes entre autre. Il lui achète ses vêtements et lui donne 5€/semaine pour le pain. Lui, profite de tout le reste. Il a même récupérer de l’argent qui devait revenir à ma mère suite à un décès.
    Il a eu une enfance difficile et se venge sur elle parce qu’elle est faible et ne dit rien.
    Je ne sais plus quoi faire pour elle. Je sais qu’elle peut s’en sortir sans lui mais il lui a lobotomisé le cerveau, il la dénigre, la rabaisse, la surveille, la contrôle, seul ou quand il y a du monde.
    Elle a peur de pas réussir sans lui…
    Pourtant, je fais tout pour l’aider, je lui propose d’ouvrir des comptes en cachette, qu’elle vienne vivre avec nous (je suis mariée et j’ai 2 enfants), qu’elle divorce.
    Il n’a pas été trendre avec moi non plus et continue d’exercer une sorte d’emprise sur moi. Il m’a beaucoup fait de mal dans ma jeunesse et depuis que je suis mère, je ne peux plus le voir!
    Je ferai tout pour elle même si elle ne n’a jamais pris notre parti et ne nous a jamais soutenu étant jeune, je ne lui en veux pas!
    Je pense qu’il faut trouver le courage de partir et je souhaite que vous l’ayez:-)
    Votre vie n’en sera que meilleure!

  333. Pour une femme, ça va être plus subtil comme jeu. Elle aguichera en publique, et en privé humilera son conjoint, le rabaissera plus bas que terre, lui dira que sans elle, il n’est qu’une merde, le démolissant à petit feu…
    J’ai une connaissance de cet accabi dans mon entourage. Elle finit toujours par mettre son conjoint dehors ou à faire en sorte qu’il parte, l’accablant de tous les tords, allant même jusqu’à la CAF pour obtenir une pension alimentaire de ce conjoint incapable…
    Elle a cinq enfants de trois pères différents qui lui verse tous une pension.
    Elle prend toujours de pauvres bougres bien gentils pour obtenir ce qu’elle souhaite.
    Maintenant son fils ainé prends la relève, vu qu’il n’a eu que çà comme modèle.

  334. Pingback: Le pervers narcissique | laplumerousse

  335. Au début il vous aime parce que vous êtes pétillante, drôle et franche.
    Puis il montre qu’il a honte lorsque vous riez trop fort, puis lorsque vous riez tout court. Et il remarque que vos dents ne sont pas parfaitement blanches, comme ça vous ne souriez même plus.
    Puis il vous dit que vous avez encore quelques abdo à faire alors que vous vous montrez dans une tenue qui vous va bien, dans laquelle vous êtes très belle, pour finir par vous entraîner dans les magasins et choisir quels vêtements vous achèterez, vous porterez.
    Puis il vous interrompt systématiquement, si bien que vous ne parlez plus.
    Il a toujours une remarque sur quelque chose qui ne va pas chez vous. Et quand vous faites mille efforts pour que tout soit parfait, il fait quand même la tête et dis qu’il aurait besoin de sortir voir un ami pour retrouver le sourire. Car évidement, vous, vous ne pouvez pas le lui redonner.
    Bref. Vous avez compris, vous l’avez assimilé : vous êtes nulle et moche. S’il n’est pas parti, c’est que quelque chose le retient. Il ne sait pas quoi, mais cette phrase devrait suffire à vous assurer de son amour pour vous. Ou pas… En tout cas vous savez qu’il en faudrait peu pour qu’il parte. Et vous avez une trouille bleue de finir votre vie seule car, nulle et moche comme vous êtes, personne ne voudra de vous, c’est sûr.
    Personne ne réagit dans votre entourage, si ce n’est pour vous dire à quel point il est drôle, sympathique, courageux, etc, etc… Vous avez « de la chance d’être avec un type aussi bien ».
    Alors vous vivez comme ça, en vous disant que c’est mieux que rien.

  336. Il existe aussi des femmes perverses narcissiques qui font subir un calvaire identique à leurs compagnons hommes. Il s’agit d’une pathologie. C’est un problème indépendant du sexe et du genre. C’est un problème différent des violences conjugales qui elles sont l’expression directe du patriarcat, qu’il faut bien sûr combattre.

    Il faudrait en effet pour ce problème particulier montrer les deux cas, afin qu’il n’y ait point de conclusions hâtives qui soient faites !

  337. les pervers narcissiques peuvent aussi être des perverses narcissiques… ça marche dans les deux sens, je sais, j’ai testé 15 ans et j’ai faillit y rester.

  338. Vous proposez de rendre la folie illégale?

    Qu’on défende les victimes, c’est très bien. Qu’on détecte et soigne ou isole les malades, c’est très bien, selon leur dangerosité.

    Pénaliser la folie… la Russie Soviétique l’a fait. L’Amérique McCarthyste l’a fait. C’est une mauvaise solution, est-il nécessaire de le dire? Le problème est suffisamment grave pour ne pas l’empirer…

  339. Moi même victime d’un père puis d’un mari PN, je ne peux que soutenir votre témoignage. J’ai découvert il y a seulement deux ans cette pathologie. Et c’est grâce à cela que je me reconstruit de jour en jour !

  340. Bonjour à tous,

    Je viens de tomber sur cette vidéo et j’ai été profondément choqué car je me suis reconnu dans le portrait de Fred. Je n’ai jamais d’excès de colère comme il a pu en avoir, je n’en viens jamais aux mains mais je reste cinglant dans mes propos, dur envers la personne, très exigeant, dicte un peu le chemin qu’elle doit suivre…

    Je suis un jeune entrepreneur de 22 ans et le succès est au rdv, je suis très ambitieux et relève défis après défis et j’ai cette confiance en moi qui ne me fait pas défaut. Dans un environnement économique des plus instables, je fais tout pour maitriser au maximum ce qui se passe dans mon entreprise et ma vie. Mais je maitrise aussi mon amie avec qui je partage ma vie depuis maintenant 2ans et demi.

    Je me rend compte que mon amie à perdu confiance en elle, que je dois la guider dans ses choix et elle est devenue très dépendante. Alors qu’elle est très intelligente, réalise des études prestigieuses…

    J’ai longtemps cherché quelle était la cause de ces problèmes et j’ai essayé de trouver des solutions mais je pense avoir compris que je fais parti de ces « pervers narcissiques ».

    Maintenant que je connais ma pathologie savez-vous vers qui je peux me tourner pour m’aider à combattre ce problème qui la fait tant souffrir. C’est très dur d’apprendre que l’on rend malheureuse la personne que l’on aime.

  341. Pingback: FRED ET MARIE, LE SPOT QUI DÉNONCE LES PERVERS NARCISSIQUES | L'info en V.O.

  342. Une bonne base pour la prise de conscience… Mais effectivement, le trait est trop caricatural. Dans la vraie vie, c’est beaucoup moins visible et plus insidieux que cela…. Personne ne peut se douter… Et même la victime n’en a pas forcément conscience… Sauf à se souvenir de celle qu’elle était « avant » !

  343. J’ai vécu sous l’emprise d’un pervers narcissique pendant 30 ans, les 30 premières années de ma vie… Il s’agit de mon père.
    Les dégâts faits sur un enfant, quand ils sont assénés à partir de la naissance, sont inimaginables et extrêmement lourds à réparer. J’ai tendance à croire que ce n’est pas possible d’ailleurs…
    J’ai appris à vivre avec, à traîner ce boulet puisque chacun à le sien, mais le plus difficile reste que ce crime ne soit pas reconnu et qu’on soit à peine crédible lorsqu’on ose en parler.
    Cet homme aura été violent avec sa femme, les 3 filles de sa femme et ses 2 propres filles, mais aussi avec son ex femme et ceci physiquement, moralement et sexuellement.
    Il est aujourd’hui encore libre de vivre sa vie car le temps qu’on se sorte de la torpeur, les procès ne sont plus possibles et la violence morale qui subsiste n’est pas reconnue.
    Jamais je ne verrais mes sœurs sereines et jamais je ne verrais ma mère sortir de cette culpabilité qui la ronge de ne pas avoir réussi à le quitter plus tôt, à nous protéger d’avantage et rien que pour ça, j’aurais aimé pouvoir agir…
    Comment peut on encore laisser ces horreurs d’être humain faire autant de dégâts en toute impunité sans même pouvoir lever le petit doigt…?
    Il aura détruit des vies amoureuses, laissant certaines d’entre nous incapables de construire quoi que ce soit avec qui que ce soit, par peur.. Il aura détruit des vies professionnelles, laissant certaines d’entre nous incapables de gérer l’autorité et les contraintes, par peur de se faire dominer… Il aura détruit des espoirs de famille, laissant certaines d’entre nous incapables de se lancer dans la parentalité de peur de reproduire le mal…
    Je pourrais passer tellement de temps encore à expliquer, à détailler et à vomir mes tripes de douleur rien qu’à reparler de lui mais j’ai aujourd’hui 34 ans et il parait que je dois tourner la page……..

  344. C’est insupportable. J’ai eu du mal à la regarder jusqu’au bout tellement Fred est infect. Merci pour cette vidéo qui dénonce une réalité souvent niée.

  345. Ahaha, c’est drôle parce que ya que les islamistes qui font des violences sexistes, c’est bien connu. Les occidentaux n’ont rien à se reprocher, EUX, hein ? Et chacun chez soi et les moutons seront bien gardés. Aha, qu’est-ce qu’on se marre.

  346. D’accord avec Marie (post du 24/11, 19:29) ! Mon mari était qqn de fabuleux et moi tellement pénible à toujours le contredire avec mon sale caractère ! et puis il est tellement drôle ! et j’étais très belle, mais pourquoi étais-je sortie sans vernis ou avec des talons pas assez hauts? Et puis les dîner entre filles, c’est pas tellement normal ça quand même… et c’est qui ce mec sur FB qui like tes photos?
    Les enfants? mais moi aussi je m’en occupe, et d’ailleurs, si t’étais pas une mère de merde quand ça te prend, tu ne me laisserais pas seul avec elles le lundi soir parce que t’as ta réunion politique..
    Ah oui ! je précise : je suis chef d’entreprise… j’ai mis 15 ans à comprendre… une fois que j’ai réussi à partir, mes amis et ma famille m’ont avoué que j’avais tellement changé pendant mon mariage… mais comment c’est possible avec ton caractère?
    Aujourd’hui encore, même divorcée, je lutte conte cet homme pour qui j’ai toujours de l’affection, et je culpabilise encore d’être partie, et je lutte encore pour ne plus être manipulée…
    La destruction, elle existe, elle n’est pas aussi visible que le montre le film, mais on ne s’en remet pas vraiment…

  347. Dans son autobiographie « Fille du silence » (sortie en 2009), la chanteuse Julie Pietri raconte notamment l’issue de sa relation avec un pervers narcissique…

  348. Je rejoins Wendy sur son com. J’ai rencontrer ce type d’homme, belle situation grand avocat reconnu sur la place publique…. Un monstre!

  349. Patricia, va voir les asso qui accompagnent des femmes victimes de violence par chez toi, fais toi soutenir par un suivi psy pour éventuellement accepter que tu ne le changeras pas si lui ne veut pas changer, de perdre sur le plan matériel mais gagner ce qui ne s’achète pas, la liberté et la paix de l’esprit. Courage Patoche pour prendre cette grosse décision. Tu n’en seras que gagnante.

  350. Mais qu’est ce que ces réflexions puériles?! Allez on s’ouvre, on regarde autour de soi, on éteint sa télé et on sourit à la vie! Fred est donc un barbu islamiste?!

  351. Qu’attendez vous pour vous partir ? 33 ans c’est long, non ?! Peur d’une perte de confort ? Autant sacrifier sa vie, vous avez raisons. Peur pour les enfants ?! Croyez vous que vos enfants sont contents vous voir dans cet etat ? Parce que croyez moi, les enfants comprennent tout ? Peur du regard des autres ?
    Au lieu de vous plaindre, prenez votre courage à deux mains, et barrez vous….A moins que vous ayez encore des sentiments pour l’homme qui vous en fait voir depuis 33 ans…Mais là c’est plus de l’amour, c’est de la connerie !!!!

  352. Je recommence : Au lieu de vous plaindre d’être avec tel ou tel personne…Barrez vous ! Mais vous allez me dire que c’est compliqué, avec les enfants, etc…Par contre vivre avec un psychopathe, c’est plus facile ? ahahahah !! Ayez un poil de courage une fois dans votre vie, au lieu de vous supporter depuis des années un connard ou une connasse de ce genre…Barrez vous, et laisser le dans sa merde. Je serai curieux de connaitre les vraies raisons que certaines personnes employer en restant avec ce genre de personnes…

  353. Le pervers narcissique tisse une toile invisible, il est toujours charmant, charismatique et nos amis, notre famille, tout le monde l’adore. En société, il est parfait, drôle, serviable. Dans l’intimité, il est sournois, cinglant, froid. La violence verbale a parfois la même portée que des coups. Peut-être même pire. Il faut des années de reconstruction.

  354. Très intéressant ce spot, sauf que c’est très caricatural : j’ai été victime d’un pervers narcissique : jamais de reproches si clairement exprimés, jamais de cris, mais une attitude qui subtilement nous convainc de notre nullité. Non, le pervers ne pas va pas interdire de porter cette robe (pour reprendre un exemple du film), mais il n’en dira rien, mais va vous dégoûter de la porter puisqu’il ne l’a même pas vue. Et que veut-il ? Que vous ortiez autre chose, ce qui vous transformera peu à peu en être terne et invisible parce qu’il ne veut pas que l’on vous voie, tout simplement. Et vous devenez invisible. Non, la victime n’ai pas ouvertement étonnée de ce que l’autre lui impose : petit à petit, elle ne s’appartient plus. Oui, elle considère que l’autre est « génial » en tout cas nettement supérieur à ce qu’elle est elle-même, alors forcément il doit avoir raison.
    Et les amis n’interviennent pas, parce que la plupart du temps ils ne se rendent compte de rien : oui, elle a changé, mais l’amour ne va pas sans écueil – et c’est là encore aller dans le sens du pervers, puisque les amis , implicitement, lui donnent raison. Et on ne peut pas s’échapper, puisqu’on est nul(le) et on est encore bien contente d’avoir été élue par un être si fantastique…
    Beaucoup plus difficile à réaliser dans un court métrage.
    SK

  355. Bonjour,
    Parler et pénaliser les violences psychologiques étaient au coeur de l’action de Valérie Létard en 2009. Il y avait même un film réalisé par Jacques Audiard qui ne traitait QUE des violences psychologiques. Pas un coup de montré.

  356. Pingback: Fred et Marie…. | soiscurieuxdetoi

  357. A reblogué ceci sur L'attache d'encre and commented:
    Un clip de 15 minutes lancé par une association belge qui dénonce les dangers d’une relation avec un pervers narcissique. Cela vaut le coup d’oeil. Ces nuisances manquent singulièrement de visibilité aujourd’hui. Et le meilleur moyen de se protéger d’un danger, c’est de le connaitre et de savoir le reconnaitre.

  358. Une happy end est possible. Bravo et merci pour ce court film sobre et juste. Il ne dit pas tout mais beaucoup. La scène de la robe je l’ai vécu trait pour trait pour mes 40 ans. La mienne était belle et féminine aussi. Un être humain m’avait volé ma vie et 10 ans après avoir trouvé le courage de me révolter de me sauver, ce court film m’a montré le chemin parcouru et le bonheur d’avoir retrouvé ma liberté et la joie d’exister. Aujourd’hui je suis en paix Dieu merci.

  359. Pas mal cette vidéo. Elle aborde quelques uns des aspects psychologiques qu’on peut retrouver dans cette situation.
    Là je suis un peu moins d’accord, c’est que le pervers narcissique sait être justement pervers dans le sens où il cache plutôt bien son emprise sur l’autre, et dans cette vidéo cela est un peu trop visible.
    Mais cela peut justement montrer qu’il y a des indices, et qu’on ne doit pas rester spectateur dans ce genre de situation, mais acteur, et aider la personne qui en a besoin, tout comme essaie de le faire l’amie (celle qui est blonde) dans la vidéo. Mais il ne faut pas s’en tenir à un seul acte, c’est un travail de très longue haleine, mais qui est payant au bout du compte ! 🙂

  360. et je rajouterai : et mes enfants ??? car souvent ces femmes hésitent encore plus à partir lorsqu’il y a des enfants, et il est nécessaire de leur faire réfléchir autrement : que deviendront vos enfants sans vous avec un père violent …

  361. ok….on avance….! Mais j’aimerais aussi voir la situation inverse….! perso je l’ai subie et c’est un calvaire !

  362. Bravo pour votre assoc!
    J’ai été victime d’un PN (pervers narcissique) comme je l’appelle couramment pendant 1 an 1/2. Il m’a atteinte, ainsi que ma famille et mes amis. Je crois d’ailleurs que je pourrais écrire un bouquin !
    J’ai réussi à m’en sortir depuis juin et….je revis !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    J’ai décidé de laisser de côté tout cela, même s’il continue à me harceler régulièrement mais il ne m’atteint absolument plus !!!!!!!
    Je suis libérée!!!
    Par contre quel dommage que cette folie ne soit pas punie par la loi!
    Je trouve qu’ils s’en sortent bien ces malades là!

  363. J’ai vécu ceci pendant 7 ans, je m’en suis sortie mais refaire confiance à un homme est très difficile quand j’entend les dialogues du mec j’ai l’impression d’entendre les mêmes mots qui résonne

  364. Je suis un peu déçue par ce spot. Pour avoir vécu ça, je trouve Fred pas très subtil et violent verbalement, notamment devant les invités. Je crois que dans beaucoup de cas c’est plus insidieux que ça. Marie est présentée comme une fille effacée et douce, et il serait facile de faire un raccourci sur ce trait de caractère pour expliquer la situation. Bref, l’initiative est bonne, mais les personnages un peu trop caricaturaux. Peut-être parce que l’influence d’un pervers narcissique est invisible de l’extérieur.

  365. J’ai été profondément touchée par votre spot, qui m’a rappelé 18ans de ma vie…merci de parler de cette forme de violence et de rappeler que cela détruit aussi surement que des coups….c’est juste plus long!

    Voici une chanson que j’ai faite et qui traite du même sujet….si cela peut vous être utile.

  366. Bonjour
    Je vis avec un pervers narcissique depuis 33 ans. J ‘essaie de m ‘en sortir. J ‘ai presque tout essayé mais je pense qu ‘il d ‘autres problèmes Psy.
    Pas mariée, pas pacsee, 3 enfants. Il n ‘a rien partagé de son patrimoine avec moi ( villa, appartement, tableaux, voitures, compte en banque) ne m ‘à pas protégé non plus ( assurance vie ou autre).
    J ‘ai travaillé toute ma vie et travaille encore, j ‘ai 55 ans.
    Qu’ ‘en pensez vous ?
    Ce n ‘est qu’ ‘une partie de la situation car il m ‘à aussi trompé
    Merci de votre aide

  367. Pingback: FRED ET MARIE, LE SPOT QUI DÉNONCE LES PERVERS NARCISSIQUES | Cercle de l'Europe

  368. ne parlons pas seulement des conjoints… mais aussi des enfants qui subissent et qui sont les marionnettes impuissantes et manipulées par un père ou une mère dont ils ne peuvent s’échapper…

  369. Parfait, parfait ce film, cette dénonciation, je pense qu’il y a plus d’un couple sur 8 qui vit ce « doux cauchemar » Il suffit de regarder autour de nous.

Les commentaires sont fermés.