GROUPE DE DISCUSSION – 12 SEPTEMBRE 2015 – VICTIME DE VIOLENCE PSYCHOLOGIQUE

THÈME :

VIOLENCES PSYCHOLOGIQUES,

VICTIME DE VIOLENCE PSYCHOLOGIQUE

 Qu’est-ce qu’une victime de violence psychologique ?

De proie à victime, comment s’installe la violence psychologique ? Comment se définit-elle ? Qui en est l’auteur, qui en est la proie ? Comment y faire face, comment s’en détacher ?

 

Le groupe se réunit de 15 h à 18 h, à Boulogne Billancourt.

Document d’information à télécharger : VICTIME DE VIOLENCE PSY

Bulletin d’inscription à télécharger : CONFIRMATION D’INSCRIPTION

Publicités

GROUPE DE DISCUSSION – 6 JUIN 2015 – VIOLENCE PSYCHOLOGIQUE ET EMPRISE

Groupe de Parole CVP – Contre la Violence Psychologique

 

le samedi 6 juin, de 15 heures à 18 heures.

Accueil à partir de 14h45

 

L’EMPRISE – LA VIOLENCE PSYCHOLOGIQUE

LA VICTIME, LE BOURREAU ET LES TIERS

 

Comment devient-on victime ? Qu’est-ce qui fait la « proie » ?

Qui est le bourreau ? Comment agit-il ?

Qui sont les tiers ? Quels sont les risques, et les conséquences ?

 

Pendant ce groupe nous reprendrons certains thèmes évoqués pendant l’année, et nous partagerons expériences, compréhensions, constats et prises de conscience.

INFORMATIONS ET INSCRIPTION : associationcvp@gmail.com

 

 

LA VICTIME FACE AUX TIERS – LE RISQUE DE LA DOUBLE PEINE

« Tu dois exagérer »
« Tu ne vivais quand même pas avec un monstre… »
« Tu devrais te prendre en main, faire quelque chose… C’est de l’histoire ancienne maintenant… »
« Arrête de ruminer… Tu nous fatigues à parler tout le temps de la même histoire… »
« L’important c’est que les enfants aillent bien ! »

Une victime de comportements toxiques sort de cette relation abîmée. Qu’elle soit enfant ou adulte, il lui manque des repères, des valeurs. Elle s’est construite avec de fausses croyances, avec des messages contraignants, et avec une interdiction de plus en plus forte de dire, de faire ou de penser. Que l’interdiction soit verbalisée ou non, il faut tenir compte du ressenti de cette victime.
De plus, la violence psychologique a entre autres particularités d’être insidieuse, sournoise, invisible aux yeux extérieurs. Elle se déroule en huis-clos, ce qui la rend encore plus violente pour la victime qui n’a rien de palpable, de concret, à présenter pour sa défense.

À l’issue d’une telle relation, la victime éprouve le besoin d’être comprise, soutenue. Et avant tout, réhabilitée. Disqualifiée en tant qu’être humain pendant des années, elle recherche entre autres à recouvrer cette part d’humanité essentielle dont elle a été privée en devenant l’objet de celui ou celle qui fut son bourreau.
Il lui est alors indispensable d’être entourée par ceux qui peuvent l’entendre.
Et indispensable également de pouvoir dire, d’en avoir la capacité, la compréhension et le champ lexical.

C’est face à ces difficultés entre autres qu’elle se retrouve, seule, à nouveau.

Permettre à une personne victime de se réapproprier son histoire, de lui donner un sens, de la rendre compréhensible et intelligible, est indispensable.
Aujourd’hui de nombreux professionnels (de la justice, du corps médical…) ne sont pas assez informés et ne savent pas recevoir la souffrance.
Parallèlement, les victimes ne savent pas ce qu’elles peuvent dire, ou taire parfois. Avant tout, elles ne savent pas se présenter… puisqu’elles ne savent plus qui elles sont.

Et, incomprises, elles sont condamnées une deuxième fois. C’est la double peine.

©Anne-Laure Buffet
annelaurebuffet@gmail.com

GROUPE DE DISCUSSION DU 11 AVRIL 2015 – L’EMPRISE

Hier, un groupe de discussion ayant pour thème principal : « L’emprise ».
En invité, le chercheur Philippe Vergnes, qui a partagé avec le groupe ses connaissances et son regard sur la question de l’empathie, du vampirisme, et sur l’apport des neurosciences quant aux conséquences du trauma et de la violence psychologique.

Beaucoup de partages et de beaux moments.
Ce mot reçu hier soir : « Merci pour cet après midi fort intéressante et qui me donne un éclairage rassurant dans un sens même si le résultat et les conséquences de ce qui m’arrivent me font peur. « 

Merci à vous tous pour votre confiance et votre présence. Et bravo pour votre courage et votre envie de vivre.

Le prochain groupe se réunira le 9 mai.
Le thème sera : « La violence psychologique face aux tiers, ou le risque de la double peine. »

30 MAI 2015 – HARCÈLEMENT MORAL AU TRAVAIL ET BURN OUT – GROUPE DE DISCUSSION

Le 30 mai 2015 un groupe de discussion consacré au harcèlement moral au travail et au burn out se réunira à Boulogne (92), afin de partager et comprendre cette problématique et ce harcèlement particulier.

Il sera question d’évoquer cette forme d’emprise, de destruction psychologique d’un individu (ou parfois d’un groupe d’individus), d’en évaluer les conséquences sur la santé, sur la vie privée, sur l’équilibre et le sentiment de sécurité d’une personne au sein d’une entreprise.

Ce groupe de discussion sera co-animé par Michel Goussu, auteur de « Le poisson pourrit par la tête – Burn-out », ed.Castor Astral.

9791027800063 - copie
Michel Goussu a travaillé plusieurs années dans la gestion du risque bancaire. Cette fiction se nourrit de son expérience et de celle de toute une génération de salariés du tertiaire.

« Ce n’est pas la quantité de travail qui fait craquer. Ce n’est pas la difficulté technique ou conceptuelle de ce que l’on doit faire. Ce n’est même pas la pression, ni les délais. C’est la soumission permanente. Non, même pas. C’est de voir chaque jour que ceux à qui l’on est contraint de se soumettre sont si médiocres. Et que la peur que ça se voit les rend paranoïaques. {…}

Le poisson pourrit par la tête. Toujours. »

BULLETIN D’INSCRIPTION AU GROUPE DE DISCUSSION

Le harcèlement moral au travail se définit par une conduite abusive (des gestes, des paroles, des attitudes, des comportements…) qui porte atteinte, par sa répétition et sa systématisation, à la dignité, ou à l’intégrité physique ou psychique d’une personne. Une conduite qui va dès lors mettre en péril l’emploi de cette personne ou dégrader le climat de travail.

Il est important de différencier le harcèlement moral du stress, ou de l’agression ponctuelle, ou bien encore de mauvaises conditions de travail générales à l’entreprise.

Le harcèlement moral comporte des caractéristiques bien précises :
– les attaques sont le plus souvent individualisées. Elles visent une personne en particulier, et toujours la même.
– ces attaques se répètent sans cesse.
– elles ne concernent généralement pas la qualité du travail de la personne harcelée, mais son intimité : c’est l’être qui est pris à partie, pas son savoir-faire.
– enfin, le propre du harcèlement moral, c’est qu’il n’y a pas deux interlocuteurs divisés par un conflit, il y a un dominant et un dominé, et surtout aucune raison objective à ce soudain déferlement de mépris, voire de haine.

Le “harceleur” ne dit jamais à sa victime ce qu’il lui reproche, pour la bonne raison que ces reproches sont la plupart du temps indicibles. Le harcèlement naît le plus souvent de problème de jalousie, de rivalité, ou de secrets cachés dans une entreprise (détournements, malversations…) que certains ont le malheur d’approcher d’un peu trop près.

Le harcèlement moral peut conduire à l’épuisement professionnel, surtout connu sous l’appellation anglaise burnout. Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), il se caractérise par « un sentiment de fatigue intense, de perte de contrôle et d’incapacité à aboutir à des résultats concrets au travail »

Le burnout est un ensemble de réactions consécutives à des situations de stress professionnel chronique dans lesquelles la dimension de l’engagement est prédominante. Il se caractérise par 3 dimensions :

  • l’épuisement émotionnel : sentiment d’être vidé de ses ressources émotionnelles,
  • la dépersonnalisation ou le cynisme : insensibilité au monde environnant, déshumanisation de la relation à l’autre (les usagers, clients ou patients deviennent des objets), vision négative des autres et du travail,
  • le sentiment de non-accomplissement personnel au travail : sentiment de ne pas parvenir à répondre correctement aux attentes de l’entourage, dépréciation de ses résultats, sentiment de gâchis…

À l’issue du groupe, Michel Goussu dédicacera son livre.

Anne-Laure Buffet
associationcvp@gmail.com

LES VIOLENCES PSYCHOLOGIQUES – CONFÉRENCE ET DÉBAT – ORLÉANS

Le jeudi 21 mai 2015,
une journée consacrée aux violences psychologiques,
à la Librairie Passion Culture, 45000, Orléans

Capture d’écran 2015-03-14 à 16.10.40

 

 

CONFÉRENCE DE 10H À 12H :
LES VIOLENCES PSYCHOLOGIQUES ET LEURS CONSÉQUENCES

suivie d’un

DÉBAT DE 14H30 À 17H30 :
LES CONSÉQUENCES SUR LES ENFANTS

 

Bulletin Inscription

Renseignements et inscription (obligatoire) auprès de conferencecvp@gmail.com

 

Tarifs :

Pour la journée entière : 10 €
Pour la conférence : 5 €
Pour le débat : 7 €

L’inscription et le règlement sont à adresser à l’ordre de l’association CVP

 

 

GROUPES DE DISCUSSION & FORMATIONS – DATES À VENIR

1° GROUPES DE DISCUSSION
Les groupes de discussion et de réflexion du 1er trimestre 2015 portent sur le thème :
« PARENTS TOXIQUES – ENFANTS EN SOUFFRANCE »

21 MARS 2015 : PARENTS TOXIQUES – ENFANTS EN SOUFFRANCE – LA DIFFICILE NOTION DU PARDON

Parents toxiques , enfants en souffrance
Nous recevrons Virginie Megglé, psychanalyste, auteur du livre :
« Aimer ses parents même quand on en a souffert », ed Harmonie Solar

GROUPE COMPLET

11 AVRIL 2015 : PARENTS TOXIQUES – ENFANTS EN SOUFFRANCE – INCESTUEL ET INCESTE

9 MAI 2015 : PARENTS TOXIQUES – ENFANTS EN SOUFFRANCE – LE DÉNI PARENTAL

6 JUIN 2015 : PARENTS TOXIQUES – ENFANTS EN SOUFFRANCE – ÊTRE À L’ÉCOUTE DE SES ENFANTS

INFORMATIONS ET INSCRIPTIONS À CES GROUPES : associationcvp@gmail.com

2° FORMATIONS : (RÉ) APPRENDRE À COMMUNIQUER & À EXISTER

25 MARS 2015 : COMMUNIQUER AVEC UN NOUVEAU COMPAGNON

1er AVRIL 2015 : COMMUNIQUER AVEC SES ENFANTS

27 MAI 2015 : CONFIANCE EN SOI – ESTIME DE SOI – AMOUR DE SOI

24 JUIN 2015 : COMMUNIQUER AVEC L’AUTRE

INFORMATIONS ET INSCRIPTIONS À CES GROUPES : associationcvp@gmail.com