FAUTE N°4

Vous faites confiance. Vous ne voyez pas les sous-entendus. Vous répondez aux questions que « votre » pervers narcissique vous pose. Vous vous dévoilez. Lentement.
Vous parlez de vous. De ce que vous êtes. De qui vous êtes.
Sans vous en rendre compte, vous lui donnez des armes.
Ces armes, il les retournera contre vous. Il usera et utilisera tout ce que vous avez pu lui dire. En le déformant.

Et vous aurez beau répéter : c’est faux, tu n’as pas compris, je n’ai jamais dit ça… , il arrivera toujours à trouver les arguments pour prouver que vous avez tort.
Et vous ne saurez plus où se situe la vérité.
Votre vérité.