SOUFFRANCES IGNORÉES

1488062_838061446236975_1793497953876471676_n

L’association CVP a pour vocation de fournir entre autre par le biais de son blog de l’information sur les violences psychologiques au sein de la sphère privée.
Des groupes de parole sont proposés une fois par mois, à Boulogne Billancourt.
Des petits-déjeuners – débats sont également proposés une fois par mois.

À regret, l’association CVP ne peut proposer de consultations individuelles gratuites.

L’association CVP – comme beaucoup d’associations destinées à l’aide et l’accompagnement des victimes – ne bénéficie d’aucune aide ni subvention. L’état et les diverses instances gouvernementales ou réglementaires semblent faire peu de cas de l’avenir des victimes, de la construction des enfants en souffrance, de l’insertion des personnes en difficultés, de l’accompagnement psychologique et économique de celles et ceux ayant eu à subir la violence psychologique, physique, économique.
De même, les victimes sont montrées du doigt comme étant un « coût » pour la société. Mais quel coût ? Celui, précisément, d’une société qui manque d’humanité, qui développe l’individualisme, l’égoïsme et le narcissisme. Qui scinde en plusieurs groupes ses membres, oubliant que les enfants d’aujourd’hui seront les adultes – souvent en souffrance – de demain.
Parce que la souffrance et le malheur font fuir et dérangent, la souffrance individuelle est souvent ignorée, au coeur des familles comme au coeur de notre société.
Et cela au nom du « Chez nous, ça n’existe pas. »

Anne-Laure Buffet

RENCONTRES – PETITS-DÉJEUNERS À PARTIR DE SEPTEMBRE 2015

Des rencontres sous forme de PETITS-DÉJEUNERS seront proposées à partir de septembre 2015.

Elles vont réunir 10 personne maximum et auront le lieu le mercredi matin, de 9h à 11h, une fois par mois. Elles se dérouleront sous forme de débat – réflexion, autour d’un thème proposé.

  1. – mercredi 23 septembre : « C’est ma faute »
  2. – mercredi 21 octobre :  « Mon enfant est manipulé »
  3. – mercredi 11 novembre :  « Peut-on pardonner ? »
  4. – mercredi 2 décembre :  « La place du nouveau compagnon »
  5. – mercredi 27 janvier :  » Oser parler »
  6. – mercredi 17 février :  » Être victime en entreprise »
  7. – mercredi 9 mars :  » Être devant la justice »
  8. – mercredi 13 avril :  » La relation incestuelle »
  9. – mercredi 11 mai : « Victime de mes parents »
  10. – mercredi 15 juin : « Et après, vivre »

Lieu : Boulogne Billancourt – l’adresse précise vous sera communiquée lors de votre inscription

Inscription et informations : associationcvp@gmail.com

AVANT L’ÉTÉ…

Dictionary definition of the word hope.

Dictionary definition of the word hope.

Samedi 6 juin 2015 se réunissait le dernier groupe de discussion avant l’été.
Les groupes et formations reprendront en septembre.
Merci à toutes celles et ceux qui nous ont fait confiance. Qui sont venu(e)s à un ou plusieurs groupes, chercher des réponses, des partages, des témoignages, une écoute. Merci et bravo à eux pour leur courage.
Courage, oui.
Car il n’est pas facile de s’exposer au regard des autres. De se livrer. De raconter une histoire, son histoire, douloureuse, violente, incompréhensible le plus souvent.
« Je ne savais pas ce qu’il pouvait arriver en venant ici… Le plus souvent, je ne suis pas entendue, pas comprise. Même les psychologues me disent que ce n’est pas possible. »

Au coeur du groupe de discussion, la honte s’efface. Ce que chacun(e) raconte, les mots utilisés, sont les mêmes. L’histoire semble se répéter. Au-delà des émotions les plus fortes, au-delà des larmes qui se laissent couler, il y a aussi les rires. « Toi aussi ? !… Ils sont donc tous pareils… »
Et puis, il y a le retour à soi. À l’humain, cet humain qu’une personnalité aux comportements toxiques a voulu utiliser et anéantir. Il y a le sentiment d’être – à nouveau – vivant. De devoir fournir des efforts qu’on ne peut estimer pour être à nouveau vivant. Pour parler. Lorsque la parole est interdite, lorsque la pensée est muselée pendant des mois, des années, une vie parfois, comment croire qu’elle puisse à nouveau exister et être reconnue ? Effort, car c’est aussi un effort physique. Celui de supporter le regard d’inconnus se posant sur soi, au risque d’être évalué(e) comme « malade »… Les victimes entendent si souvent de la part de leur agresseur qu’elles sont malades. Effort et douleur à entendre le son de sa propre voix. À se reconnaître dans  la parole d’un ou d’une autre.

Chaque histoire est la même. Toutes sont différentes. Le schéma manipulateur est toujours identique et la volonté destructrice a toujours le même but. Mais vous, vous victimes de ces comportements, vous êtes toutes différentes et jamais interchangeables. Vous avez votre vécu, vos ressentis, vos familles, vos passés, vos rencontres. Vous avez vos souffrances, toutes aussi violentes, jamais quantifiables. Toutes, inqualifiables. Vous avez ce sentiment en commun d’avoir été dépouillé(e) de vous-même, volé(e) et violé(e).
Pour la plupart, vous vous demandez pourquoi. Pour beaucoup, vous cherchez à être pardonné(e) d’une faute que l’on vous fait porter, imaginer, mais que vous n’avez pas commise.

À la fin de chaque groupe, malgré la souffrance partagée, et le constat d’une violence vécue meurtrière, vous avez le sourire. Une ombre parfois. Une ombre qui suffit, et qui promet.
Vous êtes vivant(e).

Les groupes de discussion reprendront après l’été. 
Les dates prévues sont : 
Samedi 12 septembre – Qu’est-ce qu’une victime de violence psychologique ?
Samedi 10 octobre – Les enfants victimes de violence psychologique
Samedi 7 novembre – La victime et les tiers
Samedi 5 décembre – Et après : la reconstruction

Informations, inscriptions : associationcvp@gmail.com

GROUPE DE DISCUSSION – 6 JUIN 2015 – VIOLENCE PSYCHOLOGIQUE ET EMPRISE

Groupe de Parole CVP – Contre la Violence Psychologique

 

le samedi 6 juin, de 15 heures à 18 heures.

Accueil à partir de 14h45

 

L’EMPRISE – LA VIOLENCE PSYCHOLOGIQUE

LA VICTIME, LE BOURREAU ET LES TIERS

 

Comment devient-on victime ? Qu’est-ce qui fait la « proie » ?

Qui est le bourreau ? Comment agit-il ?

Qui sont les tiers ? Quels sont les risques, et les conséquences ?

 

Pendant ce groupe nous reprendrons certains thèmes évoqués pendant l’année, et nous partagerons expériences, compréhensions, constats et prises de conscience.

INFORMATIONS ET INSCRIPTION : associationcvp@gmail.com

 

 

QUELQUES NOUVELLES DE L’ASSOCIATION CVP

Hier se réunissait un groupe de discussion dont le sujet était : La victime face aux tiers – Le risque de la double peine. Merci à celles et ceux qui étaient présents pour leur confiance.
Merci surtout pour leur témoignages, faits à la fois de beaucoup d’émotions et de sincérité.
Face au constat commun, à savoir l’impossibilité d’être entendu(e) et compris(e), donc le sentiment de rejet constant et de mise à l’écart, une réflexion s’impose : avant d’essayer ou d’espérer être entendu(e) par qui que ce soit, il faut déjà se croire soi-même. Admettre cet état de victime dans lequel les comportements toxiques et la violence psychologique ont plongé. Accepter d’être en souffrance et accepter de chasser tant la culpabilité que la honte.
Si la reconnaissance par les tiers est indispensable car elle permet la réhabilitation et la reconnaissance de soi, une victime ne peut pas l’attendre de tous ceux qu’elle rencontre.
Si l’écoute et la compréhension ne viennent pas, le sentiment d’injustice perdure.
Il vaut mieux un interlocuteur, un seul… et quel qu’il soit, que risquer de se perdre à raconter son vécu, son passé douloureux, au risque de ne pas avoir de retour et d’aide. C’est à ce moment, au moment où le silence ou la défiance s’installent, que la double peine est la plus douloureuse.

Un autre constat : il n’est pas certain que l’écoute des professionnels soit satisfaisante. Hier, deux personnes présentes en faisaient le douloureux constat : l’absence de compréhension, et de ce fait la négation de la violence réelle et à venir, renforcent encore la souffrance, le mutisme, le sentiment de ne pas être, la volonté de s’effacer, voir de disparaître.
S’il est urgent de demander plus de formations pour les professionnels (magistrats, avocats, forces de police, personnel soignant…), il est nécessaire aussi de ne pas en attendre plus que ce que l’absence de formation permet : le doute face aux souffrances des victimes de violence psychologique. Mais il est encore plus difficile d’entendre, de la part d’un professionnel : « Si c’est si violent, pourquoi ne pas être parti(e) avant…? ».

Lors du groupe nous avons eu un témoignage très fort ; celui d’un adulte, enfant d’un parent toxique, interdit de repères, interdit de construction, interdit d’être. Un témoignage incisif sur sa vie, son parcours, les conséquences de cette violence et la descente aux enfers. Un témoignage dont il reste ceci, entre autres : « Mais je l’aime. C’est mon père. Je sais ce que j’ai vécu, mais je l’aime ».
Aimer ne veut pas dire accepter, ne veut pas dire pardonner. Aimer est encore un autre sentiment. Et l’on ne peut interdire à un enfant d’aimer son parent, d’autant plus quand il est conscient de qui est vraiment son parent.

Je souhaite partager avec vous ces mots reçus ce matin par une des participantes au groupe :

« Connaissez-vous ces paroles de Simone Weil qui, depuis plusieurs décennies, m’ont accompagnée ? Je pense qu’elles pourraient aider aussi beaucoup des personnes qui étaient chez vous hier après-midi.

« La sensibilité de l’innocent est comme du crime sensible. Le vrai crime n’est pas sensible. L’innocent qui souffre sait la vérité sur son bourreau, le bourreau ne la sait pas. Le mal que l’innocent sent en lui-même est dans son bourreau, mais il n’y est pas sensible. L’innocent ne peut connaître le mal que comme souffrance. Ce qui, dans le criminel, n’est pas sensible, c’est le crime. Ce qui, dans l’innocent, n’est pas sensible, c’est l’innocence.
(…) La pureté est absolument invulnérable en tant que pureté, en ce sens que nulle violence ne la rend moins pure. Mais elle est éminemment vulnérable en ce sens que toute atteinte du mal la fait souffrir, que tout péché qui la touche devient en elle souffrance. »
Simone Weil, La Pesanteur et la Grâce, Paris, Ed. Plon, 1948, pages 77 et 79. »

 

DATES À VENIR : 

Le 17 mai je suis invitée pour une conférence – débat ayant pour thème les violences psychologiques, et la rage narcissique, et le moment où « tout bascule ».
Cette conférence est organisée par Dominique Vibrac. Elle aura lieu au Baromaîtres, 24 rue Nicolaï, 75012 Paris, à 19h. Les inscriptions sont à faire auprès de Dominique Vibrac, au 06 08 64 18 10.

Le 21 mai, une journée consacrée aux violences psychologiques est organisée à Orléans.
J’animerai le matin (10h – 12h30) une conférence consacrée aux violences psychologiques, suivie l’après-midi d’un débat dont le thème est : les conséquences de la violence psychologique sur les enfants.
Réservation par mail à : conferencecvp@gmail.com
Tarifs :
Pour la journée entière : 10 €
Pour la conférence : 5 €
Pour le débat : 7 €

Le 27 mai, un après midi de formation est proposé à Boulogne Billancourt, de 14h à 18h.
Thème : Confiance en soi, estime de soi, amour de soi… Comment les retrouver, comment les ancrer ?
Cette formation se déroule en deux temps : un débat autour de la confiance en soi, de 14h à 15h30, puis des exercices pratiques, mises en situation, et partages, de 16h à 18h.
Informations et inscriptions auprès de : annelaurebuffet@gmail.com

Le 30 mai un groupe de discussion s réunit autour du sujet : Harcèlement au travail et burn out.
Ce groupe sera co animé par Michel Goussu, victime de harcèlement au travail, ayant connu le burn out, et qui out fait par de son expérience dans une auto fiction : Le poisson pourrit par la tête, aux éditions du Castor Astral.

Enfin, le 6 juin, un groupe de discussion se réunira.
Nous reprendrons les thèmes de cette année en partageant les expériences et témoignages de chacun, les constats, les évolutions des uns et des autres face à cette violence.

FORMATION : CONFIANCE EN SOI, ESTIME DE SOI, AMOUR DE SOI, 27 MAI 2015

Que ce soit issu de l’éducation reçue ou encore la conséquence d’une relation toxique, la confiance en soi peut être très fortement mise à mal, et de ce fait devenir un frein voir un empêchement tant à la réflexion qu’à l’action.
À l’issue de toute relation toxique, un travail de reconstruction, de « réparation », est indispensable afin de permettre à toute personne en souffrance de se retrouver, parfois de se trouver tout simplement, de faire connaissance avec elle-même, et pouvoir faire des choix et mener des actions librement et en accord avec ses propres valeurs.

La formation « Confiance en soi, estime de soi, amour de soi » a pour objectif de permettre aux participants de retrouver une synergie qui leur est propre et leur appartient, de redonner un sens à chaque action ou pensée, de générer de nouvelles motivations, de s’affranchir de croyances néfastes et de messages contraignants, reçus comme des entraves permanentes.
C’est apprendre à être, à faire et à penser.

Aussi, travailler sa confiance, c’est travailler sur soi 

  • Prendre conscience de ses atouts et les valoriser
  • Comprendre et accepter ses valeurs.
  • Reconnaître ses qualités.
  • Identifier ses limites et désamorcer ses barrières pour se faire confiance dans l’action.

 C’est aussi connaître et apprécier ses objectifs pour gagner en confiance et en efficacité 

  • Se fixer des objectifs atteignables et en mesurer la faisabilité avec objectivité. Savoir avancer par étapes.
  • Se faire confiance dans ses missions au quotidien et Envisager avec succès des situations difficiles / inhabituelles.
  • Oser accepter les challenges en dépassant ses freins pour rentrer dans l’action avec dynamisme, positiver, aller de l’avant…
  • Faire face aux échecs et savoir rebondir.

 C’est enfin identifier sa relation à l’autre et l’améliorer 

  • Accepter le regard des autres et faire face aux comportements qui perturbent (agressivité, passivité…).
  • Savoir se renforcer dans sa relation aux autres et Prendre du recul face aux critiques.
  • Formuler la critique positive et constructive pour créer de nouveaux moteurs.

Il s’agit donc de se découvrir ou se redécouvrir, et de se forger des clés personnelles, permettant de lever peu à peu des doutes, et d’assumer ses responsabilités en accord avec sa personnalité.

La formation proposée le 27 mai se déroulera en deux temps : 
– 14h – 15h30 : Approches théoriques des différentes notions et partages des connaissances et motivations entre les participants
-15h30 – 15h45 : pause
-15h45 – 17h30 : Exercices pratiques et mises en situation
– 17h30 – 18h : Réflexions sur ces exercices – conclusion

La formation est animée par Anne-Laure Buffet.
Un deuxième intervenant est prévu pour le 27 mai ; les informations concernant cet intervenant seront communiquées courant mai.

Pour en savoir plus, pour vous inscrire :
associationcvp@gmail.com

LA RAGE NARCISSIQUE

9ce780f6c999a62b00dbb754e7c33ead_313bb52_image_anger

Mise en garde : cet article ne se veut pas scientifique mais informatif. Il est destiné à vulgariser une notion afin de permettre au(x) lecteur(s) d’en prendre connaissance et conscience. S’il exprime un schéma de pensées et de comportements, et met en lumière un acte dangereux et criminel, il est surtout fondé sur l’écoute, l’observation en consultation et/ou en groupe et les témoignages reçus.

– Pourquoi tu ne dis rien ? Quand il te pousse à bout, quand il ment, pourquoi tu te tais ?
– Parce que j’ai peur de ce qu’il pourrait faire…

Une personne qui se retrouve victime de violences psychologiques vit dans la peur. La peur de son quotidien, la peur de ce qu’elle connait ; mais aussi la peur de ce qu’elle imagine, anticipe, prévoit. Et ce qu’elle imagine, anticipe, est toujours le pire. Aussi, elle se tait. Elle se contraint au silence pour éviter de se mettre en danger, psychologiquement et physiquement.
Ce que la victime ne peut décrire précisément, mais ce qu’elle pressent, c’est la possibilité d’un passage à l’acte. La possibilité que la situation qu’elle croit pour le moment encore maîtriser, même dans la souffrance, ne se transforme, et ne se transforme à son complet désavantage.
Ce qu’elle pressent, c’est que son agresseur, qui, à l’instant, exerce essentiellement de la violence psychologique, ne supporte pas d’être démasqué, critiqué ou rejeté ; et dans ce cas, qu’il s’en prenne à elle jusqu’à la tuer.

Et la victime a raison.

Une personne qui fait acte de violence psychologique afin de nourrir uniquement son ego, son narcissisme déconstruit souvent depuis l’enfance, une telle personne qui a avancé dans la vie en se sublimant au travers de celles et ceux qu’elle a réussi à duper et manipuler à son seul profit, sans tenir un instant compte des potentielles conséquences sur les autres, une personne, donc, qui n’a aucune compréhension réelle de l’altérité dans la relation, si ce n’est pour mettre l’autre en situation d’objet et s’en servir pour assouvir ses uniques ambitions, ne peut supporter de perdre ce qui lui permet d’exister.

Car sans l’autre, il n’st plus rien. Sans l’autre, l’image construite afin de justifier de sa toute-puissance, de son existence même, s’effondre. Et n’ayant rien d’autre pour exister, il disparaît avec . Ce qu’il ne put supporter.

Le pervers narcissique vit en étant toujours « sur le fil du rasoir ». Il est constamment mis en danger, par lui-même, car il peut à tout instant être découvert. C’est pour cela qu’il isole la victime, construisant un mur réel ou virtuel afin d’éviter les regards extérieurs, et les influences qui lui feraient perdre son emprise.
À la question de la conscience qu’aurait un pervers narcissique de ses actes, il est difficile de répondre, car il faudrait pour cela qu’il ait avant tout conscience des notions de bien et de mal.
En revanche, il est certain que le PN a conscience de l’absolue nécessité qu’il a de l’autre pour pouvoir être lui-même.
S’il l’autre n’est plus, il n’est plus.
Mais ne pouvant s’imputer la responsabilité du départ de l’autre (départ qui est le plus souvent une fuite pour survivre), il va le vivre comme le plus terrible des abandons. Et ne pouvant se reprocher de ne pas savoir vivre sans l’autre, et sans glorifier son self sublime si mal nourri, il va projeter sur l’autre, sur la victime, sa colère. Sa rage.

« Il est maintenant évident que la rage narcissique survient quand le soi ou l’objet déçoivent les aspirations absolues qui font appel à leur fonction – que ce soit pour l’enfant, qui, plus ou moins conformément au stade approprié, reste attaché à la mégalomanie et à l’omnipotence du soi et du soi-objet, ou pour l’adulte, narcissiquement fixé, dont les structures archaïques narcissiques sont restées inchangées, séparées du reste du psychisme en cours de croissance, après que les demandes narcissiques infantiles appropriées au stade ont été traumatiquement frustrées. » Heinz Kohut

C’est ce que devine la victime. Et c’est ce pressentiment qui ne fait que renforcer le sentiment d’être attaché à son bourreau par une chaîne invisible mais terriblement solide et serrée, une chaîne avec un collier étrangleur qui maintient en place, empêche de parler, et empêche même de respirer.

Les victimes qui ont pris la parole face au bourreau, qui ont exprimé leur volonté de partir, de le quitter, de ne plus être dépendante, ont vécu ce raptus(1). face à elle, le bourreau n’est plus le même. Qu’il soit homme ou femme, il est surtout envahi par une rage (2), une fureur que rien ne peut calmer. Il ne voit plus du tout sa victime comme un être humain, mais uniquement comme un objet, et un objet qui le met face au plus grand des dangers : celui de perdre définitivement non seulement tout ce qu’il a acquis pendant des années, mais encore toute crédibilité et tout pouvoir.
ce qui est insupportable et insurmontable.

Les victimes qui décrivent le passage à l’acte parle d’une force inhumaine qui traverse alors le bourreau, et que rien ne semble pouvoir arrêter. Elles décrivent aussi une transformation physique. Ce n’est pas la simple colère qui fait pousser des hurlements, ou encore qui tend les traits du visage ou fait rougir la peau de l’individu énervé.
C’est ce qu’on pourrait appeler un « morphing » un temps réel. Les yeux exorbités, la face transformée par la haine et l’envie de détruire, allant parfois jusqu’à baver… comme si l’image réelle du bourreau reprenait le dessus, et, une fois le masque « social » retiré, seule l’image du monstre subsistait.
La force déployée est surhumaine. Les hommes victimes voient leur compagne, en apparence petite chose fragile, capable de les frapper, de les repousser, de les soulever de terre. Les femmes sont écrasées par la violence, et la force projetée en l’instant.

Et le bourreau ne cessera son geste qu’à condition qu’une force plus importante le domine Ou lorsque l’objet de sa colère, sa victime, ne sera plus.

C’est ce que savent sans pouvoir le verbaliser les victimes de pervers narcissiques.
C’est ce qui les retient de parler.
C’est pour cela qu’il faut les entourer, les écouter, les accompagner. Les aider à préparer leur départ. Dans le silence et le secret.

©Anne-Laure Buffet
associationcvp@gmail.com

(1)Raptus : Impulsion paroxystique à type de décharge explosive, souvent violente, à la limite de l’activité volontaire et du réflexe : agression meurtrière, suicide, automutilation, fuite éperdue.

(2)Rage : état mental le plus extrême du spectre de la colère. Lorsqu’un patient est sujet à la rage, cela se termine lorsque la menace n’est plus oppressante ou que le patient atteint de rage est immobilisé.