CYCLE DE CONFÉRENCES DU 27 AU 29 SEPTEMBRE – LA RÉUNION

Anne-Laure Buffet, coach et thérapeute, Présidente de l’association CVP, est invitée par Les amis de la Réunion pour un cycle de conférences, du 24 au 30 septembre. 

Le Tampon : mardi 27 septembre, campus sud de l’université amphi Olympe de Gouges : La violence psychologique : un processus de destruction intime et indicible

Saint-Paul : mercredi 28 septembre, village Corail de saint-gilles : Les enfants victimes de violence psychologique : quelle prévention, quel avenir ?

Saint-Denis : jeudi 29 septembre, campus nord de l’université amphi Lacaussade : Victimes de violence psychologique : rompre le lien et se reconstruire


Horaires : 18 h 15 min – 20 h 00 min
Contact : Les amis de la Réunion

RÉSUMÉ DES CONFÉRENCES

1/ La violence psychologique : un processus de destruction intime et indicible: 

La violence psychologique est un processus de destruction psychique, permettant à celui ou celle qui acte cette violence d’avoir une emprise sur sa victime (emprise psychologique, physique, matérielle, économique, sexuelle …).

Elle est insidieuse, invisible pour l’entourage, permanente. Elle se construit toujours sur le même schéma : tension, crises, justification, lune de miel… jusqu’aux nouvelles tensions. Elle repose sur une relation disproportionnée dans laquelle un individu toxique va s’accaparer la personnalité de sa victime, tout en « l’objetisant » et la culpabilisant.

La victime se sent fautive de tout, se retrouve isolée, mutique, redoute le présent et n’imagine aucun avenir.

  • Qui sont ces victimes de violence psychologique ?
  • Comment se construit-elle ?
  • Quels en sont les effets à terme ?

 

2/ Les enfants victimes de violence psychologique : quelle prévention, quel avenir ?

Les enfants victimes de violence psychologique subissent une fracture psychique dans leur construction. Ils ne sont pas reconnus comme des êtres humains, et des enfants, à part entière ; ils sont la possession, et sous la domination, d’une autorité parentale et familiale dysfonctionnante, leur interdisant un développement et des réussites personnelles et individuelles.

  • Conséquences sur la santé, le développement physique, psychique, affectif et émotionnel ;
  • Conséquences scolaires (difficultés scolaires à déscolarisation, proies faciles au harcèlement …), sociales…
  • Notion de conflit de loyauté et de double contrainte : quand la rupture psychique et affective se met en place, quels sont les mécanismes de défense de l’enfant ?
  • Comment repérer un enfant en souffrance, et comment l’écouter et lui parler ?

 

3/ Victimes de violence psychologique : rompre le lien et se reconstruire: 

Etre victime de violence psychologique est un état avec lequel il est possible de rompre. C’est en premier lieu à la victime de pouvoir le faire, lorsque la prise de conscience se met en place ; lorsqu’également elle reçoit une écoute adaptée et juste lui permettant de structurer ses schémas de pensées différemment et de se réapproprier ses propres schémas, ses propres mécanismes, jusqu’à découvrir une personnalité dont elle a été tenue à l’écart : elle-même.

La rupture est longue et douloureuse. Elle oblige la victime à se confronter à elle-même, à son histoire, à ses proches, aux tiers, à la justice, à la société. Le cheminement vers la reconstruction et al découverte de sa personnalité pleine et entière se fait par étapes, et chaque victime doit accepter ce temps – temps qui lui appartient et qui ne peut être défini par avance.

  • Le processus de deuil : Les cinq étapes du deuil, la rupture avec le triangle dramatique, la résilience ;
  • La nouvelle vie et le vide à combler : la place difficile du nouveau compagnon, la notion de perte, de dépendance et de rupture du lien d’attachement, le piège de la « mauvaise madeleine » ;
  • Les accompagnements : thérapies, procédures juridiques, place au sein de la société ;
  • La difficile question du pardon.

Si vous souhaitez un contact, ou un rendez-vous, lors de ce séjour réunionnais : annelaurebuffet@gmail.com

Publicités

RÉPONSE À : RACONTER N’EST PAS FAIRE COSETTE – TÉMOIGNAGE

Robert-Doisneau-enfant-dessinant-sur-un-mur

Hier, je postais sur le blog cet article « Raconter, ce n’est pas faire Cosette« .
Le titre venait d’un échange avec une amie – victime de violences sexuelles, victime de la violence aveugle des hommes, et de l’Homme, victime d’un système.
Quant au contenu de l’article, il disait la difficulté et la souffrance de toutes ces victimes qui ne peuvent dire, ne peuvent parler, ne peuvent être entendues. Qui se retrouvent rejetées, mises au banc de la société, exclues de toute défense et de tout droit. La bienveillance est chose rare, l’écoute encore plus. Quant à l’aide concrète, elle est souvent difficile à trouver lorsque la souffrance étouffe le quotidien.

Cette amie, cette victime, s’appelle Anne-Claire.
Elle a répondu à l’article cité.
Voici sa réponse – en espérant que le lecteur voudra bien l’entendre ; en espérant qu’elle permette à d’autres de dire, à certains de comprendre, au plus grand nombre de commencer à tendre l’oreille et la main.

« C’est vrai qu’une victime doit réussir à raconter ses traumatismes.
C’est vrai que je dois réussir à raconter l’horreur, mais comment, avec quels mots quand chaque mot me fait vomir, quand chaque mot me fait baisser la tête, de honte. Oui je sais la honte c’est pas moi c’est eux, ces hommes qui m’ont violée. Mais eux, ils vivent leurs vies tranquillement, avec leurs épouses aveugles et leur gosses adorables ; mais eux ils ont été accusés et libérés, leurs avocats étaient meilleurs … Mais eux, ils m’ont laissée agonisante, perforée, déformée, semi-morte sous leurs rires gras qui hantent mes nuits.
Alors oui, se raconter sans faire Cosette est possible mais inimaginable, car quand on raconte un peu, une once de ce qu’il s’est juste passé, de manière froide et méthodique, on lit le regard de l’autre se remplir d’effroi, on dérange, cela ne se raconte pas, cela met mal à l’aise, l’autre accuse de mensonge. Alors je recule, je reprends mes mots, je reprends ma vie et je l’enferme dans une boite bouillonnante, qui va exploser. Mais quand ?
Alors je me referme comme une huitre, pesant chaque geste de mes viols comme des kilos de fardeau. Mais les mots sont lourds, me paralysent, créent des vertiges, me coupent du monde. Quel monde ? Personne ne cherche à comprendre, je crie, je hurle mais non je ne fais pas Cosette.
Se raconter c’est trouver une oreille bienveillante, un fauteuil en cuir, une cheminée, un cocon refuge où poser les mots sont un soulagement, enfin, peut-être quand les mots auront décidé de sortir. Lorsque ma colère laissera couler la parole hémorragique. Quand je m’autoriserais à parler, à me raconter, à m’identifier dans ces mots. Ils ne parleront que de moi, que de mon corps effacé, que de mon esprit embrumé à vie, de ma rage enfermée sous mon sourire retrouvé pour l’image acceptable.
Les mains tendues, il faut oser les accepter. J’ai peur de chacune de ces mains, j’ai peur de parler et que ces mains se retirent en courant, j’ai peur d’ouvrir ma boite de mots, que cela jaillisse dans tous les sens, sans fil conducteur, sans logique, sans chronologie, sans coeur, sans corps, ou même si cette boite de mots était vide, paralysée, bloquée. Comme quand je rencontre des psys qui me prennent pour une folle puisque les mots ne viennent pas ; juste de l’eau sort de mes yeux, un torrent de douleurs sans mots, sans nom, sans image, juste de l’eau.
Alors en attendant de trouver la clé pour se raconter ou pas, en être capable ou pas, s’ouvrir au monde ou pas, ouvrir son cœur ou pas, s’entourer de gens comme moi, cassés ou pas, de garder nerveusement mes larmes au bord des yeux, j’essaierai de me raconter sans faire Cosette. Ou pas. »

Anne-Claire a raconté sa vie. Dans ce livre : Mes années barbares (La Martinière), elle livre son parcours. Elle raconte comment une enfant peut être abusée, comment cette enfant va errer dans les rues en quête de survie, offerte en pâture aux ogres qui hantent les trottoirs. Si aujourd’hui elle est encore en vie, elle se le doit. Si aujourd’hui elle veut transmettre, c’est pour informer ce qui veulent bien entendre, c’est pour dénoncer ces violences, et c’est pour se rendre son identité, dont elle a été privée. Elle s’expose à la bienveillance. Tout autant à la critique de ceux qui sont dérangés – pourquoi le sont-ils ? De ceux qui ne comprennent pas, ne le peuvent pas ou en le veulent pas.
Pourtant, elle mérité le plus grand respect.
Comme toutes les victimes dont les mots restent bloqués entre le coeur et la gorge.
Toutes méritent le plus grand respect.
Et une écoute véritable.

Anne-Laure Buffet
associationcvp@gmail.com

SOUFFRANCES MORALES INFLIGÉES AUX ENFANTS

66645d5768f2f6e8f92459_72ee0-postLes souffrances morales peuvent paraître anodines ; pourtant elles blessent profondément et durablement l’enfant qui en est victime. Les mots ou « expressions » familiales sont autant de petites blessures, de petites violences quotidiennes et répétées qui vont s’inscrire dans la mémoire et dans le comportement de l’enfant, et ce tout au long de sa vie, s’il n’en prend pas conscience et ne s’en détache pas.

«Tais-toi bien ! Ce que tu dis est stupide !»

«Tu n’es vraiment pas douée. Qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire de toi !»

«Tu fais exprès de faire n’importe quoi ? Tu es incapable de te concentrer !»

L’enfant est déstabilisé. Le sentiment d’angoisse, d’insécurité, de détresse, et d’incapacité augmente à chaque fois qu’une de ces phrases se répète. La confiance en lui est atteinte. Ses besoins essentiels de reconnaissance, d’attention, de soins, et d’amour ainsi que de protection ne sont pas satisfaits.

Il finit par se vivre ainsi qu’on le décrit, c’est-à-dire nul, maladroit, minable,… et lorsque cette souffrance est affligée par les parents, elle est d’autant plus violente.

On peut constater facilement ce schéma classique et répété depuis de très nombreuses générations qui consiste à faire peur à l’enfant. Pour certains parents, cette peur est légitime : Elle aurait pour objet de protéger les enfants des dangers du monde, et prévenir les enfants de ces dangers. Or, le résultat atteint est exactement le contraire. Plutôt que de protéger un enfant, cela le met en très grande insécurité. L’enfant a peur parce qu’il doit obéir, l’enfant a donc peur de mal obéir, et soit se montrera rebelle, soit sera dans la totale soumission. L’enfant a peur parce qu’il doit réussir ses devoirs, passe sur ses devoirs un temps incroyable, jamais réellement récompensé. Et que dire du parent qui prend en otage l’autre parent pour menacer un enfant ? : «Si tu continues comme ça, je vais prévenir ton père, et tu vas voir  ce que tu vas prendre ! »
L’enfant encore petit découvre le monde au travers de ceux qui lui racontent ce monde. Ce qu’il ne connaît pas est insécurisant. Aussi il ne peut que croire ce qui lui est répétée par les adultes. Si l’inconnu ou l’étranger est présenté comme un danger, l’enfant va se construire avec cette peur et ne pourra pas s’en détacher.

Les parents qui utilisent la peur comme moyens éducatifs développent des craintes supplémentaires et interdisent à l’enfant de trouver un moyen de se rassurer.
De plus les adultes qui font peur à un enfant sont craints mais ne sont pas pour autant respectés. Lorsque l’adulte se met en colère, la plus grande peur de l’enfant reste la peur bien réelle conséquente à la violence des parents à son égard. Il a peur de la punition, peur d’un coup, et il n’est même pas en mesure de comprendre pourquoi. Est ce qu’il redoute par-dessus tout, c’est de perdre l’affection de ses parents. Il est à la fois triste et en colère. Encore petit, il est incapable de se raisonner et de prendre du recul. La peur peut se transformer en terreur et les souvenirs de ses peurs restent fixés dans la mémoire de l’enfant lorsqu’il grandit. Les effets de cette peur développée pendant l’enfance persistent à l’âge adulte. Elle sont la cause de stress et d’angoisse. Elles occasionnent des inhibitions, de l’anxiété, une colère que l’adulte va retourner contre lui, une insécurité permanente. Et il ne faut pas oublier que le stress se traduit biologiquement par des bouleversements intenses.
Les enfants peuvent également développer des troubles de la personnalité : personnalité borderline, narcissique, compulsive et paranoïaque.

Enfin, il faut prendre en compte la confusion des sentiments générée chez l’enfant victime de maltraitance. Lorsque l’enfant réalise que la personne qui l’humilie, le maltraite, le rabaisse, est également la personne qu’il est censé aimer, à laquelle il est attaché, qui se présente en modèle et en personne responsable, cet enfant ne peut vivre qu’un immense désarroi. La compréhension et la signification de l’amour et de l’attachement subissent alors des distorsions et des confusions. Détacher amour et souffrance, distinguer violence et protection, s’autoriser de la bienveillance et de l’attention, avoir confiance, devient alors impossible.

©Anne-Laure Buffet
annelaurebuffet@gmail.com

INTERVIEW: DÉFINIR LA VIOLENCE PSYCHOLOGIQUE

Une interview de Anne-Laure Buffet sur la violence psychologique, ses conséquences, et les conséquences sur les enfants, par Jean-Jacques Bitton.
Ecouter l’interview

1507-1

DATES MARS – AVRIL 2016

10294478_10152419810359932_2191841927051574617_n
MARS : 
Jeudi 17 mars, Salon du livre, Porte de Versailles, signature de 19h à 21h, stand Le Passeur (H66) – Je serai ravie de vous y rencontrer et d’échanger avec vous.
– Le jeudi 24 mars sera à Fribourg, et pour vous rencontrer, à l’Auberge des quatre vents ( merci de prendre rendez-vous : associationcvp@gmail.com)
AVRIL : 
 
Samedi 9 avril, groupe de discussion de 15h à 18h, sur le thème : Ces mots qui font mal
Mercredi 13 avril, petit-déjeuner de 9h à 11h : La relation incestuelle
Samedi 30 avril : groupe de discussion de 15h à 18h : La prise de conscience et la rupture
Pour les groupes de discussion et le petit-déjeuner : informations et inscription : associationcvp@gmail.com

VENDREDI 26 FÉVRIER – DÉDICACE ET CONFÉRENCE

Vendredi 26 février Anne-Laure Buffet viendra en dédicace et en conférence à la Une à 17h30 pour la sortie de son livre « Victimes de violences psychologiques : de la résistance à la reconstruction ».

12717398_1644708485792394_7275459349456959052_n

VOUS NE SEREZ JAMAIS À LA HAUTEUR DE SES DÉSIRS – TÉMOIGNAGE

PSD

Bonjour à tous,
Je tiens à faire partager mon expérience, une de plus, qui bien qu’elle rejoint souvent vos propres histoires, il y a un côté qui me semble ne pas être mis en valeur.
Le pervers narcissique est oui, bien souvent, discret.
Il ne vous mettra jamais mal à l’aise en public ! au contraire, il fera tout pour vous valoriser. Pourquoi? parce que dans le terme pervers narcissique le terme narcissique n’est pas là par hasard. En vous mettant en avant, en fait il cherche à se faire briller lui.  » je suis avec quelqu’un de bien, donc je suis un homme genial ». C’est ainsi qu’il vantera toujours votre beauté / travail interressant / votre don etc…
Ces compliments, il vous les fera à vous aussi, mais jonglera aisement avec enormément de jugement sur vous-même et sur ce qu’il soit disant admire aux yeux des autres, vous complexera par rapport à ses exs « parfaites », vous fera très souvent du chantage affectif  « si tu ne fais pas ça, je n’ai pas besoin de toi ». L’important est que vous puissiez vous sentir nul, et que lui seul vous trouve assez bien. J’ai eu droit à  » c’est normal que tu ne te fasses pas souvent draguer, les hommes ici aiment les bimbos, moi je ne suis pas comme eux, je te trouve très belle ». J’ai finis par me convaincre qu’effectivement lui seul pouvait me trouver jolie, alors que contrairement à ce qu’il disait je plaisais beaucoup.
Le PN nous fait entrer dans un monde où vous finissez par admettre que les autres sont moins biens que lui, et que vous, vous ne serez jamais à la hauteur de ses désirs.
Parce qu’il joue avec vos peurs, et surtout celle naturelle que l’on ressent tous la solitude.
« s’il me quitte c’est parce que je ne suis pas assez bien pour lui ».
Alors on redouble d’efforts, en vain.
A la moindre reflexion sur son egoisme, il saura vous pointer du doigt toutes les fois où il a été présent pour vous, et oui effectivement c’est le cas ! Le paradoxe est là. Il prévoit tout à l’avance pour ne jamais avoir à avouer ses torts.
Le pervers narcissique choisit des femmes/hommes intelligents, le challenge est plus grand, la victoire plus belle.
Enfin n’oubliez jamais, un pervers narcissique n’aimera jamais personne d’autre que lui même.