FRED ET MARIE – 2

Vous avez été très nombreux à regarder par l’intermédiaire du blog la première partie de la campagne Fred et Marie, campagne contre les violences conjugales, à retrouver sur : www.fredetmarie.be, et organisée par la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Un jour, Marie réagit. C’est la suite, la deuxième partie de cette campagne.

NB : Si dans cette campagne le « bourreau » est un homme, il ne faut pas en déduire des propos ou théories sexistes de la part de CVP ou encore de la fédération Wallonie – Bruxelles.
C’est un cas, un exemple pour illustrer les violences conjugales. Transposer et inverser les rôles est parfaitement possible.
Vous pouvez d’ailleurs regarder la campagne Huit couples, qui illustre parfaitement ce propos.

 

Publicités

FRED ET MARIE, LE SPOT QUI DÉNONCE LES PERVERS NARCISSIQUES

C’est l’histoire de Fred et Marie. Elle était belle, l’histoire. « Mon Fred », « Ma Marie », tout ça. Et puis un très sale truc les a rongés, tous les trois, Fred, Marie et l’histoire. Jusqu’à ce que tout vire au cauchemar. Le très sale truc, c’est que Fred est devenu le propriétaire de Marie, de sa vie, de son corps, de son apparence, de ses mots, de ses goûts. Il a fini par tout imposer, tout décider, tout contrôler. Le comportement typique d’un « pervers narcissique« , pour reprendre l’expression en vogue.

La Belgique pionnière

Avec « Fred et Marie », la Belgique francophone est pionnière dans le genre. « Nous sommes les premiers à avoir abordé la violence psychologique, souligne Alexandra Adriaenssens. On avait regardé ce qui se faisait déjà, dans d’autres pays, histoire de ne pas réinventer la poudre. C’est là qu’on a constaté qu’en matière de lutte contre la violence conjugale, les autres n’abordaient que les coups.

Avec « Fred et Marie », on montre une violence beaucoup plus insidieuse, beaucoup plus perverse, où on entend assez peu de cris en fait. On met en évidence le rapport de domination qu’entretient l’auteur avec la victime ».

La campagne « Fred et Marie » a été menée par la Direction de l’Egalité des Chances en 2011 et 2012.
www.fredetmarie.be